Vitoria Setubal – Porto (0-2) : La Dragão Académie livre ses notes

Parfois il vaut avoir une Vitoria moche mais c’est touballe qu’un super match perdu

 

Bom Dia,

Trois jours après le raté de Schalke, Porto se déplace en terre conquise à Sétubal.

Le Vitoria, malgré son nom, ne nous a plus vaincu depuis 26 ans, et fait donc parti de nos souffre-douleurs préférés.

 

O Equipe :

 

On ne change pas une équipe qui ne perd pas. Bon elle ne gagne pas non plus.

Au moins, j’ai pas à me casser le cul à refaire la compo.

 

O Jogo :

 

Après quinze minutes gérées sans vraiment d’occasion, Maxi monte enfin et trouve Marega qui lui remet, le ballon contré revient sur Aboubakar qui ne rate pas l’occasion d’ouvrir le score 0-1 (17e)

Oui on se fait chier, le Vitoria se replie plus vite qu’une bite sortie pisser par moins deux degrés au point de se retrouver à onze dans leur quarante mètres et attend le contre.

On gère tranquillement en essayant de plus construire. Brahimi et Aboubakar tentent de combiner pendant que Herrera, Otavio et Danilo ne cessent de permuter pour trouver des solutions.

Cependant le Vitoria ne rend pas les armes, jouant leur maigre coup à fond et Valdo tente un retourné à la 31e mais Casillas vigilant claque en corner.

 

Mi-Temps :

C’est fou, on a l’impression de maîtriser le match mais chaque ballon balancé dans le dos de notre défense c’est panique à bord et on se fait d’énormes frayeurs à la course.

On reprend en marchant et voilà au bout de trois minutes sur un ballon à la con, Valdo se retrouve seul face à Casillas et le bat de près. Sauf que le VAR est appelé, Valdo a contrôlé de la main, le central va voir les images et après 3 minutes refuse le but.

Cette frayeur nous bloque encore plus et motive le Vitoria qui y croit.

On se ressaisit enfin et Oliveira qui vient de remplacer Otavio, manque le break sur un face à face ou le but est complètement ouvert mais il tire sur le gardien.

Il a touché la fourmi dans le magasin de porcelaine sans casser la vaisselle.

Alors qu’on retombe sur un rythme de merde, Hildeberto déclenche un missile à 20 mètres, Casillas se détend et repousse sur Mendy qui, seul à 6 mètres rate le cadre!

Oui là il a raté l’éléphant dans le couloir de porcelaine à peu près.

On remet le pied sur le ballon, l’entrée de Pereira pour Aboubakar nous permet de plus être à l’aise dans la possession et d’écarter proprement les ballons.

Il obtient d’ailleurs un coup franc qu’Oliveira s’empresse de transformer par une minas 0-2(79e).

On gère alors la fin de match par des contres avec l’entrée de Corona censé apporter de la vitesse et de la percussion.

Sur un super contre, Corona rate la cage vide alors qu’il ne donne pas à Oliveira seul.

Jésus finit le taff proprement en se retrouvant en face à face à 20 mètres suite à une super sortie de balle, mais tentant la double roulette triple loops inversé, il perd le ballon seul comme une merde sans que le défenseur ait eu autre chose à faire que le piquet.

 

O Resumo :

O Dragoes :

Casillas (3/5) :

La claquette pour la photo, le clean sheet, même si gros caca sur le but refusé.

Maxí (2/5) :

A l’origine du premier but puis a travaillé la théorie du néant en tentant un exemple appliqué au football.

Felipe (2+/5) :

Solide défensivement, il a balancé les relances à l’ancienne, non pas à la Beckenbauer ou à la Lolo White, mais à la catapulte.

Militão (3/5) :

5 matchs et c’est lui le patron. Hâte de le voir associer au jeune Leite, nos relances auraient une autre gueule.

Telles (2/5) :

Si tu montes au créneau, n’oublie de défendre dans ton dos, y’a des ailiers qui passent, et des boulevards qui traînent et des slips qui se tâchent…

Danilo (3+/5) :

Aussi efficace qu’une capote pour empêcher de laisser passer un passager clandestin, la prévention avant l’avortement.

Herrera (3/5) :

Couvrir autant ce terrain de merde sans se tordre une cheville, c’est un plus grand exploit que d’amener Benfica devant la justice.

Otavio (3/5) :

Une fois qu’il a arrêté ses louches de merde, il a été intéressant pour garder la balle et bouger, comme un gosse qui a besoin d’une claque pour jouer avec les autres sans faire son connard.

Brahimi (2-/5) :

Une fois n’est pas coutume, il a tout raté. Alors oui, il a quand même compensé en défendant et en essayant de jouer simple, mais le turbo est cassé  là, ça (Dominique) chipote quoi.

Marega (2-/5) :

Ah il a couru, pour pas grand chose, avec une efficacité proche de François Hollande pour combattre la finance, mais bon il a pesé.

Aboubakar (3/5) :

Un ballon, un but, statistiquement parfait, parfaitement moyen le reste du match.

 

O Banco :

Oliveira (4/5) :

Alors que la Lune est rouge, que Vega attaque, il traverse tout l’univers pour décrocher une fulguro-frappe qui plie le match.

 

 

Être opérationnel de suite

 

Pereira (3/5) :

Alors c’est ça un attaquant technique qui joue en remise ! Merde on devrait peut-être plus essayer ça que le dragster qui a retrouvé ses chaussures carrées.

Corona (1/5) :

En fait être nul est devenu le corollaire de Corona. Chaque entrée est une souffrance pour lui, le football, et mes yeux qui n’ayant plus de sang, ont commencé à pleurer de la merde.

 

Remarque à la con :

Frédéric Mendy, personne ne sait si c’est un joueur qu’on a vu jouer en L1 ou pas , car chez les Mendy, il n’y a qu’un prénom : Frédéric pour les footballeurs.

Le terrain est quand même digne des meilleurs traquenards de district. Petit, bosselé avec le peu de pelouse qui saute à chaque tacle, un régal!

 

Si tu veux discuter ou suivre mes conneries c’est possible sur TWITTER @franckhomer

Beijos anal

 

Homerc

Né un soir de mai 1987 devant une talonnade devenu mythique. Tranchant comme Couto, précis comme une trivela de Quaresma, Dingue comme Futre #Troll #Sexe #RockNRoll

5 Comments

  1. Ola Homerc.

    Une purge ce match. Comme tous les matchs de Porto depuis le début de saison (hormis le 5-0 contre Chaves). Cette faculté d’en s’en battre les c*** après avoir ouvert le score. Le highlight étant la défaite à domicile contre Guimaraes.

    Sinon, j’aurai mis 1 voir 0 à Felipe, relances moisies, aucune sérénité, il aurait du prendre un rouge en 1ere mi temps quand il a fauché l’attaquant de Setubal qui partait seul au but. Pas serein le type. Depuis qu’il a été sélectionné, faut croire qu’il se sent intouchable.

    Les latéraux … J’espère que Telles retrouvera son niveau parce que la…
    Et Maxi. Les coups de pute OK mais c’est pas suffisant. Aucune solution de rechange c’est flippant. Dire que Dalot se fait chier à MU.

    Bientôt le Clasico, je sens bien l’enculade avec des orties.

    UmPortista

  2. Ola amigo.
    Oui Felipe n’est pas au niveau et c’est le petit Leite qui prend, c’est incompréhensible ou Sergio à des consignes pour ne pas refaire une Casillas/Sa.
    Par contre Joao Pedro c’était pas si nul en taça, et Telles faut qu’il défende, je suis sûr que Brahimi à plus récupéré de ballon que lui depuis deux matchs!
    Mais là j’ai trouvé du changement, on a plus essayé de construire, mais faudrait mettre un attaquant remplacer Otavio par Torres et Marega par Oliveira avec Brahimi en joueur libre

  3. De m’en plaindre loin de moi l’idée, mais quel est donc ce culte qu’à Tessa vous vouez ? N’y a-t-il d’autres amples poitrines sur cette terre à mirer ?

    • ALors mon cher Georges aucun culte, seulement le premier gif qui va bien dans la collection pour la situation.
      Mais c’est vrai qu souvent c’est par période.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.