France – Bulgarie (3-0) : L’Académie française rougit de Giroud

Il nous fait de l’œil depuis le terrain. Muscles saillants, cheveux impeccables, tout le ciel du monde dans ses yeux, barbe taillée, sourire cajoleur, profil enjôleur. Olivier Giroud est éternel.

Pour leur dernier match de préparation – l’Euro commence mardi prochain pour les Bleus –, les hommes de Deschamps ont connu l’inquiétude suite à la sortie de Benzema mais ont respiré la sérénité. A deux-trois bafouillages près, le match fut bien pris en main et on a assisté à un bon échauffement général.

La compo :

Mais c’est qu’il y tient à son 4-4-2 losange le DD. L’an dernier face au Portugal, y’a quelques jours face au Pays de Galles et rebelote ce soir. Je ne suis toujours pas convaincu… mais je fais confiance à Deschamps. On a en tout cas la confirmation que c’est le système privilégié pour débuter l’Euro (et que c’est pas vraiment un losange tellement devant c’est la liberté tout azimut).

Le derrière : sans surprise, mais est-ce bien le moment d’en faire ?

Le milieu : Kanté de retour, c’est Rabiot qui sort du onze et donc Tolisso qui s’installe. Et pas que pour continuer à reprendre du rythme (ndlr : l’honnêteté nous pousse à dire qu’Adrien souffrait un peu de la cheville ; trop enflée peut-être ?).

Le devant : les trois sont là et n’ont pas encore, à ma connaissance, donné lieu à la création d’acronymes ridicules. Tant mieux pour nous.

Le match :

Avec 5 000 spectateurs triés sur le volet par la 3F – on apprend qu’il y a des licenciés de petits clubs, des membres du fan club des Bleus mais aussi des personnes pratiquant des métiers « en première ligne » depuis plusieurs mois : personnel médical, pompiers et fachos donnant des coups de fouet à Darmanin et des coups de pieds à une sénatrice, le Stade de France diffuse une petite ambiance sympathique et bon enfant. Les gens sont contents de revoir les Bleus, et vice-versa.

Le premier quart d’heure fut à l’image du match : totalement dominé par la France face à une équipe dont le niveau se situe à mi-chemin entre le district et le tournoi des Horsjeuïades (vous remarquerez donc que je considère le niveau des Horsjeuïades comme étant assez haut, ce qui n’est pas usurpé si la vérité dure 7 minutes). Plusieurs alertes sur le but bulgare dont une frappe de Mbappé bien repoussée par le portier Daniel Naumov, de loin le meilleur joueur originaire des Balkans ce soir.

Le second quart d’heure fut celui à ne pas rater : après une nouvelle tentative de Kyky, le ballon, contré, arrive en l’air sur Grizou. Le meilleur joueur des Bleus depuis 4-5 ans se fend alors d’un petit retourné tout à fait agréable à l’œil. Quoique légèrement dévié, c’est de toute beauté (1-0, 29e).

Le troisième quart d’heure fut celui de l’inquiétude : après un contact dans la surface, Benzema se tient la jambe et sort sur blessure. L’Équipe du Soir prépare déjà son bandeau de breaking news ainsi que 56 sujets de débats, parmi lesquels, nous n’en doutons pas : « Benzema, la faute à qui ? », « Benzema blessé par un adversaire : le joueur bulgare a-t-il cédé à une partie raciste de son pays ? », « Sans Karim, la France dit-elle adieu à l’Euro ? », « Benzema sur une jambe : Fred Hermel joker médical ? ».

Giroud entre et remplace donc le K, victime d’une béquille qui ne devrait pas compromettre sa présence face à l’Allemagne dans une semaine.

Les quatrième et cinquième quarts d’heure furent ceux du relatif ennui, les Bleus se contentant de gérer sans forcer, les Bulgares se contentant de défendre car ils ne peuvent pas faire plus. Quand la France s’est procurée des occasions, le gardien bulgare était toujours là, solide gaillard.

Le sixième et dernier quart d’heure fut celui d’Olivier Giroud. Le joueur de Chelsea, qui vient de prolonger, a d’abord fait le break en coupant au premier poteau un centre de Benji Pavard (2-0, 85e). Quelques minutes plus tard, Thomas Lemar a lancé Ben Yedder en profondeur sur la gauche, Wissam a bien remis vers Oliv’ au centre pour la conclusion (3-0, 90e).

Le débrief :

Si les dernières rencontres, couronnées de victoires sans encaisser de but, ne peuvent permettre de tirer de conclusions profondes sur la tactique ou l’animation offensive tant l’adversité était faible, elles peuvent néanmoins accoucher de quelques enseignements parmi lesquels un d’importance : les Bleus sont prêts physiquement. On les sent affûtés, Pavard est aussi musclé que Goretzka, Pogba ne fatigue pas, Kanté est sur sa lancée des six derniers mois, Grizou retrouve son souffle en Bleu, etc.

Deuxième enseignement : « La, la la, la-la-la-la ! La-la-la-la ! Giiiirouuud ». Création originale, absolument.

Troisième enseignement : le 4-4-2 losange n’en a que le nom. Les trois de devant ont beaucoup de liberté (trop diront certains) et autant d’intelligence de jeu pour ne pas se marcher dessus. Au milieu, Pogba a une préférence pour le côté gauche, Tolisso a finalement été plus souvent pointe basse que relayeur, Kanté se trouvait souvent entre les lignes, Grizou a beaucoup joué couloir droit, etc. De cette mobilité et de cette liberté nous n’avons vu pour le moment que les avantages parce qu’il n’y avait personne en face. Difficile de savoir ce qu’il en sera face à l’Allemagne ou au Portugal.

Le calendrier de l’Euro et le compte dédié :

Sachez qu’il existe dorénavant le compte Twitter de l’Académie Française. Toute l’équipe, composée des plus grands experts du copier-coller ainsi que d’un stagiaire issu du cabinet de feu Maître Arash Derambarsh, sera mobilisée pour l’Euro et essaiera de vous faire rire un peu avant de pleurer en finale pour cause de victoire des Bleus. Suivez le compte, ça fera bien du plaisir.

Mardi 15 : France / Allemagne – 21h

Samedi 19 : France / Hongrie – 15h

Mercredi 23 : France / Portugal – 21h

Rappel : avec le format cet Euro, les deux premiers sont qualifiés ainsi que… 4 des 6 meilleurs troisièmes. Ça limite pas mal les possibilités de casse. Combien de points selon vous ? De notre côté, Alpha dit quatre, Brava dit sept, Costa dit neuf.

Les notes :

Lloris (non noté/5)

Autant de travail que Pénélope Fillon.

Hernandez (2/5)

Lucas était là juste histoire de. Sorti par précaution et remplacé par L. Digne (non noté), entré à la mi-temps et qui est toujours un bon remplaçant.

Varane (3/5)

Solide dans un match en bois. +1 pour la tentative de remontée de balle sur 50 mètres en attaquant l’espace vide devant lui. -1 pour avoir perdu de manière ridicule cette même balle au bout de ladite remontée.

Kimpembé (2/5)

Moyen dans un match en bois. Se fait prendre par un attaquant bulgare qui n’est pas Dimitar Berbatov. Il n’a toujours pas fait de grosse bourde en Bleu : je suis donc inquiet pour les matchs à venir.

Pavard (4/5)

Plus à l’aise que face au Pays de Galles. Il a profité de l’adversaire nul pour prendre des initiatives et jouer plus haut. Une passe dé’ à la clé.

Kanté (3/5) :

Efficace. La très faible adversité lui a permis de se situer parfois entre les lignes en phase offensive et d’être quand même à la récup’ si besoin. Un défaut ? FRAPPE QUAND T’ES TOUT SEUL AUX 20 MÈTRES. Remplacé par T. Lemar (non noté), auteur d’une passe dé et qui est redevenu un bonbon agréable à su…perviser.

Tolisso (4/5)

En référence à l’acad’ précédente, très content de le voir plus bas sur le terrain pour compenser les montées de Kanté ou de Pogba. Selon moi plus intéressant que Rabiot quand on a le ballon… mais est-il passé devant lui dans l’esprit de DD ? Pas sûr. Réponse mardi prochain. Remplacé par M. Sissoko (non noté).

Pogba (5/5)

Quand il marche, il est déjà au-dessus de la moyenne. Là, il a trottiné. Il va courir pendant l’Euro et ça va être un putain de kif.

Mbappé (2/5)

Très actif en première période, Kyky a essayé mais s’est heurté au portier bulgare à plusieurs reprises. Moins pertinent en seconde période. Remplacé par W. Ben Yedder (non noté), auteur d’une passe dé.

Griezmann (5/5)

Si c’était un plat, ce serait un confit de canard. Si c’était une ville, ce serait Tours. Si c’était une ligne de basse, ce serait Guns of Brixton. Si c’était un auteur, ce serait Dostoïevski. Bref : Grizou est le meilleur. Remplacé par O. Dembélé (non noté), chez qui la lumière n’est pas encore à tous les étages mais ça va arriver, il n’a que 18… 24 ans.

Benzema (non noté/5)

30 minutes et puis s’en va, c’est con pour créer des automatismes et des circuits avec les copains. Espérons qu’il soit dispo dans une semaine. Heureusement, les Bleus peuvent toujours compter sur O. Giroud (5/5), auteur d’un doublé comme l’Équipe de France dans un mois.

Suivez Horsjeu, suivez l’Académie française pour ne rien rater de l’histoire des Bleus, suivez-moi, abonnez-vous, faites des dons.

Didier Décampe

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.