5ème tour CDF – Puteaux / Red Star (0-3) : La Jules Rimet Académie veut la sixième !

Cette académie a été diffusée en prime time (prononcez prime time) sur le site du collectif. Mais bon, comme je suis fainéant je recycle.

Salut les p’tits clous.

Le parfum de la Coupe de France, vous le sentez ? A chaque année son parcours plus ou moins heureux. Cette année, c’est donc à Puteaux, sorte de Corée du Nord du sud de Paris où la mairie se conquiert de père en fille, ville renommée non pour son football mais plutôt pour son amour de la presse libre.

Le Club Sportif Municipal de Puteaux est bien loti sur son île éponyme. Puteaux est une ville qui sent l’argent. Et si son île est à l’image de la ville, de son parc propret jusqu’à ses statues d’éphèbes grecques, le stade est plus que quelconque : une petite tribune, un gazon estampillé Michelin et le petit train de la ville qui attend en bout de main courante.

Je connaissais un peu les lieux pour y avoir fait quelques fois du foot sur leurs terrains annexes, du coup, plutôt qu’un détour par Saint-Ouen avec le gros des troupes, nous nous étions donné rendez-vous avec deux potes à l’english pub de Neuilly, histoire de s’en jeter un avant le match. C’est d’ailleurs là que nous avons fini APRES match, mais ça c’est une autre histoire.

Sortie du métro, tout de suite le décor est comme Vincent. L’ennemi est là, écharpes et vestes agressives, moyenne d’âge 8 ans : les scouts de Neuilly sont dans la place. Face au nombre, nous reculons stratégiquement et discrètement pour se jeter dans le pub. A l’intérieur : population bourgeo-locale. Il est loin l’Olympic.
Ceci dit, ici ou ailleurs, la bière à le même goût et fait le même effet, de quoi se réchauffer face au climat pluvieux qui s’annonce.

1/2 h avant le coup d’envoi, on quitte le rade, on descend le pont de Neuilly et traversons le parc vers le terrain de foot. Les supporters du Red Star sont là (300 selon Nico, 30 selon visiofoot), on salue tout le monde. On se pose. J’inaugure ma petite bâche « Red * Star * Fans » avec le sourire. Petit clin d’œil à un conseiller municipal de la majorité audonienne (les élections sont passé, il décide donc de ne pas me calculer). Il pleut. Le match commence.

Sur le terrain, l’équipe est quelque peu remaniée. Allain dans les cages, Marie et Seidou sur les ailes, Captain Allegro titulaire avec Da Cruz à ses côtés. Un milieu à trois avec Agyriba (pour sa première titularisation), Kanté et un Makhedjouf très haut, en électron libre. En attaque les 3B : Bellion, Beziouen et Belvito.

Puteaux attaque fort d’entrée et petit à petit les débats s’équilibrent. Ceci dit, on sent que côté Red Star ça ne pousse pas beaucoup. Devant Beziouen ne suit guère les mouvements mais on se rassure en se disant qu’à la moindre accélération, le Red fera la différence.
Ça vient rapidement, à la 11ème, Farid s’avance dans son couloir droit et centre au second poteau. Personne pour reprendre sinon Makhedjouf. 0-1.

Une fois la première banderille posée, le jeu audonien se ramollit passablement. Et les plus expérimentés des supporters redoutent déjà le pire : qu’on se contente de ce score et qu’on se fasse rattraper dans les dernières secondes.

C’est pas pour la 1ère mi-temps et les joueurs rentrent au vestiaire sur ce score.

De notre côté, on s’en va chercher le ravitaillement. Déception à la buvette où le service est alcool-free. Ceci dit, l’appel de la bière est le plus fort et un instinct indicible nous emmène vers le terrain adjacent où un match de rugby est en train de se dérouler. Bingo, il y a une buvette qui sert de la bière. Après avoir fait halluciner la nana au comptoir en commandant nos dix bières, nous philosophons sur les différences Rugby-Football. Le Rugby, ce sont des gentlemen, c’est connu. On peut donc leur vendre de la bière sans crainte. Le football, ce sont des voyous, donc pas d’alcool. Ou alors c’est une autre histoire.
En revenant à notre place, On médite sur la partie. On se dit que Belvito c’est faiblard, que Seidou c’est doux, que Kanté c’est du costaud et gro gro allez gro gro.
On se demande aussi si on continuera à gérer faiblement ou si on accélérera un peu, si les putéoliens tiendront le rythme…

Pas trop le temps de douter. 5 minutes plus tard, but d’écolier de Belvito (qui me fait donc mentir, le con) sur un débordement de Seidou côté gauche, lui-même lancé par Bellion. Face à des plots, le résultat aurait été le même.
0-2.
On sent alors que c’est plié, Puteaux lâche progressivement l’affaire, aidé par un arbitre qui ne leur fait pas de cadeaux.

La suite du match est à sens inique, et suite à une erreur défense-gardien, c’est Beziouen qui part tout seul poser sa petite prune en coin de but. 0-3.

Avec ça, la fin du match arrive et pour nous le plaisir d’un petit déplacement sympatoche et la satisfaction d’être toujours présent au tour suivant. La 6ème on la veut, on l’aura !

Rendez-vous à Aulnay.

Les notes ?
Ah bah non, y’en a pas cette fois. C’est la Coupe !

La  fôille dô mâche :
Puteaux – Red Star : 0-3
Stade Léon Rabot de Puteaux
Buts : Makhedjouf (11’) Belvito (51’) Beziouen (60’) pour le Red Star
Puteaux : Amara – Mendy – Mesbah – Camiz – Diallo – Madgirebaye – Mota – Sideloyon – Abidi – Oulaoud – Guirand
Red Star : Allain – Marie (Cros 72’) – Allegro – Da Cruz – Seidou – Kanté (Castro 56’) – Agyiriba – Makhedjouf – Bellion (Kasongo 64’) – Beziouen – Belvito

J’vous mets les liens là :
Collectif Red Star Bauer (Red Star Fans United)
AllezRedStar (revue de presse, feuilles de match, photos, brèves et archives)
Red Star Actus (le site d’un vrai journaliste)
Le Red Star à Bauer (et nulle part ailleurs).

Ah, et puis : La Jules Rimet Académie
(non, parce que ces nazis à HorsJeu, ils m’ont viré du menu alors si vous voulez retrouvez les anciennes acad » bah, voilà…Y’en a une très goutue sur le déplacement à Strasbourg de l’année dernière je vous dis que ça…)

Porthos Molise

Supporter historique du Red Star depuis 1897, Père fondateur de la Jules Rimet Académie avant que l’Etoile Rouge ne redevienne tendance auprès des hipsters d’HorsJeu (les horjpsters). Ethnographe de comptoir et amateur d’excès lipidiques, j’ai contemplé le visage de Dieu. Il est gros et il s’appelle Jean-Jacques. En exil depuis que le Red Star est une équipe professionnelle qui gagne.

Un commentaire

  1. Haha l’autre il doute de rien ! Il publie ailleurs et il veut que le nom de son acad’ apparaisse dans les menus ! Fasciste ! Capitaliste ! Pull sur les épaules !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.