QPR – Arsenal (0-1) : La Gunners Academy livre ses notes

Le Père est aussi ponctuel qu’un tacle de Mertesacker. Dans un sens ou dans l’autre.

Quasiment une semaine de retard pour une academy : record battu, mais c’est la fin de la saison pour moi aussi et on commence à voir le bout du rouleau. Et puis, quand tu regardes le match en décalé et que tu sais que tu vas voir un seul but dès la première minute puis 90 autres sans rien, ça motive pas… Vous me direz « Ouais et ceux qui regardent les 0-0 de Ligue 1, hein ? ». Bah ils ont qu’à pas supporter des équipes de merde aussi. Et bim.

Et puis en plus, du coup c’est cool, je vais pouvoir surfer sur la vague du départ de Ferguson ! Ou pas d’ailleurs. Qu’est-ce qu’on en à carrer ? Je veux dire, c’est vrai, ça fait bizarre, toute ma vie j’ai connu le Mâcheur de Chewing-gum à la tête de MU. C’est clair que ça fait un petit pincement au cœur, tous ces fritages avec Tonton qui reviennent en mémoire, les duels Vieira-Keane… C’est un très grand monsieur du foot qui s’en va. Mais à l’heure qu’il est, on a d’autres problèmes foutrement plus importants à traiter, du genre se qualifier pour la Ligue des Champions pour pas voir la terre trembler tout l’été. Et ça, ça passait par deux points importants : une victoire à QPR et un bon résultat en provenance du Tottenham-Chelsea. On a eu les deux.

Queens Park a beau être relégué, les joueurs de Redknapp ont tout de même mis tout ce qu’ils avaient pour essayer de faire un dernier coup contre Arsenal à domicile, ce qui a donné un beau match anglais, un truc bien WTF qui va d’un but à l’autre, dans la mesure où les Gunners n’ont pas réussi à garder constamment le pied sur le ballon. Bon, le truc c’est qu’au final, Redknapp a récupéré une belle bande de broques et avec un peu plus de réussite, l’addition aurait pu être plus lourde. Droopy va devoir mettre les mains dans le cambouis s’il veut réussir à faire quelque chose de cette équipe. De notre côté, le bilan est vraiment pas mal. Sans être parfaits, on réussit à produire des performances sans grosse fausse note, sans erreur individuelle, avec une certaine sérénité et une maîtrise du tempo (temps fort/temps faible) qui faisait cruellement défaut jusque-là.

qpr

 

Les notes :

Szczesny : 4/5 : Toujours les mêmes qualités mais toujours la même arrogance. Il a sorti une paire d’interventions décisives (sur une très belle frappe enroulée de Remy notamment) et s’est montré plutôt sûr de lui dans ses prises de balle (ça, ça va, niveau self-confidence, le garçon est au top). Mais à côté de ça, il a envoyé un taux de relances toutes moisies beaucoup trop élevé, simplement parce qu’il ne fait pas attention où il envoie le ballon…

Mertesacker & Koscielny : 5/5 : Un duo qui commence vraiment à donner satisfaction (oui, oui, même pour la Saucisse). Reste à voir comment ils peuvent faire face aux plus grosses écuries de PL maintenant.

Monreal : 2/5 : Encore pas à la fête défensivement, il a même pris un carton jaune pour une faute d’antijeu dégueulasse parce qu’il était encore placé comme un vulgaire André Santos… Devant il hésite encore trop et ses centres trouvent rarement preneurs. La présaison devrait lui faire du bien.

Sagna : 3/5 : Solide même si personne n’est vraiment venu le chatouiller. Beaucoup, beaucoup de montées (il est quasiment toujours aux côtés de Walcott quand ce dernier a la balle), mais lui aussi ne centre pas assez rapidement. Par manque de cible ou par manque de technique ? Un peu des deux selon moi.

Arteta : 3/5 : Très présent en première période, il s’est fait un peu plus discret ensuite. Il m’a étonné par son pourcentage inhabituellement haut de déchet dans les passes, surtout quand il a voulu jouer trop vite, ce qui n’est définitivement pas son truc. Mikel, il aime pas être pressé. Mikel, il aime prendre son temps pour des passes du plat du pied, tranquillement.

Ramsey : 4/5 : Tout aussi actif que son camarade, voire plus, il a encore sorti un grand match. Plus haut qu’à l’accoutumée, profitant d’un Rosicky souvent excentré, il s’est montré plus incisif mais n’a pas passé le palier dit d’Alexandre Song qui lui permet d’être décisif dans les 25 derniers mètres. Dommage, mais on va ptet pas trop en demander non plus.

Rosicky : 3/5 : Un simple bon match est un peu décevant venant de lui. Mais qu’on soit clair : si Walcott était un peu plus doué avec ses pieds, le Tchèque aurait terminé le match avec deux passes décisives à son actif. Mais il a quand même eu lui aussi plus de déchet que d’habitude et s’est excentré sur le côté droit pour laisser l’axe à Cazorla dans les phases d’attaque-défense. Le bon point est qu’il a joué quasiment 90 minutes avec une forme physique olympique.

Cazorla : 3/5 : 45 minutes pour prendre ses responsabilités, c’est trop long, hombre. Devrait commencer à allumer dès qu’il voit une équipe regroupée à 25 mètres. Dans ces cas-là, Rosicky, Cazorla, Ramsey et Arteta ont sinon tendance à un peu se marcher dessus…

Walcott : 4/5 : Au niveau de l’envie, c’est beaucoup mieux, son but chatteux (parce que mal fini) en début de match l’a mis en confiance pour le reste de la partie. Mais quand je vois que Wenger dit qu’il est devenu terriblement efficace devant le but, alors qu’il sait toujours pas contrôler correctement un ballon dans la course…

Podolski : 1/5 : Faut dire ce qui est, depuis son passage dans l’axe, sa motivation n’est plus vraiment en doute. Il essaie, il décroche, bref il se bouge le cul pour essayer de faire quelque chose. Je pense que le problème vent de ses capacités : je ne crois pas qu’il soit capable de mener l’attaque en tant qu’avant-centre. Loin d’être assez imposant physiquement, il n’est pas à la hauteur des duels aériens et peine à compenser par des appels efficaces ou une quelconque utilité dans la surface. Avant-centre en Premier League, à moins d’un miracle, je crois que c’est juste pas pour lui.

 

 

Les substitutes for love :

Oxlade-Chamberlain (pour Podolski à la 84e minute) : Entré pour louper deux ou trois duels. Constant.

Wilshere (pour Cazorla à la 89e) : Si Rosicky tient même la longueur, il va falloir se battre pour une place.

Vermaelen (pour Rosicky à la 90e) : Communsymbole de brassard qui va tourner.

 

Sinon…

Le patron M’Bia s’est fait remarquer par sa nullité. Y’ a vraiment que lui pour croire qu’il va décrocher la lulu à 30 mètres.

Ah bah du coup, Redknapp l’a sorti à la mi-temps. Clap, clap, clap.

Je crois que Tonton et Harry ont vaguement échangé quelques câlins, genre comme de la compassion… En même temps, ce sont les deux derniers mohicans.

 

On a notre destin entre nos mains. Deux victoires lors des deux derniers matchs et Arsenal s’assurera encore une fois d’une présence en Ligue des Champions. En cas de faux pas de Chelsea, on pourrait même accrocher la troisième place. En attendant, et vu ce qu’il y a en jeu, j’ai eu envie de vous coller ici un court passage de Fever Pitch, l’ultra-grand classique de Nick Hornby que je relis en ce moment. Il concerne le changement de nature des supporters des grands clubs anglais entre la fin des années 70 et le début des années 90, ce qu’il considère comme des familles de la classe moyenne, qui viennent au stade avec leurs enfants. Tout ne s’est peut-être pas révélé vrai mais il y a comme un goût d’anticipation dans ce passage quand on voit ce que provoque un cycle de quelques années sans trophée. Allez petit coup d’œil dans le rétro.

« One more thing about the kind of audience that football has decided it wants : the clubs have got to make sure that they’re good, that there aren’t any lean years, because the new crowd won’t tolerate failure. These are not the sort of people who will come to watch you play Wibledon in March when you’re eleventh in the First Division and out of all the Cup competitions. Why should they ? They’ve got plenty other things to do. So, Arsenal… no more seventeen-year losing streaks, like the one between 1953 and 1970, right ? No flirting with relegation, like in 1975 and 1976, or the odd half-decade where you d’ont even get to a final, like we had between 1981 and 1987. We mug punters put up with that, and at least twenty thousand of us would turn up no matter how bad you were (and sometimes you were very, very bad indeed) ; but this new lot… I’m not sure ».

 

Le Père Fidalbion

Tu aimes la Gunners Academy au moins autant que tu détestes Morlino? Alors fais savoir à tout le monde que tu es un lecteur éclairé en partageant cet article sur Facebook et Twitter. Tu peux même suivre les tweets du Père Fidalbion si tu veux un peu rigoler, ça change de ceux de Vincent Duluc. Maintenant, il commente même les matchs des Gunners sur SportDub.
Et si tu n’as plus envie de voir des mioches avec le maillot d’Arsenal quand tu cherches « Gunners Academy » sur Google, aide au référencement en faisant remonter la page grâce au bouton +1.

Et sinon, comme d’hab’, quand on n’est pas là, allez lire et discuter avec les Gunners de Groover, c’est bieng.

4 thoughts on “QPR – Arsenal (0-1) : La Gunners Academy livre ses notes

  1. Hello,

    Assez d’accord avec tes notes sauf pour walcott, il dézone trop souvent dans l’axe et laisse trop souvent sagne face à lui même.

  2. Franchement, je suis pas serein.

    Faut remettre Podolski en ailier et walcott dans l’axe avec gervais à droite ou Oxlade Chamberlain (s’il ne vendange pas)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.