ELLE EST A NOUS !

coupe de france

Depuis 1987 qu’on attendait ça et enfin elle revient passer l’année sur les bords de la Garonne. Oui, Bordeaux, les vilains et moches de la L1, ont remporté la Coupe. Certains diront que le parcours était moche mais franchement on s’en tamponne le coquillard, on l’a gagnée. J’étais au stade et comme j’étais quand même pas venu pour beurrer les sandwichs (comme Raoul), j’en reviens pour vous compter tout cela.

photo (1)

Ce soir je serai la plus belle pour aller danser (en pyjama visiblement)

Le Stade de France :

Faisons honneur à l’hôte du soir. Effectivement, puisque ayant gagné un concours sur twitter, je me suis retrouvé en loge pour ces matchs. Et on peut dire une chose : ils font pas ça à moitié.

Après un accueil en bonnet difforme (dixit Béru) par nos hôtes, la première étape est la visite du stade. Et vu qu’on est pas dans un vulgaire stade de district, ça dure un peu. Notre hôte nous y apprend des informations diverses et avariées comme par exemple que le toit du stade fait 13000 tonnes (soit 6 kilos de moins qu’un certain Marc P.), que la pelouse vaut plus que ton salaire annuel et est changée 3 fois par an ou encore que les écrans géants du Stade font 10 fois la taille de ton appart’ parisien, soit 200m² (oui, j’estime que t’es un bourgeois qui a un 20m² à Paris) ce qui fait en gros un terrain de tennis.

Une fois le flot d’information assimilé et les diverses parties du Stade aperçues, nous prenons place dans la Loge (non maçonnique) qui nous est destinée. Autant te dire que les mecs font pas semblant : le bar est généreux comme Papi quand il te sert l’apéro et en plus t’as le sosie de JPP qui te sert. Pour la bouffe c’est un certain « Lenôtre » qui fait le service et on peut dire qu’ils assurent les mecs. A boire, à bouffer, un wi-fi perso pour dire des conneries sur le net, que demander de mieux ?

Le mieux arrive pas longtemps après, lorsqu’on nous propose un truc « esseptionnel » comme dirait Antonetti. On passe devant l’hôpital du Stade prêt à accueillir les victimes de Carlos Henrique avant d’accéder au saint des saints (des seins ? d’essaim ? dessin ?) : le bord du terrain. C’est donc à une distance de 3 mètres qu’on se retrouve à regarder l’échauffement des girondins, le tout devant le kop bordelais, généreusement garni, comme certains supporters croisés avant le match.

photo (2)

Une fois ceci accompli, nous retournons en loge, pour continuer à se mettre bien comme on dit. Un grand merci au Stade De France pour cette organisation aux petits oignons et je vous encourage à tenter votre chance, ça vaut le détour. Mais place au match. 

Le match

2013.05.31_Finale_coupe-equipe3

3ème : Faute sur Diabaté à 30m du but. Obraniak lève la balle vers le géant Malien qui place une tête qui oblige Bertrand Laquait à une belle parade. Le corner qui suit est repoussé tels les allemands à Stalingrad.

5ème : Lancé dans la profondeur, Diabaté se fait rattraper par Dja Djédjé alors qu’il tentait de dribbler Canard Laquait.

6ème : Intervention de Carlos Henrique devant Khlifa. Le message est clair : ce soir t’aurais mieux fait de rester chez toi.

7ème : Enorme semelle de Sorlin sur Plasil, l’arbitre est magnanime et ne sort pas le jaune. Vu qu’on commence à être attaqués, le premier « Evian culés » est lancé.

11ème : Frappe lointaine de Sertic, au-dessus. Deux haut-savoyards touchés en tribune, le pronostic vital est engagé.

14ème : Centre de Trémoulinas pour Diabaté qui ne peut pas suffisamment redresser la balle. Sur le net on commence à se foutre de sa gueule mais je crois en lui.

tweet1

18ème : Corner de Sertic qui trouve parfaitement les bras de Laquait.

19ème : Gros tacle de Mariano sur Daniel Wass. Moins magnanime que pour Sorlin, l’arbitre sort le jaune. En loge, il est invité à avoir des relations anales incestueuses. Oui quand t’es en loge t’es poli. Sur le coup-franc Bérigaud trouve la tête de Betao qui passe heureusement au-dessus.

28ème : Corner pour Evian repoussé par Sané vers Maurice-Belay qui se fait sécher par Sorlin qui reçoit enfin son carton jaune.

33ème : Tacle Henriquesque de Sané sur Sagbo qui hurle comme un chanteur de télé-réalité. « Yapafaute » que dit l’arbitre, le ralenti montrant que Sané touche bien le ballon et que Sagbo est donc une fiotte.

35ème : Sur un centre de Mariano, Dja Djédjé tente une trépanation sur Diabaté et ne joue absolument pas le ballon. Mon for intérieur hurle « yapéno culé » mais je reste digne et pars me resservir à boire.

39ème : Ouverture de Mariano vers Diabaté qui profite de l’alignement Bruno Bastesque de Wass pour filer vers le but et défier Laquait. Le crochet est réussi, plat du pied, 1-0 et c’est mérité.

cheickcheick

Vu comme ça on dirait que Cheick se prépare à lancer une boule de bowling avec sa main gauche.

41ème : En tribunes, les supporters de l’ETG sont visibles mais inaudibles face aux bordelais qui mettent l’ambiance.

44ème : Action côté gauche qui se termine par une volée du gauche magnifique de Saivet sur un centre de Trémoulinas. La parade de Laquait n’est pas dégueulasse non plus.

45ème +1 : La mi-temps est sifflée alors que Sané et Sané sont au sol côté bordelais selon France TV. En réalité ce sont Diabaté et Trémoulinas qui y sont.

46ème : Suite à une combinaison Maurice-Belay – Trémoulinas, le Martiniquais centre, Obraniak dévie de la tête vers Diabaté qui veut reprendre sauf que Ninkovic est visiblement fan de Johnny et tente un remake de « Retiens la nuit », le bras de Cheick remplaçant la dite nuit. Miracle, l’un des arbitres de surface confirme la décision de l’arbitre central, y’a donc bien péno. Une chose parait évidente : vu notre saison, on va foirer ce péno. Cheick s’élance avec sa course d’élan plus saccadée qu’un mec faisant un AVC et là, Laquait, malgré ses 54 ans, sa hanche en plastique et son sonotone, nous sort une horizontale parfaite et va chercher la frappe du malien. « L’ange s’est envolé » comme le diraient certains. Sur le corner qui suit, la tête de Diabaté passe à côté.

2013.05.31_Finale_coupe-penalty-diabate

Là tu te dis qu’on va forcément prendre un pion dans la foulée

50ème : Le truc que même Météo France aurait pu prévoir : ballon par-dessus Mariano qui n’a pas vu Wass partir dans son dos. Il s’emmène le ballon de la poitrine avant de centrer à ras de terre pour Sagbo qui fusille Carrasso. C’est imparable et on peut s’en prendre qu’à nous-mêmes. Au passage notons que Sagbo a failli s’empaler dans le panneau publicitaire dans la foulée de son but. Le serveur sosie de JPP vient chambrer et propose du champagne. Bon esprit.

53ème : Suite à une faute sur Diabaté à 30m du but, Sertic enveloppe son coup-franc pour le mettre « dans la boîte » selon l’expression consacrée. A la surprise générale, Saivet met le pied et trompe Laquait pour remettre Bordeaux devant au tableau d’affichage. Comme pour chaque but, la défense demande un hors-jeu, on ne sait jamais, sur un malin tendu ça peut marcher.

Dans la foulée, THE tweet visionnaire qui fait passer Paco Rabanne pour un vulgaire peintre :

tweet2

55ème : Erreur de relance de la défense d’Evian qui profite à Obraniak. A 20m du but, le Polonais décale Saivet qui envoie une mine que Laquait repousse. Saivet revient à la tête mais Laquait s’interpose de nouveau.

57ème : Nouveau débordement de Saivet côté droit et centre à destination de Diabaté qui prend une nouvelle fois le dessus sur la défense. Sa tête est repoussée par Cambon, qui supplée son gardien. Dans la foulée du corner, Mariano centre pour Sertic qui tente la volée du gauche mais loupe le cadre.

58ème : Ninkovic sort, remplacé par Barbosa, lui qui a vécu le Débarquement.

66ème : Après quelques minutes relativement calmes, Plasil sort au profit de Poko. Cédric Carrasso récupère le brassard.

69ème : Côté gauche, Barbosa prend de vitesse Mariano qui sur le coup a le même temps de réaction qu’un Planus sortant de table. Le vieux centre et Dja Djédjé profite de l’attentisme de Maurice-Belay pour surgir et égaliser. Fichtre ! Tout est à refaire.

74ème : A 30m sur coup-franc, Khlifa tente sa chance et assomme un enfant en tribunes.

78ème : Sagbo se défait de Trémoulinas, s’enflamme et tente la frappe du gauche. S’il avait vraiment du talent ça se saurait. Tribunes.

79ème : Maurice-Belay, 0 but cette saison, prend sa chance de 30m. Pourquoi pas…

81ème : Sur un centre de Trémoulinas, Diabaté tente une reprise de l’impossible qui envoie logiquement le ballon un peu plus près des étoiles. Dans la foulée Tié-Bi remplace Rabiu à Evian.

(Etant entrain de visionner le match en replay, je me délecte des commentaires qui assassinent le mental de Diabaté et qui voient les Girondins au fond du trou. Vous êtes des génies à France 2).

88ème : Corner, 88ème minute, Stade De France, mitraillette, ça ne vous dit rien ? Mais si c’est l’heure de Carlos ! Bon en fait non mais quand même. Corner bordelais frappé par Obraniak, dévié, on réclame une main de Bérigaud, et là, le coup de génie : à 20m du but, Maurice-Belay reçoit une passe de Sané et décide de remettre en une touche de balle extérieur pied gauche vers Diabaté. Cheick fait de Bertrand son laquais et profite de l’hésitation du portier pour coller un « plat du pied sécurité » qui envoie les supporters bordelais au 7ème ciel.

2013.05.31_Finale_coupe-diabate-laquait

Ce moment où t’es entrain de faire l’hélicoptère avec ton sexe sans t’en rendre compte…

90ème +3 : Après des dernières minutes interminables, l’arbitre délivre enfin l’équipe. La Coupe est notre. J’hésite à empoigner la bouteille de champagne pour faire façon « grand prix » mais je m’abstiens et préfère le boire.

375683_608887262469093_2120215307_n

PUTAIN C’EST BEAU !

Les vainqueurs :

Carrasso (2/5) : Soirée ingrate pour Cédric qui prend deux pions où il ne peut rien faire.

Mariano (2/5) : Les deux buts d’Evian viennent de son côté et l’humiliation face à Barbosa sur le 2ème est cuisante. Mais en même temps, l’ouverture parfaite sur le 1er but de Diabaté elle est de qui ? De Mariano.

Trémoulinas (3/5) : Pour son dernier match, il a été à la hauteur de ce qu’il montre depuis son éclosion : des montées et des centres à la pelle. Celui pour Saivet juste avant la mi-temps aurait mérité d’être décisif.

Henrique (3/5) : Carlos ne fait jamais le voyage à vide. Khlifa ? Sagbo ? Tous logés à la même enseigne. Offrez-lui un contrat à vie.

Sané (3/5) : Malgré les deux buts encaissés par l’équipe il a fait un match solide, à l’image de sa saison. Si on m’avait dit il y a 2 ans que je finirais par regretter son départ, j’aurais bien ri.

Sertic (4/5) : On l’a notre nouveau leader technique. La passe décisive pour le but de Saivet ? C’est cadeau.

Plasil (2/5) : Il y a les mecs qui quittent le club la tête haute, après une prestation où ils ont tout donné. Et il y a les autres, qui s’en foutent. A ton avis Jaro, t’étais dans quelle catégorie vendredi ? Remplacé par Poko à la 66ème.

Obraniak (3/5) : Il a beaucoup touché le ballon, sans jamais vraiment le bonifier, c’est à l’image de ses dernières prestations.

Saivet (4/5) : Je pense que si on montre un maillot d’Henri à Wass ce dernier s’écroule en pleurant. Le match fut une torture à chaque prise de balle du jeune bordelais qui fut récompensé par un but mais qui aurait pu en marquer 2 magnifiques si Laquait n’avait pas sorti le grand jeu.

Maurice-Belay (3/5) : Attendre le dernier match pour être décisif, une technique originale mais efficace vu que Nico délivre LA passe décisive, celle du 3ème but. Le reste du match on aura vu un Nico retrouvé, capable de rushs sur son côté gauche, à l’ancienne.

Diabaté (1987/5) : Ce mec est hors normes. Après 2 grosses occasions ratées, il en claque un. Il loupe un péno ? Pas grave, il mettra le 3ème. Notre attaquant de la saison prochaine ? Il est là.

L’entrant :

Poko (non noté) : A tenu au milieu et a même provoqué le corner avant le 3ème but. On fait pire comme entrée.

Les vingt culs (ou vin cuits):

Je tiens à les féliciter chaudement, c’est aussi grâce à eux que la finale fut belle.

Les remarques à la con :

  • Bonne ambiance et bel esprit entre les supporters des deux équipes.
  • On peut dire ce qu’on veut sur les supporters bordelais mais c’est loin d’être des peintres quand il faut mettre de l’ambiance
  • Une pensée pour les mecs qui ont passé 3h assis devant la banda qui a repris tous les tubes possibles et imaginables.
  • Merci à l’équipe du Stade de France qui fait pas les choses à moitié.
  • Je suis allé au Trocadéro après le match, j’ai pas vu de casseurs
  • D’ailleurs j’ai pas vu « d’ultras casseurs » à la présentation de la Coupe samedi non plus.
  • On a même gagné le challenge à la mi-temps. On était injouables.
  • La team de Chez Les Girondins est loin d’être une bande de pitres, je les embrasse.
  • Visiblement, quand ta meuf est le sosie de Brandao et que t’es bourré comme un coing, prendre un steak tartare s’avère être une erreur fatale. Pensée pour toi, petit parisien.
  • L’acad des jeunes est ici
  • Y’aura pas de bilan à priori au vu de ma saison en dents de scie mais il y aura très certainement du bonus de l’été.

Photos (pas toutes) : girondins.com

Claude Pèze

7 thoughts on “Bordeaux – Evian (3-2): La Scapulaire Académie y était

  1. Merci claude pour cette acad’ en tout cas pour avoir vécu cette journée des tribunes, on est passé par tout les états. Mais que les victoire furent belles et tu as raison niveau ambiance on était pas venu pour poser du lino!!!

  2. Merci pour la banda …
    j’en étais un peu plus bas … :)
    mais finalement autant on l’a bien entendu pour la gambardella, autant apres … le « virage sud » était plus fort :)

    Une photo avec la CDF au haillan : Priceless ….

  3. La branlée qu’on leur a mis à la mi-temps sur le challenge :D. Sinon, dans le virage, à la buvette, c’était Buckler à 7€ (+2€ le gobelet consigné) et pour l’eau plate ils servaient… de l’Evian!!
    Pour Diabaté, il a énormément progressé depuis quelques mois et quand j’entends ou lis encore des mecs s’en plaindre, ça me fait doucement rigoler. Comme toi, quand je l’ai vu raté son occase de la 5e, je me suis dis qu’il en aurait d’autres et qu’il planterait ce soir.
    Enfin, le feu d’artifesses était bien sympa en clôture. Merci le Graët de nous l’offrir avec la recette de nos billets…

  4. Mon bon Claude, merci à toi pour cette belle saison. Tu finis avec un hélicoptère alors que d’autres sont déjà depuis longtemps en vacances. J’en suis le premier ravi pour toi ! Juste déçu que tu ais eu un mec derrière le bar de la loge. J’avoue que j’ai déjà eu droit à plusieurs séjours dans ce lieu de confort, mais à chaque fois, c’était de belles hôtesses qui servaient le champagne on request ;-) il a encore meilleur goût… Bonnes vacances le Pez

  5. Bordeaux vainqueur de la Coupe de France en ne jouant aucun match à domicile. Aucune équipe n’avait jamais fait ça.
    A JAMAIS LES PREMIERS.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.