FC SM – Red Star (1-2) : La Jules Rimet Académie livre ses notes

Salut bande de bobos.

Aujourd’hui, je vais vous parler vite fait du match Sochaux – Red Star, qui s’est déroulé début février. Inutile de préciser qu’en six heures de route, vautré sur la banquette arrière de la voiture à picoler sans pause aucune, je n’ai que peu de souvenirs du match. Et dans cet état-là, les joueurs ressemblent tous à des petites lucioles.

Pour commencer, un mot sur l’adversaire. Déjà, ils ont un nom complètement insalubre, le FC Sochaux-Montbéliard. Ça fait FC SM. Franchement, s’appeler comme le CD le plus pourri de Metallica, celui avec l’orchestre symphonique là… C’est d’un goût très douteux. De plus, Sochaux ça sonne un peu comme un nom de quartier gay, si on prononce Sotcho. Leur symbole était le lion, avant qu’ils adoptent le lion sot, avec l’arrivée de Pierre Gibaud dans leur équipe.

On aura noté la reprise du club par une entreprise chinoise, qui a la charge de remettre le FCSM sur la voie du sochalisme. Ça marche pas trop pour l’instant, mais bon, Ledus ça rime trop avec anus.

Le grand Almeida a fait son blabla d’humilité habituel « oui, le classement actuel de cette équipe ne reflète pas l’étendue de son talent », mais franchement, Rui, on peut le dire : les jaunezébleus étaient bel et bien une équipe de grosses merdes.
Arrivé au stade Bonal, je ne vis que le parking visiteur et ne pût aller visiter la fameuse statue représentative. Selon le  Professeur Lapoutre, ce serait la statue d’un lion majestueux avec une saucisse dans le… dans la gueule.

Malgré la merdassité crasse de nos adversaires, nous ne fûmes pas brillant d’entrée, et ce sont eux qui ouvrirent le score dès la 7ème minute, profitant que Balijon était aveuglé par le maillot rose fluo qu’on lui avait fait porter ce soir là. Autant dire que cela commençait sous les plus sordides hospices. Il n’y eût pas vraiment de réaction durant la première période, où les 22 acteurs alternèrent le nul et le mauvais.

A la pause, Almeida fît des Choix. En l’occurrence un double changement voyant Bouazza remplacer Plumain ; ainsi que Boe-Kane de céder sa place à Ranafaitreniana (selon le speaker sochois).

L’égalisation vint de Makhedjouf, qui mit dans le vent une douzaine de défenseurs jaunes pour placer une frappe qui trompait le portier adverse, malgré sa détente (d’environ 1m40 selon estimations). Les lions sots semblaient perdus, et en fin de match, c’est Guacamole qui se chargea des trois points. Bien servi par Sliti, il fît un clin d’œil au gardien qui, pétrifié par l’effroi, ne pût rien faire pour sauver les siens.

Nous obtenâmes ce soir notre 42e point, à peu près pratiquement synonyme d’une place dans le maintien.

Les notes :

Arnaud Balijon, 3/5 : seulement 3 pour avoir accepté de porter cet horrible maillot rose fluo.

Lloyd Palun, 4/5 : match solide. Je crois.

Pierrick Cros, 3/5 : on a recruté son homonyme, mais on l’a toujours pas vu. L’homonyme, hein.

Rémi Fournier, 3/5 : chauve. Je crois qu’il a assuré.

Jérôme Hergault, 4/5 : très très bon.

Danilson Da cruz, 4/5 : capitaine sur 5.

Yann Boe-Kane, 2.5/5 : remplacé à la mi-temps, il a donc la moyenne.

Florian Makhedjouf, 5/5 : tout ça pour son action de grande classe.

Naïm Sliti, 3/5 : moins en vue depuis qu’il s’est fait draguer par ces lourdeauds de Rémois.

Ange-Freddy Plumain, 2.5/5 : pareil que Boe-Kane, sorti à la mi-temps.

Anatole Guacamole, 5/5 : quand il fait un clin d’œil, il est presque aussi flippant que Bouazza.

Les remplaçants :

Albert Rafetraniaina, pour Boe-Kane (45′), 3/5 : rentrée très intéressante.

Hameur Bouazza, pour Plumain (45′), 3/5 : Allô? Bouazzaaaaaaaaaaaaaaaa !!!

Julian Jeanvier, pour Sliti (88′), NN : rentré pour blinder face à un adversaire peu dangereux.

Petit point marché des transferts, car il s’est quand même passé deux-trois trucs cet hiver. D’abord au rayon départs, le buteur de National Kévin Lefaix, parti sous le soleil de Belgique, à l’AFC TéléTubize (D2). Le jeune Alexandre Arenate, totalisant une minute de temps de jeu en L2, part en prêt chez mes amis du FC Chambly (Natianal). Bruno Luzi, mon pote, apprend lui deux-trois bricoles stp.

Pour les arrivées, on commence avec deux joueurs libres : Pierrick Cros (encore un), gardien sans club depuis plusieurs mois, qui a surtout joué à Sochaux ; et Issa Baradji, qui a quitté le Royal White Star de Bruxelles (D2 Belge), et arrive avec son bide et son couteau. Nous enregistrons également deux prêts par des clubs de Ligain. Le jeune milieu Albert Rafetraniaina de l’OGC Nice, recruté avec l’objectif de faire chier les speakers de L2. Et la grosse signature : Fernando Aristeguieta, prêté par le FC Nantes dès son retour de Philadelphie (MLS), lui le grand et beau rouquin international vénézuelien.

Aujourd’hui dans « Tout sur Porthos Molise » : Porthos est un riche, il fait ses courses à monoprix.

Allez tous vous faire foutre,
Jean-Claude Pied

Jean-Claude Pied

eh ouai couzin, y bédav quand les gens chafrav, y pillav quant les gens pachav, c jeanklode qui vient pour bolossé la ligue2. Keskya ?

6 commentaires

  1. Il est tout de même plus viril que l’académicien en question. N’est-ce pas ?

  2. Mais va-t-il remplacer, en tant que favoris, le grand David Bellion avec qui cet académicien partage la particularité de la bite molle ?

  3. Je n’irai pas jusque là, n’oublions pas qu’il est roux. A l’heure qu’il est, il a dû réussir à nettoyer tout le cirage dont son micro-pénis a été affublé lors du bizutage du vestiaire.

  4. Vous m’aimez, je le vois. Mais patience messieurs, je n’ai qu’une bite.

    PS: je m’offusque concernant ces rumeurs malintentionnées, je ne vais pas au Monoprix, c’est un truc de parisiens comme Roland, ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.