Suisse – Islande (6-0) : l’Evadé Fiscanale académie note.

La Suisse va gérer la Ligue des Nations comme elle l’a fait avec la Société des Nations.

Adieu l’ami, comment va ? On se retrouve après un été un peu morose passé à ruminer, (Guillaume) telles nos vaches, notre élimination en 8e de finale de la coupe du monde contre la Suède. Non pas que je m’attendais à une demi-finale de la Suisse, comme certains grattes-papiers de chez nous qui nous prouvent seulement l’essor de la consommation de drogue dans notre confédération. C’est plus le scénario du match qui m’a peiné. Et cette histoire de fin de sélection forcée pour Behrami aussi m’a peiné. #JeSuisDoublePeiné.

Le début de cette Ligue des Nations m’a donc rasséréné, on pouvait enfin passer à autre chose. En plus on commence à la maison contre une équipe d’Islande pas au mieux après un mondial pas terrible et un changement de sélectionneur surprenant.


Les joueurs :

Switzerland 4-2-3-1 football formation

Avec la retraite forcée de Valon, on est sur de l’équipe-type à une surprise près : la titularisation de Mbabu en latéral droit. Faut dire que Lichtsteiner n’a pas encore joué à Arsenal et que le p’tit nouveau va disputer la coupe d’Europe avec les Young Boys, le tout en côtoyant des superstars comme Hoarau. Logique, donc.


Le match :

De match, il n’y eut pas. La Nati a dominé de la première à la dernière minute et on n’a encore moins tremblé que pour l’attribution de notre AAA annuel par Standard and Poor’s. A la 13e, Xhaka décale Rodriguez qui remet dans le coin de la surface à Zuber qui place une lourde sous la barre. Dix minutes plus tard, Shaqiri fait un centre-tir sur coup-franc, le gardien repousse, la gonfle rebondit sur un Suisse et Zakaria peut conclure de près. Pas d’autre but durant cette mi-temps malgré quelques beaux mouvements dignes d’un transfert de fonds d’un compte numéroté vers une succursale offshore. 2-0 à la pause et l’on est déjà satisfait tant du score que du jeu proposé.

Pour autant, parmi les innombrables qualités du Suisse, le sérieux n’est pas la moindre et c’est ainsi que Shaqiri inscrit un coup-franc dont la trajectoire est très légèrement détournée par un cheveu islandais juste après la reprise. Après un but refusé pour une position de horsjeu(.net), sur une remise en talonnade géniale de Schär, c’est Seferovic qui marque le 4e . Ce dernier permet à Ajeti de se dépuceler cinq minutes après son entrée en jeu. La marque sera close par Mehmedi, quelques minutes lui aussi après avoir foulé la pelouse. La coupe, le cul des Islandais et moi sommes pleins, on peut en rester là.

Incroyable : c’est Federer qui se fait sortir en 8e et nous qui mettons 6-0 ! La dernière fois que l’Islande a pris un score pareil dans les dents, c’était en 2002 et c’était déjà contre un drapeau rouge avec une croix blanche. Sans doute une sorte de malédiction. Quant à nous, la première place du groupe se jouera dès le mois d’octobre contre la Belgique.


Les notes :

Sommer (3/5) : Un match suisse : calme et sérieux.

Mbabu (4/5) : Sa cote va monter comme celle d’une multinationale qui annonce un licenciement massif.

Akanji (3/5) : Comme un fonctionnaire helvète, il fait le peu de travail dont il a la tâche proprement.

Schär (4/5) : Comme son compère de défense, mais avec deux passes décisives en plus.

Rodriguez (4/5) : Il a beaucoup donné, surtout en première mi-temps.

Zakaria (4/5) : Autant on a pleuré la mise à l’écart de Behrami, autant la relève est assurée.

Xhaka (3/5) : Quand on le laisse tranquille, c’est plus facile aussi.

Embolo (2/5) : Aïe. Vous savez qu’on l’aime bien à la Fiscanale Académie, mais là il a montré le côté sombre de son jeu. Et je ne dis pas ça parce qu’il est noir, cessez d’être raciste.

Shaqiri (5/5) : Man of the match. L’avantage de le replacer au centre du terrain, c’est que du coup on a vraiment quelqu’un sur le côté vu qu’il venait là de toute façon.

Zuber (4/5) : Son grand mérite est d’avoir concrétisé notre excellente entame de match, ne laissant ainsi aucune place au doute.

Seferovic (3/5) : Un but et une passe décisive, comment mettre moins ? Mais tout de même, c’est laborieux.


Les remplaçants :

Ajeti (65e) : Première sélection, premier but. Bravo.

Mehmedi (72e) : Qu’il nous a manqué cet été… Un but pour son retour.

Sow (79e) : Pas vu. Note Sow, donc.


Allez, on essaie de se retrouver pour le match contre les Diables rouges.

A r’voyure.

Sepp Déblatère et Zip

Evadé en Confédération Hélvétique pour fuir l'oppression fiscanale de mon pays d'origine, je me suis établi dans la campagne genevoise où je gère mon patrimoine sous couvert d'une association sportive dédiée au football. J'y ai rencontré Zip dessinateur engagé connu notamment pour des affiches au profit de l'UDC et le Partei National-Orientierter Schweiz qui l'ont rendu célèbre.

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.