La Garrincha Académie, Jornada 18

Y avait un match à ne pas louper, on vous laisse lire pour savoir.

Au programme de cette Jornada 18, le Timao qui chute, ses rivaux qui en profitent a minima, Botafogo qui se replace et le Peixe qui se donne de l’air.

 

Corinthians – Figueirense: 0-2.

Toujours aussi déroutant, l’Alvinegro s’est offert le scalp du leader, qui plus est sur sa pelouse. Après avoir décroché Flamengo lors de la J17, le Timao s’est relâché est a chuté contre un adversaire inconstant et imprévisible. Pourtant, c’est le Coringao qui s’offrit la première occasion chaude de la partie avec un coup france de Chicao repoussé par la transversale de Wilson. La première demi-heure de jeu fut essentiellement à l’avantage du Cotingao mais, après avoir fait le dos rond, Figueirense ouvrit la marque par Wellington Nem, bien plus rapide que Weldinho, son adversaire direct, pour couper la trajectoire du centre de Julio César (34′). Contraints de courir après le score, les hommes de Batista ne parvinrent pas à égaliser malgré les tentatives d’Alex et Willian qui toucha du bois à son tour. Sous le déluge, l’Alvinegro résista à l’assaillant tout au long d’une seconde mi-temps à sens unique. Orage, ô désespoir, ô contre-attaque ennemie ! A la 92ème minute, Julio Cesar se procura l’unique situation dangereuse des 45 dernières minutes et, si sa frappe finit sur le poteau, le cuir arriva dans les pieds du Guarani Wilson Pittoni qui n’en demandait pas tant.

 

Botafogo – Atlético Mineiro: 3-1.

Grand perdant de la J17 après une défaite sur la pelouse de l’Internacional, l’Estrela Solitaria s’est bien reprise face à un adversaire en plein doute. Botafogo n’a pas traîné en route puisque qu’Elkeson ouvrit le score de la tête dès le quart d’heure de jeu. Visiblement, ça lui a fait tout drôle d’utiliser son crâne ! C’est sont 7ème cageot de la saison. A la 32ème minute, Felipe Menezes, prêté par Benfica après une saison morose durant laquelle il a très peu joué, décocha une frappe à ras de terre qui finit au fond des filets de Renan Ribeiro. Le plus dur était fait mais le Fogao remit une couche en début de deuxième période, une nouvelle fois par Felipe Menezes qui, après avoir été discret depuis son arrivée, réussit un excellent match (54′). La messe était dite mais, pour le fun, André claqua une volée pleine lucarne dans les arrêts de jeu histoire de sauver l’honneur (90+1′).

 

Cruzeiro – Ceara: 1-0.

Quand deux équipes irrégulières s’affrontent, cela doit légitimement finir sur un match nul. Malgré un match animé, on a longtemps cru qu’aucun but ne serait inscrit. Dominée, la Bestia Negra a subi les attaques répétées de l’Alvinegro Cearense qui ne parvint pas à prendre l’avantage. Ainsi, quand ce ne fut pas la barre qui repoussa, ce fut Fabio; quand ce ne fut pas Fabio, ce fut un défenseur sur la ligne; et quand ce fut pas un défenseur, ce fut l’arbitre de touche qui signala un hors-jeu. En dehors de deux situations dangereuses, Cruzeiro ne semblait pas en mesure ne battre son adversaire et, dans de telles conditions, obtenir un point aurait été une bonne opération. D’humeur généreuse, l’arbitre accorda, à vingt minutes de la fin, un penalty salvateur qui permit de Montillo d’inscrire son 8ème but de la saison (71′). C’est le quatrième péno qu’il transforme cette année.

 

Internacional – Flamengo: 2-2.

Le match opposant les deux hommes en forme du moment, Leandro Damião et Ronaldinho n’a pas donné de vainqueur d’un strict point de vu mathématique. Car sur le terrain, le spectacle fut au rendez-vous et les deux estrelas ont réalisé une prestation admirable. C’est le Gaucho qui alluma les premières mèches en début de partie. Tout d’abord, il fut à quelques centimètres d’inscrire un lob génial d’un amour d’exter’ du droit. Puis, suite à une faute obtenue par Luiz Antônio aux abords de la surface, Dinho glissa la balle au ras du piquet de Muriel qui devait certainement s’attendre à une frappe en lucarne (25′). Tu aurais dû regarder le match contre Santos garçon ! Vous noterez également le beau travail de Willians chargé de pousser le mur ainsi que la célébration du Docteur Ronaldinho (il est Docteur pour de vrai !) qu’on peut intituler « je pense donc je sue ». Sur les talons du Timao, Fla a un besoin impérieux de points et tout semble aller dans ce sens puisque juste avant l’heure des citrons, l’Argentin Guiñazu, sosie officiel Escobar Gallardo dans Nip/Tuck, écopa d’un second avertissement et qui confirma implicitement que seules les femmes savent simuler. Alors que le Mengao était bien parti pour l’emporter, Leandro Damião sonna le réveil du Rolo Compresor. A la 50ème minute, d’une sublime talonnade, il offrit un caviar à Indio monté aux avants-postes et qui fusilla littéralement Felipe. Ronnie ne s’en laissa pas compter et, sans la vigilance de Muriel, aurait pu marquer sur corner direct. A l’heure de jeu, il décala Junior César dont le centre fut coupé victorieusement par Jhael, entré en jeu à la place de Bottinelli quelques instants plus tôt (60′). Le sort de la partie paraît être définitivement jeté lorsque Ronaldinho, encore lui, sauva la touche, déborda et centra impeccablement sur la tête alouette de Deivid qui, à 3 mètres des cages, se débrouilla pour louper la cible. Où quand l’expression « manger la forêt amazonienne » ne suffit plus pour décrire un tel cadeau… Ravis de l’offrande, les Colorados punirent leurs adversaires à la 77ème minute. A la réception du centre d’Andrezinho, Guilherme Dellatorre releva le ballon que Leandro Damião catapulta d’une bicyclette au fond des filets de Felipe. Gollllllaço avec le petit hommage à Guga Kuerten qui va bien.

Si Fla n’a pas profité pleinement de la défaite du Coringao, le spectacle a été de haut niveau entre les deux équipes.

 

Avai – Coritiba: 0-0.

La Leão da Ilha a stoppé l’hémorragie face au Coxa mais reste relégable avec 4 points de retard sur Grêmio. Une demi-frappe cadrée pour Avai et un poteau pour Coritiba. Voilà voilà.

 

Atlético Goianiense – Grêmio: 1-0.

Dans la panade (oh! quel mot désuet n’est-il pas?), l’Imortal Tricolor de l’ami Brandão, titulaire et sorti à l’heure de jeu, devait impérativement passer sur le corps de la Locomotiva Rubro-Negra. Au grand dam de Nuno Grotesque, Grêmio a une nouvelle fois été défait et de la plus cruelle des manières puisque Diogo Campos trouva la faille à la 90ème minute. Jusqu’à cette issue fatale, on ne peut pas vraiment affirmer que les hommes de Celso Roth avait réalisé un grand match. Pas une frappe cadrée, un seul face-à-face loupé, voilà qui paraît bien maigrichon pour espérer mieux. Loin d’être extraordinaire, le Dragão Campineiro fait preuve d’un excellent mental et enregistre une troisième victoire de rang. En revanche, Grêmio, certes avec un match en moins, ne dispose que d’un seul point de plus que l’Atlético Paranaense, premier relégable.

 

São Paulo – Palmeiras: 1-1.

Troisième match nul consécutif pour la Tricolor Paulista qui avance au ralenti et qui ne parvient pas à se rapprocher de ses rivaux. Joueur trop méconnu en Europe, Dagoberto a, une nouvelle fois, été intenable sur le front de l’attaque. Corner direct du droit sauvé in-extremis par Marcos, frappe lointaine du gauche de peu à côté et, finalement, un lob astucieux récompensant ses efforts peu avant la pause (42′), le numéro 25 a fait étalage de son talent et a animé la première mi-temps, bien que Fernandinho chauffât les gants du guarda redes champion du Monde 2002. Vous l’aurez compris chers lecteurs, le Choa adore Dagoberto. Et puis, il ressemble à Spirou. La première véritable occasion du Verdão intervint lors du second acte mais Rogério Ceni veillait au grain et détourna la tête à bout portant de Patrick Camilo. A l’heure de jeu, Henrique, rien à voir avec le MVP du Mondial U20, plaça sa tête et égalisa (61′). Absent des débats pendant une mi-temps, l’Alviverde accroche un point mais n’a pas gagné le moindre match sur les cinq derniers joués. A défaut de reprendre la deuxième place au Mengão, São Paulo revient à trois points de la tête.

 

Vasco – Fluminense: 1-1.

Pour les 113 ans de sa création (Parabéns!), Vasco souhaitait fêter l’événement en retrouvant le podium. Pied au plancher, le Gigante da Colina attaquait la rencontre avec envie mais sans réellement inquiéter Diego Cavalieri. En face, Flu aurait pu obtenir un penalty mais l’arbitre préféra l’accorder aux Juni Boys suite à une faute de Marcio Rozario, transfuge de Botafogo, sur Alecsandro. Evidemment, l’ancien Lyonnais se chargea de la sentence (36′). Déjà double buteur lors de la J17, Rafael Moura confirma ses bonnes dispositions actuelles en égalisant, amoureusement servi par Carlinhos (61′). Ce qui s’appelle poser une galette. Mine de rien, le sosie de Nuno Gomes a déjà inscrit 7 pions cette saison. Le duo Carlinhos/Moura faillit bien refaire parler la poudre à deux reprises mais Renato Silva puis Fernando Prass sauvèrent la maison. Si le Fluzão ne réalise pas une saison du même acabit que lors du Brasileirão 2010, il parvient malgré tout à jouer les trouble-fêtes parmi les prétendants à sa succession.

 

Atlético Paranaense – América Mineiro: 2-2.

Victorieux lors de la J17 et invaincu depuis la J12, le Furacão voulait faire le plein de points pour ce deuxième match à domicile d’affilée. Il ne fallut pas attendre longtemps pour apercevoir les bonnes dispositions des Rubro-Negro puisque Marcinho ouvrit le score dès la 1ère minute de jeu. Bon, après, c’est sûr qu’il a encore des efforts à faire au niveau de la célébration… A la 24ème minute, Edigar donna un avantage a priori définitif aux siens. Sauf que dans la foulée, les Coelhos se réveillèrent et Kempes profita d’un ballon relâché par Renan Rocha pour réduire l’écart (25′). En quête de points pour tenter de se sauver, l’América revint à la marque à vingt minutes du terme grâce à un but d’André Dias, entré en jeu quelques secondes auparavant (dredi; ce jeu de mots est encore plus savoureux si vous connaissez le répertoire de Bourvil). Malgré le forcing du Furacão lors des dernières minutes, Neneca se distingua et permit aux siens de conserver le point du nul.

 

Bahia – Santos: 1-2.

En cruel manque de points, le Peixe devait impérativement l’emporter sur la pelouse de la Tricolor de Aço. Dès la 3ème minute, Marcone aida Santos en découpant salement Adriano qui filait au but. En toute décontraction, Neymar transforma parfaitement la sentence. Décontracté donc, l’homme à la crête. Un peu trop sans doute puisqu’il outre-mangea la feuille peu après, imité par immédiatement par Borges. Action, réaction: Junior et ses magnifiques cheveux blonds du meilleur effet trouvèrent (et troubadours) la transversale de Rafael. Puis, l’arbitre annula son but pour une position illicite. A la 29ème minute, à sa troisième tentative, il égalisa enfin. Dominé, le Peixe fut une nouvelle fois sauvé par la transversale de Rafael sur un coup franc de Marcos. Néanmoins, Santos tenta de repartir de l’avant en deuxième période et Ganso toucha du bois à son tour. Après deux sueurs froides, la Sele-Santos inscrit le but de la victoire par Kardec, qui profita du positionnement de Marcelo Lomba, placé trop haut (81′). Pour ceux qui n’ont pas suivi le mercato estival, le prêt pour une saison de Kardec devait servir de monnaie d’échange à Benfica pour obtenir la signature de Danilo qui, après une ultime surenchère de Pinto da Costa, partit finalement… à Porto.

 

Bonus tracks

1/ Santos – Fluminense (match en retard de la J8): 2-1.

Tout s’est joué en première mi-temps. Meilleur buteur de ce Brasileirão, Borges a planté un doublé. Ainsi, à la 13ème minute, il coupa un coup franc obtenu et frappé par Elano. Une réaction en direct ? Malgré l’égalisation de Rafael Moura (8ème but de la saison), Santos prit un avantage définitif juste avant l’heure des citrons par Borges one more time (41′). Désormais, il reste un match en retard à jouer pour le Peixe. Ce sera contre Grêmio et ça vaudra son pesant de cacahuètes.

 

2/ Internacional – Independiente: 1-2 / 3-1.

En Recopa Sudamericana, l’Internacional, vainqueur de la Libertadores 2010, a battu Independiente, vainqueur de la Sudamericana 2010. Après une défaite initiale (2-1) en terres argentines, le Rolo Compresor a refait son retard pour finalement l’emporter (3-1), comme un symbole de la perte de vitesse du championnat argentin par rapport au voisin brésilien. Buteur à l’aller, l’inévitable Leandro Damião scora les deux premiers buts avant que Kléber, sur penalty, n’offrit le titre aux Colorados. C’est la deuxième fois que l’Internacional remporte la Recopa après 2007 (victoire face aux Mexicains de Pachuca [1-2 / 4-0]). De quoi effacer le mauvais souvenir de 2010, quand la LDU Quito l’emporta sans trembler (1-0 / 4-0).

 

3/ Copa Sudamericana (Seconde phase préliminaire)

Botafogo – Atlético Mineiro: 2-1 / 1-0

São Paulo – Ceara: 1-2 / 3-0

Flamengo – Atlético Paranaense: 1-0 / 1-0

Vasco – Palmeiras: 2-0 / 1-3

Les premiers cités sont qualifiés pour les huitièmes de finale de la compétition.

 

Classement

 

1.   Corinthians (37 points)

2.   Flamengo (35 points)

3.   São Paulo (34 points)

 

4.   Vasco (34 points)

 

5.   Botafogo (31 points)

6.   Palmeiras (29 points)

7.   Internacional (27 points)

8.   Figueirense (26 points)

9.   Fluminense (25 points)

10. Coritiba (25 points)

11. Cruzeiro (24 points)

12. Atlético Goianiense (22 points)

13. Ceara (22 points)

14. Santos (21 points – 17 matches)

15. Bahia (20 points)

16. Grêmio (18 points – 17 matches)

 

17. Atlético Paranaense (17 points)

18. Atlético Mineiro (15 points)

19. Avai (14 points)

20. América Mineiro (13 points)

 

 

Choa d’Arelate.

3 thoughts on “La Garrincha Académie, Jornada 18

  1. Une fois de plus très bon résumé. Ta connaissance de ce championnat m’étonne et me fascine en même temps. Tu as des origines pour être aussi « calé » ?

  2. Merci Albero! Je suis vraiment dégoûté pour l’Udinese et pour Toto. Putain d’injustice!
    Je n’ai absolument aucune origine portugaise ou brésilienne mais après avoir suivi la Liga portugaise et ses trouvailles, il était logique de suivre ce qui se passait au Brésil, d’autant plus que le championnat argentin est en perte de vitesse depuis quelques temps.

  3. Mais de rien! Moi aussi j’étais dégoûté avec cette élimination en ayant fait les matchs qu’il fallait. On va se consoler en se disant que la Ligue Europa est peut être plus à notre portée.
    En tout cas très bon boulot , je continuerais de te lire avec plaisir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.