La Napoli académie note Galles-Angleterre (0-2)

Le Don cite du Baudelaire pour se faire mousser.

Dès qu’il n’y a pas de championnat, nos académiciens se mettent à couvrir tout et n’importe quoi, pourvu que ce soit du football, c’est à ça que l’on voit les vrais passionnés. Le Don voulait se frotter au jeu anglo-saxon et fut servi. Pour vous, il a noté la sélection aux trois lions :

« Dans la ménagerie infâme de nos vices,
Il en est un plus laid, plus méchant, plus immonde !
Quoiqu’il ne pousse ni grands gestes ni grands cris,
Il ferait volontiers de la terre un débris
Et dans un bâillement avalerait le monde ;
C’est l’Ennui ! »

Come on lads, sortez le Don de ce putain de Spleen !

L’avant-match :

La rencontre oppose une nation de rugby à une nation de football (et de rugby…) : le Pays de Galles, dernier du groupe G avec 0 point (ne pas confondre), accueille l’Angleterre, deuxième derrière le Monténégro. Privés de Gareth Bale, les Gallois se doivent absolument de l’emporter pour rester dans la course. En face, Fabio Capello prépare déjà le mondial 2014 et organise une vaste (puisque nationale) campagne de dépucelage. C’est ainsi que l’on devrait voir débuter des joueurs comme Wilshere ou Young, encadrés par seulement trois « vieux » : Terry (qui prend le brassard), Ashley Cole, et Lampard.

Les compos :

Wales: Hennessey-Collins-Williams-Gunter-Collins-Ramsey-Crofts-King-Bellamy-Ledley-Morison

England: Hart-Terry-Dawson-Cole-Johnson-Wilshere-Parker-Lampard-Rooney-Young-Bent

Le match :

Supérieurs dans tous les domaines, les Anglais ont tué le match en 15 minutes chrono. Excellents à la récupération, les lads ont littéralement étouffé leurs adversaires, qui ont dû attendre les derniers instants du match pour venir porter le danger devant la cage de Hart. On retiendra les prestations convaincantes de Wilshere et Young, mais on se souviendra aussi du flanc gauche anglais comme d’un concept très spécial : un Rooney faux ailier, épaulé par un Ashley Cole latérailier, mais seulement après 45 minutes de jeu. Soit.

The lads :

Hart (4/5) : En RTT, il n’a presque rien eu à faire, et on ne peut rien lui reprocher. Mais est-il vraiment possible d’attribuer la note maximale à un gardien anglais ?

Dawson (3/5) : Pas le plus classe des défenseurs, mais on ne peut pas lui reprocher grand-chose à celui-là non plus… Balance de bonnes patates dans le camp adverse, histoire de nous rappeler au bon souvenir de la poésie anglaise.

Terry (4/5) : Le capitaine a veillé au grain : ses couvertures défensives ont été impeccables. Avec Parker, il s’est même tapé un taureau en sevrant de ballons les attaquants adverses.

Cole (3/5) : Il a chié dans la Cole par moment, mais ses habitudes de sagouin ne constituent pas un scoop. Il aura fallu attendre la deuxième mi-temps pour qu’il se décide enfin à prendre son couloir au-delà de la ligne médiane, histoire de remettre de la cohérence dans le dispositif anglais. Jusque là, c’était un peu le bordel avec un Rooney attiré par l’axe et une permutation trop tardive entre ce dernier et Ashley Young.

Johnson (3/5) : D’excellentes ouvertures à destination de Young en première période, dont l’une est à l’origine du deuxième but anglais. A part ça, un travail défensif correct, mais des montées peu convaincantes, et rarement indispensables.

Wilshere (4/5) : Un très bon match. Sa vision du jeu est excellente, il est vif comme un poisson de roche, sa conservation de balle est remarquable… Une pépite. Remplacé par Downing : le Don est plutôt Beretta…

Parker (4/5) : La star de West Ham a convaincu le Don. Parker n’a pas été le plus en vue, mais il a toujours été disponible quand il s’agissait d’offrir une solution au porteur du ballon pressé par les attaquants, il a joué juste et a contribué à la fluidité du jeu côté anglais. Remplacé par Jagielka : n’a pas joué bien longtemps…

Lampard (4/5) : Il a donné les consignes au milieu de terrain, s’est baladé de partout pour faire le ravito, à l’arrière comme au front. Il inscrit le premier but sur pénalty, sans trembler.

Young (5/5) : La note maximale est peut-être généreuse, mais après tout il obtient le pénalty et il délivre une passe décisive, et fait la différence à lui tout seul. Très bon joueur de couloir, ses appels dans le dos des défenseurs ont été remarquablement diaboliques.

Rooney (3/5) : Electron libre, il a été difficile à cerner. Quoi qu’il en soit, on ne saurait remettre en cause son engagement, qui par moments va jusqu’à flirter avec l’excès. Son agressivité nous rappelle au stéréotype du prolo anglais, qui botte le cul de tout Allemand moustachu qui se respecte. Remplacé par Milner : du tricot pour obtenir des touches et des corners.

Bent (4/5) : Bon attaquant pivot, il a été le premier à exercer le pressing sur les Gallois, ce fatal pressing dit  de « la tête dans le sac ». Il inscrit le deuxième but anglais.

1 thought on “La Napoli académie note Galles-Angleterre (0-2)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.