La Raide et Vile Academy note Manchester United-Tottenham (3-0)

Luke Seafer essaie son signe les doigts dans le nez la prochaine fois.

Premier vrai test de la saison pour Man U après l’échauffement de la première journée face à WBA, que je n’ai pas couvert, comme un symbole d’une semaine à la plage. Bref ce soir, c’est la bande à Redknapp qui déboule au théâtre des rêves. Des effectifs un peu flous de chaque côté : la défense est décimée chez United et Cleverley, à défaut d’une pointure au milieu de terrain et d’un Fletcher en rémission est préféré à Casper Carrick ce qui n’est pas pour me déplaire. Welbeck est de nouveau titulaire, Berbatov ronge le banc, tout en décontraction, Hernandez attend son heure… Ce soir 9 titulaires ont moins de 25 ans, Patrice Evra est bien embêté, les histoires de gamins tout ça… En tout cas ça donne :

De Gea – Smalling/Jones/Evans/Evra – Nani/Cleverley/Anderson/Young – Welbeck/Rooney

A Tottenham c’est  une grande braderie à qui peine à démarrer: « Il est frais mon Peter Croutch, il est frais! Non ça c’est du Modric madame on le garde, même s’il ne veut plus jouer ». Pour autant l’équipe de Dirty Harry en a collé cinq à de pauvres écossais en milieu de semaine en Europa League histoire de montrer qu’on tient la forme en attaque… Alors pourquoi pas aller venir chercher les trois points à Old Trafford chose qui n’est plus arrivée depuis… 89 ? Je déconne.

 

Le résumé :

Une première mi-temps « intérechiante » avec un jeu à l’anglaise : cinq premières minutes de gros pressing pour les ouailles du Seigneur Ferguson puis les choses s’équilibrent : fighting-spirit au milieu de terrain et même un beau spectacle à l’arrivée : un balai de jambes en l’air, de gros tacles, de tirage de maillots, de pertes de balles idiotes des deux côtés. Pour les phases offensives, United joue le jeu de la profondeur, pendant que Tottenham profite des quelques errements des rouges pour placer trois quatres frappes, bof. De Gea peut au moins tester ses jolis gants noirs. Malgré l’entrain des joueurs, aucune grosse action notable si ce n’est une tête de Young qui frôle le poteau. Friedel était resté cloué sur place.

 

Mi-temps : Canal + montre du judo. Ça reflète bien le match, ouais.

La seconde période démarre comme la première, avec des diables rouges pieds au plancher mais qui ne ralentiront pas cette fois. « Speedy » Walker a cédé sa place à Corluka, Lennon et Bale tirent vite la langue, les Spurs sont à cours de jus et tentent de  réagir sans vraiment le pouvoir. Le but de Welbeck à l’heure de jeu va sonner le glas pour les hommes de Redknapp. Cramés, ils se font balader sur le second et regardent Rooney sauter plus haut que tout le monde sur le troisième. Triste pour Friedel auteur d’un gros match dans les bois, pour un tribute à Van Der Sar sûrement. United a su se montrer froid, patient et tueur quand il le fallait. C’est pas encore parfait loin de là, mais en collant une dérouillée à un gros du championnat, les hommes de l’Empereur Alex ont fait le plein de confiance avant la sortie au jardin d’enfant dimanche prochain.

 

Les diables :

De Gea (3/5) : Des arrêts à faire, il en a eu, mais rien de très sérieux. Globalement donc c’est un bon match. Seulement avec sa coiffure idiote et sa barbe clairsemée, De Gea rappelle aussi qu’il n’a que 20 ans et un cruel manque d’autorité, matérialisée par une sortie aux fraises sur une attaque des Spurs juste après l’ouverture du score. La frappe de Defoe finit heureusement sur le poteau. L’Espagnol a pourtant tenté de prendre de la confiance en début de rencontre en crochetant Van Der Vaart sur une passe en retrait. Le Hollandais lui a choppé la jambe, provoquant une faute, ouf. On notera aussi quelques ballons relâchés bêtement. Bref, pas de quoi dégoûter les attaquants adverses pour le moment. La moyenne quand même, De Gea ayant préservé sa cage malgré tout.

Smalling (3/5): Il va finir par s’y accrocher à son côté droit. Parachuté par défaut sur l’aile en l’absence de… de tout le monde, Smalling a tout pigé à son nouveau rôle. Il défend solidement et n’est pas dégueu en attaque, avec de jolis appels dans la profondeur et quelques centres plutôt bien ficelés. On n’a même pas trop vu Bale, ce qui n’est pas une mince affaire.

Jones (3/5) : En l’absence des tauliers, Phil Jones avait l’occasion une nouvelle fois de prouver ce qu’il savait faire : repousser tout ce qui vient. Mission accomplie dans l’ensemble, même si son fauchage sur Bale en première mi-temps aurait pu coûter cher : merci l’arbitre qui n’a rien vu. A 19 ans, il paraît déjà mûr et il s’autorise même à monter bien haut avec le ballon. A voir ce qu’il donnera toutefois avec un vrai buteur face à lui.

Evans (4/5) : Oui, ce soir, les commentateurs de Canal + ont soulevé un point intéressant : quand il n’a pas Vidic ou Ferdinand pour lui gueuler dessus, Evans est-il plus serein ? Au vu du match de ce soir, on a envie de répondre oui. Bon, il a fallut que les mecs en cabine posent la question pour que le petit Johnny désosse salement Van Der Vaart la seconde d’après… Mais quand même, on a assisté à une des meilleures prestations du Nord-irlandais depuis ses débuts avec Man U. Un roc tout simplement, il n’a laissé passer personne et a sorti les griffes quand il le fallait. Du travail de pro.

Evra (3/5): Une première mi-temps difficile pour cap’tain Patrice bouffé en vitesse par Walker et Lennon. 45 premières minutes prudentes donc, surtout qu’en doyen de l’équipe ce soir il était  aussi de corvée de surveillance sur Phiphi, Johnny et Smally. La seconde période sera beaucoup plus tranquille pour lui avec le ralentissement des Spurs, lui permettant de monter et de bien apporter devant, surtout qu’il a bien vu que les bambins n’avaient pas besoin de lui pour gérer l’affaire en défense. On notera aussi une complicité bien avancée avec Ashley Young, malgré le peu de temps de jeu ensemble. Ça fera mal dans quelques semaines.

Cleverley (3/5): La nouvelle hype anglaise. Celui qui aurait dû faire sa première apparition avec l’équipe nationale, si ces salauds de prolos n’avaient pas tout cassé à Londres et forcé l’annulation du match contre les Oranjes. Du talent il y en a sûrement, mais il reste quand même un peu brouillon. Un gros début de match, la première frappe est d’ailleurs pour lui, mais Cleverley s’est ensuite effacé petit à petit. C’est toujours mieux que Carrick, mais personnellement votre serviteur préfère attendre avant de s’enthousiasmer vraiment. Remplacé « comme un symbole » par Giggs selon Stéphane Guy. OK Stéphane. Enfin bon, je veux pas en remettre une couche, mais si on veut arrêter de se faire manger par le Barça dès qu’on les croise, la solution Cleverley paraît light.

Anderson (5/5) : Début de saison en fanfare pour le Brésilien. Comme d’habitude il était partout, comme d’habitude il a tout bien fait : récupération, passes, ouvertures lumineuses; Anderson semble se faire plaisir sur le terrain en ratissant tout ce qui bouge et s’impose comme le patron du milieu de terrain. Cherry on the top of the cake  (ouais ouais on est bilingue à la raide et vile) il conclut la bien belle action du 2-0. Par contre au prochain pas de danse ridicule pour célébrer un but ce sera -1, faut pas déconner.

Nani (3/5): Un match discret en attaque compensé par une belle présence défensive. Le Portugais peut faire bien mieux. C’était quand même suffisant ce soir pour faire mal à la défense adverse. Mais c’était Assou-Ekotto en face, alors ça aide.

Young (4/5) : Il me plaît de plus en plus. Auteur des deux actions les plus dangereuses avant l’ouverture du score, Young semble increvable, enchainant les allées et venues entre les deux camps pendant 90 minutes. Gêné en première mi-temps par Walker qui suivait la cadence, il s’est amusé en seconde à disparaître dans le dos d’un Corluka complètement dépassé. La vitesse c’est peut-être ce qu’il manquait vraiment aux Red Devils la saison passée. Young est en train de compenser. Alors quand en plus la qualité de passe est là…

Rooney (5/5) : Le but du 3-0 vient lancer la saison du numéro 10 de Man U et nous rassurer : oui, Wayne s’est habitué au fait d’avoir des cheveux. Un match classieux avec une superbe vision du jeu, des ouvertures lumineuses, des dribbles déroutants (Corluka cherche encore son short sur le terrain à l’heure actuelle) et quelques frappes bien senties. Pourtant son travail, aussi parfait soit-il a longtemps été inutile avec un Welbeck perdu de recherche. Mais Wayne a persévéré et ça a fini par payer. Un match de haute volée, comme d’habitude en fait.

Welbeck (4/5): Un match en deux (mi-)temps. D’abord introuvable, jouant bien trop bas : c’est bien beau d’essayer de fatiguer les défenseurs, mais faudrait aussi penser à porter le danger. On se dit que Berbatov ou Hernandez manquent cruellement. Un recadrage à la pause plus tard, le gamin comprend enfin ce que l’on veut de lui. Qui est dans la boîte pour recevoir le centre de Cleverley et ouvrir le score ? Danny. Qui est en pointe pour offrir le second but à Anderson sur un amour de talonnade ? Danny. Le gamin s’est tellement enflammé qu’il ne se sentait plus sur ses 20 dernières minutes: chevauchées solo, grands ponts, accélérations bref, de l’enthousiasme débordant (un peu trop même), qui s’explique par l’âge et la joie d’avoir fait le boulot. Va falloir confirmer petit, mais on comprend presque pourquoi l’Empereur Alex l’a préféré à Berbatov.

 

Les remplaçants.

Giggs pour Cleverley, 81eme (non noté) : 614eme match de championnat sous les couleurs de United pour l’homme aux 1000 femmes. Giggs devient le joueur ayant joué le plus de matches de Premier League avec un seul et même club. Pour l’occasion il donne le troisième but à Rooney d’un petit centre bien dosé. Plaisir d’offrir tout ça…

Hernandez pour Welbeck, 81eme (non noté): On l’a vu congratuler Rooney sur le troisième but, sinon comme d’hab il était déguisé en ligne des 6 mètres en attendant un ballon qui n’est jamais venu. En même temps en 10 minutes.

Park pour Young, 81eme, (non noté) : Une jolie percée en toute fin de match alors que les mecs de Tottenham rampaient sur la pelouse. Malheureusement pour le Coréen, il a complètement loupé sa frappe.

 

 Luke Seafer est très sympa, il vous offre les belles images de cette rencontre, ici.

10 thoughts on “La Raide et Vile Academy note Manchester United-Tottenham (3-0)

  1. je suis content de ce que MU a fait face a tottenam, Alex , encore une fois, montre sa grandeur. le jeu interessant dans l’ensemble, mais il nous manque un milieu de terrain d’experience pour battre le barca cette saison et remporter la ligue des champions face au Real. merci encore une fois les jeunes.

  2. Euh il y a une erreur chez les remplaçants, Park pour Young, c’est à Monaco, ici c’est Park Ji-Sung…

  3. comme le comité n’a pas repris je me permets qu’on dit « ice on the cake » au lieu de « cherry on the cake »

    belle victoire! le « je déconne » en fin de premier paragraphe est facile après coup…

  4. @Patam: Je sais bien pour le « ice on the cake », c’était fait exprès l’erreur d’expression, côté franchouillard tout ça. Promis si je mets « fingers in the nose » la prochaine fois je soulignerai que je suis pas sérieux :)
    Pour le « je déconne », ouais c’est facile, mais je m’en fous, je suis vil.

    @Couroucoucou: Alors pourquoi on appellerait Park Ji-Sung de tout son nom et Park Chu-Young seulement Park? Par(k)ité pour les coréens!

  5. patam, désolé de te contredire mais on peut effectivement dire « Cherry on the cake ». Et on dit ‘Icing on the cake » et non « Ice ».

  6. « et Hernandez déguisé en ligne de 6m »
    ça aussi c’est du travail de pro ! ;)

  7. On dit aussi « vous allez pas nous chier un cake pour ça ». Depuis quand la rédac’ d’horsjeu.net est bilingue ?

  8. Salut suppôt de Morlino, bonjour amical du voisin londonien (Arsenal contrairement a ce que tu pourrais penser)
    Très bonne pioche pour vous Phil Jones, excellent défenseur. Je suis super déçu que Tonton n’ai pas réussi à le prendre dans son épuisette, non pas que c’est le dernier des peintres quand il s’agit de prendre des gosses, mais le p’tiot était coté assez cher quand même. Vu que Rio commence un abonnement annuel a l’infirmerie, je le vois plus passer devant Smalling et Evans dans la hiérarchie des centraux.
    J’espère juste qu’il brisera pas les tibias de VP a notre prochaine rencontre.

  9. Enfin une académie pour mes petits, et de qualité en plus.
    Merci a toi Luke, may the Force be with you

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.