« Cécile Duflot n’a pas voulu me répondre. Je n’en attendais pas moins de cette greluche! »

Une Saison avec le FC Renardin Episode 22

 

Lundi:

Vous êtes certainement nombreux à vous inquiéter de la fréquence de publication de mes aventures. Je ne vous cache pas que je suis extrêmement pris depuis que j’exerce mes fonctions de Maire, cumulées à celle de coach du FCR.

Ce matin par exemple je suis allé au bar des sports pour être au contact des habitants. Le bar ne désemplit pas depuis le début de la crise. Je ne suis pas un sale gauchiste non, non, mais force est de constater que les chinetoques nous l’ont mis bien profond en nous piquant toutes nos usines. Quand j’ai fait mon apparition il était 8h30 et le comptoir était déjà occupé par une rangée de 5 suzes. Il y avait là mon Jean-René bien sûr, ainsi que d’autres compatriotes récemment licenciés économiques d’Anustyle. Ces gars-là sont pourtant des gens bien possédant tout un savoir-faire, un vrai trésor, qui se dévalue, plongé dans un alcoolisme qui rouille ces bourreaux de travail. Fabriquer des sphincters artificiels est pourtant tout un art que les chinois n’égaleront jamais! C’est mon devoir d’être à leur côtés.

Je salue donc ces braves hommes et je leur promet de remettre Renardin au travail.

 

Mardi:

Je mets en place une séance complète et qui se veut intense. On part d’abord dans les bois de Renardin pour un footing de 30 minutes. Chacun de mes joueurs portent un sac à dos contenant 15 kg de caillasses. Les gars ne bronchent pas et n’hésitent pas à relever Abdel, qui se prend les pieds dans sa Djelaba.

Pendant les exercices physiques – abdos, série de pompes – Emilouinovic et Florent redoublent d’efforts. C’est la marque des grands champions. J’organise des sprints en 2 contre 2: on assiste à des beaux duels. Nelson contre Kévin, Abdel contre Guyvaldo. Il y a une bonne ambiance, les gars applaudissent et organisent des paris. Que c’est bon d’être coach !

L’entrainement se termine par une opposition à 7 contre 7. Nelson s’affirme de plus en plus comme un milieu relayeur de qualité. Kévin quant à lui est vraiment de retour: la petite baisse de régime que j’ai cru percevoir ces derniers temps ne fut que passagère.

 

Mercredi:

Si les comptes de la ville sont plutôt bons, la Mairie ne disposent pas pour autant de suffisamment de budget pour financer des emplois de fonctionnaires à plein temps. Et puis ce n’est pas dans mes principes! Les fonctionnaires deviennent fainéants avec le temps.

Comme vous le savez j’ai lancé un appel à financement pour la construction du giratoire Michel Sardou. Cécile Duflot n’a pas voulu me répondre. Je n’en attendais pas moins de cette greluche! Je ne suis pas naïf! Mais je ne relâcherai pas mes efforts!

 

Jeudi:

Aujourd’hui, j’ai croisé Daniel, accompagné d’un petit nabot, brun, la raie sur le côté, veste en cuir, avec un air de puceau. « Bonjour Coach. Je vous présente Bruno, c’est un de mes amis d’enfance. Et il vient s’installer à Renardin. ». Je salue le type et comme je tendais la mains vers lui, il a un mouvement brusque de recul, comme s’il pensait que j’allais le taper. « Bruno est un peu craintif, me dit Daniel. Mais vous inquiétez pas, je m’occupe de lui, je vais lui apprendre à se battre! ». Puis il se tourne vers Bruno: « Tu vois lui c’est Monsieur Remoulade, c’est notre Maire. J’ai beaucoup d’admiration pour lui car il a repoussé les envahisseurs roumains, qui vivait dans notre bois. ». Même si je m’interroge beaucoup sur Daniel, j’en ai les larmes aux yeux.

 

Vendredi:

Chose rare, Yvonne m’accompagne à l’entrainement. J’ai prévu un repas avec l’équipe, histoire de se réunir avant notre choc contre l’US prolapse, le leader. Ma femme à préparé une paella dont elle a le secret. Pendant que ma Vovonne s’occupe de mettre la table dans la buvette et de servir les pastis, j’assure l’entrainement.

On a démarré le repas vers 20h30. Je connais mes gars, ils ont un bon fond. Mais je dois avouer que ça a un peu dégénéré. Certains ont eu un comportement irrespectueux envers ma femme. Alors que nous en étions au milieu du repas, nous avons bu l’eau de vie de Renardin. On appelle ça le « Trou Auvergnat ». Les gars ont alors décidé de chanter « Les lacs du Connemara » en mon honneur. Yvonne chantait en coeur, et elle était bras dessus-bras dessous avec Laurent et Guyvaldo. J’ai commencé à me sentir mal. Laurent, ce n’est pas un problème, mais je connais la réputation du Guy: il en a bousculé plus d’une dans la paille. C’est à la toute fin du repas, lorsque l’équipe s’est mis à chanter « La femme du coach sur la table! La femme du coach sur la table! » que j’ai du prendre la parole et recadrer tout le monde. Les joueurs avaient trop bu et se sont tous excusés auprès d’Yvonne. Au moment de partir, elle n’a pas pu s’empêcher de leur répondre qu’elle avait passé une « excellente soirée !». Yvonne ne comprend vraiment rien à l’autorité.

 

Samedi:

Levé 7h. Je pars chercher des croissants et le Renardin Libéré à la boulangerie. J’apporte le déjeuner d’Yvonne au lit. 8H30, je commence à tondre la pelouse, pendant que ma femme prépare un pot-au-feu. A 11h, je regarde le journal de France 3 région Auvergne et nous nous mettons à table vers midi.

Pendant la sieste, et alors que je ne demandais rien du tout, Yvonne me gratifie d’une pipe dont elle a le secret. Vers 14h30, je monte au stade pour rassembler les maillots des joueurs, les ballons est le reste du matériel pour notre déplacement du lendemain.

A 18h, Questions pour un champions. Après un bouillon, je me mets au lit à 21h, pour être en forme pour le match. J’ai beau être maire, je suis resté très simple.

 

Dimanche:

J’ai la chance d’être épargné par les blessures. J’aligne mes joueurs habituels contre l’US Prolapse. Jean-René Gros-Dare et ses amis nous accompagnent dans ce déplacement à grand enjeu.

Compo

1e mi-temps:

La partie est très équilibrée. Aucune des deux équipes n’arrivent à concrétiser les nombreuses occasions. La pression monte chez les quelques supporters adverses accoudés aux mains courantes.

41e : Pénalty sifflé en notre faveur, suite à une main du libéro adverse. Emilouinovic s’élance pour le tirer et envoie une mine sur la barre transversale. Trop de pression pour le Suédois.

 

2e mi-temps:

48e: Sur un corner, le libéro adverse, encore lui, s’élance au premier poteau, se sert des épaules de Nelson pour sauter et catapulte sa tête dans la lucarne. Mes joueurs réclament une faute mais l’arbitre valide le but.

63e :Le match est électrique. Et Kévin s’accroche avec l’arrière gauche. Ils se mettent des claques et l’arbitre les expulse tous les deux.

Malgré de nombreuses offensives pour le FCR, le match se termine sur ce score. Prolapse nous a volé ce match. Nous portons réclamation!

 

JeanMichelToma
Vous pouvez supporter le FC Renadin sur Facebook. Si vous êtes fan de Patrick Remoulade, vous pouvez le suivre sur Twitter. Allez le FCR !

8 thoughts on “« Cécile Duflot n’a pas voulu me répondre. Je n’en attendais pas moins de cette greluche! »

  1. J’ai ouie dire que le maire de Renardin avait un compte planqué au crédit mutuel dans la commune voisine de Propasle pour échapper aux imports locaux. Je veux la vérité sur cette histoire. De plus ce compte aurait été secrètement ouvert par un ami qui plus est communiste de notre valeureux maire.
    Des écarts entre ses idées et ses actes?

  2. Selon des « sources proches de l’enquête », ce compte aurait été approvisionné via l’ancienne activité de Monsieur le maire (trancheur de jambon à domicile) pour laquelle il aurait demandé à être rémunéré au black, arguant le prétexte que « à ma banque, ils les prennent pas les chèques », selon le rapport de Jocelyne*, témoin contacté par nos sources.

    * Le prénom du témoin a été modifié par souci de confidentianalité.

  3. Cette polémique est absolument absurde! Je suis au Crédit Agricole de Renardin depuis mon arrivé en 92.
    Tout ceci est de la diffamation. Cette manoeuvre est probablement orchestré par votre leader efféminé, j’ai nommé Gerald Gourguendin.
    Les Renardiens sont de mon côté Gourguendin, ne l’oublie pas!
    Patrick Remoulade.

  4. il y aurait un enregistrement anonyme d un inconnu ex employé de la sociötö trancheur de jambon.

  5. Monsieur Remoulade.

    Toute la communauté d’Horsjeu.net suit régulièrement et avec attention vos pérégrinations. Vous inspirez un profond respect à tous ceux pour qui les mots football, combativité, humilité, veulent dire quelque chose.
    Cette histoire de compte secret n’est pas à la hauteur d’un homme comme vous, cependant nous sommes tous à même de comprendre les enjeux et les difficultés que l’on peut rencontrer en assumant un poste à responsabilités tel que maire d’une ville, qui plus est à Renardin.
    Nous sommes tous à même de comprendre l’envie et les tentations d’un homme soumis à la pression qui ne résiste pas à « mettre de l’argent à gauche » à Prolapse ou ailleurs. Vous estimez sans doute que c’est la juste récompense à votre implication et à votre travail au quotidien pour lesquels vous n’êtes pas remercié à votre juste valeur. Je pense que ce sentiment animerait plus d’un à votre place, et nous sommes bien peu de choses pour vous juger.

    C’est pourquoi je pense que vous devriez avouer l’existence de ce compte. Continuer à nier vous enfonce un peu plus chaque jour dans une spirale qui finira par vous détruire.
    En avouant, vous sortirez grandi de toute cette affaire.

    Cordialement,

    Jacques Facial

  6. Et le *modjo* de l’entraîneur qui glissé à Anusville aussi, que faut-il en dire ?

    « Laurent, ce n’est pas un problème, mais je connais la réputation du Guy: il en a bousculé plus d’une dans la paille; »
    ben fallait les associer coach… parce que l’opération centre au 3e poteau merci bien. Et pour la forme je vais vérifier si Abdel ne tranchait pas du lard en son temps.

    Au final, c’est critiquer la pédale pour tenter d’avancer sans elle alors qu’elle nous permet d’avancer sans selle. Pour une fois qu’on jouais en 4-4-2..

  7. Terribles preuves contre notre bon maire de Renardin. Depuis la parution de ce terrible document sur twit teur ma fille ne fait que de pleurer et me demande why him, why him ouaiiilleeeem

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.