La Napoli académie note Napoli-Udinese (1-2)

Le Napoli ne jouait pas Vérone, hélas.

Hélas!

Hélas ! Fin de série pour le Napoli, tandis que le Milan enchaîne et se rapproche du Scudetto. Il va falloir se remettre de ce coup sur la tête et repartir de l’avant pour rester dans les quatre. Mais cette nuit le Don ne dort pas, il en a gros et il veille les étoiles. Marco, passe-moi donc la grappa ! Je t’envoie le limoncello…Hélas !

Les notes :

De Sanctis (3/5) : Morgan a joué à l’Udinese fut un temps. Mélancolie quand tu nous tiens toi Morgan, et moi le Don…hélas ! Mais il n’a pas fait le deuil de son talent : il a réalisé quelques parades de classe mondiale, et il n’est en cause sur aucun des buts.

Ruiz (3/5) : Le meilleur défenseur de la soirée côté napolitain. On jouait de la mandoline avec Salvatore et on a coulé une larme…Hélas !

Cannavaro (2/5) : Le capitaine eu beau faire montre de courage, il ne put empêcher l’ennemi de percer nos lignes. Héroïque, il se tenait là, debout, enroulé dans notre drapeau, et brandissait une icône du Padre Pio. Mais, criblé de balles, il a fini par poser genou à terre, laissant à ses camarades le soin de consoler sa belle. Et de lui annoncer que son corniaud de mari n’était exempt de reproche sur aucun des deux buts ! Hélas !

Campagnaro (2/5) : « Mais on vieillit ! », et comme Marie la rouquine, parfois Campagnaro souffre de cette fatalité, ce fatum ! Hélas ! Malmené par les attaquants adverses, et moins tranchant qu’à l’accoutumée sur les phases offensives.

Pazienza (2/5) : Il s’est heurté au pressing des hommes du Frioul. Et autant dire qu’il ne s’agit pas des insulaires du grand large de Marseille. Par conséquent, il a dû se contenter d’un jeu excessivement simple, et n’a que trop peu fait avancer le schmilblick. Hélas ! Remplacé par Gargano : Hélas ! El Gringo va finir par se lasser de jouer les boniches de coupeur de citron, et il va nous la mettre profond version Camerone.

Yebda (2/5) : La métaphore du parachute s’impose : au début il semble se déployer comme il faut et on peut desserrer les fesses, mais au final il se met en torche et on est bien embêté. Et c’est systématique ! Une théorie infaillible, puisqu’aucune seconde chance ne permet d’établir des statistiques. Hélas ! Remplacé par Mascara : Sweet tooth ! Se fait les dents : deux buts en deux matchs, polydent et ultra-bright : un mascaracre.

Maggio (hélas/5) : Un jour sans. « Le septième jour, Dieu décida de se reposer et de se vautrer dans l’autosatisfaction de son œuvre de six jours. ». Hélas !

Dossena (3/5) : Il aura essayé de peser offensivement pendant…presque 90 minutes ! Hélas ? Remplacé par Lucarelli : Une apparition convaincante.

Hamsik (2/5) : En mal d’inspiration et d’espaces, saluons tout de même son volontarisme et sa bravitude. Dudu prétend qu’il a une tête de cheval. Hélas !

Lavezzi (2/5) : Le syndrome de la cloche fêlée une fois encore : un mal d’inspiration tragique. Aurait dû au moins mettre une rouste à ce sagouin d’Armero en fin de match, mais le cœur n’y était pas…Hélas ! La maf…les amis du Don vont s’en occuper…et pas d’assurance vie !

Cavani (2/5) : Comme superposé au collectif hier soir. Des appels tirés par les cheveux comme les copines de Moké en levrette, et un pénalty manqué. Mais au fait, pourquoi il a 2 ? Hélas !

3 thoughts on “La Napoli académie note Napoli-Udinese (1-2)

  1. Cavani , je lui aurait mis la note minimale . C’est simple , il a raté tout ce qu’il a entrepris.
    Et on peut saluer la magnifique performance de l’Udinese , privée de Sanchez , Di Natale et Isla une bonne partie du match . Et j’espère sincèrement voir le Napoli dans les 4 en fin de saison , tout comme l’Udinese , bien sûr .
    Fuarce Udin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.