Leicester – Leeds ( 0-1 ) : La Hipster académie étale sa technique.

0

La principale technique de la Hipster académie étant d’être en retard

Le football et le regard 5

Aujourd’hui c’est un jour d’enchères. L’événement est en soi plutôt banal : pour devenir footballeur professionnel à Casillas, le jour de leur treize ans, tous les jeunes passent le grand oral. C’est le seul moyen de recruter des joueurs professionnels, ici. Le grand oral a succédé au système traditionnel de mercato, qui fut banni par la fédération il y a de nombreuses années qui l’avait jugé trop déshumanisant.

Aujourd’hui c’est le grand oral de Rudi, ce qui rend l’événement bien plus notable qu’à l’accoutumée. Comme toujours, les clubs ont dépêché un expert pour se pencher sur ce grand oral. Oh, on dit grand oral, mais le candidat ne va pas beaucoup parler. Il a préparé un enchaînement d’une durée de deux heures, dans le secret de son club de formation. Tous les recruteurs se placent autour du terrain, le smartphone à la main. Ils n’ont pas dégainé l’objet connecté pour faire des photos ou des films de l’enchaînement, mais pour accéder à l’application officielle de la fédération de Casillas, qui leur permet d’enchérir sur le joueur en temps réel. Celui qui l’emportera récupère l’exclusivité des droits du joueur pour la totalité de sa carrière professionnelle. Pour Rudi, qu’aucun de ces beaux messieurs n’a jamais vu jouer, le prix de la clause libératoire, qui permet de terminer l’audition immédiatement pour qui l’active, est dix fois plus élevé que la normale. Cela fait beaucoup de sous, dont un tiers reviendra au joueur, un autre tiers à son club formateur et le dernier à la fédération.

Rudi s’apprête à entrer en scène, et les attentes sont très grandes. Tout le monde veut voir le supposé prodige, et vérifie sa connexion internet : il n’est pas rare que de tels candidats se fassent préempter après uniquement quelques minutes de jongles virtuoses. Les clubs bien à flot financièrement ne peuvent se permettre de passer à côté d’un tel potentiel et de s’en mordre les doigts plus tard. C’est d’ailleurs souvent dans ces premières minutes que tout peut s’affoler, que les recruteurs peuvent faire un caprice et casser leur tirelire, enfin celle de leur employeur. Le fameux « pas de deuxième occasion de faire une première bonne impression » est de mise. Si l’exhibition initiale n’est pas assez étincelante au goût des acquéreurs, le jeune passe pour besogneux et l’on assiste au déroulé de l’intégralité du programme, l’œil morne et distrait : les applis de messagerie, de vidéo et de pari en ligne remplacent celle des enchères pendant que le joueur enchaîne des tirs en lucarne, des ailes de pigeon, des renversements de mannequin après contacts à l’épaule… Parce que oui, le joueur évolue seul, suite à une plainte des associations de parents qui trouvaient que la présence d’autres personnes sur le terrain pouvait nuire à la prestation de leur progéniture en ce grand jour. On avait raison de se méfier, il y avait eu des rumeurs confirmées où le sparring partner avait été payé pour saboter la prestation de certains camarades.

Certes jouer seul, ce n’est pas idéal pour juger, mais chacun s’est fait une raison. Les clubs acquéreurs doivent de toute manière investir dans la formation pour leurs jeunes, qui ont en général passé beaucoup plus de temps à préparer leur chorégraphie qu’à jouer réellement au foot. Personne ne se plaint trop : les prodiges et et les chèvres se retrouvent plus équitablement répartis entre tous les clubs que ne le suggère leur puissance financière respective. Et chaque match retrouve ainsi un esprit proche de celui de la coupe de France, où certain clubs moins riches et avec des joueurs moins côtés proposent un jeu collectif déconcertant les otaries célèbres des clubs riches d’en face. Seuls les aspirants footballeur nés en fin d’année trouveraient quelque chose à redire : souvent, au moment de leur audition, les caisses des clubs sont vides et ils ne récoltent qu’une faible somme en comparaison d’un joueur né en janvier.

Mais le silence se fait, les spots s’allument : Rudi va entrer en scène…

>>>>>##### Le match en direct de Piz Fegnas #####<<<<<

Candy, -1e : On dirait que Mavididi court dans tous les sens comme s’il avait les même problèmes intestinaux que toi, Mandy.

Mandy, -1e : Ilan se fait pousser la barbe, on dirait qu’il va enfin arriver à la puberté.

Candy, 2e : Piroe il fait des trucs de dingues. Il va au pressing sur le milieu défensif, force le gardien à foirer sa relance. Du coup on récupère, puis nous le resservons immédiatement. Il est seul face au but à l’entrée de la surface. Et il est sensé être notre joueur adroit devant les cages qui souille les gardiens. Il est sensé. Enfin, je veux dire, vu qu’il a presque attrapé le poteau de corner, il ÉTAIT sensé.

Sandy, 3e : Georginho qui rate encore un face à face. Mais lui c’est notre joueur dont on s’attend à ce qu’il les foire, ses faces à faces. Ca n’excuse pas, mais ça déçoit moins.

Sandy, 6e : C’est bon d’avoir un coach qui a bossé les schémas de sortie de balles de l’adversaire. Nous sommes à la 6e minute, et ces cons de Leicester n’en ont pas encore réussi une.

Mandy, 7e : Il fait un peu Guadiola jeune, ce nouveau coach de Leicester. On le hait, du coup. Reseignement pris, il a été adjoint de la pleureuse catalane qui triche et qui laisse Kalvin Phillips moisir sur son banc de touche. On le hait du plus profond de notre coeur.

Sandy, 10e : Et en plus de Guardiola, il y a un clone de Guendouzi chez les Foxes. Leisosiecester.

Mandy, 10e : Guendouzi et Guardiola dans la même équipe, ça doit y aller les blagues sur les cheveux, dans les vestiaires…

Candy, 17e : Leicester viennent de récupérer la balle, ça joue à deux à l’heure, on va finir par s’endormir. On veut pas leur remettre les électrochocs du début de match ?

Candy, 19e : Une faute normale ne permet pas d’obtenir un pénalty. C’est un peu une tendance du foot. Mais on dirait que Farke n’est pas au courant, il s’agite sur le banc de touche en râlant. Heureusement que l’on a pas le son, parce que ça doit faire peur, les insultes sur les mamans en allemand.

Sandy, 23e : On dirait qu’ils ont des tractopelles maladroits aux pieds Leicester. Et Pascal adore cela, faire des boîtes de conserves avec des tractopelles. C’est un peu le Christo de la Championship.

Mandy, 29e : Bon, Daniel, tu règles le problème du décrochage du 9 ? Tu dis à Joe ou à Pascal de le chasser et aux latéraux de compenser ? Ils ont trouvé la parade à notre pressing et ne font plus que ça.

Mandy, 32e : Ah, ça y est, Gray, a réussi à en défendre une. Je veux dire, il n’a pas été éliminé par le premier crochet, mais par le second. C’est mieux.

Sandy, 33e : Putain, c’était mieux quand ils ne touchaient pas la balle, leurs ailiers à Leicester. Qu’est ce qu’ils nous mettent !

Candy, 34e : Ah, Farke, les pénos que l’arbitre ne nous accorde pas, il a l’air de prendre ça avec philosophie. Une philosophie toute horsjeuienne, puisqu’il envoie tout le monde se faire enculer, manifestement.

Mandy, 39e : Georginho en a marre de Leicester avec la balle aussi, il va finir par un chausser un.

Sandy, 45e C’est la mi-temps, on ne sait pas trop si on doit sortir le Savagnin ou la poire à papi pour regarder la seconde.

Sandy, 50e : Oh, un latéral qui a gagné un duel défensif contre son ailier. 50e. Bravo M. Byram.

Mandy, 51e : Vu comment nos attaquants ont du mal à planter, c’est un défenseur genre Pascal qui va marquer.

Candy, 59e : Corner, tête de Rodon, grosse raie du gardien en face. On n’était pas loin. (Georginho marque sur le rebond dans le but vide.)

Candy, 60e : C’est là ou l’on va voir si notre plan amendé à la mi-temps pour les empêcher de sortir va continuer à marcher, maintenant qu’ils doivent prendre des risques pour égaliser.

Mandy, 69e : Ah bah non, on a arrêté le pressing, car on a fait redescendre nos ailiers pour défendre sur les leurs. On va faire du blocéquipe et attendre les contres. Je ne sais pas à quel point c’est une bonne idée.

Sandy, 74e : Dan James qui ne met pas une mine à la course à son dernier défenseur. Où va le monde ??? Surtout que sa vitesse de course étonnamment modérée ne l’a pas aidé pour garder de la tête froide au moment d’enchaîner la frappe en lucarne après un crochet intérieur. (Le crochet n’était pas si mal. Mais la lucarne était celle de Gwen Tangremmer présent dans les tribunes au rang J)

Candy, 84e : on fait rentrer un mec on n’avait jamais encore vu. Gruev qui s’appelle. Faute de Meslier, on mangerea des Gruevs. (vous l’avez ? elle est très nulle)

Sandy, 88 : Summerville était en train de se chauffer avec son garde du corps qui balançait de l’hippopotacle « viril mais correct ». Gnonto bizarrement le remplace dans la minute qui suit. Etonant, non?

Sandy, après la consultation de fbref : Putain, on est troisième, à moins de 10 points de Leicester. Ca va jouer, pour la montée, ça va jouer !

>>>>>##### Les Notes #####<<<<<

Meslier (la main opposée richard/5) Non, mais Ilan, il ne faut pas glisser quand on te tire sur ta barre… Superbe raie à la 92e quand même.

Gray (la traction de caravane/5) Ce ne fut pas une très bonne journée pour le gamin Archie, qui suait à grosse gouttes à chaque fois qu’il se retrouvait en tête à tête avec Madividi (enfin, les têtes à têtes furent bref, puisque Archie s’est rapidement et systématiquement retrouvé en tête à cul dès la deuxième touche de balle de Madividi, et sans que cette situation soit aussi agréable qu’une bise anale.)

Rodon (le doigt dans l’anus/5) Comme un doigt dans l’anus, Joe s’est placé avec une déconcertante facilité, et a servi à compenser quand d’autres choses dysfonctionnaient par ailleurs. En gros, il s’est bougé le cul pour revenir du diable vauvert et intervenir pour notre plus grand plaisir. Un peu en retard pour suivre les décrochages de Vardy quand ils ont compris comment battre notre pressing.

Struijk (l’intervention du tractopelle/5) Il obtient cette note pour une intervention capitale en fin de match, Pascal, parce que le reste du temps, il a plutôt montré son adresse avec les pieds qui est tout à fait exceptionnelle pour un tractopelle…

Byram (Je lé pas touchao puis l’imitation du plot de chantier/5) Tant qu’il ne fallait pas défendre, Sam a fait un bon match. Et en défense, il a fait un bon match sur ses deux premières interventions. Que malencontreusement pour la suite l’arbitre sanctionne d’abord d’un coup franc puis d’un carton jaune. La suite ressemble à une démo de slalom par Issahaku pendant 45 minutes où Sam faisait une fois le poteau rouge, une fois le poteau bleu.

Ampadu (le marquage à la culotte/5) Apparemment s’il se retrouvait à plus de 2 mètres de Harry Winks, il mourrait. En défense c’était bien nous ne disons pas le contraire. Après en attaque, cela manquait du concept fondamental de démarquage afin d’avoir le temps de distiller des balles vers l’avant.

Kamara (le duel à l’épaule/5) De temps en temps, on l’appelle le Moussa Sissoko noir. Version 2016, quand il avance comme un tank en laissant derrière lui un paysage dévasté et écrabouillé. En écrivant ces lignes, on se rend compte qu’on aurait pu faire une bonne blague géopolitique, qui n’aurait fait rire que Hubert Védrine.

James (le test de Cooper/5) On a beaucoup aimé sa belle défense du regard en regardant le latéral adverse et en lui disant « tu veux jouer à courir ? » Le mec a prudemment remisé la balle en arrière. Mais il était fatigué à la fin de match, sa VO2 Max doit être redescendue à 76.

Piroe (le passe et va/5) Appliqué voire scolaire dans tout les gestes, un peu lent mais sans qu’il n’y ait de scandale. Mais son taf en arrivant chez nous n’était-il pas sensé marquer des buts, lui, quand il se trouve en 1 contre 1 avec le gardien ?

Summerville (dribbler dans une cabine téléphonique /5) Crysencio n’a aucun mal à dribbler dans un cabine téléphonique : il s’enroule souplement autour de son défenseur tel un film cellophane autour des restes d’un repas, puis repart. De temps en temps une pareille agilité n’est pas sans inconvénients, comme quand il s’agit d’envoyer des lourdes avec des pieds en mousse à mémoire de forme : ses pieds dans ce cas ne sont pas sans rappeler le pied beau.

Georginho Rutter (les katas/5) La perfection dans le geste réalisé par un golgoth au corps d’acier. Ses principales techniques sont : le crochet intérieur en rentrant les épaules, le crochet extérieur en lançant sa jambe en arabesque, le coup de cul dans le zguègue du défenseur, l’offrande de 50 mètres (gâchée par son coéquipier), le tir en tribunes ou sur le gardien.

Antony (l’hippototacle/5) Rentré pour faire une faute à la 95e au coin de notre surface.

Guev (Le coureur de 3000/5) Pas sûr qu’il ait vu la balle dans les 8 minutes où il a joué, mais il a fait quelques tours de terrain.

Bammie (la négociation avec l’arbitre/5) A réussi à gratter un peu de temps en discutant avec l’arbitre et deux fautes.

Ayling (L’insulte à la maman/5) Rentré pour perdure un duel aérien à 3 m de son but. (il y avait faute, mais ce n’est pas une excuse.)

>>>>>##### Les Notes auxquelles vous avez échappées #####<<<<<

le petit pont
le grand pont
le prélevage de rein
les postures
le tout-droit
la Harry Kane
la Luke Ayling
la Fabrizio Ravaneilli
le shampoing à la Gjanni
la relance en touche
le contrôle à 5 mètres
l’otarie
le tir de pénalty
le tirage de maillot
la Arjen Robben
la bicyclette
le une deux
le sprint avec menottes dans le dos
la passe aveugle
les yeux dans le dos
le coup de rein
la roulade à la Neymar
le contrôle en porte manteau
le coup du scorpion
la captage des balles aériennes
le boxage la balle
la déstabilisation psychologique
la Harald Schumacher (akas la Lopes)
le contôle orienté
le cadrage du porteur de balle
le tacle autoritaire
le recule frein
la reprise de volée
le renversement
l’aile de pigeon
la passe vers l’arrière
le coude dans le gueule
la glissade sur les genoux
le grand coup de latte
la touche à l’islandaise
le petit piqué
la panenka
le test de solidité des buts
le chant juste ou en play back l’hymne national
le rateau
la conduite de balle
la protection de balle
le jeu de corps


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.