La Meufs Académie note presque à moitié France – Ecosse (2-0)

10

Il fait beau, il fait chaud, Marinette est presque sobre.

Nous revoilà pour la suite de nos aventures européennes et de retour sur nos terres nationales pour deux nouvelles rencontres qualificatives à l’Euro 2013.

Pour commencer, petit point sur les résultats de poule (« Côt codec », me glisse alors mon beauf, proche cousin de Kadoc… oui, la soirée va être longue…) avant le coup de sifflet de début de rencontre.

1. France Joués : 4 / Points : 12

2. Irlande Joués : 3 / Points : 6

3. Galles Joués : 4 / Points : 4

4. Ecosse Joués : 2 / Points : 4

5. Israël Joués : 5 / Points : 0

L’info complémentaire qui fout les jetons à nos futures victimes : les Françaises, dans le cadre de leur série d’invincibilité en cours, ont un bilan de 44 buts marqués pour 4 encaissés.

Malgré tout, comme il faut bien jouer, ce sont les girls de l’Ecosse (21es mondiales) qui seront les souffre-douleur du jour, comme je vais vous le narrer dans…

…le film du match qui va presque pas au bout (le film, pas le match) :

Nous voici donc au Havre (et non pas à Rouen. D’ailleurs, est-ce que quelqu’un pourrait vraiment confondre ces deux villes de caractère qui promeuvent internationalement notre patrimoine et un certain sens du bien-vivre à la Française ?) pour ne pas inaugurer le magnifique nouveau stade de 25 000 places en cours de construction à 50 mètres de là à peine (honneur réservé aux représentants mâles de notre belle nation qui devraient y perdre face à l’Uruguay en Août).

A ce point de mon récit, je me dois, et ce afin d’éviter les drames ultérieurs de préciser de suite que (respirez profondément) oui, Laure Boulleau est blessée, alors, non, elle ne sera pas merveilleuse sous les feux des projecteurs ce soir.

Courage.

Les premières attaques sont à mettre sur le compte des visiteuses (Ouest-France Petit Manuel des synonymes homologués). Mais seulement les premières.

Rapidement, la maîtrise tekenique et taketique est française (elle avait ses papiers sur elle) et la Marinette doit supporter les « En toute objectivité » d’Alex Delp’ et les « J’essaye de ne pas trop réagir à l’expression ¨ en profondeur ¨ » de mon beauf, alors que les Meufs ne concrétisent pas grand chose il faut bien le dire : horsjeu(.net), frappes à côté, péno pour nous pas sifflé.

Au détour de cette stérilité scorienne, je note que les filles n’ont pas le droit à la bombe magique après un contact violent. Sans doute faudrait-il qu’elles apprennent à chouiner un peu plus pour que l’on leur en octroie ?

Et là, alors que plongée dans mes pensées je vois la mi-temps apparaître à l’horizon, c’est le drame : plus de match.

Comme la Marinette est joueuse et qu’elle est pour la libre expression, je vous laisse me faire part de vos hypothèses de travail sur cet événement dramatique et insoutenable en commentaire.

Croyez-moi, j’ai failli craqué. J’ai hurlé à la mort, me suis roulée par terre et ai frappé le sol de mes petits poings. Rien n’y a fait. Quelques heures de sommeil agité plus tard, mon inquiétude grandissait de manière inversement proportionnelle à mon espoir de voir apparaître un quelconque lien de replay valide sur la toile.

Et soudain, Alleluïa ! Oui ! OoooOOOOooooh oui !!! Direct8.fr, mes frères ! Direct8.fr m’apporta la lumière.

(quoi j’en fais des tonnes ?)

Bref. Je regardais la seconde mi-temps en différé.

Après quelques secondes d’une bonne entame des outre-Manchottes de bleu vêtues, la domination basculait sans retour possible vers les Bleues (ici en blanc). Et c’est la doublette Thiney / Renard en mode « Une passe décisive, ma chère ? » / « Je tiens à vous rendre la pareille, très chère » qui permit au tableau d’affichage d’inscrire finalement :

France – Ecosse 2-0

Pour ceux qui veulent en savoir plus sur les actions de but, la FeuFeuFeu est ton amie.

Les notes des Meufs pas loin d’être qualifiées directement pour la phase finale de l’Euro 2013 :

Sarah Bouhaddi : 3/5. Je lui donne la moyenne sachant que la première bonne sortie de Sarah est intervenue à la 47e. Partant de là, si je n’avais pas vu la seconde moitié du match, le bilan serait, et je cite mes notes manuscrites : « 3e sauvetage de Franco sur la ligne (wtf) ; 9e dégagement de Sarah en touche ; 11e sortie de Sarah à chier ; 38e Numéro Treize (cf. plus bas) a repéré que Sarah était faiblarde », ce qui lui vaudrait un gentil 1/5. Comme quoi je ne dois pas être la seule à remercier Direct8.fr ce soir.

Ophélie Meilleroux : 4/5. La Capitaine et Cheftaine en chef de la défense française rassure de plus en plus. Ce qui explique que ses trois copines n’hésitent pas à la laisser gérer seule pour contenir les (éventuels mais pas souvent) contres adverses.

Wendie Renard : 5/5. Certes battre tout le monde sur son jeu de tête quand on fait 1,95m, c’est peut-être se vautrer dans la facilité. Non, je déconne, c’est bieng Wendie. Sauf que se retourner la cheville à la 92e, c’est moins bieng.

Sonia Bompastor et Corine Franco : 4/5. Très bon travail des ailières ce soir tant derrière que devant. Ça donne envie.

Camille Abily : 3/5. Les multiples échéances de l’OL (Championnat, Coupe de France, Champions League… souvenez-vous que je parle des filles…) commencent à tirer sur les organismes. Un peu de fatigue donc.

Elise Bussaglia (remplacée par Sandrine Soubeyrand à la 45e) : 2/5. Elise est sortie à la mi-temps. Inquiet, Alex missionna sa collègue de pelouse, la douce Jezabel, s’enquérir auprès du banc tricolore d’une éventuelle blessure qui expliquât cette fâcheuse situation. Mais en fait non. Pas de blessure. C’est là qu’il y eut ce silence gêné.

Gaëtane Thiney : 5/5. Beaucoup de tirs foirés avant ça, mais être à la fois Passeuse (cornereuse) et (presque) Buteuse dans un même match, ça claque.

Louisa Necib (remplacée à la 62e par Elodie Thomis) : 3/5. Telle sa coupe de cheveux officielle à la FeuFeuFeu, une certaine faiblesse technique ce soir pour une Louisa qui nous a (grâce en soit rendu au Dieu capillaire) habitués à mieux.

Eugénie Le Sommer (remplacée par Camille Catala à la 84e) : 4/5. Etre élue Femme du Match Crédit Agricole, ça veut tout dire… *tousse*

Marie-Laure Délie et Elodie Thomis : 3/5. Ces deux-là combinent magnifiquement. Mais histoire d’aggraver le score, Marie-Laure, s’il te plaît, tu pourrais régler la mire ?

Les adversaires du jour qui avaient des noms prédestinés.

Ça n’a déjà pas dû être facile pour elle depuis la maternelle, la défenseuse centrale écossaise, Dieke (prononcez [dik]) a tenu à faire honneur à son patronyme en jouant à proprement dit comme une bite. Car, dans la famille Laucu, je vous présente la fille, Gemma©, goale de son état, qui après s’être pété 4 phallanges sur chacun de ses dégagements in extremis en corner, n’a pas vu venir la sus-nommée Dieke lui coller un bout de pied détournant une frappe en pleine lucarne opposée aka but contre-son-camp (Thiney via Dieke , csc, 1-0, 64e).

©Monsieur et Madame Laucu, marque déposée Luissette Attaque pour la Lens Académie, cf. Jemaa.

Ayons un instant de mansuétude pour Mademoiselle Dieke (je crois qu’on peut, vu ce qu’on vient de lui mettre sur le dos) et passons-lui donc son absence de marquage sur le 2e but français (Renard, 2-0, 70e).

Côté offensif, une stratégie en 4 4 2, dans laquelle je n’en ai bizarrement vu qu’une sur les deux, à savoir Numéro Treize qui a pour (unique ?) qualité d’être rapide. Peut-être pas trop tard pour se recaser en athlé ?

Enfin à noter que, en raison de la pauvreté de leurs constructions offensives, les Ecossaises ne nous auront malheureusement pas gratifiés de leur légendaire jeu en triange Little – Small – Dieke…

Allez, zou ! Sur ces bonnes nouvelles, la Marinette vous abandonne pour mieux vous retrouver dans les travées de D’Ornano, mercredi à 20h40 (un truc dans le genre) pour voir si les Bleues auront le temps de chanter du France Galles en jouant à la baballe.

La bise

Marinette Picon-Bière

***Le point plus que poncuel D1F / C1*

D1F. Je me permettrai ici de citer le talentueux Alex Delp’ qui, passons-lui l’expression ainsi qu’il nous le demanda lui-même, nous signale que Juvisy se tire la bourre (« c’est qui Laboure », demande alors mon mec qui passait par là) avec l’Olympique Lyonnais, leader actuel.

C1. Les Lyonnaises ont étrillé les joueuses de Brondy deux fois 4-0. elles recontreront Postdam pour les demi-finales, et il paraît que ce sera une autre paire de manches. Il paraît.

***Fin du point plus que poncuel D1F / C1*

Les images des Meufs :

Le résumé, actions non concluantes included, en sept minutes

Le match en intégralité (merci, c’est cool, j’vous le revaudrai) en 1 heure 50

Venez gonfler les stats de la Meufs Académie sur Facebook

Sinon, il paraît que le Chef’ Redac est en galère. Viendez l’aider, vous vous aiderez aussi (à moins que ce ne soit la Marinette que vous n’aidiassiez ainsi).

10 thoughts on “La Meufs Académie note presque à moitié France – Ecosse (2-0)

  1. Je viens d’apprendre que Marinette a un mec…

    Il me reste donc Gaëtane.
    Et Laaaaaaaure Bouuuuleau ;)

  2. J’ai droit à des royalties pour mon copyright ou on dit que je l’ai le droit d’en culbuter une au pif dans l’équipe?

  3. Wouah !!! La coupe de cheveux O’Cédar de Luisa sur le site de la FFF !!! CUS de technicienne des surfaces….

  4. En même temps c’est vrai que chez les filles, quand tu fais 1m75 t’es une géante, alors Wendie Renard…

    Par contre Marinette, faut arrêter avec la Louisa, y’a que Ptit Louis qui peut supporter ça par la force de l’habitude.

    Et bon match à d’Ornano, le stade outre, Francis le Blé que j’ai le plus cotoyé dans ma vie avec le stade du  » complètement saoul « 

  5. « j’ai failli craqué » Hum hum… Sinon quelle musique sur le résumé des buts de la feufeufeu…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.