France – Autriche (2-0) : l’Académie Française redémarre

la chenille à Dédé

Vous ne le croirez sans doute pas mais dans deux mois, c’est la Coupe du Monde. Autant vous dire que ces derniers matchs de préparation sont capitaux. Sauf que…

Sauf que personne n’est sur le pont. Blessure pour blessure, c’est DD que j’aime à travers vous : n’ayant d’autre choix que d’improviser, Deschamps appelle des nouveaux, fait avec des anciens, sollicite des revenants. La tronche de l’équipe s’en ressent.

PS : c’est aussi un match d’une compétition internationale nommée Ligue des Nations. La France est, avant le match, dernière de sa poule devancée par le Danemark, la Croatie et son adversaire du soir.

La compo :

3-5-2 ou 5-2-3 ou autre chose, on s’en fiche : l’équipe ne ressemble à rien. Notons toutefois que ça faisait trois matchs que DD avait abandonné ce système et qu’on sait toujours pas trop comment on jouera au Qatar.

Le derrière : Maignan remplace un Lloris blessé en dernière minute. A gauche, Benoît Badiashile est l’invité surprise qui pallie les absences de Lucas Hernandez et Lucas Digne. Seuls Varane et Koundé font figure de titulaires.

Le milieu : Retour de Ferland Mendy en piston gauche (Théo Hernandez est blessé), titularisation de Clauss à droite en l’absence de Coman. Tchouaméni sera le taulier au milieu, porté par ses bonnes performances en bleu et excellent avec le Real. Fofana comble le vide et formera avec le Madrilène une nouvelle paire Pogba-Kanté.

Le devant : Benzema blessé, Giroud est évidemment de retour. Il sera accompagné de Kyky, le pourfendeur de KFC et de marques non éthiques à géométrie variable, et Grizou, porté disparu en Bleu depuis deux ans.

Le match :

Match du 22 septembre rime rarement avec grand spectacle. Cela dit, ça ne rime avec rien si ce n’est les autres mois de l’année. Pourtant, disons-le : ce fut loin d’être un classique de la purge automnale/hivernale. Bleus comme Autrichiens ne se sont pas retenus et étaient tous en jambes. Sauf Koundé qui est allé rejoindre la liste des blessés français au bout de quinze minutes.

Dans une première période complètement maîtrisée, les Bleus ont eu quelques bonnes opportunités d’ouvrir la marque mais se sont heurtés au gardien rémois Patrick Pentz. Le portier a ainsi capté ou repoussé de belles tentatives comme le magnifique ciseau retourné de Tchouaméni à la retombée d’un corner vers la demi-heure de jeu.

Au retour des vestiaires, Alphonse Areola a pris la place de Mike Maignan, lui aussi touché et contraint de sortir. Alors que l’horizon en bleu d’Areola est depuis bien longtemps de nature crépusculaire, le portier de West Ham a peut-être profité de ses dernières minutes sous le maillot de l’équipe de France.

Il a fallu quelques minutes en seconde période pour que Kylian Mbappé trouve la faille d’une lourde frappe coup de pied après avoir navigué devant quatre défenseurs adverses (1-0, 55e) sur un bon lancement de Giroud. Le bel homme milanais s’est ensuite imposé dans les airs pour y aller de son 49e but en Bleu, à deux longueurs d’Henry (2-0, 65e).

Les deux attaquants ont marqué dans ce match où, une fois n’est pas coutume, ils se sont très bien trouvés. Ne restait alors plus qu’à gérer et à regarder Kyky dribbler le gardien pour pousser le ballon dehors plutôt que dans le but. Dimanche, c’est le Danemark et dans deux mois, la Coupe du Monde.

Les notes :

Maignan (non noté/5) puis Areola (non noté/5)

Chômage technique pour les deux.

Varane (4/5)

Ça faisait longtemps qu’il n’avait pas été aussi bon en Bleu. A l’image du pas trop mauvais début de saison de Maneuchesstaire ?

Koundé (non noté/5) puis Saliba (3/5)

Une blessure d’ancien bordelais avant que l’ancien marseillais ne nous serve un match somme toute correct sans être folichon. Le rouge gunner lui va actuellement mieux que le bleu français.

Badiashile (3/5)

Pour une première dans le grand bain, satisfaisant ! Une technique pas dégueulasse du tout. Mais reste loin dans la hiérarchie derrière. Après, vu le nombre de blessés…

Clauss (2/5)

Moyennement actif dans son couloir et moyennement efficace. Un peu trop vite essoré par ailleurs.

Mendy (2/5)

C’est pas comme ça que Ferland va prendre la place de Théo Hernandez. Même Deschamps préfèrera l’activité feu-follette de Théo et ses potentiels errements à un Ferland tellement neutre qu’il en devient Suisse.

Tchouaméni (4/5)

En l’absence de Pogba et Kanté, il n’y a plus de doutes : c’est lui le patron au milieu.

Fofana (3/5)

Idem que son comparse monégasque : pas mal du tout pour une première. Un jeu vertical intéressant.

Griezmann (3/5)

Un retard à l’allumage, une passe dé’ pour Giroud, une coupe de cheveux à faire dérailler vos téléviseurs. Pas de doute, c’est Grizou ! Remplacé par O. Dembélé (non noté).

Giroud (4/5) :

But, appui-remise, justesse : toujours vivant, toujours debout ! Remplacé par C. Nkunku (c’est encore moi, non noté)

Mbappé (4/5) :

Encore buteur, toujours détonateur, irrémédiablement forceur sur quelques situations et gros croqueur sur son face-à-face pour le troisième but. Remplacé par Randal Kolo Muani (non noté) à la quatre-vingt-douzième minute de jeu, le temps pour le jeunot d’étrenner son maillot en entrant sur la pelouse et d’entendre immédiatement le coup de sifflet final.

Suivez Horsjeu, suivez-moi, suivez le compte de l’Académie Française pour ne rien manquer de l’histoire des Bleus, abonnez-vous, faites des dons. BA,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.