La Jup’ Académie pleure la disparition de Junior Malanda

En cette semaine de merde qui aura vu la perte d’influences humoristiques telles que Charb, Cabu et Wolinski (Georges Leekens est toujours vivant, merci pour lui) s’est ajoutée la tragique disparition de Junior Malanda, mort le 10 janvier 2015 suite à un accident de la route. La Jup’ Académie tenait à lui rendre hommage.

Né le 28 août 1994 à Bruxelles, Bernard Malanda-Adje (de son vrai nom) commence le football à 6 ans dans un club de la banlieue brusselloise : Berchem-Sainte-Agathe, près du quartier populaire de Molenbeek. Le gamin montera les échelons à mesure qu’il changera de club, et en 2004 il intègre l’équipe du FC Brussels (club de Molenbeek, le deuxième club de la capitale) en même temps que l’actuel Mancunien Adnan Januzaj. L’année suivante, Junior est repéré par Anderlecht, club qu’il intègre de suite. Deux années plus tard, il est repéré par la filiale belge du LOSC qui l’accueille dans son centre de formation.  Il a alors 13 ans.

La formation lilloise

Suivant la trace d’Eden Hazard (de 3 ans son aîné), Malanda part pour Luchin dans une promotion qui verra éclore notamment Lucas Digne. Au fil des années, son profil physique associé à une bonne technique lui offre une polyvalence intéressante. En arrière droit ou en milieu défensif, Junior se montre comme le patron  de la jeunesse lilloise, et les sélections chez les jeunes Belges ne tardent pas.

L’aventure Zulte-Waregem

En 2011, Malanda signe un contrat d’aspirant Elite et joue pour la réserve lilloise. Toutefois, il joue peu au milieu de terrain, à cause d’un certain Idrissa Gueye qui grapille déjà des minutes chez les A. Évoluant alors latéral droit, il enchaîne les excellentes prestations et tape dans l’œil de nombreux superviseurs. Sans doute inspiré par les prestations de son pote Digne (qui nous a également quitté trop tôt), alors latéral gauche en CFA et qui termine la saison titulaire avec l’équipe première, Junior souhaite jouer avec les A. Bloqué par la concurrence (Debuchy et Béria en défense, Mavuba, Gueye, Balmont ou Pedretti -non j’déconne- au milieu) et surtout toujours un peu trop jeune pour le LOSC (qui engage Djibril Sidibé, évoluant également au back droit), il souhaite trouver du temps de jeu ailleurs. Un prêt est alors envisagé, mais Zulte Waregem, club moyen du championnat belge, lui propose un transfert sec et du temps de jeu. Malanda accepte et rejoint en juillet 2012 l’historique entraîneur de l’Essevee, le génial génie Francky Dury.

Dès le début Dury fait confiance au jeune joueur et le propulse joueur-clé de l’équipe. Malanda partage l’entrejeu avec Jonathan Delaplace et participe à la construction offensive du jeu zultois en complément de Berrier. Grâce au magnifique jeu proposé, l’Essevee occupe la tête du classement entre la 11ème et la 13ème journée et n’est jamais loin des premières places. Alors qu’on loue la tactique et le management de Dury, certains joueurs sortent du lot comme acteurs-clé de la réussite de Zulte-Waregem : le buteur Leye, Berrier (Thorgen Hazard la saison suivante), mais aussi Junior Malanda, qui en quelques mois se découvre comme un des meilleurs milieux du championnat, impressionnant par sa force physique et son agilité technique. En une seule saison Junior attire les convoitises de beaucoup de clubs (pas mal de rumeurs concernant Arsenal, Manchester United. Fulham avait émis une offre de 5 millions de livres à l’hiver 2012-2013), on le compare alors beaucoup à Michael Essien (par son profil d’abord, mais aussi à cause des origines ghanéennes de Malanda. Les raccourcis de nos jours…). Nous, à ce moment-là, à la Jup’Académie, on aimait le gamin, on aimait tout Zulte Waregem de toute façon, ces jeunes qui pratiquaient un foot insouciant et si frais, chapeautés par un super entraîneur, ça sentait le football qu’on aime, et à côté de ça un gars de 18 ans qui s’affirmait, forcément on en était fan.

La cassure de contrat et l’envol vers Wolfsburg

Comme indiqué précédemment, suite à l’excellente saison de Zulte Waregem et de Junior, Fulham contacte le club et propose 4 millions d’euros pour l’Espoir. L’Essevee refuse pour la simple raison que l’Udinese proposerait plus (6 millions €). Sauf que Malanda s’y retrouve moins salarialement parlant et sportivement préfère le championnat anglais. Il termine la saison en Belgique et devient vice-champion au terme d’une saison époustouflante. Peu de temps après, il invoque la loi belge du 24 février 1978 permettant à un joueur de casser un contrat en échange d’un dédommagement plus ou moins conséquent. Ainsi, le joueur part sans indemnité pour le club et signe à Wolfsburg qui le laissera en prêt à Zulte-Waregem pour la première partie de saison 2013/2014. Le point de vue de la Jup’Académie sur ce joueur change du tout au tout : de futur prodige Malanda passe au rang de melonneux catégorie 1 associé de « petit bâtard » (on embête pas Francky Dury impunément). Et pourtant lors de cette première partie de saison Malanda sera exemplaire et confirmera ses talents de récupérateur et relanceur. Malgré l’accumulation des matchs (l’équipe passe deux tours préliminaires avant d’être qualifié pour la phase de poules d’Europa League), Zulte Waregem confirme ses résultats et son jeu exceptionnels. Avec le départ de Delaplace pour Lille, Malanda devient le leader du milieu de terrain et dirige sans aucun complexe son équipe lors des phases de récupération du ballon, ce qui ne l’empêche pas d’être présent lors des phases offensives : il marquera d’ailleurs deux fois en Coupe d’Europe, contre Nicosie et à Wigan. Il chope au passage le brassard de capitaine de la sélection Espoirs.

Arrivée à Wolfsburg

Arrivé en Allemagne en hiver, Malanda passe les deux premiers mois sur le banc. Entre sa première apparition sur une feuille de match et la mi-mars, il ne passe en effet que 13mn sur le terrain. Il ne laisse toutefois pas passer sa chance lors de sa première titularisation. Il reste alors dans le 11 de départ, même en Coupe, et se montre intraitable. Buteur à deux reprises, passeur décisif, il est, avec Kevin de Bruyne également arrivé au mercato hivernal, la valeur ajoutée qui permet à Wolfsburg de croire en une qualification en Ligue des Champions. Sa saison se termine toutefois prématurément mi-avril après une double blessure aux ligaments.

En 2014-2015, Malanda est resté un élément important du VfL, malgré des performances moins convaincantes qu’à son arrivée. Intelligemment utilisé dans toutes les compétitions, il s’était surtout fait remarquer pour deux énormes ratés à une semaine d’intervalle, tout d’abord face au Bayern, puis face à Francfort.

Un talent gâché

L’avenir de Malanda semblait flamboyant : un Capitaine des Espoirs qui montait en puissance dans un bon club allemand. Sans doute que Malanda aurait fait partie de la sélection qui donnera un titre mondial en 2018, car Malanda avait tout pour être le patron de la génération dorée, la vraie, celle de Praet, Engels, Batsuhayi, Meunier…

Grâce à ce savant mélange puissance-technique, Junior avait tout pour devenir un leader du jeu belge à l’avenir (il l’était déjà chez les Espoirs). Sans ce chauffeur qui a décidé de se la jouer façon Jonathan Legaer, Malanda partait en stage en Afrique du Sud avec ses coéquipiers et continuait à bien progresser pour intégrer tôt ou tard la sélection des Diap’.

La Jup’ Académie, dès l’annonce officielle par le journal allemand Bild de la mort de Malanda, a donc décidé de lui rendre hommage à cet ex-futur grand et de se joindre à la douleur de ces proches mais aussi du club de Zulte-Waregem qui l’a vu éclore dans cette Jup’ Leak’ qui est la nôtre. Une pensée toute particulière pour le génial génie Francky Dury, celui qui se considérait comme « le grand frère » de Malanda, membre important de ce groupe jeune et talentueux de Zulte entre 2012 et 2014.

RIP Junior.

La Jup’ Académie.

academicien

Le plus grand auteur Anal de football

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.