Ces matches que vous ne verrez pas, Barcelone-Manchester

Merci aux cojones de Rico de rétablir la vérité.

Ils ne s’arrêteront donc jamais. « Ils », cesont bien évidemment les trop intrusifs fameux truands des triades toujours prompts à préparer quelques traquenards perfides dans le seul but de remplir de leurs poches odieuses et sales de billets blanchis malheureusement trop aisément. En effet, Rico Di Mecouille, notre sympathique consultant en voyance testiculaire nous apprend que le match que nous avons tous vu en mondovision et en couleur était un faux grotesque. D’après les cojones de cristal de Rico, la finale de la Ligue des Champions s’est bien tenue, certes, mais le contenu en fut tout autre… Voilà qui lève bien des zones d’ombres.

20h00 heure française, Sir Alex Ferguson annonce qu’il se retire définitivement de la vie footballistique et de Manchester en particulier, son cœur d’ouvrier ne supportant plus un environnement où l’argent a tout gâché. Il décide de remettre les clés du vestiaire à celui qu’il pensait le plus capable et le plus intelligent parmi ceux qu’il a pu connaître durant sa longue carrière : Gary Neville. En signe de protestation, Eric Cantona remet son argent en banque sans prendre le temps de le brûler.

20h02 : Côté Catalan, la victoire ne fait plus aucun doute, le champagne est sabré par le chauffeur du bus.

20h03 : la feuille de match de Manchester est la suivante : Van Der Sar – Evra-Vidic-Ferdinand-Rafabio – Park – Giggs – Carrick – Valencia – Rooney – Hernandez en 4-4-1-1 : Nani jugé trop con par Neville ne sera pas de la partie, Scholes quant à lui est trop roux, Patrice Evra aquiesce.

20h06 : Guardiola demande à ses joueurs de respecter ses consignes : faites ce que vous voulez, Messi marquera de toute façon. Abidal lève une oreille.

20h09 : Christian Jeanpierre et Bixente Lizarazu demandent leur chemin à Arsène Wenger dans les couloirs de Wembley étant donné que selon les deux pontes de TF1, c’est le Stade d’Arsenal. Arsène répond d’un « non » bien senti. Eclat de rire du commentateur vedette qui s’excuse d’avoir confondu le stade avec Old Trafford, les Espagnols jouant donc à domicile.

20h11 : Dans le vestiaire mancunien, Ferdinand discute fermement avec Giggs. Rafabio, trop jeunes pour entendre leurs propos sont mis à la porte.

20h12 : Evra demande à Ferdinand de lui prêter ses doigts pour compter ses trophées avec Manchester, sourire de l’international anglais, frayeur du vestiaire, à part Scholes qui encourage le grand défenseur.

20h13 : La bouteille de pétillant passe de mains en mains dans le vestiaire jusque Puyol proposant une goulée à Abidal qui refuse poliment, « sinon c’est l’enfer la famille ». Le Catalan pense qu’il parle de son foie.

20h14 : Dani Alves s’enferme dans les toilettes pour se préparer à son match le long de la ligne.

20h15 : la silhouette de Dani Alves décore magnifiquement la porte des sus-dites toilettes.

20h17 : Gérard Piqué arrive enfin au stade accompagné de sa blonde et de Shakira et demande à son coach s’il peut jouer en tenue civile, pour le look. Guardiola trop ivre pour répondre quelque chose d’intelligent accepte.

20h19 : Victor Valdes demande à son coach s’il est réellement nécessaire de jouer avec ses gants et veut faire comme Ricardo avec le Portugal. Valdes souligne un argument de poids : la chaleur étouffante de Wembley dont lui a parlé Emmanuel Petit en privé et les performances actuelles de Souleymane Diawara. Ces arguments sonnent juste aux oreilles du coach catalan qui autorise son joueur à évoluer mains nues puis éclate de rire avant de vomir sur Sandro Rosell qui passait.

20h21 : Christophe Dugarry est arrivé dans le vestiaire du Barça pour motiver les troupes et insuffler sa rage de vaincre. Eclat de rire général.

20h23 : Giggs ne trouve plus son short. Il sera publié le lendemain en Une de News of the World et décortiqué par les plus fins analystes du tabloïd.

20h24 : Gary Neville commence sa causerie et démarre par une aparté sur les Busby Babes, Evra demande si on est pas un peu en train de le traiter de tapette ou de gamin.

20h25 : Scholes vole le short d’Evra pour le filer à Giggs.

20h30 : Les deux équipes sont prêtes à entrer sur le terrain. Abidal se rend compte de la tenue d’Evra et pense qu’il vient de marquer des points pour l’Equipe de France de par la connivence existante entre Blanc et Gourcuff. Abidal enlève lui aussi son short.

20h32 : Les équipes sont désormais en ligne au milieu du stade pendant que retentit l’hymne de la Ligue des Champions. Pascal Praud, présent en tribune de presse, se bouche les oreilles de peur que cette chanson ne lui vrille le cerveau. Rire franc de toute la tribune de presse, même étrangère.

20h35 : Arsène Wenger trouve que Patrice Evra n’est pas très très bon dans son registre de joueur en rang. Lizarazu acquiesce et fait savoir que l’on ne peut pas faire confiance à quelqu’un qui était dans le bus de Knysna dont la page devrait être tournée depuis longtemps.

20h37 : Fin de l’hymne, Piqué cherche Shakira dans les tribunes avec nervosité. Mascherano pense l’avoir vue dans un écran géant. Il s’agissait en fait de Zahia Dehar, invitée par un certain Ryan G.

20h40 : David Astorga salue les trois commentateurs de TF1 quand son micro se coupe soudain. Ricanement en cabine tandis que Bixente récupère ses ciseaux afin d’avoir toujours l’air parfait.

20h43 : Le coup d’envoi est donné par Ussamah Ben Laden qui avait annoncé un peu plus tôt que les attentats du 11 septembre et sa mort n’étaient en fait que deux plaisanteries qu’il avait préparées avec l’aide de la CIA. En réalité, Ussamah est un mec plutôt cool qui aime les dauphins et cultive des fleurs et des courgettes dans le Poitou. Il est supporter d’Arsenal depuis un reportage de Vincent Hardy, et c’est d’ailleurs un maillot des Gunners qu’il arbore fièrement. Le maillot est floqué Marouane Chamakh, son joueur préféré.

20h45 : Lionel Messi et David Villa donnent le vrai coup d’envoi. Villa donne derrière à Xavi qui donne à Busquets…

20h46 : Busquets donne à Puyol qui donne à Pique qui donne à Dani Alves qui donne à Xavi qui donne à Messi qui donne derrière…

20h47 : à Iniesta qui est fauché par Carrick. L’Anglais affirme qu’il n’y a pas faute et que c’est du rouge à lèvres qu’il a sur ses crampons.

20h48 Iniesta est sorti se faire soigner. C’est Xavi qui tire le coup franc, tentant de jouer vite vers l’arrière.

20h49 : Rooney s’arrache pour contrôler la balle malgré une charge de Busquets qui se jette par terre en se frottant le visage. Le Mancunien est furieux que l’arbitre hongrois siffle une faute.

20h50 Pique donne à Dani Alves qui donne à Pedro, qui donne à …

20h51 : Christian Jeanpierre vient de dire pour la 9e fois Leo Messi depuis sa prise d’antenne. Bixente Lizarazu commence à dire que le match est chiant à cause des Anglais.

20h52 : Xavi donne à Messi qui reste debout malgré le croche pattes de Scholes qui a décidé de rentrer sur le terrain quand même. Un coup d’épaule de Vidic suffit à stopper la course de l’Argentin qui se l’est pris en pleine tronche. L’arbitre ne bronche pas, la faute lui paraissant physiquement impossible.

20h53 : Rooney cherche à décaler Patrice Evra, qui ne l’a pas vu, trop occupé à recalculer le nombre de trophées qu’il a déjà gagné avec Manchester.

20h54 : Ajustement tactique de la part de Gary Neville : Nani rentre sur la pelouse en lieu et place de Valencia, il avait confondu. Nani touche son premier ballon et concède une touche.

20h58 : Le round d’observation semble prendre fin avec cette tentative de frappe de Rooney de 40 mètres qui passe à quelques mètres du poteau de Valdes. La finale peut vraiment commencer.

20h59 : Arsène Wenger a dit son premier « oui » depuis qu’il est à l’antenne.

21h02 : Après un beau mouvement initié par Xavi qui relaye intelligemment avec Messi et avec Villa, ce dernier tire une semi-molle que Van der Sar arrête d’une main incomplète.

21h03 : Le dégagement de Van der Sar trouve la tête de Chicharito qui lance Nani côté droit. Ce dernier file au but.

21h04 : Superbe tacle d’Abidal qui arrache le ballon et le pied du Portugais avant que celui-ci n’entre dans la surface de réparation, il relance tranquillement sur Busquets.

21h05 : Pressé par Rooney, Busquets perd la balle puis s’effondre en se tenant la poitrine. L’arbitre siffle coup-franc. Wayne Rooney est furieux et tape fort dans le ballon. L’arbitre l’avertit verbalement. Rooney est furieux mais ne trouve rien à taper. Il en devient furieux.

21h07 : Xavi donne à Dani Alves, qui donne à Pedro qui tente de déborder Evra. Bon retour du français qui concède tout de même un corner.

21h08 : Le corner est frappé par Xavi, mais dégagé tranquillement par Vidic de la main. L’arbitre ne bronche pas. Pedro est au sol, Rafabio tombe sur lui. L’arbitre ne bronche pas non plus.

21h09 : Sur la contre-attaque, Nani à cloche pied n’arrive pas à prendre Puyol de vitesse. L’Espagnol récupère et donne à Dani Alves qui donne à Messi, qui donne à Busquets, qui donne à…

21h10 : Pedro et Rafabio finissent par se relever. Messi tente de servir le premier, mais un superbe jaillissement de Rio Ferdinand l’en empêche. Pedro s’écroule de nouveau. Rafabio aussi.

21h11 : Wayne Rooney frappe de 35 mètres, Valdes dévie le ballon en corner.

21h12 : Manchester ouvre le score sur le corner. Tiré par Giggs, il trouve au premier poteau Vidic dont la main croisée est contrée par Pique. En embuscade Chicharito se jette et permet au ballon de franchir la ligne.

21h12 : Dans sa villa niçoise, Bernard Morlino a un orgasme et commence à rédiger un billet qu’il intitule sagement « Pendant qu’Arsène Wenger le nul est en tribunes de presse, United devient mètre du monde à Wembley. »

21h13 : Wayne Rooney profite de la célébration du but pour inviter poliment son pays à aller se faire enculer. Devant le téléviseur, la famille Nicollin applaudit et songe à l’immigration.

21h14 : Porté par son rang de chevalier des arts et des lettres sous Mitterrand, Bernard Morlino compare Arsène Wenger à un pédophile inquisiteur qui jute dans la bouche des enfants avant de les brûler.

21h15 : Dani Alves et Patrice Evra se tiennent front contre front. Apparemment le premier aurait suggéré à Patrice de compter ses neurones, comme quoi ça irait beaucoup plus vite. Une autre version des faits prétend que le Français aurait demandé à Dani Alves des nouvelles de sa jambe, de son pépé et de la finale qu’il allait perdre comme un Gunner face à Birmingham.

21h16 : L’arbitre sépare les deux belligérants et leur donne un carton jaune. Dans la cohue, Busquets s’écroule en se tenant la joue gauche. « Tends la joue droite » lui aurait dit Vidic avant de lui marcher sur la tête. Mais l’arbitre n’a rien vu, distrait par Scholes qui réclamait un carton rouge pour Dani Alves.

21h19 : Abidal et Evra sont front contre front, le Barcelonais ayant changé de côté exprès pour avoir le Mancunien dans sa zone et l’humilier aux yeux de Laurent Blanc qui n’est pas en tribune mais à un tournoi de backgammon où les noirs et les blancs ont les mêmes chances de réussite. Pedro s’effondre.

21h22 : le stagiaire live de lequipe.fr résume la situation : « Ohlalallala : Abidal et Evra en viennent aux mains de la tête ! Le Français semble énéervé par le franais qui semble en vouloir lui aussi au fnraiçais, c’est chaud dans sept rencontre. Y a aussi un nains par terre ».

21h24 : un streaker a fait son entrée sur la pelouse de Wembley. Petit, nu, parlant espagnol, il est vite maîtrisé par les stadiers et emmené dans une geôle secrète où il retrouve Jimmy Jump arrêté préventivement. Il s’agissait de Leo Messi. Vidic et Ferdinand avaient en effet profité des altercations successives pour le déshabiller en toute discrétion derrière les bras de Van Der Sar.

21h25 : Guardiola ne retrouve plus son joueur fétiche tandis que les comprimés destinés à sa thyroïde sont prêts. Inquiétude du banc catalan qui commence à déssouler.

21h27 : Le jeu peut reprendre, ballon mancunien, Scholes décale Park sur la gauche qui se retourne, voit Evra et préfère s’empaler sur la défense catalane. L’arbitre donne un carton jaune au Coréen pour simulation. Lilian Thuram, présent en tribune se lève et se déclare indigné par un tel niveau de racisme dans le football mondial.

21h30 : Mi-temps sur le score de 1-0 pour Manchester United.

21h31 : Bernard Morlino écrit un poème en hommage à Gary Neville.

21h32 Sèchant dès le premiers vers, Bernard préfère finalement écrire un texte sur l’incompétence d’Arsène Wenger qu’il compare à un propagandiste cannibale d’extrême droite.

Gary Neville revoit tout son plan et demande à John O’Shea de se préparer. Sourire amusé de Ferdinand. Giggs demande à ce qu’il joue à droite afin de ne pas avoir d’emmerdes, Neville accepte. Evra reste à gauche. C’est Rafabio qui sort de l’équipe. Carrick également, une seconde mi-temps à douze serait préjudiciable pour Manchester, pense le jeune coach. Hernandez, le buteur est également échangé pour Berbatov, le Mexicain ressemblant trop à Tevez d’après le coach anglais.

Côté catalan, Maxwell, inutile sur le terrain comme sur le banc comme dans les tribunes est envoyé par Guardiola à la recherche de Leo Messi. Devant, Villa, inutile, reste sur le terrain.

Côté buvette, Thierry Roland trouve que l’arbitre a eu de l’humour de mettre un jaune à un jaune mais que du coup, ça se voit pas et qu’il faudrait donc une réforme en profondeur, comme pour Sophie Thalmann. Lilian Thuram qui n’était pas là porte plainte. Chantal Jouanno aussi bien qu’elle se demande encore pourquoi et contre qui.

En présidentielle, Sepp Blatter est arrêté par Scotland Yard sur dénonciation. Au même moment, Alex Ferguson termine sa pinte en éteignant son téléphone portable. Dans une conférence de presse expresse, Michel Platini regrette que la FIFA soit tombée si bas et se déclare prêt à se sacrifier pour assumer la présidence de la Fédération. Sir Alex rallume son téléphone.

21h33 : Pep Guardiola croise Christian Jeanpierre dans les toilettes. Ce dernier veut lui dire quelque chose, mais trop ému, aucun son ne sort de sa bouche.

21h34 : Gary Neville insulte Valencia avant de commencer sa causerie pour retrouver l’énergie qu’il souhaite transmette à ses joueurs.

21h35 : Pep Guardiola vomit une dernière fois avant de commencer sa causerie. Soucieux de son travail journalistique, Christian Jeanpierre en profite pour goûter la chose.

21h36 : Gary Neville termine sa causerie en insultant Valencia pour motiver ses joueurs à se surpasser. Patrice Evra place un dernier piège antitaupe dans le vestiaire.

21h37 : Pep Guardiola s’endort au milieu de sa causerie. Les joueurs auront tout de même eu le temps d’entendre qu’il fallait donner la balle à Messi. Problème l’Argentin est toujours porté disparu.

21h39 : Gary Neville s’excuse auprès de Valencia, qu’il confondait en fait avec Carlos Tévez.

21h40 : Bernard Morlino se décide à changer de caleçon.

21h41 : Ne retrouvant toujours pas Lionel Messi, les joueurs du FC Barcelone décident de changer de stratégie et de faire entrer Seydou Keita pour faire coulisser Iniesta en ailier gauche, donnant l’aile droite à Pedro, et l’axe à Villa. Afellay est un peu déçu, mais personne ne lui parle. Bojan est plutôt soulagé, et personne ne lui parle non plus.

21h42 : Jack Bauer reçoit un coup de fil de la cellule anti-terroriste de Londres le prévenant qu’il y a eu une mystérieuse disparition près de Wembley, où Jack était incognito pour surveiller l’arbitre, sur les conseils de son indic dans le football, Jose Mourinho.

21h43 : Patrice Evra demande à Rio Ferdinand si le fait de gagner à Wembley fait de la ligue des champions un trophée anglais et européen. Donc un trophée double. Donc deux trophées de plus à son palmarès avec Manchester United

21h44 Patrice Evra rit et tapotte l’épaule de Rio après que celui-ci lui a demandé « you’re a real dick, aren’t you? ». Mais intérieurement, il se demande si cela veut dire qu’il doit se montrer plus dur sur l’homme ou s’il doit être plus perforant offensivement.

21h45 : Rooney et Chicharito donnent le coup d’envoi. « Et si la chicha rit tôt avant que la mousse ne coule à flot, longue et folle sera la soirée chez les blaireaux » écrit sur un morceau de sopalin Jean-Paul Hoth, avant d’essuyer quelques taches de sang sur les poils

21h46 : Jack Bauer arrive sur le lieu de l’attaque. Un des policiers blessé s’apprêtent à lui révéler quelque chose mais il est abattu par un tireur embusqué. Jack se roule par terre en criant « God Damn it »

21h47 : Pep Guardiola se réveille en sursaut dans le vestiaire. Il a mal à la tête et décide de prendre quelques vitamines réservées aux joueurs pour se guérir.

21h48 : Jack Bauer prend à revers le tireur embusqué le désarme, le cogne à plusieurs reprises et finit par l’assomer. Il l’attache et lui tire une balle dans la jambe pour le réveiller.

21h49 : Jack Bauer torture le méchant en utilisant un clou rouillé qu’il a trouvé par terre, des orties, le gros canon tout chaud de son magnum, ses ongles et des pinces à tétons que lui avaient prêté Rolland Bourdis qu’il avait rencontré la semaine précédente en Thailande, puis commence à torturer le tireur embusqué.

21h50 : Jack Bauer apprend de la bouche du terroriste islamiste que le commando avait pour mission d’amener le prisonnier à Heathrow, il l’assomme d’un coup de pied et fonce vers sa voiture.

21h51 : Jack Bauer démarre pendant que le tic tic résonne

21h52 : Alors qu’on nous fait signe que se passe aussi un match de football

21h53 : D’ailleurs Barcelone a égalisé. Le live de lequipe.fr nous apprend que c’est un but « ESSEPTIONEL ! Keita totalement oublié par O’Shea qui était resté en marquage individuel sur Pedro et Villa rentre dans la surface et adresse une petite balle piquée qui passe au-dessus du tacle de Ferdinand et que Vidic catapulte au fond des filets d’un smash retentissant! »

21h 54 : Le match s’est calmé contrairement à Christian Jeanpierre qui répète que c’est énorme Mesdames et Messieurs. C’est absolument énorme. Cette équipe est fantastique.

21h55 : Bixente Lizarazu en rajoute une couche : « C’est extraordinaire Christian. Nous avons d’après certains observateurs la meilleure équipe de tous les temps, et nous ne saurons les démentir après une telle action ».

21h56 :Arsene Wenger feinte et ajoute un « peut-être » avant de le conclure par un « oui ».

21h57 : Le Barça peine à trouver de nouvelles ouvertures. O’Shea semble avoir compris qu’il avait changé de vis-à-vis à sa grande déception.

21h58 : Pep Guardiola gesticule sur les bords du terrain. Ce qui provoque l’hilarité de Christian Jeanpierre qui le trouve « énoooorme ». Cela inquiète par contre beaucoup Xavi qui en vient même à rater une passe.

21h59 Touche pour Manchester. Evra trouve Carrick, qui donne à Giggs, qui donne à Rooney, qui efface Busquets, file côté gauche et sert bien Chicharito.

22h00 : Sentant que c’est son moment, Patrice Evra qui n’a toujours pas résolu le dilemme que lui proposait Ferdinand, décide de tacler Alves alors que ce dernier est à 10 m du ballon. L’arbitre siffle coup-franc et avertit Patrice Evra. Heureusement, le Brésilien a pu se jeter par terre avant l’impact.

22h01 : Wayne Rooney est furieux et insulte Patrice Evra avant d’être retenu par Giggs. L’arbitre hésite entre l’avertir et l’applaudir. Dans le doute, il préfère regarder ailleurs.

22h02 : Il voit donc Vidic marcher sur la tête de Dani Alves. Courageusement, l’arbitre donne tête basse un carton rouge au Serbe. Dans sa base secrète sur la lune Jose Mourinho rit nerveusement.

22h03 : les terroristes islamistes livrent Lionel Messi à des hommes qui s’expriment en russe et qui préparent un avion à décoller.

22h04 : Van Der Sar a le ballon et relance directement sur Pedro, pour voir. Evra se troue dans son intervention, Scholes lui marche sur un pied, O’Shea lui baisse le short pendant que Ferdinand attache les lacets du Barcelonais entre eux, l’arbitre siffle un pénalty. Rooney est furieux.

22h05 : Dani Alves gratte dix-sept fois le terrain avant de frapper sans élan, le ballon franchit aisément les frontières britanniques, Guy Roux trouve ce genre de gestes lamentables aux micros de canal plus.

22h06 : David Astorga tente de faire savoir que la pelouse est verte, son micro est coupé par les dents de Christian Jeanpierre sur lesquelles on peut encore remarquer des morceaux de câble.

22h07 : Maxwell revient au grand soulagement de son banc, mais seul, expliquant qu’il n’avait strictement rien compris de ce que l’on lui avait demandé.

22h08 : Ramzan Kadyrov annonce à la télévision d’état qu’un nouveau match pour les orphelins et les petits enfants mignons et pauvres de la gentille Tchétchénie libre gentille et démocrate sera prochainement organisé.

22h09 : Côté droit, Nani utilise sa jambe pour frapper le ballon en direction de Park qui remise pour Rooney qui est furieux. Sa frappe s’écrase sur le poteau. Furieux, il exprime son mépris à Valdes en l’engageant à se carrer le poteau là où il se doit. Jean-Michel Larqué rappelle à son entourage que non-non-non les poteaux ne sont plus carrés depuis longtemps et qu’il en sait, il en sait oh, il en sait quelque chose.

22h10: Coup-franc à 30 mètres pour Barcelone, Keita joue rapidement vers l’arrière pour Xavi qui transmet à Busquets qui s’effondre, coup-franc pour Barcelone dans son camp.

22h11 : Busquets se charge lui-même de la sentence et envoie le ballon vers Valdes qui ne suit plus un match de football depuis deux mois, 2-1 pour Manchester.

22h12 : Jack Bauer qui a fini par comprendre en relisant l’article un peu plus haut se décide à se déshabiller et à courir vers le centre du terrain pour attirer les terroristes-stadiers. Oui, Jack Bauer n’a pas tout compris

22h13 : Villa taclé -à la régulière selon Spahic- par Scholes et Carrick en même temps sort sur civière applaudi par les supporters des deux camps, O’Shea lui tient la main à la manière de Platini avec Battiston, éclat de rire de Ferdinand qui envoie un MMS à Frank Lampard et Ashley Cole. Afellay remplace Villa. Le stagiaire de lequipe.fr résume l’affaire d’un splendide « Entrée de Sho Young Park pour Barcelone qui devra se méfier de la pointe de vitesse du Japonais ». La crème du journalisme.

22h14 : Eric Abidal déborde côté droit sans avoir la moindre goutte de sueur sur son visage et dépose Patrice Evra. Le centre du défenseur français arrive directement sur le crâne de Pedro pourtant mis au sol par Scholes. La ballon rebondit et franchit la ligne d’un Van Der Sar incrédule. 2-2.

22h15: Sur le coup d’envoi, Abidal vient gratter le ballon dans les pieds de Berbatov qui ignorait qu’il en avait, ce qui rend Rooney furieux. Abidal dribble par la suite Scholes, Park, Brown et Ferdinand avant de passer Van Der Sar d’une roulette habile.3-2. Mourinho, se voyant vaincu, décide de faire sauter sa base sur la lune. O’Shea sourit.

22h16 : Bixente Lizarazu estime qu’Abidal est le vrai meilleur joueur du monde et pas Messi. Christian Jeanpierre confirme et déclare qu’il l’avait toujours dit avant Daniel Riolo. Iniesta fait enfin son retour sur le terrain.

22h17 : Depuis Nice, Bernard Morlino s’insurge contre « cet odieux arbitre hongrois dont on connait l’amour de Puskas symbole de ces ordures de Catalans ». Neville, lui, demande un recours technique quant à la capacité réelle d’Abidal de jouer, ce pour la santé même de l’athlète français. Jean-Claude Dassier trouve la démarche tout à fait sensée. Wenger souligne l’incapacité de Patrice Evra de jouer au football, Lizarazu souligne temporellement la déchéance du français depuis Knysna dont la page ne cesse de se tourner pour le plus grand bien de Laurent Blanc.

22h18 : Eclair de génie de Maxwell qui s’élance nu sur la pelouse afin de retrouver l’endroit où se trouve Leo Messi. Encore un joueur de bowling, annonce Christian Jeanpierre à son micro. Jack Bauer voit son plan contrecarré, Jean-Michel Larqué allait intervenir mais Jack Bauer préfère lui faire bouffer son micro.

22h19 : Voyant qu’il ne peut pas grand-chose ce soir contre Eric Abidal, Patrice Evra décide de retirer son slip pour provoquer le Barcelonais, O’Shea retrouve la pelouse.

22h20 : Ferdinand doit sortir sur blessure, rupture du ligament du pouce suite à une trop longue série de textos à ses camarades de partou… de sélection nationale. Wes Brown prend l’axe de la défense. O’Shea boude parce qu’il voulait occuper l’axe lui aussi.

22h24 : Evra fait mine d’étancher sa soif avec une gourde que lui tend Paul Gascoigne, nouveau préparateur physique du club. Abidal lui demande une gorgé d’eau. Malheureusement pour le Catalan, cette dernière est emplie d’ether et d’essence de briquet. La dépendance s’installe instantanément, Neville est aux anges.

22h26 : Abidal sort du terrain et ne peut poursuivre la partie. Les Anglais crient victoire jusqu’à ce que Maxwell ne parvienne à entrer dans le stade, nu, avec Messi, nu également, sur ses épaules. En fait, non, il ne s’agit pas de Messi mais de Bojan avec un maillot Messi, qui s’était réfugié aux toilettes parce qu’il avait peur.

22h29 : Nouvelle réclamation du camp britannique arguant qu’une tenue pareille est déplacée, Patrice Evra est sommé de remettre son short. O’Shea et Brown menacent de faire grève. Wenger amusé, annonce la venue de deux nouveaux strikers. Un long silence suit.

22h30 : Maxwell, nu, déborde O’Shea qui le complimente, repique vers Brown qui prend une bien belle photo, décale Bojan Messi, nu et en retrait que Scholes refuse de marquer. Frappe du gauche et but du lutin argentino-catalano-croate malgré un tacle désespéré d’Evra qui ne peut détourner le ballon que d’une couille. 4-2 pour Barcelone. « Et quel chef d’oeuvre de Lionel Krkric » conclue le live yahoo.fr

22h33 : Dernier ballon pour les mancuniens, Giggs pour tirer un coup-franc bien placé sur la droite du but de Valdes qui ne se souvenait pas que ce genre d’action existait. Un mur est constitué par Xavi, Alves, Iniesta, Messi et Keita. Le ballon s’élève assez logiquement au-dessus du mur qui avait pourtant sauté mais s’écrase sur la barre, comme un symbole.

Fin du match : le Barça est encore champion d’Europe, les Espagnols dédient ce titre à tous les enfants du monde mais surtout au Qatar, l’Equipe ne retiendra que les performances des Français le lendemain, publiant la photo d’Abidal et d’Evra en slip et titrant : « la victoire des sans culottes ».

19 thoughts on “Ces matches que vous ne verrez pas, Barcelone-Manchester

  1. Ah c’est dommage, ce soir là j’ai préféré regarder un autre match, mais celui-ci a l’air sympa aussi.

  2. J’ai bien ri aux même endroits que Radek et ilmagnifico et plus si affinité.
    Super bien écrit, le passage sur Jean Paul Hoth m’a quand même fait un peu peur.

  3. Magnigique Rico!
    Par contre Evra a pris un carton jaune à 21h16 et un autre à 22h mais pas de rouge…

  4. Génial comme d’habitude et habile l’intro qui excuse immédiatement le retard de livraison. Rico en a des grosses !

  5. La Palme d’or, le Prix de la mise en scène et le Prix du meilleur scénario sont décernés à….(roulements de tambours) : RICO DI MÉCOUILLE. Et à l’unanimité du jury, naturellement.

    Le tout remis des mains de Bob De Niro qui veut déjà faire un remake avec son pote Marty. Il dit qu’il va prendre 40 kilos pour jouer le rôle de Rooney.

    Harvey Weinstein propose un deal à Spielberg pour relancer la franchise Shrek.

    Tarantino, lui, il s’en fout, il est bourré, mort de rire et pisse de partout, il jouerait bien le rôle de Dani Alvès quand même.

    Luc Besson pense à refaire Dani The Dog avec le vrai Alvès et en parle à Mélanie Laurent qui est en état de choc après que QT lui est uriné dessus pendant dix minutes devant Dujardin qui gesticulait comme un con sans rien dire.

    Sean Penn préfère se barrer avec ses pelles et ses pioches en Haïti.

    Laurent Weil Astorga qui finit d’avaler le caca de Tarantino qui finit de gerber dans la gueule de la Binoche, tente une interview de Sean Penn qui lui met deux grands coups de pelles dans la tronche, normal.

    Tarantino, décidément déchainé, demande à Sean s’il peut lui emprunter une pioche.

    Lars Von Trier est furieux de rater ça et rejoint illico Mourinho dans son bunker lunaire bien décidé à rallier ce dernier à la cause des grands blonds beaux et forts. Avant de décoller, il invite Woody qui hésite un peu quand même.

    Laurent Weil Astorga est retrouvé dans un état décèdé, une pioche plantée dans le crâne. Son foie et ses intestins semblent avoir été bouffés par un ours.

    Les frères Weinstein like this. De Niro pète un plomb et viole Juliette Binoche, Jude Law et la dépouille de L. Weil.

    Roman P. demande à Vanessa Paradis si elle est mineure et si elle connait la réflexologie.

    Tout ce bordel commence à gonfler Rico Di Mécouille qui prend ses prix, ses cliques et ses claques et se réfugie dans sa suite au Carlton accompagné de Scarlett Johansson et de Kirsten Dunst qui le trouvent « amazing » et qui voudraient en savoir plus sur ces fameuses cojones de cristal.

    Moké, jaloux organise un bukkake géant avec Mouloud et cent-cinquante mecs, le policier matraqué ignaugure le groniqueur de C+.

    Quel homme, ce Rico se pense l’Editeur un peu jaloux lui aussi, BDLV passe son bras droit autour du cou de ce dernier, la langue pendante et la main gauche dans la poche de son pantalon un peu humide et lui dit qu’Il EST Le Bel Homme.

    Monde de merde lui répond l’Editeur, ce bel homme de droite qui songe à rejoindre Lars sur la Lune.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.