Sofoot.com invoquait la numérologie pour nous expliquer que la Juve allait s’incliner à Artemio-Franchi. Bien joué les gars, surtout ne changez rien. Le journalisme sportif consiste donc à établir des pronostics. Putain de génération Betclic.

Un premier but rapide, Cerci expulsé pour avoir botté les fesses de De Ceglie (sûrement une invitation maladroite pour la troisième mi-temps), et la Juve a pu dérouler ses arguments. L’opposition est inexistante, le ballon est monopolisé comme un non-symbole du CSA en période de campagne présidentielle. Il n’est pas utile de tirer d’enseignements de ce match étant donné le faible niveau de l’équipe toscane, encore plus sans Jovetic mais avec Amauri. Corrélation, toussa toussa. Réjouissons-nous simplement de l’efficacité retrouvée des joueurs offensifs, et de la confirmation de l’état de forme de Vucinic.

 

Les notes :

Buffon : non noté.

Lichtsteiner 3/5 : pas trop aidé par les des-calages de Pepe, il n’a pas trop souffert face à un Vargas un peu con et énervé.

Caceres 3/5 : une nouvelle fois intraitable. Il s’est même permis de relancer sur Amauri en début de match afin de le remettre en confiance. Mais l’Italo-travelo-brésilien a buté sur Bonucci. La double-lame psychologique.

Bonucci 3/5 : la seule action dont je me souviens de sa part est sa célébration avec Vidal.

De Ceglie 3/5 : n’a pas trop vu la balle dans la mesure où le secteur offensif n’a pas souhaité humilier son adversaire. Terrible victime d’un coup de pied aussi violent qu’inexpliqué à hauteur du postérieur, espérons que l’on ne revoit plus jamais le pied de Cerci sur un terrain de football.

Vidal 4/5 : célèbre son but d’une bagarre virtuelle avec Bonucci en référence à la rixe supposée dans une boite de nuit dimanche dernier. Son âme de jardinier est toujours présente à l’image de sa prestation de cisailleur.

Pirlo 5/5 : régule le transit de la Vieille Dame avec plus d’efficacité que le Bifidus actif d’Activia comme en témoigne ses 134 passes réussies sur 139. Il invente le tacle-piqué pour remporter son duel avec le gardien.

Marchisio 3/5 : Oui mon petit, il a conclu ! Enfin un 7e but en Serie A pour celui qui n’avait plus marqué depuis le 4 décembre. Une prestation terne en première période, mieux en seconde.

Pepe 2/5 : plutôt yaourt frelaté qu’Actimel, il a le potentiel pour une carrière de joueur de bowling. Ses centres ont toujours terminé sur le défenseur adverse. Strike.

Vucinic 5/5 : a commencé par ajouter une frappe sur le poteau à sa collection dans l’optique du challenge Bakary Sako. Ensuite, le pistollero monténégrin a dégainé à quatre reprises : un but et trois passes décisives.

Matri 1/5 : isolé, martyrisé et oublié. Il ne s’agit pas du peuple Nord-Coréen, mais bien de la partie d’Alessandro. La Mitra(illette) est enrayée, donc ce n’est pas un AK-47.

Les autres apparitions :

Quagliarella : Bien essayé, mais à la Juve ce sont les milieux qui marquent en priorité.

Padoin : était placé à l’endroit idoine pour reprendre la frappe déviée de Pirlo.

Borriello : les tempes sont rasées, la moustache est bien taillée, sinon pour le reste…

Conte : « Vucinic ? Vous vouliez tous le voir sur le banc, il n’y a même pas deux semaines. » Enfin, on voulait surtout que Zorro fasse autre chose que nager la brasse dans les plantes vertes.

28 matchs sans défaite : Capello peut s’arracher les Capelli puisque son record est égalé tandis que Conte mérite un coup de Cappello. (Humour de rital)
Michel Panini.

Il y a bien des images tout de même.

7 thoughts on “La Bianconero Académie note Fiorentina-Juventus (0-5)

  1. Superbe arrêt du regard sur le 1er but, magnifique célébration sur le 2ème, et Andrea a une classe extrême quand même.

  2. Quand même la parade de Buffon en seconde période pour dévier le ballon sur le poteau, quelle splendeur!

  3. Haha… Buffon non note lol , faut lui donner 6/5 alors vu qu’il nous a gratifie un arret de class mondiale.

  4. Et insulter les adversaires péruviens ailiers gauche ça fait partie du antipathic’s plan également ? j’ai bien rigolé merki ;)

  5. J’aime les académiciens qui savent relativiser une belle victoire en tenant compte de la faible qualité de l’adversaire.

  6. Les arrêts top-class de Buffon sont une habitude cette saison, j’ai du oublier sa parade.

    JustWide, effetivement je ne suis pas supporter dans l’exercice de mes fonctions.

    L’expulsion de Cerci a grandement facilité la chose. La Juve souhaitant imposer son jeu, les espaces offerts par l’inferiorité numérique des joueurs de la Fio a permit à la Vieille Dame d’effectuer un nombre énorme de passe, Pirlo s’est régalé à la manoeuvre, et Pepe a flingué les passes à dix en fin de match. Un match logique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.