La Blaugrana Académie note Barcelone-Osasuna (8-0)

8-0 ? Oui, oui 8-0

Tous les socios et amateurs du FC Barcelone savent qu’il faut bien  quatre semaines à la machine blaugrana pour lancer sa saison. L’échéance approche.

Après deux matchs nuls décevants face à la Real Sociedad et au Milan AC, les joueurs ont l’occasion, lors de cette 4ème journée,  de se relancer et d’engranger un peu de confiance avant de se déplacer à Mestalla et de recevoir le nouvel Atletico de Manzano.

Place donc à ce match face à un prétendant au maintien, l’Osasuna Pampelune.


Les compos :

FC Barcelone En recevant une équipe du dernier quart de la Liga, Guardiola pouvait se permettre d’affiner le fameux 3-4-3 qu’il avait expérimenté face à Villarreal. Il se l’est permis.

La défense à trois est donc composée de Puyol, qui fait son retour en tant que titulaire, dans l’axe, avec Abidal et Mascherano à ses côtés.

Le milieu de terrain est formé de Busquets en sentinelle et de Xavi et Thiago à la création.

La ligne d’attaque est inédite  puisque Alves se retrouve sur la droite, Messi dans l’axe et Villa sur la gauche.

Enfin, entre le milieu de terrain et l’attaque, est intercalé Fabregas pour faire le liant entre ces deux lignes.

 

 Entraineur : Pep Guardiola

Valdes – Mascherano, Puyol, Abidal – Busquets, Xavi, Thiago, Fabregas – Alves, Villa, Messi

+ Adriano, Maxwell, Afellay

Osasuna

Mendibilar, dans un 4-5-1 typique des équipes de bas de tableau de Liga, aborde la rencontre pour prendre le moins de buts possible.

On notera la présence de Raul Garcia, milieu tout-terrain prêté par l’Atletico, et de Damia, ancien pensionnaire de la cantera blaugrana ayant fait quelques apparitions avec l’équipe première catalane.

Entraineur : José Luis Mendibilar

Moreno – Lolo, Roversio, Raitala, Bertran – Damia, Raul Garcia, Ruben, Punal, Lamah – Nino

+ Cejudo, Baldé, Timor


Les buts :

Pour une fois Hristo ne va pas énumérer tous les buts, il faudra vous en tenir au résumé vidéo.

Mais bon pour la forme et dans l’ordre on a : Messi (5ème), Fabregas (12ème), Villa (35ème), Csc Roversio (40ème), Messi (41ème), Xavi (58ème), Villa (76ème), Messi (80ème).

http://horsjeu.net/fil-info/en-attendant-hristo/

Les notes :

VALDES /3 : Pourra claquer sa prime de victoire dans une association contre une maladie incurable ou la trisomie tant il n’a rien eu à faire dans cette rencontre. Mais Hristo lui conseille un bon resto, une pute et une belle montre, les handicapés n’ont qu’à savoir jouer au football.

PUYOL  /3 (remplacé par MAXWELL à la 55ème) : le Capitaine titulaire et aucun but encaissé, quelle coïncidence… Solidité, sérénité, humilité.

MASCHERANO /3 : sixième match de la saison et, comme un symbole de RTT, s‘est contenté de mettre les pieds sur la pelouse et de regarder jouer ses potes, faute d’actions offensives adverses.

ABIDAL /4 (remplacé par ADRIANO à la 45ème) : passeur sur le troisième but et presque sur le quatrième, on sent que le français s’est fait plaisir sur cette rencontre. Bien que faisant partie intégrante de la défense à trois, cela n’a pas empêché Abidal d’aller manger la ligne de touche pour soutenir son compère de l’aile gauche Villa, tout cela malgré son erreur de début de rencontre. Sorti à la mi-temps pour cause de cheville douloureuse. Grosse mi-temps du français

BUSQUETS /5 : quel bonheur de le voir enfin retrouver sa place. Non pas que Keita ait échoué dans son intérim mais plutôt pour éviter d’avoir à aligner l’espagnol au cœur de la défense. Très fluide, très bon dans les relances, espérons que Guardiola le fixe à son poste de prédilection jusqu’à la fin de la saison. Villa et Alves peuvent le remercier pour tous les caviars qu’il leur a offerts dans la course.

XAVI /5 (remplacé par AFELLAY à la 60ème) : vieillissant, hors de forme, sur le déclin… le scepticisme de Hristo en ce début de saison semblait légitime tant l’espagnol semblait hors du coup.  Mais Xavi est plus qu’un joueur et entre transversales de 40 mètres et passes dans les intervalles, il a été eblouissant de justesse et de sérénité.

THIAGO /4 : comment briller au milieu de noms comme Xavi, Villa, Fabregas, Alves et Messi ? Pas facile, n’est-ce pas ? Et pourtant cela semble le galvaniser. Ni but, ni passe décisive dans cette goleada sans pour autant faire tâche au milieu des autres joueurs. Dieu sait que quand on mène 6-0 et qu’on a 20 ans, la propension à vouloir en faire des caisses peut sembler naturelle. Mais Thiago, semble-t-il, est plus mature que la moyenne.

FABREGAS /5 : buteur puis passeur sur les cinquième, septième et huitième buts, il est à n’en pas douter l’homme du match devant son compère argentin.  Meneur de jeu de la ligne offensive, le catalan était partout et a réussi à merveille son rôle de relais entre le milieu de terrain et l’attaque. Il est le joueur complet par excellence capable de palier à n’importe quel poste offensif  et de s’y adapter en moins de cinq minutes.

ALVES /5 : passeur sur le premier but, Hristo a souvent ironisé sur ses montées à toutes enjambées qui transforment le latéral en ailier. C’est alors que Guardiola a posé ses couilles sur la table et a décidé de promouvoir le brésilien troisième attaquant de la ligne d’attaque. Résultat : ce fût un régal. Tout ce qu’il a tenté est passé. Une expérience que Hristo aimerait voir se renouveler, surtout connaissant le niveau actuel de Pedro.

VILLA /4 : que ce doublé va faire du bien à la confiance du Guaje malgré son match plus que quelconque. Quelques dribbles ratés et des choix douteux dans la transmission viennent un brin ternir son match mais Hristo ne veut pas non plus faire la fine bouche et chercher la petite bête quand il n’y a pas de raison de le faire. Profitons.

MESSI /5 : passeur sur les second et sixième buts et auteur d’un triplé, sa complicité avec Fabregas est de plus en plus flagrante. Je te passe la balle, tu me la repasses, je te la repasse, tu me fais la passe décisive, je marque, on se congratule et on recommence. Et vice versa bien entendu. Dommage que les poteaux étaient basques car l’argentin aurait pu alourdir le score à plusieurs reprises. Mes que facile.

 

Remplaçants :

 

ADRIANO /3 (remplace ABIDAL à la 45ème) : entrer en jeu alors que les attaquants adverses avaient baissés les armes depuis 40 bonnes minutes est tout de suite plus bénéfique pour la confiance.

MAXWELL (remplace PUYOL à la 55ème) : pour tenter une défense à trois composée de Maxwell-Adriano-Mascherano, il faut être sacrément burné. Mais bon à 5-0…

AFELLAY (remplace XAVI à la 60ème) : la tête dans le guidon, les 10 touches de balle avant de donner son ballon, la vitesse d’une tortue tétraplégique, ce joueur est chiant à mourir balle au pied. Depuis son arrivée à Barcelone, Hristo ne l’a jamais vu faire autre chose qu’un crochet intérieur pour éliminer son adversaire. A vraiment fait tâche lors de son entrée en jeu.

Mendibilar, l’après-midi précédant cette rencontre, déclarait :

« Personne ne sait comment jouer Barcelone. Si tu défends, ils t’en mettent huit; s’ils t’attaquent aussi. De plus, ils ont fait deux matches nuls et ce sera compliqué qu’ils ne gagnent pas le troisième. Ce n’est pas un match de notre championnat ».

Quel beau présage qui, malheureusement pour lui, s’est vérifié sur le terrain, Osasuna oscillant trop souvent entre envie d’attaquer et obligation de défendre. Une branlée en bonne et due forme qui remettra un peu de baume au cœur des supporters les plus sceptiques et pessimistes. Le cru « Barcelone 2012 » est en train de murir et il sera, à n’en pas douter, fort savoureux.

 

Prochaine rencontre mercredi sur la pelouse de Mestalla.

8 thoughts on “La Blaugrana Académie note Barcelone-Osasuna (8-0)

  1. Fabregas qui quitte une équipe qui s’en prend 8 pour une équipe qui en met 8…
    Il doit se sentir mieux dans sa virilité.

  2. 13-0… Marche pas trop mal ce 3-4-3.

    Si en plus tu rajoutes la vitesse de Puyol à l’arrière…

  3. Belle pub pour les nains que ce Barça. Comme quoi, on peut être gavé aux hormones et mettre des branlées à tout le monde. Sauf à Montanier et Griezmann bordel.

  4. Comme quoi, j’avais bien fait de ne pas m’inquiéter…

    Les deux matchs nul annuels syndicaux sont passés,l’équipe peut se remettre à fesser l’Espagne.

    Si on plus on conjugue ce gang bang avec la défaite de Madrid, le week end peut définitivement être classé parmi les bons.

  5. PS : Hristo t’es un peu dure avec Ibi…

    Certes, il a vraiment du mal à rentrer dans le moule mais c’estpas avec les bouts de matchs dont il dispose qu’il pourra réussir.

    D’ailleurs, autant faire du profit sur son dos car c’est après tout son utilité première, faire une belle plus-value.

  6. Est ce que Fabregas a prévu de rembourser sa dernière année à Arsenal, non parce que là ça commence à se voir qu’en fait il jouait pas du tout…

  7. Affelay c’est triste. Il regarde le dernier but de Messi, se met sur le côté en espérant que Dieu va daigner lui accorder une passe décisive comme Fabregas l’a fait avant avec Villa. Mais non. « Tu n’es pas du crew » semble lui dire Messi sans daigner le regarder alors qu’il ajuste le portier d’Osasuna. Viens à Paris, bonhomme. On te reconvertira et t’auras dix fois plus de temps de jeu.

  8. >Dignan
    Oui ça marche plutôt pas mal, surtout avec Alves sur la droite, ça envoie du pâté en croûte.

    >Chulo
    On va dire que ce 8-0 fait du bien mais on respirera mieux samedi soir après que l’équipe ait jouée Valence et l’Atletico.

    >Toufik
    Oui tu as raison, c’est vrai que ça ressemble un peu à une non-intégration du hollandais dans l’équipe.
    Après quand on a la tête dans le guidon pendant une demi-heure dans une équipe qui prône le jeu collectif… A-t-il au moins pris la peine d’apprendre l’espagnol ou le catalan?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.