La Breizhou académie note Brest-ASSE (2/0)

Encore des Bretons leaders… C’est à n’y rien comprendre, sauf pour Roazh Takouer.

C’était l’autre gros match entre deux candidats à la place de leader, mais celui-ci a bien eu lieu. Il pleut peut-être souvent en Bretagne, n’empêche qu’à part le pays de Redon, les inondation et les orages qui durent tout un week-end, on connaît pas trop par chez nous. De l’avantage d’habiter dans un pays où il fait beau plusieurs fois par jour quand il ne pleut pas que sur les cons (puisque les gens bien restent au bar).

D’un côté donc Brest, meilleure défense de France avec seulement 4 buts encaissés en 10 matchs, soit un de moins que Rennes; et de l’autre côté, la 3e attaque du championnat et sa nouvelle star qui marche sur l’eau, multiplie les buts et transforme les derbys en hold-up, et expédie les pénos en tribune : Dimitri Payet. Lui et surtout lui, parce que le duo Sako-Rivière, bof quoi. Stade à guichets fermés, vent redoutable, public bruyant, ici, c’est Brest.

Une première mi-temps relativement calme, qui laisse Galtier sans voix, avec une forte possession de balles en faveur des Stéphanois qui auront trouvé le poteau par Ebondo. Mais cette statistique ne révèle pas grand chose non plus car en fait les Stéphanois aimeraient bien donner le ballon à ce bloc infranchissable pour le pousser à se dilater davantage. Sérieux, les ti zefs attendent patiemment et se montrent plus ou moins dangereux, à deux reprises, par leurs milieux latéraux que le commentateur de foot+ confond.

Une deuxième mi-temps qui débute d’une façon un peu similaire, si ce n’est que le poteau s’éloigne toujours un peu plus des frappes vertes, celles de Payet en tête, qui sentent plus la précipitation un poil résignée. Brest prend confiance, récupère haut, fait tourner davantage, s’approche de plus en plus facilement de Janot et finit par trouver la faille dans le dernier quart d’heure.

Saint-Etienne tente de pousser, des joueurs totalement inconnus (Saadi) pour la Breizhou, ou qu’elle avait simplement oublié (Christophe Landrin) entrent en jeu, mais à l’exception d’un duel entre Elana et l’ancien merlu Marchal, la défense brestoise semble trop décidée pour lâcher quoi que ce soit. Le chef d’oeuvre de Poyet, le P…yet qu’on attendait pas, achève un match qui ne bougeait déjà plus énormément.

Et l’incroyable en résulte, Brest et « ses épiciers » (Vincent Duluc) occupent, certes provisoirement, la place de leader du championnat. L’occasion pour de nombreux ‘spécialistes’ de signaler la faiblesse du championnat de France, sans s’attarder davantage sur un groupe « de mecs biens » (Alex Dupont) qui non seulement n’a rien volé mais affiche de surcroît de réelles qualités qui peuvent permettre aux supporters brestois, euphoriques en ce moment, d’espérer bien plus que le maintien.

Pour la Breizhou, l’analyse est autre. On craignait, et même se doutait un peu, que la place de leader allait quitter notre belle maison rouge et noir. Alors puisque ça paraissait acquis qu’elle se casse, qu’elle fasse au passage plaisir à un vieux pote qui galérait grave niveau gonzesse ces dernières années ne peut pas être foncièrement une vraie mauvaise chose

Tous nos respects au mensuel Breizh Football, qui avait écrit en fin de saison que Brest vivrait un début de saison à la Montpellier 2009/2010. Ils se sont trompé, la réalité est encore plus belle.

Elana 5/5 : Dégage énormément de confiance à chaque prise de balle, s’appuie sur une défense intraitable et un poteau solide, gagne un duel contre Marchal à 1/0, et entrera peut-être la semaine prochaine dans la légende. Enfin, il est déjà entré dans la légende brestoise, mais je parlais d’une légende qui ne s’étend pas qu’au Léon et à la Cornouaille.

Baysse 4/5 : Avec sa détente et toute la puissance qu’il dégage, il serait sans doute un excellent arrière-gauche en hand. En foot, il joue juste arrière droit puis arrière centre après la sortie de Brou. « I l joue juste ». C’est le cas de le dire.

Brou-Apanga 3/5 : J’ai pas grand chose d’autres à dire que c’était solide. Preuve donc qu’il a bien contenu les offensives stéphanoises dans sa zone. Sorti sur blessure à la 76e, mais « il va pas nous emmerder pour un coup » (Alex Dupont, mi Sir Alex, mi Soeur Emmanuelle).

Kantari 4/5 : Le big boss du verrou brestois a largement tenu le cap, ne craignant ni un Rivière qui s’y noie, ni un Bergessio trop sevré de ballon pour mettre en valeur ses éventuelles qualités de buteur, plus que sur sa frappe de poussin hors de la surface et non-cadrée.

Daf 3/5 : Payet sur son couloir, cela signifiait à priori gros danger. Ben en fait non, fort de son expérience, le Sénégalais, pas N’Daw, celui qui est plutôt bon footballeur, n’a pas laissé la starlette lui chanter ramona par ses éternels crochets qui le font repiquer plein axe. Une faute pas très utile lui vaut un carton jaune, et la Breizhou a un peu craint le pire à ce moment précis.

Ewolo 4/5 : Le courageux capitaine n’a pas trouvé la barre hier, mais il n’est pas sur le terrain pour faire le spectacle. Ça, c’est juste quand il est « de messe », ou quand il fait du hip-hop. Sur le terrain, Oscar harcèle le porteur du ballon, gratte et ratisse. Un bon match et voilô.

Lička 4/5: La Breizhou avait déjà constaté que le joueur tchèque est un relayeur plutôt calme et classe, et c’est avec son flegme de buveur de vraie Budweiser, pas la pisse ricaine, qu’il a ouvert le score, saluant au passage l’une si ce n’est sa meilleure prestation depuis son arrivée au bout du monde. Un but qui vient saluer une prestation de haute volée, un jeu presque toujours tourné vers l’avant et un sérieux travail défensif à l’image du reste de l’équipe.

Poyet 5/5 : C’est l’histoire d’un mec recruté attaquant; qui ne marque aucun but lors de sa deuxième saison au club; qui retrouve de la confiance en passant milieu/ailier droit sur les recommandations d’Alex Dupont: qui fête la montée en ligue 1 en slip, avec une perruque rouge sur la tête, un fumi dans une main, une bouteille dans l’autre; que l’arrivée de Touré promet au poste de joker; qui gagne de plus en plus de temps de jeu grâce à des entrées de plus en plus convaincantes et qui marque le plus beau but de la 11e journée, celui qui tue tout suspense au match et offre au promu la place de leader. Bref, plus qu’un simple joueur, une vraie mascotte. Sacré Romain « Lesoimier ».

Lesoimier 4/5 : Un match sérieux de plus pour lui. Milieu gauche, il contribue grandement à la solidité défensive du stat’ brestoa et se montre toujours percutant dans son couloir. À 1/0, il a davantage décroché, permettant à Roux de s’engager sur son côté. +1 pour la passe décisive à Romain « Lesoimier ». Devait donc s’appeler Benoît « Poyet » pour le commentateur de foot+ dont j’ai oublié le nom. Mais si canal plus a besoin d’un gars qui sait reconnaître deux joueurs brestois, qu’il n’hésite pas à m’appeller.

Mičola 2/5 : Il presse beaucoup, ça oui. Offensivement, par contre, il n’était pas à son avantage : plus faible taux de passe de Brest, et il n’a pas cadré sa seule frappe. En amélioration sur un point tout de même, il n’a été signalé qu’une fois hors jeu. Doit quand même avoir quelques petits problèmes de vues, qu’il compense par son énergie et ses nombreuses tentatives de percée. Un presbyte donc.

Roux 4/5 : N’a pas marqué, mais a fait un peu péter les plombs à Marchal, ce qui est déjà assez rare pour être signalé. Et qui d’ailleurs aura été d’une certaine façon décisive; puisque Grougi profite du fait que Marchal est aux fraises, regardant l’arbitre afin de voir si sa dernière intervention sur l’attaquant provoque un pénalty, pour centrer parfaitement dans la course de Lička. Une action qui résume bien aussi le travail du Nolan dans un match.

Les entrées en jeu

Grougi 65e – 5/5 – : Un premier coup franc, trop court, dans les pieds de Marchal; un deuxième, qu’on aurait cru trop long, sur la tête de Baysse qui saute plus haut que Janot, même sans les mains; quelques passses vers Roux puis l’apothéose, un centre parfait qui devient but puis victoire, puis même une place de leader. Dire qu’on a attendu 40 ans avec Rennes pour l’obtenir…

Ferradj 76e- non noté : Brou blessé, il est rentré pour jouer côté droit, faisant basculer Baysse dans l’axe. Aucun problème à signaler. La Breizhou est contente de son retour.

Chez l’ennemi

Ouais ben bof quoi. Bof derrière, très très bof au milieu, encore plus bof devant. Payet n’est plus le messi, Sako court vite et devrait même courir encore plus vite quand il n’essaiera même plus de s’emmerder avec un ballon, puis last but not least, Guirane N’Daw n’aura donc fait illusion qu’un match (soit un de plus que l’an dernier je crois).

3 thoughts on “La Breizhou académie note Brest-ASSE (2/0)

  1. je pense que stEtienne n’avait pas compris que faire des passes entre Janot, Marchal et Bayal pendant 10min facile au total… c’était pas une bonne idée pour marquer des buts à bernard lama.
    Mi?ola c’est mon poulain, il va finir par réussir, prépa tronquée par une blessure, mais il va finir par planter but sur but… il enlève énormément de travail à Roux et serait très beau avec les maillots moulants qu’ils ont dans certains club.. ou alors on verrait qu’il a du bide en fait…
    Probablement le match le plus dégueu de Li?ka niveau des passes, mais il marque, vu le niveau actuel des Cz, il va vite retourner en sélection.
    Poyet est passé de mec juste en L2 à excellent milieu droit de L1… des fois il se passe des choses, tu peux pas comprendre, mais merci Romain :)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.