CSKA Moscou – Manchester United (1-1) : LA RAIDE ET VILE ACADEMY LIVRE SES NOTES

2

Des pas résonnaient dans l’escalier en colimaçon du château de Luke Seafer.

Il y avait bien longtemps que le maître des lieux ne s’était pas rendu dans la cave de son domaine. Mais aujourd’hui, la situation l’exigeait, et Luke était résolu.

Après avoir franchi la lourde porte de bois ancien, le fils de Satan n’eut qu’à effectuer quelques pas avant d’arriver devant ce qu’il cherchait.

L’atmosphère humide de la pièce, ainsi que le brouillard presque surnaturel qui entourait la pièce ne permettait presque pas de le distinguer, mais il était bien là, trônant au beau milieu du caveau ; le cercueil de Wayne Boulet.

D’un simple geste de la main, Luke Seafer fit s’envoler le couvercle en frêne du cercueil en tombeau. Le terrible bruit que fit la chape de bois en se fracassant sur le sol réveilla son occupant en sursaut :

 »     – BOUUUUUUUUAAAAAAAHHHH. Ah, tiens, salut Luke ! Combien de siècles ai-je dormi ?

  • Tu n’as pas dormi plus d’un an, Wayne. Je suis venu te réveiller car la Raide et Vile Academy a besoin de toi.
  • Ah ouais ? Ca tombe super bien, j’ai de supers idées, dans mon sommeil, j’ai enfin commencé à organiser le Onze Anal Historique du club, et même que j’ai une très bonne idée qui plaira aux fans les plus nostalgiques, et…
  • Nous avons besoin que tu parles de la saison actuelle, Wayne. Le ton de Luke Seafer était solennel.
  • Quoi ?! Mais… Non ! On n’avait pas engagé un type pour ça ? Une sorte de pimp, là, même qu’il ne pourrissait pas tout le temps Fellaini, comme moi…
  • Bobby a exprimé… le besoin de se mettre au vert. Le fils de Satan semblait maintenant quelque peu gêné.
  • Ah ah ! Lui aussi, il en a soupé, du jeu chiant à mourir et de la possession de balle stérile, c’est ça ? Que s’est-il passé ? Le Gloître s’est fait virer, pas vrai ?
  • Van Gaal, est toujours là.
  • Bon, bon, d’accord, mais Fellaini a été vendu, au moins ?
  • Il n’est plus titulaire régulier, mais il est toujours dans l’effectif.

La nouvelle semblait difficile à avaler pour Wayne Boulet, qui chancelait à l’intérieur même de son cercueil-lit.

  • … Et Jürgen ?

Gêné, Luke Seafer tarda à répondre, puis se décida à lâcher :

  • Wayne, il faut que je te dise, Jürgen Klopp a signé un contrat à Liverpool.

BLAAAAAAAAAAAAAAAM !

Wayne ? Réveille-toi ! Wayne ! Waaaaaaayne !!! »

Hum, Hum…

 

Bon, Luke a finalement réussi à me réveiller, et en plus de me faire parler du match face à Moscou. Si jamais vous l’avez vu, vous comprendrez pourquoi je ne souhaite pas m’attarder sur la rencontre, tant on était pas loin de la purge, surtout en première  mi-temps. Vous savez quoi ? On ne va même pas détailler les compos, avec une belle image qui claque, et tout. (Vous la verrez de toute façon dans les notes, et vous pourrez ainsi la reconstituer. Lire la Raide et Vile Academy, un passe-temps ludique !)

Au final, qu’a-t-on vu ? Un match au cours duquel nous avons eu 70 % de possession de balle. C’est bieng. Mais c’est vachement mieux de savoir en faire quelque chose, de la gonfle.  Ceux qui avaient eu le temps de s’enthousiasmer sur le 4-3-3 fluide, avec une organisation de jeu léchée et des idées qui ont permis de tranquillement marcher sur Everton, ceux-ci auront eu tôt fait de déchanter.

Quelles en sont les raison ? Terrain synthétique ? Froid limite polaire ? Complot des illuminatis ? Nul ne le sait, mais je pense qu’on peut affirmer que nos Rouges Diables en ont vachement plus quelque chose à branler du derby de Manchester ce dimanche, que d’un match important en Champions’ League, à Moscou.

Le CSKA s’est la plupart du temps contenté de contrer nos assauts, en appliquant une rigueur défensive très bien rodée. Ce sont d’ailleurs les moscovites qui se créeront la première occasion de la première mi-temps, sur une frappe de Tosic, éphémère ancien de M.U.

Quelques minutes plus tard, Martial se rend coupable d’une main dans la surface, sur un centre de Mario Fernandes. Penalty logique, Doumbia le convertit avec une chance de cocu quand on voit à quel point il s’en faut d’un cheveu de sa crinière de renard pour que De Gea ne le sorte.

Et après ? Ben après, le CSKA prend confiance, Mario Fernandes viole Rojo sauvagement et à plusieurs reprises, United  nous fait perdre patience lors de phases de possession stériles, Rooney se traine sévèrement, et Martial est constamment l’objet de prises à deux de la part des défenseurs adverses, l’empêchant de se mettre en bonne position.

Au retour des vestiaires, Van Gaal sort Schweinsteiger et fait entrer Fellaini. Conséquence ou non, il y a du mieux dans le jeu mancunien. Bon, ça ne se voit pas tout de suite, on s’ennuie ferme pendant un long moment. Rooney alerte Akinfeev d’une bonne tête à la 60ème, Blind prend la place de Rojo,  et l’on se dit qu’avec un peu de bonne volonté, United peut faire bien mieux.  Et alors que j’envoie un message à Luke pour lui dire que les centres de Valencia me donnent définitivement la nausée, l’Equatorien, à la suite d’une belle passe de Schneiderlin, délivre un centre parfait pour Martial, qui propulse le ballon au fond de la tête. Un partout, et avec environ 25 minutes à jouer, on pense que les Rouges Diables peuvent forcer la décision.

Mais hélas, entre manque d’efficacité, trop longues possessions de balle, et défense moscovite héroïque, plus rien ne sera marqué, et les deux équipes se séparent sur un nul. Et là, on se dit… Ben que c’est bien fait pour notre gueule, qu’on a beaucoup trop attendu avant d’accélérer, et surtout, on se dit que si on joue comme ça contre City, on aura vite fait de se faire équarrir.

Les Diables :

De Gea (4/5) : Plutôt bon quand il a eu à intervenir (trop souvent à mon goût), il manque d’un peu de bol pour détourner le péno.

Valencia (2+1/5) : Prestation somme toute correcte pour un type qui ne joue pas à son poste, c’était pas Byzance non plus, mais j’ai décidé d’être plus indulgent. +1 pour son très bon centre. Miracle.

Jones et Smalling (2/5) : Pas un grand match pour une charnière qui ne jouait que son deuxième match de la saison, mais à y regarder de plus près, le danger ne venait pas constamment de l’axe.

Rojo (0/5) : Mario Fernandes l’a renvoyé à ses limites. Remplacé par Blind (non noté), qui s’est montré bien meilleur. Vous me direz que c’était pas trop compliqué, et vous aurez raison.

Schneiderlin (3/5) : Il ne peut pas tenir tout le milieu de terrain à lui seul, et c’est bien dommage.

Schweinsteiger (2/5) : Après un match très propre ce week-end, il s’est montré beaucoup plus emprunté sur cette rencontre. On ne sait finalement pas trop quoi attendre de lui. Et le pire, c’est que lui non plus n’a pas vraiment l’air de le savoir. Remplacé par Fellaini (3/5) : qui n’a pas été sensationnel, mais si je dis qu’il est nul alors qu’il est entré dans la période forte des Rouges Diables, on va dire que je m’acharne.

Lingard (2/5) : Quelques bons retours défensifs, et c’est un peu tout ce que j’ai noté. Remplacé par Depay (1/5) qui s’est montré extrêmement agaçant, ballon au pied. Plus proche d’un mauvais Nani, que d’un jeune Cristiano Ronaldo. Rendez-moi Ji-Sung Park.

Ander Herrera (2/5) : Il est sympa, il est cool, il a un touché de balle soyeux, mais il joue avec des attaquants parfois inaptes à comprendre qu’il doit être le dépositaire du jeu dont il doit également être l’accélérateur. Mais je crois fort en une grande saison de sa part.

Martial (3, puis 1, puis 4/5) : Longtemps enfermé dans un gros pressing à base de prises à deux de la part de vaillants défenseurs russes, il a failli connaître une très sale soirée quand il concède le penalty d’une main évitable. Mais, plein d’abnégation, il s’est démené et a marqué d’une belle tête. Et ça, c’est fort.

Rooney (1/5) : Tremblez, Kompany, Hart, et tout Manchester City ! Le camion-benne le plus cher du Royaume-Uni s’apprête à venir vous infliger une raclée !… S’il arrive jusque chez-vous, déjà.

 

Je devrais traîner dans le coin encore un moment. Vous aurez donc droit à mes terribles notes pour pas mal de rencontres, a priori. Mais en attendant, vous retrouverez Luke pour le derby de Manchester, ce week-end, et vous aurez peut-être droit à une double notation, si vous êtes sages, et surtout si Monsieur Seafer est d’accord.
Bise inféranale,

L’Infernal Wayne Boulet.

2 thoughts on “CSKA Moscou – Manchester United (1-1) : LA RAIDE ET VILE ACADEMY LIVRE SES NOTES

  1. Merci à toi, Johny Kreuz ! Ouais, j’espère juste qu’on en viendra pas à « Fellaini, résignation… »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.