Sassulolo – Juve (0-3) la Bianconero Académie déroule.


Tiens voilà De Zerb Zerb Zerb, tiens voilà De Zerb – Zerbi.


Salut les zèbres,

On nous a vendu une opposition de style entre Max la menace et ses troupes à la condition physique tellement parfaite qu’elle en devient douteuse, et De Zerbi qui fait office de gendre idéal du calcio avec son approche tactique minutieuse et sa success story en cours d’élaboration.

Voilà.

L’entame du match a failli se transformer en bruschetta de merde. Rugani qui tergiverse comme un CRS devant une équation à deux inconnues et qui pousse Wojciech à faire une sortie peu académique (comprenez bien anale, limite juteuse, limite pénalty mais finalement non grâce à la VAR) dans les pieds de Djuricic en est une parfaite illustration. En résumé, un bon quart d’heure à se faire emmerder par le côté droit des neroverdi. Mention spéciale à ce résidu de chemise noire de merde de Berardi, puisse-t-il se coincer les couilles dans le trou d’un tabouret. Heureusement qu’il y a le chouchou de la Bianconero Académie pour nous faire ressortir la tête du bidet. Khedira, au cas où vous n’auriez pas compris de qui on parlait, marque un joli « but de Lensois ®  » en poussant dans les cages vides une ballon que Consigli lui offre gentiment après avoir repoussé une frappe de mule. De Cricri. Un peu des deux quoi. (0-1, 23e). Beaucoup de fautes des deux côtés, des cartons jaunes et un énorme raté de Sami juste avant la mi-temps, voilà à peu près ce qu’il s’est passé pendant les vingt dernières minutes de la première période.

On prend les mêmes et on recommence, donc. Rien de fou si ce n’est un but refusé pour horsjeupointnet à Cricri. Puis, dans un souci de continuité avec la cagade maison de Rugani en première période, Szczesny y va de la sienne en tentant… en essayant de… je sais pas trop ce qu’il a voulu faire. Lui non plus ne doit pas le savoir d’ailleurs. Sortir comme ça à quarante mètres de ses cages c’est déjà pas mal. Mais dégager d’un saucisson monumentanal comme ça, c’est tout simplement merveilleux. Berardi, ce chien galeux, ne se fait pas prier pour récupérer la balle et tirer de loin dans le but vide. Mais dieu, le karma, l’univers (je vous laisse choisir la connerie en laquelle vous voulez croire) se souvient de la petite âme crasseuse, vile et rabougrie de Domenico et d’un petit pouce dans le cul dirige le ballon tranquillement dehors, à ça (c’est ce que l’on appelle dans le métier un reuningague) du poteau. Cristiano Ronaldo, coupable d’une faute de main à l’entrée de la surface des neroverdi, envoie une mine dans la gueule de Khedira pour évacuer toute sa frustration. Le geste du match à n’en pas douter. Peut-être que c’est ce geste qui l’empêche de marquer un doublé trois minutes plus tard (deux poteaux la semaine dernière, deux occases ratées cette semaine… C’est peut-être lui le reuningague en fait) . Cricri sur un corner bien botté par Pjanic (0-2, 70e) et Emre Can à la conclusion d’une belle séquence turinoise (0-3, 86e) finiront d’enfoncer le pouce du destin dans l’anus des Sassuoliens.

Trois poings, onze d’avance sur le Napoli qui n’a pu faire mieux qu’un nul contre la Fio. C’est bieng.

Par contre, si devant ça marche fort (et au milieu aussi d’ailleurs), vivement le retour de Georges et Leo derrière. Et ce qui tombe bien, c’est qu’ils seront normalement là contre l’Atletico de Mars…drid.


LES NOTES


SZCZESNY (2/5) : 
Saigneur de l’anal. Une sortie qui y restera longtemps d’ailleurs.

DE SCIGLIO (3/5) : Une partita honnête de plus pour Mattia. Vraiment content de l’avoir avec nous.

CACERES (3/5) : A été l’auteur d’un match de football. En progrès depuis le weekend dernier.

RUGANI (2/5) : Auteur de l’œuvre qui a inspiré celle de son portier.

ALEX SANDRO (4/5) : Comme si Cancelo s’était déguisé, ou presque.

PJANIC (3/5) : Chef d’orchestre en playback.

KHEDIRA (4-/5) : A visiblement décidé de faire une tournée d’adieu en se mettant à rejouer au foot histoire de nous (me) pisser à la gueule jusqu’à la dernière goutte. Le moins pour ses deux ratés incroyab’. S’est transformé en BENTANCUR pour les vingt dernières minutes.

MATUIDI (3+/5) : Balaise, il aurait mérité un petit but en première période. Mais il n’en a rien à foutre à mon avis. Remplacé par EMRE CAN qui lui n’aura eu besoin que de trois minutes pour marquer.

BERNARDESCHI (3/5) : Du bon Fredo qui comme d’habitude a beaucoup bougé et tenté. DYBALA a pu contribuer au troisième but tout en élégance mais n’aura pas eu le temps de faire beaucoup plus.

CRISTIANO RONALDO (4+/5) : Un but, une passe décisive, la formule classique quoi. Mais le plus de son oeuvre, c’est ce magistral ballon en plein dans la gueule de Sami. Autant vous dire que ça soulage comme une éjaculation. (vingt buts et dix passes décisives déjà, c’est très bieng).

MANDZUKIC (capitano/5) : Le jour où vous lirez une mauvaise note ou une mauvaise appréciation à propos de cet homme n’est pas encore arrivé.



FINO ANAL FINE.


Roberto.


Horsjeu a besoin de toi pour continuer à boire de la bière tiède en canette pendant Radio Horsjeu. Regarde, c’est juste en dessous que ça se passe. Et n’hésite pas à nous rejoindre aussi, on est gentils. Sauf un. 

Roberto Bettégras

Gérontophile lubrico-bakouniniste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.