Arsenal – Manchester United (1-2) : La Raide et Vile Academy reste humble

Same old story

« Roses are red,
Violets are blue
Wenger, Wenger whatcha gonna do ?
Whatcha gonna do, when Manchester United comes for you ? »

 

Voilà, je pense que je suis sur les bases de ma meilleure intro. Citer du William Blake comme ça, quand personne ne s’y attend, c’est la garantie de faire forte impression. Et je me tiens là, encapé, regardant par la fenêtre de la plus haute tour, à regarder ce qu’il se passe.
Il ne se passe pas grand chose, mais là encore tout est question d’attitude. De sérénité.

Comme Manchester United.
Quatrième du classement sans avoir joué au football plus de 45 minutes par match depuis le début de la saison ?
On prend.
Choper trois points à l’Emirates dans ce qui est sans doute l’un des casses les plus drôles de l’année ?
On prend.

On en est là. On s’en fout. On se pointe au stade avec une défense à trois avec Blackett et McNair titulaires. Boum rien à foutre. On a Smalling pour les chaperonner :

 

(Subs : Lindegaard / Fletcher / Herrera / Young / Mata / Januzaj / Wilson)

 

Et ce qui s’est passé sur ce terrain restera comme un délicieux mélange de honte, de fou-rires, de…
Ah ben non c’est à peu près tout.
Comme prévu, on a eu énormément de mal à gêner leur balais des petits rat de l’opéra. Ah ça galope, Sanchez en tête, ça se trouve, ça se passe, ça fait des ronds de jambe, ça tire… Sur le gardien.
Tout le temps. Impressionnant. Je veux pas enlever de mérite à David, d’ailleurs c’est peut-être lui qui se place incroyablement bien (ou alors il aimante les ballons), il n’empêche que chaque tentative gunner était un échec. Inlassablement.
Et nous pendant ce temps là, on défend, comme on peut. Pas si mal finalement, étant donné la vitesse à laquelle on perd le ballon.
On perd aussi très vite Luke Shaw, sur blessure, remplacé par Ashley Young pour ajouter une couche de drame.
La palme de la rigolade pour la première période revient à Wilshere qui lancé et parfaitement servi, trouve le moyen de tirer sur De Gea à l’entrée des six mètres.

Wilshere point de basculement de la rencontre en deuxième mi-temps, entorsé de la cheville par McNair, il s’en va avec la dernière once de sérieux de la rencontre.
Manchester United réussit à mener à la marque sans avoir cadré la moindre frappe. Merci Gibbs qui en une seule et même action parvient à blesser son gardien (bien aidé en cela par Fellaini qui le propulse sur Tchétchénie), puis à dévier une frappe en carton de Valencia dans ses propres filets.
Il y a des choses qui ne changent jamais : même sans Patrice Evra, on se moque d’Arsenal.

Car que dire de ce second but inscrit au bout d’un contre par un Wayne Rooney plein de sang froid et initié par une passe lazer de Fellaini ? Un modèle du genre. Une sorte de gros doigt tendu aux gars d’en face genre : « c’est comme ça qu’on fait, les mecs ».
A 0-2 la messe noire est dite, ce n’est pas parce que Di Maria rate le 0-3 sur une action identique, que Giroud réduit la marque sur une frappe moins belle qu’elle n’en à l’air (c’est De Gea qui l’envoie en lucarne) à 5 minutes de la fin, que Manchester a pu un instant vraiment trembler.

Aussi bizarre que cela puisse paraître, nous sommes immunisé face aux Gunners.
Pourvu que ça dure.

 

diables

 

De Gea (5/5) : J’ai déjà tout dit plus haut. Aussi agile qu’un gunner est maladroit. Et vice et versa.

Blackett (2/5) : De l’infernale triplette défensive, sans doute celui qui aura provoqué le plus de tremblements/allumage de clopes. Parfois perdu dans le placement, parfois en galère dans la relance.

McNair (3/5) : Roy Keane avec une gueule de One Direction. Trois mois pour Wilshere, belle perf’.

Smalling (3/5) : Patron de rien du tout, coupable de pas grand chose, vraiment.

Shaw (NN) : A qui le tour ?

Valencia (2/5) : Non, vraiment, on ne peut pas te féliciter pour un but pareil.

Carrick (1/5) : Nettoyé, balayé, y a eu maldonne au milieu de terrain.

Fellaini (3/5) : Passeur, boxeur, wilsheur, meneur, nettoyeur. Un match de winner.

Di Maria (2/5) : Rater un 0-3 pareil c’est criminel. CRI-MI-NEL t’entends ?

Rooney (4/5) : Un joli petit piqué qui rappelle qu’il ne fait pas que courir et mettre des coups comme l’anglais lambda : c’est un joueur savoureux, on l’oublie trop souvent.

Van Persie (1/5) : Je veux bien qu’on n’ait pas pu le servir comme il fallait, gnagnagna, mais à un moment, faudrait qu’il donne l’impression d’en avoir quelque chose à foutre.

Les suppôts de Satan :

Young pour Shaw, 16e, (3/5) : Par pitié que Luke (Shaw, pas moi) ne soit pas foutu. Je ne veux pas le revoir sur le terrain. Oui, MEME s’il a fait un bon match. On sait très bien qu’il se fout de nous et que la prochaine fois, il ne redescendra pas sous la ligne médiane.

Wilson pour van Persie, 75e, (NN) : Et si, attention je dis bien « et si » on profitait, je ne sais pas, d’un match contre Hull City par exemple, pour lui laisser du vrai temps de jeu ? Parce que c’est pas en 15 minutes qu’on peut avoir un aperçu de ce qu’il vaut vraiment. Même s’il a l’air vif.

Fletcher pour Young, 89’ (NN) : On bétonne. Bon, on prend un but… Mais on voulait bétonner.

 

bonus

 

Sors moi tes plus beaux pas de danse goths

 

Inferanal Kisses,

Luke Seafer

Si tu veux que Horsjeu.net survive, que tes académiciens préférés puissent être fournis régulièrement en jeunes vierges et en litres de Bloody Mary jusqu’à plus soif, par l’Editeur, ce bel homme, alors tu peux faire un geste en versant une maigre contribution financière mensuelle (Satan te le rendra) ou même un don unique qui n’engage à rien.Clique ici

Sinon, Luke Seafer est aussi sur Facebook  et il veut des amis, plein, parce qu’il était toujours tout seul dans la cour de récré et personne ne venait lui parler. Peut-être à cause de la chauve-souris sur son épaule, de ses briques de sang pour le goûter… On ne sait pas trop. Mais viens lui faire coucou, ça lui fera plaisir. Et si tu veux faire encore plus, tu peux aussi devenir fan de la Raide et Vile Academy. Quant à Wayne Boulet, il craque carrément son slip et te file son identité secrète. Comme ça. Tu peux aussi lui faire coucou. 

Et tiens, Luke est aussi sur Twitter  et il trouve que c’est une invention de Satan un truc aussi addictif, donc n’hésite pas à lui faire coucou. Wayne Boulet  s’y est mis aussi.

7 thoughts on “Arsenal – Manchester United (1-2) : La Raide et Vile Academy reste humble

  1. L’humilité c’est réservé aux bons, ceux qui réussissent, ceux qui ont accompli quelque chose. Je ne vois pas de quel droit vous vous permettez d’être humble. En revanche vous pouvez jouer au loto.

  2. Je veux bien Géranal, mais vu notre situation …

    Sinon, content qu’on se soit pas fait éclatés vu notre pluie de blessures, finalement ce début de saison se passe plutôt bien entre le nul à Chelsea et cette victoire

  3. En termes de casse de l’année, Monaco a fait fort contre Neverkusen avec son double hold-up en C1.

  4. Le but de Giroud est magnifique et Fellaini est un sombre résidu de capote usagée !

    Ce message est posté par un mauvais perdant.

  5. J’suis le seul à trouver McNair vraiment vraiment intéressant ? Il est propre, defends debout et judicieusement, des relances sympathiques.

    A coté de ça t’as Blackett dont l’intensité slipométrique est sans égal, et pour qui la seule relance possible est la patate de 40 mètres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.