Besiktas/Bruges (1-3), la Jup’ retrouve les 1/4

Salut les filles !

Après sa victoire au match aller 2-1, le Club Brugge a 57% de chances d’être en quarts de finale de l’Europa League. Après une heure compliquée, les Brugeois avaient surclassé leurs adversaires dans la dernière demi-heure.

Une semaine plus tard, les deux équipes se retrouvent et ont entretemps gagné facilement en championnat : le Besiktas a explosé Erciyesspor, le club de Björn Vleminckx. Dans le même temps, Bruges se baladait à Westerlo 1-3 avec une équipe légèrement remaniée (4 changements par rapport au match trois jours avant).

Les compos

Le 4-2-3-1 du match aller est abandonné pour un 4-4-2. Par rapport à la première manche, Cenk, Gülum, Kurtulus et Özyakup sont remplacés par Zengin, Ramon, Franco et Pektemek. Comme la semaine passée, les Turcs, emmenés comme il se doit par Imraz Latouf, n’hésiteront pas à essayer d’être en surnombre dans l’axe : Sahan viendra aider Arslan et Kavlak tandis que Töre se retrouvera souvent juste derrière les deux attaquants. On observe alors plutôt un 4-3-1-2.

Du côté du Club, le 4-3-3 est reconduit, bien que les meilleures périodes du premier match eurent lieu dans un 4-4-2. Refaelov évoluera en meneur de jeu excentré. Un seul changement : Izquierdo remplace Bolingoli. En délicatesse avec ses adducteurs, Gedoz, impliqué sur les deux buts de la victoire 2-1, est sur le banc.

Comme lors du match aller, l’UEFA propose une compo WTF : après avoir placé De Fauw en 10, le voilà désormais avant-centre.

Le match

5’ La tête en retrait de Franco pour son partenaire en défense centrale est complètement foirée. De Sutter récupère et prend de vitesse Uysal (!) grâce à un grand pont (!!). Ce dernier revient in extremis devant son gardien alors que la frappe prenait le chemin des filets. Dans un deuxième temps, Zengin détourne en corner une nouvelle frappe de #DeSutter2016.

7’ Ba file seul au but et est taclé par Mechele. L’arbitre ne siffle rien, ce qui est assez amusant quand on supporter les Belges.

Et là, Demba Ba l’a dans l’baba.

24’ De Bock centre parfaitement pour De Sutter, qui ne cadre malheureusement pas sa tête. Les Turcs sont clairement à chier dans le domaine aérien.

40’ Avec une petite aide de la main, Demba Ba arrive à se retourner au milieu de trois Brugeois. Sa frappe en pivot passe juste à côté.

Mi-temps. Il n’y a pas eu énormément d’occasions mais le match est bien plaisant. Bruges subit moins qu’au match aller et est pour le moment qualifié.

48’ BUT POUR LE BESIKTAS ! Mauvais renvoi de Refaelov, directement sur Ramon Motta. L’arrière gauche contrôle, frappe et trouve la lucarne opposé de Ryan. Petit enfoiré. Les Blauw & Zwart craquent dès la reprise, comme au match aller. 1-0 !

Y’a aussi un autre enfoiré, c’est Slaven Bilic qui fait le show :

49’ Heureusement pour les Brugeois, c’est aussi le début du show de la défense et du gardien. Le premier acte n’est qu’une alerte : De Sutter contre le dégagement de Zengin. Six mètres.


58’ Percée d’Opare qui s’enfonce dans la défense brugeoise. Le ballon arrive sur Pektemek, qui frappe et trouve les tribunes. Bravo le veau.

60’ De Fauw sort, remplacé par Gedoz. Comme au match aller, l’ancien capitaine de Zulte Waregem a été décevant et est remplacé à l’heure de jeu par un élément offensif.

61’ GOOOOOOOOOOOOOOOOOAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAALLLLL ! GOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOAAAAAAAAAAAAAAAAAAALLLLL ! TOOOOOOOMMM DE SUUUUUTTTTTTTTTTTTTTTEEEEERRRRR DEUUUUUUUX MIIIIIILLLLEEEE SEEIIIIIIZE !

Revoyons cette action fantastique :

En 1, Zengin dégage le ballon.

En 2, ayant tellement confiance en son équipe dans le domaine aérien, Franco recule déjà (contrairement aux années 30, où il avait au moins le mérite d’aller de l’avant).

En 3, comme prévu, le duel aérien a été gagné par Simons et a lancé Tom De Sutter en profondeur. Franco est en retard, comme lors de sa rencontre avec Hitler à Hendaye. Pire, Zengin hésite à s’engager (un peu comme le Caudillo après avoir vu l’Autrichien moustachu, finalement).

En 4, Tom de Sutter n’a même pas besoin de bien placer le ballon pour égaliser.

62’ Slaven Bilic, une réaction ?

Merci.

66’ Profitant d’un changement brugeois (Izquierdo est remplacé par Bolingoli), le staff turc se dirige vers son gardien pour lui indiquer qu’il est « goal volant » et peut donc sortir s’il estime que c’est nécessaire. Le choc est terrible lorsque l’entraîneur des gardiens se rend compte que Zengin est en train d’enculer le poteau :
68’ Zengin continue à faire portnawak. Sur ce six mètres, il sert son défenseur pourtant sous pression. Celui-ci préfère récupérer la balle dans la surface de réparation pour que le coup de pied de but soit retiré. Ce genre de comportement devrait être sanctionné. Et c’est carton rouge, puisque l’occasion de marquer aurait été énorme.
70’ #Meunier2016 est tout proche du 1-2 sur cette frappe lointaine.

79’ ET QCM !

Suite à un coup-franc turc bien dégagé par ma défense, et après avoir échappé à une tentative d’agression de Sahan, me voilà dans une position hyper-favorable de 5 contre 1.
A – Je sers Bolingoli.          B – Je sers Refaelov.          C – Je sers Vormer.          D – Je sers Gedoz.          E – Je vise le seul défenseur turc et passe pour un con.

Tu avais trouvé ?

80’ GOOOOOOOOOOOOOOOOOOOAAAAAAAAAAAL ! Superbe passe en profondeur de Refaelov pour Bolingoli, qui dribble le gardien et marque dans le but vide ! OUUUUUUUUUAAAAAAAAAAAIS ! 1-2 !

81’ Slaven Bilic, une réaction ?

Merci.

87’ Zengin fait tellement de mauvais choix dans ses prises de balle ou dans ses relances que le public arrête de chanter pour le conspuer. Drôle.

90’ GOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAL ! Uysal veut remettre en retrait à Zengin mais se loupe. Bolingoli est plus prompt, récupère la balle et s’offre un doublé ! Zengin, jambes arquées et bras le long du corps, a tout fait pour ne pas toucher le ballon. 1-3 ! 1-3 ! 1-3 !

90’+1 Slaven Bilic, une réaction ?

Merci.

90’+2 Pour bien finir la soirée, Sahan est enfin expulsé après que sa deuxième tentative de coup de pied dans le tibia a aboutie. Dehors le barbu !

TERMINÉ ! Le Club Brugge retrouve les quarts de finale d’une compétition européenne, vingt ans après ! C’est la première fois depuis 2009-2010 qu’un club belge se retrouve si loin dans la compétition. À l’époque, le Standard de Liège (qui avait terminé 3ème de son groupe de Ligue des Champions grâce à un but de son gardien dans les arrêts de jeu de la dernière journée), avait éliminé le RB Salzburg et le Pana avant de tomber contre Hambourg.

Ce match retour est une copie conforme du match aller : Besiktas ouvre rapidement le score en début de seconde période, Bruges égalise à l’heure de jeu 30 secondes après un changement offensif, et les Turcs craquent mentalement. Le Club est la dernière équipe invaincue en Europa League cette saison.

En ¼, l’adversaire sera le Dnipro. Match retour en Belgique.

Le résumé de BeIn Sports.

Les notes :

Ryan (3/5) : aucun arrêt compliqué, ne peut rien faire sur la frappe exceptionnelle de Motta.

De Bock (4/5) : on le réclamait récemment en sélection. Wilmots nous a entendus.

Mechele (3/5) : de bien belles interventions.

Duarte (4/5) : patron de la défense.

Meunier (3/5) : match sobre. Deux points regrettables : son carton jaune un peu con, et son titre de plus mauvais joueur de contres du monde, décroché à la 79’.

Simons (5/5) : Papy fait de la résistance et une passe décisive.

De Fauw (2/5) : bon, sur les deux matchs, on a bien vu les limites de De Fauw, aussi bon joueur de complément soit-il. Pour les ¼, ça serait chouette que Vazquez soit de retour. Remplacé par Gedoz, pas bien inspiré.

Vormer (3/5) : t’as une sale tête, mais j’aime bien ce que tu fais.

Izquierdo (3+/5) : très actif, avec un peu de déchet. Remplacé par Bolingoli, double buteur et qui se fait pardonner sa piètre prestation la semaine dernière.

Refaelov (4/5) : tellement Bel Homme qu’il fait des relances à chier menant à un but adverse pour donner un peu d’espoir aux Turcs qui souffrent déjà suffisamment comme ça d’avoir des noms à la con et des chiottes à leur nom.

De Sutter (5/5) : C’est not’ meilleur joueuuuur, Tooom De Sutteeeer ! Remplacé par Oularé pour les 10 dernières minutes.

Jean-Marie Pfouff

Retrouvez-moi sur Twitter, Facebook et sur la page de la Jup’ Académie.

Bart Van der Van Krrr, ce Bel Homme, est aussi ici et .

academicien

Le plus grand auteur Anal de football

5 commentaires

  1. Mais jusqu’ou ira Brugges! Franchement je pensais que Anderlecht était mieux armées, comme quoi…

  2. Je crains un peu l’enchaînement Playoffs/Coupe d’Europe pour Bruges, mais on peut pas se plaindre non plus d’avoir une équipe à ce niveau de la compétition…

    Je faisais quelques calculs dernièrement sur le temps de jeu en fonction de l’âge. Anderlecht a joué 50% du temps de jeu total avec des joueurs âgés de 21 ans ou moins. On est à 30% à Bruges. Ce qui signifie que les Brugeois sont physiquement/athlétiquement plus prêts à enchaîner les matchs avec un contenu régulier. C’est moins le cas à Anderlecht. D’ailleurs Praet a joué son 1er match en 2015 la semaine passée. Tielemans était sur le banc lors de la finale de Coupe et n’est pas entré en jeu.
    La CAN a aussi pesé, il y a eu plus de départs à Anderlecht qu’à Bruges.

    Et enfin, il y a eu plus de turnover à Bruges tout au long de la saison. Sur les 28 Anderlechtois utilisés cette saison, 9 ont joué moins de 500 minutes par exemple, ce qui fait un effectif très court. Alors que Bruges peut faire 3-4-5 changements à chaque match sans affaiblir le 11 plus que ça.

  3. Exactement, le Dnipro était le club le plus « prenable », je préfère ça que Napoli ou Wolfsburg. Après Roro Gromerdier m’a dit qu’ils sont hyper chiants à jouer et que ça va être galère. La victoire de la Coupe va leur faire du bien. Par contre, j’ai un peu peur quand je vois qu’ils jouent l’aller en Ukraine entre un match contre Anderlecht et un à Gand.

    #InBelHommeWeTrust

  4. Alors oui, le Dnipro c’est chiant. La pire chose à faire est de les sous-estimer : ce ne sont pas des foudres de guerre, mais ils sont toujours capables d’en planter un ou deux en contre (ou sur CPA comme face à Sainté).

    Dans tous les cas, comme l’aller est à Bruges, il faut surtout éviter d’en prendre un à domicile. Sinon, ça risque de faire mal au retour chez eux. J’ai le souvenir d’un arbitrage légèrement « maison » pour les Ukrainiens face à Sainté, qui du coup en profitent pour exagérer les plongeons. Mais je n’ai jamais vu les ralentis sur les mains potentielles dans la surface.

    http://horsjeu.net/fil-info/dnipro-asse-1-0-la-forez-academie-livre-ses-notes/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.