Portugal Croatie (1-1) La Bacalhau académie livre ses notes

Des jeunes, du jeu et pas de victoire car on a croqué et merdé en défense ? Le vrai Portugal est de retour !

 

Bom Dia,

 

Les amicaux de reprise ont toujours ce parfum de langueur de prolongement de l’été et de l’insouciance de la chaleur de septembre.
Comme d’habitude, l’été indien portugais se passe à côté de la maison, à Faro à L’Estadio  Algarve et n’en déplaise à beaucoup, moi ça me fait toujours plaisir malgré les jardiniers formés en L1.

Bref le CHAMPION d’EUROPE EN TITRE repart avec le même sélectionneur et une promesse de refaire du jeu car le Mojo “sois moche et champion” a été transmis à la France.


O Equipe :

 

Comme à son habitude Fernando Santos laisse au repos certains cadres en ce début de saison et appelle des jeunes.

Ainsi pas de Ronaldo, Quaresma, Moutinho, Fonte mais le retour de joueurs prometteurs non retenus pour la coupe du monde comme Neves, Oliveira, Pizzi, Bruma et même le jeune Gedson et son début de saison canon.

 

Bref on part sur un 4-3-3 sexy comme Irina Shayk avec les latéraux ultras offensifs Rui et Cancelo, un milieu technique avec Neves en six, William et Pizzi en huit et devant, Bruma et Bernardo sur les ailes avec  André en neuf.

 


O Jogo :

 

Le match part très vite et Bruma en trois minutes se retrouve en bonne position dans la surface, semant un vent de panique dans la défense Croate. Malheureusement un vent qui pue car on n’en fait rien. On se créé les occasions, que ce soit sur coup de pied arrêté par Dias ou dans le jeu avec un Bruma intenable et un Bernardo qui cadre mais ne marque pas. Alors qu’on maitrise le match, en deux passes les Croates se retrouvent à déclencher des coups de canon mais Patricio est chaud. Bruma se balade, les Croates commencent à enchaîner les fautes et sur l’une d’elle, Neves trouve le poteau sur coup franc.

On domine, on est facile, on fait du jeu, donc selon vous :

A) On trouve la faille sur un superbe mouvement collectif ?

B) On ouvre le score sur coup de pied arrêté mais c’est mérité ?

C) On domine mais rien à faire ?

D) On se chie tout seul comme des glands en offrant un but ?

Mais oui D : on se chie !  Sur une tentative de sortie propre, mauvais contrôle orienté de Neves qui ne voit pas le second joueur, les Croates enchaînent et malgré un retour de Pepe, Perisic fusille Patricio qui cette fois ne peut rien. 0-1 (18e).

On se remet de suite à l’attaque et la frappe de Cancelo troue le petit filet, mais de l’extérieur. Ce but encaissé nous voit au moins monter l’intensité physique, ce qui oblige les Croates à plus faire de faute et à donc nous donner plus de munition.

Sur un corner à deux Cancelo dépose le ballon sur la tête de Pepe qui trouve le petit filet 1-1 (32e)

On a complètement la maîtrise du match, mais les Croates se replient et font bloc, ils n’arrivent plus à le conserver, et notre pressing les étouffe. Les Croates tiennent et arrivent à enfin conserver un peu la balle mais sans se montrer dangereux.

 

Mi-Temps :

On a retrouvé le POUR-TOU-GAL! Celui que j’aime, celui qui est beau, celui qui est technique, celui qui est arrogant et celui qui prend des but de MERDE ! En face la Croatie tient ses fondamentaux, une défense solide qui aspire son adversaire pour le contrer et profiter de ses erreurs.

 

Les Croates reviennent avec plus d’envie et nous prennent à la gorge. Ils manquent de prendre l’avantage sur un corner mais Patricio est vigilant. Suite à ses deux minutes de flottement, on remet le pied sur le ballon pour à nouveau les mettre sous pression. Le match baisse en intensité avec les changements et les Croates qui reculent nous laissent la balle. Les occasions se font par à-coup et pour le reste il y a trop de foehn, donc on n’entend plus rien. Sur une accélération, Gelson (qui a remplacé Bernardo) décale Rui dont le centre est sorti sur le poteau par un Croate. Les entrées d’Oliveira, de Gedson, Rony Lopes, Renato Sanches ou Bruno Fernandes ne font pas basculer le match malgré des situations qui ne mènent à rien.


O Resumo :


Os Quinas :

 

Patricio (4/5)

 

Deux parades exceptionnelles, un but ou il n’y peut rien, comme Poutou face à Fillon vainqueur de nos cœurs.

 

Cancelo (3/5)

Jamais mis en difficulté derrière, il a transformé son couloir en boite de la Jonquera.

 

Pepe (5/5)

Le temps ne change rien à l’affaire, quand on est bon, on est bon.

 

Dias (3+/5)

Solide, sobre à la relance et de l’apport sur coup de pied arrêté. Enfin la relève?

 

Mario Rui (3+/5)

Explosif dans son couloir, présent défensivement, il va pousser Guerreiro au cul.

 

Neves (2/5)

Une erreur et ça te flingue, c’est le très haut niveau, c’est ça le niveau international.

 

William (3+/5)

A l’aise plus haut à la différence des Whatfour, il a fluidifié le jeu en portant peu et en remettant vite et bien

 

Pizzi (2+/5)

Rien de fantastique mais un jeu simple.

 

Bernardo (4/5)

Il n’a manqué qu’un but mais que de technique, que de vitesse et cette capacité à souiller les défenseurs dans tous les petits espaces, comme Rocco.

 

Bruma (4/5)

Que de vitesse et de percussion. Il a rafraîchi la défense telle un brumasateur.

 

André Silva (2+/5)

S’il marque c’est 4, s’il en cadre deux sur trois, c’est 3 car il a pesé, dévié les ballons, s’est battu…mais il faut retrouver l’instinct de tueur, t’as le neuf, t’es là pour marquer.

 

O Banco :

 

Gelson (2/5)

Déception! Lui qui semblait avoir ajusté son jeu se retrouve à faire le même match qu’à ses débuts sans maîtrise. On va dire match de reprise.

 

Renato Sanches (NN)

Je ne sais pas quoi penser, il a couru mais pas touché de ballon et rien amené.

 

Bruno Fernandes (3/5)

Il a amené de l’envie et de la diversité, mais pas plus adroit que les autres.

 

Gedson (NN)

Faut voir sur plus de temps.

 

Oliveira (2/5)

Aucune prise de risque mais en même temps pas vraiment eu le choix.

 

Remarque à la con :

Le match diffusé sur l’équipeTV a vu Candice Rolland lâcher “ce Diable de Bernardo Silva !” Alors là c’est NON ! On ne s’est pas débarrassé de CJP pour voir des clones sortir de partout.

 

Si tu veux discuter ou suivre mes conneries c’est possible sur TWITTER @franckhomer

beijos anal, Homerc

Homerc

Né un soir de mai 1987 devant une talonnade devenu mythique. Tranchant comme Couto, précis comme une trivela de Quaresma, Dingue comme Futre #Troll #Sexe #RockNRoll

4 Comments

  1. Belle article.
    Bon, ça manque de nichons.
    Belle référence a Aznavour.
    Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.