Arsenal – Leicester (2-1) : La Gunners Academy livre ses notes

Aaaah. Je suis dans la délectation. Dans le plaisir, dans le kif comme disent les jeunes. Cette victoire, c’est de l’amour. Pour des raisons purement mathématiques d’abord : on est passés d’un potentiel huit points de retard sur le premier à seulement deux. La course au titre, on y est toujours. Et ça, c’est quand même carrément chouette. Pour des raisons plus circonstancielles ensuite : taper Leicester, leader qui n’a connu que deux fois la défaite cette saison, c’est une très belle perf’. L’équipe de Ranieri a juste éclaté City la semaine passée, il faut le rappeler. Et elle produit depuis des mois un football renversant. Connaissant la propension des Londoniens à se trouer aux pires moments cette saison (et puis un peu tout le temps en fait), ce résultat est un très gros coup.

Et puis, à titre plus personnel, j’avoue avoir apprécié qu’on mette un petit coup d’arrêt à ce train, que dis-je, cette fusée de la hype qui se construit autour de Leicester. Pas de méprise : ce qui leur arrive est plus que mérité, et je n’ai absolument rien contre les joueurs ou le club. Ce qui me fait chier, c’est de voir un climat général, des médias, des observateurs et même des supporters d’autres équipes prendre ouvertement le parti des Foxes, les placer au-dessus de la mêlée, de voir des mecs qui n’ont rien à carrer de la PL habituellement se trouver une temporaire équipe de cœur parce que c’est branchouille. Je comprends l’idée, hein. La « belle histoire ». C’est l’éternel truc du petit Poucet. C’est sûrement aussi un ras-le-bol envers une espèce de caste dominante, omniprésente, bourrée de thunes.

Je conçois tout ça. Mais déjà, Arsenal n’est ni Chelsea, ni City. Le club a des défauts, c’est un fait ; l’orientation qu’il donne à son stade, à son public, me casse puissamment les burnes par exemple. Mais c’est aussi un club qui a une histoire, un passé. C’est une institution, qui plus est une institution qui a pris des risques pour se maintenir par ses propres moyens au niveau de ceux qui ont un peu cassé le game. Arsenal promeut tout de même un projet de football, une vision, continue de soutenir un entraîneur qui n’a pas toujours une immense popularité. OK, ça reste un des plus gros business d’Europe, mais je suis pas d’accord pour qu’Arsenal soit rangé dans ce panier à la vilaine étiquette.

Par ailleurs, il était bon de rappeler que Leicester n’est pas une équipe infaillible, que son jeu de contre n’est pas la solution à tout, que Ranieri, excellent coach au demeurant, n’est pas l’incarnation de Dieu sur terre. Faut arrêter de déconner trois minutes. Et non, ce ne sont pas non plus des saints. On salue l’ « intelligence » de Vardy pour chercher le péno en s’empalant sur Monreal ? Putain, si c’est Suarez qui s’y colle, il se fait lapider en place publique. Mahrez ? Il s’est illustré par un plongeon ridicule et une sortie censée faire gagner quelques secondes à son équipe à la 50e minute. Schmeichel ? Match énorme, mais ce sourire arrogant au moment de sortir la frappe de Giroud à bout portant m’a juste donné envie qu’il en encaisse un, et un moche de préférence. Et je ne détaille pas cette pluie de savates distribuée par les hommes de Ranieri en deuxième période, seule réponse à des Gunners piqués au vif. C’est toutefois ce dernier travers qu’ils ont fini par payer particulièrement cher. Vous allez dire amertume, vous allez dire « Ouuhhh, ça rage ». Non. C’est simplement le petit moment revanche ; personne ne compte avec Arsenal, ça me fait sourire de les voir montrer que c’est une erreur.

Les-notes

CECH : 5/5
Quelle classe. Quelle sérénité. Quelle assurance. Quelle maîtrise. Quel homme.

BELLERIN : 3/5
Moins en vue que d’habitude sur les combinaisons côté droit ; visiblement il avait des consignes (nécessaires) destinées à ne pas le laisser partir à l’abordage toutes les trois minutes. Appliqué derrière, jamais vraiment débordé par le côté le moins offensif de Leicester, il s’est illustré par un marquage benêt sur la tête de Vardy en première période, puis sur son excellent centre qui trouve la tête de Giroud sur le but de Walcott.

MONREAL : 4/5
Passons d’abord sur ce qui divise, le péno. Il loupe le ballon, mais ne prend pas la cheville. Son erreur, c’est de s’exposer à un mec qui veut absolument tomber. Je lui reproche de perdre son duel, pas de faire faute. L’arbitre est censé faire le reste. A côté de ça, il a réussi à maîtriser Mahrez, qui ne s’est fait remarquer que par un plongeon auquel même lui n’a pas cru. Une belle présence devant malgré des centres à la qualité aléatoire.

KOSCIELNY : 3/5
Une première période relax, bien propre comme il faut, toujours juste… jusqu’à cette espèce de tentative de dégagement en touche dans les pieds de Kanté. M’est avis qu’il tente de la sortir de la tête (pour une raison obscure), et c’est sûrement ce qui change la nature de son intervention. Remplacé à la mi-temps à cause d’une béquille, il devrait revenir pour le prochain match.

MERTESACKER : 3/5
Je m’attendais à tellement pire. Mais il faut dire qu’avec le retour de Coquelin et l’expulsion de Simpson, le point faible était moins exposé. Restent tout de même une relance pétée en première période, une montée complètement mal timée en deuxième et surtout une tête qu’il doit absolument mettre au fond. Enfin ça, c’est pour ceux qui considèrent qu’il est toujours très bon dans le jeu aérien.

COQUELIN : 3/5
J’avais des doutes sur sa condition mentale et physique. Je n’en ai plus. Même s’il n’a pas brillé, il a redonné son équilibre à cette équipe qui en manquait cruellement et coupé un nombre suffisant de contres pour empêcher Leicester de développer son jeu.

RAMSEY : 3/5
Un peu éparpillé défensivement, mais le volume est toujours là, il recommence à simplifier son jeu et c’est tant mieux. On sentira moins passer l’absence de Cazorla s’il joue comme ça.

OXLADE-CHAMBERLAIN : 3/5
Et bah j’ai envie de dire que c’était pas mal. Ptet parce qu’il s’est fait recadrer. Ptet parce qu’il a compris que là, il fallait surtout pas chier dans la colle. Ptet parce qu’on lui a fait comprendre à coups de tartes dans le pif. Dans tous les cas, il a réussi à produire une perf’ relativement simple et efficace. Bon, on a eu droit tout de même à une poignée de trucs qui voulaient rien dire, mais dans l’ensemble, c’était bieng.

ÖZIL : 3/5
Souvent pris de court dans l’intention, dans l’impact, mais dès qu’il a eu une seconde pour ajuster, c’était bisou-ball-trap. A noter que mon correcteur orthographique ne trouve rien à redire sur ce néologisme. Pour plus de détails, allez lire Florent Toniutti ici, il a parfaitement cerné tout ça.

ALEXIS : 2/5
Particulièrement bien cadré par le côté droit de Leicester, en particulier par Kanté qui l’a empêché de jouer sa partition habituelle. Le Chilien n’a jamais réussi à faire la différence sur son habituel coup de rein. Des mauvais choix dans les frappes, dans les risques à prendre. Mais il a tout de même mobilisé du monde, provoqué des cartons et ça lui confère une certaine importance, même en cas de non-match comme celui-là.

GIROUD : 5/5
J’entends encore au loin, comme les échos d’un vieux pet rance, les critiques sur son inutilité et sur son niveau de jeu.

Substitutes

CHAMBERS (pour Koscielny à la 46e minute) : J’ai annoncé la fin du monde à son entrée. Faut dire que le garçon, malgré ses qualités et son gros potentiel, est en manque de temps de jeu et de confiance. Et entrer à la mi-temps à côté de Mertesacker, quand t’es dominé par Leicester, dans un match avec un tel enjeu, c’est le mur quasi-assuré. Quasi. Le mec m’a bluffé, il a réussi à parfaitement tenir les quelques offensives d’un Vardy très esseulé, il faut bien le dire, et à sortir des ballons super propres. Une excellente entrée.

WALCOTT (pour Coquelin à la 61e minute) : Là encore, Tonton m’a troué. Ceci dit, il fallait prendre des risques. L’Anglais n’a pas fait une entrée dingue, mais il a produit de bonnes choses et il met au fond sa seule balle vraiment dangereuse.

WELBECK (pour Oxlade-Chamberlain à la 83e minute) : Ce stade, ça pourrait être bien parfois.

Sinon

1m96, ça peut aller très vite au sol.

« Il joue bien le coup » is the new « Il vous encule mais avec délicatesse ».

Fort heureusement, l’incident n’a fait aucune victime.

ET BEN, Y EN A QUI BOIVENT PAS QUE DE L’EAU. Drinkwater. L’humour. 2016.

Vu qu’il a pas obtenu de penalty là, il a mal joué le coup, c’est ça, j’ai bon?

Quand Giroud manque de tuer Walcott. De joie, hein.

Rappelons que Welbeck a pris un jaune pour célébration excessive en toute fin de rencontre, alors qu’il y avait un vrai beau moment de communion avec les fans. On parle de tuer le football?

Facebook-300x300La Gunners Atwittercademy fait dans le social. Tu peux venir nous lire sur la page de l’Acad’ sur Facebook et tu peux nous suivre sur Twitter aussi. On t’a mis des gros boutons, pour que tu puisses cliquer facilement, on sait bien que c’est pas toujours évident.

Le Père Fidalbion

J'ai décidé de supporter Arsenal grâce à FIFA 99 : y avait Dennis Bergkamp sur la jaquette et c'était la première équipe disponible dans l'ordre alphabétique. Ce jour-là, j'aurais mieux fait de me péter une jambe.

7 commentaires

  1. @Georges Cloonesque: c’est Koscielny. Il a beaucoup de chance de ne pas avoir pris rouge + penalty sur ce coup-là.

  2. Le gros problème qu’a eu ce cher M. Atkinson (en plus d’une ablation du cerveau flagrante), c’est qu’il a laissé passer beaucoup trop de choses des deux côtés en première mi-temps (hors penalty maginaire donc), et a ensuite sur-compensé en sifflant pratiquement tout ce qui bouge en seconde (je pense notamment au deuxième jaune de Simpson, qui, même s’il m’a ravi, est un peu sévère pour un tirage de maillot).

    Très très mauvais arbitrage qui a entâché un match qui aurait pu être très beau.

  3. Moi je l’ai pas trouvé ouf dingue le Oxlade. Je comprends pas trop pourquoi Campbell est retourné sur le banc après ses bonnes perf. On a l’impression que Wenger le fessait jouer quand il avait pas trop le choix et maintenant que Walcott, Sanchez and co sont revenus de blessure bye bye Joel.
    Sinon super Acad’ :) et quelle match putain :) le pied

  4. Cela a déjà été dit, mais quel ascenseur émotionnel !!!

    Et moi aussi, Oxlade m’a pas transcendé de ouf, mais il a fait un tant soit peu son taf.

    LOVE ! Quel match !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.