La Gones Académie note Luçon-Olympique Lyonnais (0-2)

Torben, à la vitesse d’un Réveillère offensif.

Deuxième CFA au programme de l’OL en Coupe de France et ce fut un match bien plus compliqué que la Duchère. Si les Lyonnais avaient trouvé le moyen de tuer vite le match lors du derby, du vrai pour les puristes, Luçon est venu avec un plan de jeu consistant qui a considérablement gêné le jeu lyonnais. On peut même supposer que les Vendéens se sentaient un poil frustrés après le match tant le coup est passé près de réussir.

Garde récupérait quelques joueurs, Gomis et Dabo surtout, et pouvait donc relancer son 4-4-2. Devant Lloris, Umtiti et Gonalons étaient de nouveau associés en guise de charnière centrale, Cissokho récupérait son couloir gauche et Dabo, revenu de suspension, pouvait suppléer Réveillère. A la récupération, Källström et Fofana devaient aussi s’occuper de relancer, Pied se retrouvait titulaire à droite, Bastos sur son côté habituel tandis que Lisandro et Gomis devaient s’occuper de péter la défense des semi-pros.

Evidemment, rien n’a marché comme prévu côté lyonnais. Tactiquement, Luçon a parfaitement joué son match. Conscients qu’ils allaient se faire déboîter s’ils abordaient le match comme la Duchère, les Vendéens ont d’abord offert un gros bloc défensif, puisque six à sept joueurs étaient systématiquement en retrait. Gêner la construction lyonnaise a parfaitement fonctionné, ce qui a moins bien marché c’est l’aspect offensif de leur jeu. Une fois passé le milieu de terrain, les attaques, quand il ne s’agissait pas de longs ballons vers un joueur esseulé (et comment leur reprocher de tenter de profiter du manque d’automatisme de notre charnière ?), étaient peu souvent autre chose que des raids solitaires et des mauvais choix. Dommage, Luçon a su se montrer à son avantage sur les actions plus construites. Côté lyonnais, il n’y a pas grand chose à envier aux Vendéens, les joueurs semblant enfiler des parpaings en guise de chaussures à chaque fois qu’ils étaient à moins de quarante mètres des buts lyonnais.

Au final, même si Lyon a fait le métier, sans briller, loin de là, Luçon a offert un match cohérent, se montrant à son avantage malgré une possession rachitique (63-37 en faveur des Lyonnais quand même. Comme quoi, posséder la balle ne suffit pas à donner l’impression d’être dangereux, un nouvel exemple sur ce match). Lyon n’a pas non plus été à l’agonie, mais face à un Bordeaux un tantinet plus solide qu’avant, il faudra élever le niveau de jeu, pour ensuite les torcher aux penalties.

Les gones:

Lloris: 3/5. La seule fois où il est battu, c’est son poteau qui le sauve. En dehors de quelques tirs non cadrés, Poussin a été présent sur tous les bons ballons. Et visiblement en pleine bourre, il veut doubler ses sélections puisque ses relances au pied n’avaient rien à envier à un Traille vu le nombre de « bonnes » touches trouvées, y compris sur ses renvois aux six mètres.

Cissokho: 3/5. Il a été bon, face à une CFA. Obligé de participer au jeu offensif, il était donc souvent trop loin (et avait une bonne excuse pour une fois) quand Luçon balançait loin devant sur les contres. Le reste du temps, il a été dans le tempo et dans les pieds des Vendéens. Presque solide derrière, il a fait bonne impression et expédie Gassama à Lorient, lui ayant obtenu le droit de rester. Bon, OK, personne ne veut s’aligner sur le prix demandé.

Umtiti: 3/5. Assez solide derrière, avec beaucoup de bonnes interventions, il m’a semblé plus à l’aise ce qui semble logique pour deux raisons : il a un peu plus de relationnel avec ses coéquipiers et surtout il joue une équipe à mi-chemin entre le National et la CFA, soit le niveau supposé de la réserve de l’OL, donc son niveau supposé. On lui pardonnera une montée qui failli être fâcheuse pour nous.

Gonalons: 2/5. Décidément, je ne m’y fais pas à le voir jouer à ce poste. Il couvre la balle comme un milieu défensif, logique. Mais pas forcément rassurant pour le patron de notre défense en ce moment. Il ferait presque regretter l’absence de Cris. Presque, parce qu’il ne faut pas déconner non plus…

Dabo: 3/5. Miracle, il a fini un match entier sur le terrain. Ce n’était pas arrivé depuis un moment pour lui… Face à un adversaire moyen, il a fait impression. Maintenant Dijon permettra de voir s’il est capable d’élever son niveau de jeu, la réponse a semblé plusieurs fois oui cette saison quand même.

Källfana: 2/5. Entre un Kim un peu cuit, mais qui fait le boulot du mieux qu’il peut et un Gueïda qui alterne le très mauvais et le correct sur un même match, on donne le bâton pour se faire battre à de nombreuses reprises. Pas de miracle, les deux joueurs n’étaient pas capables de pousser l’OL vers l’avant de manière satisfaisante, on a donc eu notre dose de frissons. A la récupération Luçon a aussi souvent évité leur secteur, histoire de se permettre de jouer les contres à fond.

Bastos: 2/5. Un match sans vraiment d’éclat, il a pas mal bougé pendant un moment avant de disparaître largement et de perdre son influence sur le jeu. Sachant qu’il ne se repliait pas non plus des masses…

Pied: 2/5. Lui, c’est l’inverse, le début fut une purge sans nom, la fin était bien plus convenable. Au moins, il a montré qu’avec un peu plus de constance et de réussite, les ailiers lyonnais pouvaient dépasser les cinq centres chacun par match. Je reste toujours perplexe sur son niveau réel, il est capable de se montrer plus intéressant que Lacazette, mais seulement par à-coups pour le moment…

Gomis: 2/5. Il rate deux occasions et en met une au fond. Pourvu d’un nombre conséquent de ballons touchés (Olweb lui en dénombre 46, record de la saison), il n’a pas eu l’empreinte souhaitée sur le jeu, bien muselé par la défense de Luçon. Un carton jaune franchement bête en plus.

Lisandro: 2/5. Le second but lui doit beaucoup, puisqu’il attend le décalage de Lacazette pour le servir et se placer idéalement. Pour le reste, un déchet inhabituel, tant sur les contrôles que les passes, certes pas aidé par le gros pressing de Luçon et le choix défensif de cette équipe.

Les entrants:

Lacazette (pour Pied, 60e): NN. Il a beaucoup apporté, surtout parce que Pied n’avait pas brillé et parce que Lacazette a participé au second but lyonnais de façon assez mature. Il a aussi contribué à redynamiser un jeu lyonnais essoufflé depuis le début de la deuxième mi-temps en proposant d’autres choses que Pied.

Grenier (pour Källström, 72e): NN. Son entrée a aussi fait souffler les Lyonnais qui ont eu dans l’entrejeu un joueur plus saignant que Kim. Lui aussi a fait du bien, sans non plus qu’on puisse crier au génie…

Torben Pfannkuch.

2 thoughts on “La Gones Académie note Luçon-Olympique Lyonnais (0-2)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.