Ahhh Guingamp. Guingamp, Guingamp, Guingamp. Guingamp. Guingamp tu es beau et tu es fait d’amour. Tes adversaires connaissent bien cet amour puisque tu lui as appris.
Tu lui as appris l’amour tendresse d’abord. Parfois tu lui as appris l’amour en vitesse. Mais souvent tu lui as appris l’amour fait de violence et d’ivresse, le plus souvent sur l’établi, la salopette sur les chevilles pour chevaucher ton adversaire sans selle.
Pendant ce temps, je regarde. Quand tu dévoiles ta composition, j’ouvre doucement mon peignoir. Je suis nu, et j’observe les onze objets du désirs que tu as choisi pour aujourd’hui. Rapidement j’ai chaud. Je tremble même. Au bout de quelques secondes je sens ton souffle chaud dans mon cou. Je te sens descendre le long de mon dos et t’attarder sur mes hanches. Mon entrejambe s’humidifie. Nous collons l’un à l’autre, je brûle, tu me domines maintenant et chaque action crépite en moi et laisse éclater un bruit sec dans le creux de mes reins. Tu me transportes par un amour délicieux dans l’abîme du plaisir et ça y’est je ruisselle, je m’inonde. Que dis-je, nous ruisselons tous les deux, nous nous inondons tous les deux, nos lèvres se resserrent, nos corps jouissent, nos corps brûlent.

Ô GUINGAMP! tu es mon aventure luxuriante et mon plus beau moyen de faire l’amour sans pénétration.

Moi, face à la saison de Guingamp (allégorie).

Pardon j’étais parti changer mes dessous. Je crois que j’ai fait un rêve érotique. Ça sentait le foutre n’est ce pas ? C’est normal vous êtes à la Paysan Breton Académie. Et aujourd’hui Guingamp a rendez-vous avec l’histoire et le Dynamo de Kiev a rendez-vous avec la potence.

Alors quels sont les bourreaux que Jocelyn a retenu ?

Lössl dans les bois,
Lévêque-Sorbon-Kerbrat-Jacobsen cueillir des cerises,
Pied-Sankharé-Mathis-Yatabaré dans mon panier neuf,
Mandanne-Beauvue elles seront toutes rouges.

Pendaison classique, il y aura vraisemblablement arrachement de la moelle épinière

Kerbrat à la place d’Angoua. On m’a confié Benjamin pendant une semaine pour rien. Il est sous-alimenté, il a bouffé toutes mes plinthes mais on lâchera l’animal que contre Montpellier. Yatabaré remplace aussi Giresse et viendra apporter un message de paix (C’est souvent des balayettes).

La bataille

Je vais bien, j’ai passé le début de ma semaine à traquer des putes Ukrainiennes dans la capitale pour les découper dans ma cave. Ça détend vachement.

Pourquoi tant de violence ? Les vrais savent.

Pardon. Parfois je m’en veux d’être comme ça.

À rendez-vous exceptionnel, Kop Rouge exceptionnel.

Magnifique tifo dont voici la maquette :

Ah bah le début de match offre beaucoup d’amour de son prochain aussi avec Lionel Mathis qui dépose une carte de saint-valentin sur la cuisse de Jeremaine Lens. Jeremaine se demande encore ce qu’il vient de lui arriver. Ce qu’il vient de t’arriver motherfucker c’est Lionel Mathis en plein dans ta cuisse au bout de 32 secondes de jeu. Tu auras beau mettre du mercurochrome, toute ton âme est meurtrie. La seule solution c’est l’amputation. Lens se fera remplacer dans la foulée par Gusev.

COUCOU GERMAINE.

Dix bonnes premières minutes marquées par une frappe de Beauvue trop axiale pour alerter Shovkovski. À la 19ème Veloso vient doucher les attentes Guingampaises en venant tromper Lössl sur un service de Kravets parti dans le dos de Kerbrat. EAG 0-1 Kiev.
Sur notre gauche, Yarmolenko nous fait du mal. Lévêque peine à cadrer l’Ukrainien qui dans un style à la Robben repique aisément dans l’axe pour frapper. Cette fois on a de la chance puisque c’est contré par Kerbrat puis un Ukrainien avant de mourir en six mètres.
La réaction bretonne arrive 3 minutes plus tard par un joli travail de Pied sur la gauche qui adresse un centre pour une tête plongeante de Kerbrat facilement maitrisée par Shovkovski.
La 37ème minute est ce que l’on croit être l’origine de tout les maux que vont rencontrer les Ukrainiens, avec un vilain Mathis qui ne redonne pas le ballon aux gentils Ukrainiens, comme le démontre l’illustration ci-dessous.

NOPE.

Sauf que quoi? Sauf qu’en fait l’arbitre ça fait deux minutes qu’il a arrêté le jeu parce que Sorbon est au sol et que Mathis a dégagé la gonfle dans l’autre camp depuis sa surface. Et la petite putasse ukrainienne, à 0-1, ça s ‘amuse à garder le ballon dans ses petites mains de raclure de bidet et ça ne le redonne à personne pour bien emmerder son monde et pour faire dégoupiller le Toto qu’a déjà pris son jaune. Après que Toto a tenté en vain de récupérer le ballon et par la suite de s’embrouiller avec de l’intellectuel d’Ukraine, l’arbitre a décidé de stopper les frais et de siffler. Siffler pour remettre de l’ordre l’a dedans. L’Ukrainien malhonnête de naissance comme le démontre son physique estime que le ballon lui revient. Ce qui lui revient pour commencer c’est ma main dans sa tronche. Ça retourne dans son pays et ça ferme bien sa gueule si c’est pour être désagréable. Et Lionel il t’indique que puisque tu ne voulais pas redonner le ballon, tu iras te faire encombrer dans une grange pour qu’on te le donne. (En gros, il te dit d’aller te faire foutre, mais il le fait avec classe).

De son côté l’Ukrainien est parfaitement fair-play, comme ici lorsqu’il protège Beauvue d’un colis suspect :

The President’s Man.

S’ensuit un ballet de génies.

Premier acte, Yarmolenko, mécontent, balaye un Sankharé qui ne sortait pas le ballon.

Bien joué Ducon, mais c’est parfaitement gratuit, et y’a rien qui empêche l’arbitre de te coller un rouge pour ton agression. Donc carton rouge.

Deuxième acte, entré depuis 3 minutes, 0 ballon touché et un visage qu’on aimerait oublier c’est Younès Belhanda. Younès est visiblement un petit Nîmois refoulé puisqu’il s’en prend à son tour à un Guingampais qui n’a pourtant pas le ballon. 5 putain de minutes après que son pote ait récolté un carton rouge pour la même raison. Plus con que ça, tu oublies de respirer.

Rouge donc.

Younès, Lionel a et aura toujours deux choses de plus que toi : un cerveau et une carrière. De toute façon l’intelligence, la culture du foot il ne l’a pas, pour jouer avec un numéro 90 sur le dos faut être sacrément en roue libre là-haut.

On ne peut pas passer à la 2ème mi-temps sans parler de Gusev.

Mesdames et messieurs, Oleg Gusev :

Ne réglez pas votre écran, il ne s’agit pas d’un débile mental conçu par le cul qui se trimballe sur la pelouse mais bien d’Oleg Gusev.

Heureusement que les Guingampais jouent un peu au foot et nous rappelle pourquoi nous sommes là. À quelques secondes de la mi-temps, Mandanne hérite du ballon dans la surface, résiste au retour de Rybalka et centre-tir au deuxième poteau. Yatabaré est trop court pour reprendre.

Mi-temps invraisemblable. Les ukrainiens sont inutilement nerveux alors qu’ils avaient le match en main. Ça contraste beaucoup avec la maitrise qu’ils affichaient en début de rencontre.

Alors Guingamp va revenir sur la pelouse avec pour idée principale de multiplier les centres pour faire plier le double mur du Dynamo Kiev Adams. D’abord à gauche, à la 52ème Lévêque trouve la tête de Beauvue qui ne cadre pas, pourtant habitué à reprendre dans cette position. Puis 5 minutes plus tard, à droite avec le centre de Jacobsen qui est prolongé jusqu’à Pied. Jérémy contrôle et enchaine mais ne cadre pas .
Nos centres ne sont pas assez précis, alors Guingamp va faire rentrer un expert en la matière. Thibault Giresse qui, à 20 minutes de la fin, dépose une galette sur Beauvue qui reprend de la tête et trompe Shovkovski. EAG 1-1 KIEV.
Et puis Guingamp a eu la bonne idée de faire entrer Diallo aussi. Présent dans les airs, le Sénégalais vient couper un corner de Pied 3 minutes plus tard. Shovkovski est encore battu. EAG 2-1 KIEV.
En 5 minutes, Guingamp inverse totalement la tendance, et si je suis resté calme sur le premier but, je ne peux plus me contrôler sur le deuxième

Mon enthousiasme est incontrôlable.

L’autre quarantaine ou cinquantaine de centres n’y changera rien, 2 buts à 1 pour les bretons. Un score qui offre encore pas mal de suspens pour le match retour malgré le scénario de la rencontre.

Les paysans notés :

Lössl (3/5) : Crucifié sur un face-à-face dans ses six mètre, il a préservé les siens par la suite en claquant notamment un magnifique enroulé de Yarmolenko.

Lévêque (2/5) : On va pas se mentir, c’était plus simple à 9 contre 11. Parce que ça a été très compliqué en début de match lorsque Yarmolenko accélérait.

Sorbon (2/5) : Pas franchement intéressé par un retour défensif sur l’ouverture du score.

Kerbrat (2/5) : Il s’est fait prendre trop de fois en début de match et notamment lorsque Krivets s’est mis hors de portée de lui sur le but concédé. Il a essayé de se rattraper en redoublant d’effort dans la surface adverse, sans succès.

Jacobsen (3/5) : Son expérience a été utile, il n’a jamais paniqué, a tout le temps verrouillé son couloir et a offert des solutions sur son côté pour dédoubler et pour centrer.

Sankharé (3/5) : En demi-teinte. Pas en réussite dans ce qu’il entreprenait dans l’axe, il mettait surtout trop de temps à voir les solutions sur le côté pour étirer la défense adverse.

Mathis (4/5) : Il a éclairé le match de sa classe et a dit merde au communisme ambiant.

Pied (3/5) : À nouveau très actif, il a été maladroit dans le dernier geste jusqu’à sa passe décisive pour Diallo.

Yatabaré (3/5) : Un match pas très séduisant avec pas mal de déchet balle au pied. Mais c’est un joueur qui comble les déplacements de ses partenaires, il a été souvent utile dans son repli défensif.

Mandanne (3/5) : Un poil tendu, il n’aura eu qu’une mi-temps et une grosse occasion pour faire voir de quoi est capable un gros chat.

Beauvue (4/5) : Dynamique dans la surface il a été moult fois en position de reprendre un centre allié mais s’est souvent heurté au bon placement Ukrainien. Il a fini par nous délivrer d’une tête à canon scié dont il a le secret.

Les pignoufs:

Marveaux (2/5) : Transparent, son entrée n’a pas été bénéfique et on peut légitimement se demander si Ronnie Schwartz n’aurait pas été un meilleur choix pour épauler Claudio.

Giresse : Merci.

Diallo : MUS-TA-PHA DIA-LLO- ÔÔÔ Ô Ô Ô Ô Ô Ô ÔÔOOOOOO Ô Ô Ô Ô Ô Ô ÔÔOOOOOOOO.

Gwen Tagrenmer

12 thoughts on “Guingamp 2-1 Kiev, la Paysan Breton Académie livre ses notes

  1. Tu m’étonnes qu’il était tendu Mandanne, c’est pas possible une équipe de connards comme Kiev, ils auraient pris 10 rouges ca n’aurait même pas été un scandale.

  2. J’ai cliqué sur « carton rouge »…
    Encore une excellente académie. Facile avec une équipe comme Guingamp vous me direz.

  3. Loin de moi l’envie de Paul & Mickey, mais en voyant les image,s je m’attendais à des gestes bien plus bourrins pour les deux rouges ukrainiens. M’enfin ils avaient l’air d’être très cons malgré tout.
    Merci pour cet acad’ qui se lit au bureau, si on évite de cliquer sur quoi que ce soir…

  4. Tu me ferais presque oublier que Le Graet vient de chez toi…Franchement j’espère que vous allez passer au retour! Mathis est une salope, pas une vulgaire Sergio Ramos ou Xhaka, non, c’est une salope car elle te fais fantasmer pour en avoir dans ton équipe!

  5. Ce que j’ai oublié de dire c’est qu’à la mi-temps il y a un ukrainien (un remplaçant) qui viendra menacer Mandanne en mimant un flingue sur sa tempe. Ce qui résume la bonne grosse ambiance de fils de pute que mettaient les ukrainiens

    @CraigBelAmi Il faut cliquer 22 fois, fermer un oeil et dire « Jean-Christophe Vergerolle n’a jamais existé » 3 fois pour que ça marche.

    @Luke un attentat a été déjoué.

    @Spooner Mon robinet c’est cette putain de tête de Mustapha Diallo.

    @Willy Pagnol Pas mal de coups bas en douce, d’insultes ouais

    @Coco Michou en venant ici, j’ai pris l’habitude de ne plus cliquer sur les vidéos.

    @Spado je me trouve toujours excessivement drôle et cela dans n’importe quelle circonstance atténuante.

    Sinon j’aime beaucoup ce que vous faites sur ce site. Continuez ainsi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.