ARSENAL – MANCHESTER CITY (1-1) : LA GUNNERS ACADEMY LIVRE SES NOTES

3

Record de retard peut-être battu, mais vous connaissez la maison.

Le-match

Le contenu du match a beau avoir été vachement contrasté, il n’en a pas moins confirmé certains trucs qu’on savait déjà. Par exemple, que cette équipe peut sérieusement faire face à un des favoris pour le titre, même sérieusement estropiée (Ramsey, Walcott, Wilshere, Özil, Koscielny sur le flanc, hein, quand même), pour peu qu’elle y mette du sien. Dans leur stade, les Gunners ont beaucoup moins envie de passer pour des cons et il leur pousse des couilles. Nul et clean sheet contre Chelsea, nul contre City et Everton, victoire contre Liverpool et Tottenham : à la maison, Arsenal fait carrément jeu égal avec ses adversaires directs.

MATCH-ARSENAL---CITY

Il y a donc bien eu branlette (ou relâchement, ou blocage, appelez ça comme vous voulez) pendant les trois peignées prises à Anfield, Stamford Bridge et l’Etihad. Car oui, clairement, cette équipe (encore plus quand elle est au complet) a le niveau. Ce qui ne veut pas dire qu’on ne doit pas améliorer qualité et quantité au sein de l’effectif, hein, comprenez-moi bien. Mais simplement, comme je l’ai déjà dit dans l’Academy consacrée au match face à Chelsea, Wenger avait aligné une équipe qui pouvait faire bien mieux que ça. C’est la même équipe qui a tenu à distance City en faisant quasiment jeu égal sur 90 minutes, avec une possession conséquente, en obligeant les hommes de Pellegrini à écarter leur jeu et en coupant les communications avec Silva et Toure notamment, qui a été sous pression à chaque touche de balle (sacrée réussite tactique au passage). Certes, tout n’a pas été parfait. On s’est encore fait prendre sur une contre-attaque alors qu’on organisait une offensive dans le camp adverse. Jouer la sécurité a eu un impact conséquent sur la présence offensive dans les trente derniers mètres, obligeant un Giroud esseulé à négocier une poignée de ballons de galériens. Et notre côté gauche s’est montré particulièrement perméable.

Reste que je ne comprends pas, face à ce genre de performances, l’origine du mal. Et c’est encore plus valable à la lumière du match contre Everton que mon collègue le Géranal va se faire un plaisir d’académiser. Mais je retiens les jugements définitifs jusqu’à la fin de la saison. Ce serait complètement à côté de la plaque et hors de propos avant.

 

Les-notes

SZCZESNY : 3/5
Dégagements imprécis et interventions avec le cul entre deux chaises. Pas rassurant.

SAGNA : 5/5
Le Poulpe 5, Gros Cul 0. Mais l’animal est glissant et il est gentiment en train de nous mettre une esquive du tentacule, attation…

VERMAELEN : 4/5
Le retour du Belge de compét’, avec la niaque et tout et tout. C’est bieng. Ca va durer combien de temps ?

FLAMINIMERTESACKER : 2/5
Pour la 1264e fois grande gigue, tu marques qui sur le but ? Hmm? Tu joues l’interception ? Le temps que tu tendes la jambe mon bonhomme, il fera nuit déjà. Va chier.

GIBBS : 2/5
Balance quand il faut poser et ressaie de relancer au sol quand il faut allonger… Placement aléatoire mais de la volonté et des cannes. C’est pas assez.

FLAMINI : 4/5
Il a réussi à se tenir, c’est déjà ça. Mais il commet une erreur importante sur le but de City en se fourrant complètement le doigt dans l’oeil sur le sens du jeu et il ne couvre pas grand-chose ensuite. Mais bordel, il a réussi à mettre un joli but avec les truelles qui lui servent de pieds et a joué son rôle de leader mental correctement.

PODOLSKI : N/N
Des matchs comme ça font dire que ce mec est un immense gâchis. Il sait participer au jeu, il peut défendre et il a probablement la capacité de centre la plus intéressant de l’équipe. Mais y’a des moments (nombreux) où il ne veut juste pas. Et le foutage de gueule fait pas gagner beaucoup de points sur mon barème, efficacité ou non. Aucune raison qu’il passe au travers des gouttes parce que la présence (de quelques buts ou passes décisives) marquent plus les esprits que l’absence (de tout le reste).  PODOLSKI

CAZORLA : 4/5
Mobile, actif, précis, efficace dans le petit périmètre comme dans le jeu long, une belle complémentarité avec Rosicky. Quand il est comme ça, il est intenable.

ROSICKY : 4/5
Marque d’accélérateur de particules tchèque. Va plus vite balle au pied que Yaya Touré sans.

GIROUD : 2/5
La mode est à le descendre. Donc je vais casser les couilles, mais il est loin d’avoir fait un si mauvais match. Seulement voilà, il est désespérément seul. N’importe quel pivot a besoin de gens autour de lui et personne ne fait la moindre course dans son dos… J’ai beau aimer le CÖR, j’aurais bien voulu voir l’évolution de sa relation avec Walcott. En attendant, on peut le bâcher pour ses loupés, mais taper gratuitement sur le niveau de jeu d’un mec alors que l’équipe ne joue pas pour lui, c’est non.

 

Substitutes

OXLADE-CHAMBERLAIN (pour Podolski à la 79e minute) : Il a placé son retourné et remis un peu de vie dans la fin de match.

 SANOGO (pour Giroud à la 85e minute) : Le gamin fait le maximum, mais ce changement est toujours aussi WTF.

 

Sinon

L’ascenseur émotionnel quand je réaliser que le ballon de Podolski va à côté, dévié juste assez par l’arrière de la jambe de Hart. Quelque chose comme un « OUAAAAAAOOoooooh… ».

Vraiment personne n’a vu un Gros Cul se balader sur des jambes ? Avec les chicots tout pétés et dans n’importe quel sens ? Et le teint blanc comme une merde de laitier ? Bon tant pis alors.

Ginola, ancien joueur professionnel donc, arrive à caler cinq fois dans le match le concept de faute involontaire. Ou comment alimenter les gens en conneries monumentales.

Cette scène géniale où Cazorla vient défendre Rosicky après son excès d’engagement sur Clichy (qui en a fait un peu beaucoup), et la petite discussion qui en résulte du style :
 » – Franchement, je lui ai rien fait à cette biatch.
 – Nan, mais franchement tu fais pas faute, tu le touches à peine cette fiotte.
 – Ouais, ouais, on est bien d’accord. »

Toujours pas de corner bien tiré à l’horizon.

 

Tu aimes la Gunners Academy au moins autant que tu détestes Morlino? Alors fais savoir à tout le monde que tu es un lecteur éclairé en partageant cet article sur Facebook et Twitter. Tu peux même suivre les tweets du Père Fidalbion et du Géranal si tu veux un peu rigoler en mode détente. Maintenant, il commente même les matchs des Gunners sur SportDub. En plus, la Gunners Academy est aussi sur Facebook.
Et si tu n’as plus envie de voir des mioches avec le maillot d’Arsenal quand tu cherches « Gunners Academy » sur Google, aide au référencement en faisant remonter la page grâce au bouton +1. Et sinon, comme d’hab’, quand on n’est pas là, allez lire et discuter avec les Gunners de Groover, c’est bieng.

3 thoughts on “ARSENAL – MANCHESTER CITY (1-1) : LA GUNNERS ACADEMY LIVRE SES NOTES

  1. Eh attention, la semaine prochaine c’est vous qu’on vient vous voir. Et je mise ma ptite pièce sur une victoire de mes Hammers

  2. Tu en as beaucoup de ces petites pièces? Est-ce qu’elles sont rondes et ne sentent pas très bon?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.