La Paillade Académie note Brest-Montpellier (2-2)

‘Tention, il fait dans le lyrique.

Au bal des frustrations, notre belle cité dou clapas est reine. Au royaume du gâchis, elle en est l’impératrice comique. La cantatrice chauve sans voix d’opéra pour parachever sa sublime domination, la corrida inachevée symphonie d’un combat qui n’aurait dû voir qu’un seul vainqueur. La note finale sonne faux, et toute cette partition se transforme en requiem pour occasions manquées, elle qui pourtant se mouvait en chef d’œuvre, en miracle prolongé.

Le Montpellier Hérault ne sera, sauf retour de l’appareil de Gabriel, plus leader dimanche soir. Et ceci parce que les petits ont perdu pied dans une deuxième mi-temps étrangement fantomatique. Cela avait pourtant bien démarré puisque le récital en première période  avait permis une domination de la tête et des épaules sur des Bretons amorphes. Le coup de mou après la pause les remit à flots, et ils sautèrent sur l’occasion avec une envie et un mordant indéniables.

Marcelin aime les fleuves, surtout de pastaga (comment ça,  ça existe pas?!?). Ça le rassure de vous couler toute sa merde syntaxique. Marcelin c’est un peu le Balzac des vignobles, le roi de la prose du cépage. Il est pas payé à la ligne, juste au verre.

On restait sur le cul devant les montagnes de beaux gestes et autres actions appliquées, parachevés par une présence impressionnante au milieu, une construction appliquée et le souci de bien faire, de réussir chaque passe, transversale, tir. Le Montpellier de première mi-temps laissait pantois, et donnait à présager la continuité sensationnelle. Mais les symboles font mal et reviennent incessamment au triple galop. Marcelin a presque le même prénom que Pagnol, et écrit presque le même livre : « Le temps des regrets ».

Les moit-moit :

Jourdren (2/5) : Une prestation en demi-teinte, comme un symbole d’équipier modèle. De bonnes interventions quand d’autres furent approximatives. Il a voulu devenir sublime en se trouant sur le deuxième but.

Bedimo (2/5) : Sa première mi-temps fut très aboutie, il a multiplié les bonnes courses et les centres incisifs, amenant le deuxième but de Giroud. Mais la deuxième fut catastrophique, il laissa le champ libre à l’adversaire et son marquage ignoble amena le deuxième but.

Hilton (3/5) : Son association avec Mapou est clairement intéressante. Solide dans ses interventions et physiquement au point, il a baissé par la suite.

Yanga-Mbiwa (3/5) : Le Mapou était chaud comme le cacao au début, comme d’habitude. Mais son erreur intolérable permit aux Brestois de se réveiller, dommage.

Saihi (3/5) : Marcelin va se répéter. Première mi-temps énorme d’intensité, et baisse de régime intolérable en deuxième.

Jeunechamp (1/5) : Pleure pas Cyril, t’as voulu du temps de jeu, t’en as eu, t’en n’as rien fait et tu t’es blessé. Looser (remplacé par Bocaly).

Estrada (3/5) : Le seul à être parvenu à maintenir un niveau de jeu passable en deuxième période. Des coups-francs biens frappés dans l’ensemble dont un qui amène le premier but. Winner.

Belhanda (2/5) : Sa disparition dans la catégorie « joueur de football » en deuxième période a fait encore plus de mal que les attaques brestoises (remplacé par Marveaux).

Dernis (3/5) : Une première mi-temps exceptionnelle, il s’est un peu trop énervé par la suite et a dû se faire calmer par Makonda pour s’en rendre compte.

Camara (1/5) : « Je veux être plus qu’un joker » Bingo ! T’es une limace bourrée au valium, c’est bien mieux (remplacé par Utaka).

Giroud (3/5) : Son doublé lui permet de dépasser la moyenne. Trop esseulé en deuxième période, il s’est éteint crescendo.

Les moit-moit bis :

Bocaly : A eu la lourde tâche de succéder à Jeunechamp et a fait presque aussi bien que lui. Bravissimo.

Marveaux : Joris a mal aux pieds, Joris a mal au dos. Joris n’est pas rigolo.

Utaka : Et Loulou criant : « Utaka ! Utaka ! Utaka ! ». Pour rien. Cet homme est un cyborg. Vous comprendrez, vous verrez.

Le bisou vigneron, nastrovia, portez-vous bien,

Marcelin.

Marcelin est un chic gars en plus d’être un poète, il vous file les belles images du match. Et le match des Brestois par Mèch’ Tuyot.

12 thoughts on “La Paillade Académie note Brest-Montpellier (2-2)

  1. Yanga-Mbiwa a fait la même erreur (avec une conséquence + dramatique) le week-end dernier mais a quand même eu 5.

    Sinon, un petit merci pour Steven Elana (le frère de), ça t’écorcherait la gueule ?

  2. Une conséquence plus dramatique le week-end dernier…et ta soeur? Et comment tu parles à Marcelin? Tu vas avoir des problèmes…qui dit coopérative dit association de bras musclés!

  3. Je ne peux que m’incliner devant autant d’argument. Allez t’en fais pas, je sens bien que je suis pas le bienvenu depuis la dernière Paillade Académie, je t’embêterais plus, ni toi ni Marcelin

  4. Ben si tu veux des arguments, sache que quand un défenseur fait une connerie, qu’elle n’a aucune conséquence sur l’évolution du score, et que c’est lui même qui a rattrapé sa connerie, on peut lui pardonner. A moins d’être un monomaniaque-pervers polymorphe façon Morlino, ce que je ne souhaite à personne.

  5. Quand j’ai vu Camara titulaire j’ai cru que le MHSC jouerais en 442, que pouvait espérer Girard à le faire jouer côté gauche ? Un point d’ancrage pour Bedimo ?

  6. Mapou
    Pour le dernier match, on est tous d’accord, il se rattrape deux fois. Pour Amiens, non. Pour Lyon, non, pour Brest, 1000 fois non. Je lui en veux et j’en veux à Girard de l’avoir mis capitaine toutes ses bourdes ressortent parce qu’il veut encore faire mieux et c’est bien là le danger. Le mieux est l’ennemi du bien, c’est à double tranchant etc. D’accord il est fort, mais alors qu’il m’énerve en ce moment,n mais il m’énerve!!!!!!!!!!!!

    Je préfère un défenseur lambda qui tient la baraque tant bien que mal. Au final, ça coutera peut etre un but, mais ça évitera de se taper la honte avec les conséquences psychologiques (potentielles) qui s’en suivront….

  7. Camara a l’habitude de ce côté gauche, mine de rien. Tu parles de 4-4-2 et, dans les faits, Camara est censé repiquer dans l’axe et faire office de deuxième attaquant. Auquel cas Bedimo peut venir offrir des possibilité dans le dos de la défense, pendant qu’Estrada le couvre sur son couloir.

  8. C’est pas parce qu’on a l’habitude de quelque chose que ça marche sinon il n’y aurait pas un terrible marché parallèle de corne de rhinocéros en poudre.
    J’ai pas bien vu son apport sur ce match, tu le soulignes bien avec ton commentaires d’ailleurs, au vu de notre première mi-temps catastrophique, la formule m’a paru trop peu ambitieuse en fait… Mais sur le papier ce que tu proposes à l’air tout a fait satisfaisant, après que les joueurs l’appliquent… au retour d’Ait-Fana c’est ce qui est prévu ?

  9. (Attention, c’est Marcelin qui a noté les joueurs, pas de confusion).

    En effet, entre la théorie et la pratique, Camara nous a fait un grand écart à s’en claquer les couilles. Je crois que c’est clair pour tout le monde maintenant : ce type doit rester un joker qui rentre frais à l’heure de jeu pour venir perturber les défenses émoussées.

    Aït-Fana? Je sais pas si on l’attend encore…peuchère.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.