La Gones Académie sort de l’arène

on leur avait promis Salma Hayek, ils ont eu la Mère Poulard

Avant-match

En marge de l’Eurovision et du festival de Cannes qui se déroulent en ce moment, nous n’hésiterons pas à abuser de références musicales et cinématographiques durant cette académie. Cet avertissement étant prodigué, parlons un peu de nos adversaires du jour. Tout d’abord, il convient de saluer l’audace des supporters que d’avoir interprété Sound of Silence de Simon and Garfunkel pour ce dernier match de la saison, laissant cependant la voie(x) libre aux visiteurs qui ne se sont pas gênés, entres autres, pour se moquer des chiens voisins stéphanois (qui finissent d’ailleurs la saison avec 69 points, triste ironie). Pendant ce temps-là, à Lens, les Nantais confirmaient que même privés de déplacement, ils restent le meilleur public breton. Dans vos dents les bouffeurs de galette-saucisse.

Mais assez parlé des alcooliques. En effet, les maitres-queneliers, (la direction décline toute responsabilité quant à l’usage de cette formule) que nous sommes pouvions dépasser notre record de buts en une saison, record daté de 2008. Pour ça rien de plus simple en principe, il suffisait d’en marquer 4. Sans Lacazette, suspendu, c’était forcément compliqué mais à la vue de la charnière adverse, on pouvait espérer un festival offensif ce soir. A moins que le coach Fournier ne décide de faire tourner mais voyez-vous-même…

 

Compo

Sans enjeu comptable, on se dit qu’Hubert va faire plaisir au lobby bahloulio-benziste et les titulariser… Que nenni ! Ainsi, tel Margot Robbie, dans le Loup de Wall Street, qui intime à Leonardo Di Caprio de lui faire l’amour comme si c’était la dernière fois , Hubert Fournier offre une dernière saillie au trio Yattara, Malbranque, Dabo et Jean-Michel Aulas de leur révéler avec le même rictus mesquin et sensuel que celui de la belle blonde que c’était effectivement leur dernière fois. Benzia, lui, retrouve son poste habituel : le siège Recaro.

 

Match

En début de match, les Lyonnais laissent les Bretons allumer les premières Breizh. Comme contre Bordeaux, les corners arrivent vite devant le but d’Anthony Lopes, environ aussi vite que Paul-George Ntep. Cependant, très rapidement, les Bretons lèvent le pied. Une ambiance mortifère, un jeu peu ambitieux, le Stade de la Route de Lorient mériterait bien un nouveau naming du type Stade Dulcolax. Dès lors, les gones prennent le dessus, bien aidé par les Rennais toujours plongés dans leur numéro d’air-public. Ainsi, on retrouve le schéma classique du match à domicile pour Lyon : de la possession, un bloc adverse très bas et des attaquants qui tirent autant que toi en soirée (c’est-à-dire très peu, évidemment). Et puis d’un coup, Dabo, sans faire exprès, réussit un centre et trouve Yattara, surpris de cette réussite, qui manque sa tête histoire de compenser le malentendu. Cependant, l’OL n’est pas abattu puisqu’immédiatement, Fekir va provoquer dans la surface, crochète et percute une moissonneuse-batteuse bretonne qui s’était égarée. PENO ! Et non ! La Kaltouche ! Mais comme nous valons mieux que les Marseillais, nous n’insisterons guère plus sur cet infâme fils d’enculé mec pas sympa qu’est Philippe Kalt et nous tâcherons de rester courtois avec ce suppôt de Satan jusqu’à la fin de la rencontre.

« Philippe Kalt constate que l’anus des supporters lyonnais s’est bien élargi».

Tournant du match ou pas, après tout on n’est qu’à 8 minutes de jeu, les Rennais se montrent relativement dangereux en contre. A ceci près que Toivonen tente de concurrencer Yattara sur son terrain et s’offre à la 29ème minute le raté du match et même de la journée, sans aucune contestation possible. Histoire de soulager son pote, Ntep envoie un drop mémorable dans les tribunes lors de l’action suivante. On pourrait presque se demander si Deschamps n’aurait pas dû le laisser à disposition de Philippe Saint-André qui sélectionne des mecs comme Michalak pour leur jeu au pied. Les Bretons continuent de pousser, nos sphincters aussi, surtout quand Anthony Lopes fait une parade aussi hasardeuse que la sélection de Ntep sur une frappe (enfin) cadrée de ce dernier.

Les rennais sortent et finissent donc par laisser de l’espace derrière eux, ce dont profite Momo Yattara pour signer un doublé de hors-jeu ce soir. Comme quoi, c’était la bonne décision de ne pas prolonger Gomis, on a son remplaçant. Sur l’action suivante, ce même Yattara remise vers Malbranque qui se voit surpris par une sortie éclair d’Olivier Giroud. Un dernier contre de Ntep et voilà la mi-temps dans un match plus plat que l’électroencéphalogramme de Nabilla.

« Même Hubert s’est endormi »

Après la pause, Rennes revient avec de meilleures intentions et Grosicki, qui n’est ni un gros Rosicky ni en gros Rosicky (le talent les sépare), tente un centre qui ne trouve personne après avoir traversé tout le monde, à l’image d’un banc de poisson qui se scinde lors de l’attaque d’un prédateur. En parlant de prédateur, Henri Bedimo envoie Danzé Danzé Danzé retranchements. De l’autre côté du pré, Dabo se fait encore prendre par Ntep (en tout bien tout honneur) et c’est Samuel Umtiti, alias la vaseline tellement il nous aura sauvé les fesses cette saison, qui intercepte.

La 60ème minute est là et c’est donc l’heure des changements ! Ouaaaaais ! Coup sur coup, Hubert Fournier nous gratifie du meilleur coaching de la saison avec l’entrée de Clinton Engie qui vient mettre un peu de gaz dans notre attaque, celle de Fofana à la place de Malbranque qui offre au passage son déambulateur dernière génération à Sylvain Armand et finalement l’entrée de Yassine Benzia. Oui oui. Peut-être Hubert Fournier s’est-il gouré de joueur, peut-être espérait-il le teaser aux bretons, peut-être était-il sous l’influence d’une dose de stupéfiants… Quoiqu’il en soit, Benzia est bien sur le terrain et il doit sûrement avoir une terrible envie de montrer sa valeur. Si seulement… Quelques passes ratées pour lui, le temps pour Fekir de chuter une deuxième fois en pleine surface. Etonnamment, je remarque à ce moment-là que Finistère ressemble étrangement à Fistinière (oui Jean-Wikipedia, Rennes c’est en Ille-et-Vilaine mais on s’en tape, ce sont des Bretons, c’est tout pareil).

A cet instant, l’OL semble condamné à concéder ce 0-0, spécialité du terroir français, quand tout d’un coup, Max-la-passe-latérale tente une ouverture au moins aussi lumineuse que la crête de Clinton N’jie, qui s’engouffre dans l’espace. Sylvain Armand tente de le rattraper, armé du déambulateur de Steed Malbranque, il ne peut que nous proposer un remake de ces sordides duels Agüero – Mertesacker sur FIFA. Comme au jeu de la biscotte, c’est toujours le plus rapide qui gagne. Le Camerounais conclut avec calme tandis que les Marseillais se rassurent, Costil n’est quand même pas meilleur que Mandanda : le trophée est usurpé mais l’honneur est sauf. Les dernières minutes sont aussi épiques qu’une partie de belotte entre tétraplégiques. Il convient de noter cependant que, contaminés par leur public aussi chantant que la bande original de The Artist, les Rennais ne semblent pas d’humeur à vouloir faire grande chose.

 

Les Gones

  • Lopes : 4 Il n’a pas beaucoup travaillé mais en fin de compte, c’était solide. Un bon Portugais en somme.
  • Bedimo 2 Apparemment, Amavi serait disponible pour 3M. Faut y penser.
  • Umtiti 3 Comme son nombre de saisons pleines à l’OL. Solide comme un roc.
  • Rose 3  Il a retiré une épine du pied à Dabo en s’occupant de Ntep. Sans carton s’il-vous-plait.
  • Dabo 3  Il a mal interprété la remarque du commentateur mais au bout d’un moment il a compris que Paul-George Ntep avait surtout du hasard en lui.
  • Gonalons 4 « Quand on veut, on peut » pourrait être sa maxime. Jouer vers l’avant, il fallait oser.
  • Ferri 2 Invisible, trop souvent mis dans le vent. Air Jordan.
  • Tolisso 3 En Bretagne comme à Saint-Trop’, Tolisso est au taquet. T’as le look Coco.
  • Malbranque 2 Le passe-droit à l’ancienneté ça commence à être lourd mais Steed se rebelle contre le temps, il a réussi un grand pont. Toutes nos pensées vont à la famille du Rennais.
  • Fekir 4 La défense bretonne récitait du Louise Labé pour Nabil ce soir : « Baise m’encore, rebaise-moi ».
  • Yattara 1 Une maitrise technique inférieure à celle de Lisa Angell en plus d’un placement aléatoire. Momo est en train de devenir pingre, le caviar lui monte à la tête.
  • Fofana : 2 La première recrue de la saison 2015-2016 se met doucement en jambe. Rien de tel qu’un pèlerinage en Bretagne pour se remettre d’aplomb.
  • Benzia : 2 Yassine est, à n’en pas douter, un des meilleurs remplaçants de Ligue 1. Il ne lui reste qu’à travailler la partie où il rentre en jeu. Côté cirage de banc, c’est toujours aussi efficace.
  • Njie : 0 Malgré ses buts, il est et restera le bouc émissaire du public. Hubert Fournier aurait d’ailleurs déclaré en conférence de presse : « Parce qu’il est le héros que l’OL mérite. Pas celui dont on a besoin aujourd’hui. Alors nous le pourchasserons. Parce qu’il peut l’endurer. Parce que ce n’est pas un héros. C’est un gardien silencieux qui veille et protège sans cesse. C’est le Chevalier Noir ».

Lexie NajasPaul Igarque

4 thoughts on “La Gones Académie sort de l’arène

  1. Ha ça fait plaisir de lire une belle acad’ sur l’OL.
    Pour Hillary, pardon Clinton N’jie, j’étais le 1er à réclamer son éjection du groupe au début, mais faut avouer qu’il a sacrément progressé. Je pense que y’a quelques mois, au lieu d’un combo feinte de frappe + frappe coté fermé il nous aurait plutot gratifié d’un clafoutis en plein sur le gardien. Si ça continue comme ça, il pourrait être vraiment intéressant l’an prochain.

    Si vous êtes chauds, une petite acad’ bilan 2014/2015 et perspectives 2015/2016 serait chouette.

  2. « j’étais le 1er à réclamer son éjection du groupe au début, mais faut avouer qu’il a sacrément progressé. »

    Ou alors le foot c’est pas que du génie. C’est un boulot et quand on te laisse le temps de t’adapter à ton poste tu deviens plus efficace.

    Pas pour dire que n’importe qui peut devenir Zidane ou Toulalan si on leur laisse le temps. Mais plutôt que c’est un peu c.o.n de cracher sur un gars après quelques matches.

    Non ?

  3. Merci pour ces commentaires positifs.
    Concernant N’Jie, c’est vrai qu’il a beaucoup progressé et a fait taire beaucoup de personnes mais il doit encore, comme beaucoup de nos jeunes, confirmer.

    Une acad’ matchs amicaux + perspectives pour la saison prochaine est prévue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.