Arsenal – Manchester United (2-0) : La Raide et Vile Academy livre ses notes

Cher Bobby,

Il paraît que Solskjaer est leur « pute ». Que De Gea est un peintre. Que Pogba est une pipe. Qu’en plus l’arbitrage encore une fois était pour nous. Mon petit Bobby, je ne les comprends pas. Ils ont gagné mais ils fêtent notre défaite. Bobby, je crois que ce monde est malade.  

Il y a bien sûr eu ce soupir au coup de sifflet final. Cette invraisemblable pensée qui murmurait « retour de karma » après le miracle de mercredi, mais c’était finalement bien tout…
Miracle ? Exploit ? Je ne sais plus. Demandons à ceux qui en sont encore, trois jours plus tard, à se gargariser que l’on a « humilié » le PSG . Demandons au service com’ de Manchester qui quelques heures avant le match face à Arsenal tweetait encore une vidéo de « l’histoire épique » de notre qualification, comme s’il était impossible de se concentrer sur l’avenir. La communication à outrance me fatigue. Je suis si las.

Ça aurait été un week-end pour gagner, bien sûr avec les faux-pas de Tottenham et Chelsea, un week-end pour enfoncer le clou. Hélas, une frappe dont la trajectoire n’a toujours pas de sens et un plongeon dans notre surface auront eu raison de nous.
Plus que ça, j’en retiens cette incroyable maladresse devant, au-delà de la barre de Lukaku ou du poteau de Fred, les occasions ont été légion… Il y a des soirs comme ça où rien ne va. On relativise, on ne s’alarme pas : nous sommes malgré tout toujours en course pour le podium, pour la Ligue des Champions. On verra bien. Il y a trois mois, on ne jouait plus rien, alors profitons. Samedi prochain, c’est Wolverhampton et déjà il faudra repartir de l’avant.  

J’espère que ta cure thermale se passe bien.

Ici il fait froid.

Luke

Les Diables :

De Gea (2/5) :
Des soirs où vraiment rien ne va.

Shaw (4/5) :
L’effort fait petit blond.

Lindelöf (2/5) :
Terrible retour dans le passé, il y a 6 mois. Quand il ne sécurisait rien et ratait tout.

Smalling (3/5) :
Terrible retour dans le passé, il y a 6 mois, quand on ne gagnait rien et qu’il était le plus fiable derrière.

Young (2/5) :
Un match tout ce qu’il peut avoir de youngesque, les grandes cavales offensives se terminant dans le néant.

Pogba (1/5) :  
C’était Mathias qui se faisait passer pour Florentin qui se faisait passer pour Paul.

Matic (1/5) :
Il est facile après coup de se dire que son retour était précipité et que rien ne justifiait que McTominay ne soit pas titularisé. Oui il est facile, alors on se le dit.

Fred (3/5) :
Il est bien cruel que cette « faute » sur Lacazette soit son œuvre, tant il a produit pour la deuxième fois consécutive une prestation de football satisfaisante. Au point où en était Matic, il aurait pu prendre ça pour lui.
C’est vraiment dommage.

Dalot (2/5) :
Quand on voit déjà qu’il se retrouve trimballé à des postes différents à chaque journée, on se rappelle la pauvreté de profondeur de notre banc.

Rashford (1/5) :
Pas la peine de chercher longtemps celui qui a le moins récupéré depuis mercredi.

Lukaku (2/5) :
Il a tout fait à la défense d’Arsenal, tout, sauf marquer. Ce qui est assez dommageable au moment de compter les pions.

Les suppôts de Satan :

Martial pour Dalot, 71e (NN) :
Le mal était déjà fait, le reste de l’équipe avait les jambes coupées.

Greenwood pour Matic, 80e (NN) :
Il y est allé avec entrain, c’est déjà ça.

Luke Seafer

Fils de Satan, fils du metal, fils de la haine, fils de Cobra.

2 commentaires

  1. C’est moins bieng.

    Mais vous auriez signé de suite avec Zlatan Ibrahimobic.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.