La Reds academy note Liverpool-Braga (0-0)

Le pavillon rouge était levé.

Après une défaite dégueulasse à l’aller 1-0 sur pénalty, dans le stade le plus moche d’Europe et ses virages en falaise, les Reds devaient faire un retour fracassant à Anfield.
Dalglish avait dit avant le match que la clé serait l’ambiance d’Anfield. Un chaudron rouge qui fait office de 12ème homme. Apparemment pas que, King Kenny, pas que…

Car bien qu’après un retentissant YNWA, et un premier quart d’heure non stop à brailler un florilège de cantiques dans cette belle abbaye d’Anfield, les Scouses voient bien que sur le pré, certaines brebis sont bien galeuses. Tout était pourtant prévu pour que le peuple rouge, à moitié d’origine Irlandaise, puisse fêter dignement ce jour sacré de la St Patrick en s’abreuvant de bière tiède épaisse pendant des heures, avant d’aller taquiner les petites rouquines, copuler à même la sombre et étroite ruelle, et se réveiller au petit matin dans son vomi en promettant de ne jamais plus boire. Ainsi Dalglish avait aligné son équipe-type. Enfin équipe-type sans Gerrard-Agger-Suarez-Aurelio-Kelly. Donc une équipe A’ en somme.

Oui mais voilà, c’était sans compter sur des lusitaniens qui ont donné du poil à retordre afin de ne pas rentrer avec la valise en carton sous le bras.Trop peu d’occasions nettes au cours de ce match pour avoir un quelconque regret, mais la Guinness du Flanagan’s avait un sale arrière gout toute la soirée. Un gout de morue bien entendu…

Les joueurs :

Reina : 4/5 Pas un poil sur le caillou, mais de la colle sur les gants. Il a réalisé des arrêts de grande classe, surtout en fin de match, afin de pouvoir jouer sans défenseur (enfin ça il commencer à s’habituer) et d’entretenir l’espoir (ça c’était plutôt nouveau). 300 matchs chez les Reds hier soir, probablement son dernier match en coupe d’Europe sous ce maillot, car étant donné qu’il est dans le top 5 mondial à son poste, il se doit de jouer la Ligue des Champions. Mais par pitié, si tu as un tant soit peu de respect Pepe, pas à Manchester! Sinon tu risques de recevoir des éclaboussures de Morlino…

Wilson : 1/5 Avec des agglos à la place des pieds qui balançaient tous les ballons devant, le petit Wilson n’a pas pesé bien lourd sur son coté gauche. Enfin si, mais plutôt côté LFC et comme un boulet. Il faut vraiment qu’il se réconcilie avec Tom Hanks et avec son coiffeur aussi…

Skrtel : 3/5 Pas grand chose à lui reprocher, après tout, les bacalhau ont pas eu trop d’occasions. Martin a été plutôt solide et aurait même pu sauver la maison rouge. Enfin pour ça, il aurait fallu qu’il lise « la reprise de volée par Z.Z en 3 leçons », magnifique bouquin préfacé par Jean-Michel Larqué. Mais pas dit que l’ouvrage soit traduit en Slovaque. Ni traduit tout court…

Carragher : 3/5 Comme Skrtel, on peut pas lui reprocher grand chose. Les incultes (ou Morlinos c’est pareil) diront que si : il était capitaine et il n’a pas réussi à galvaniser ses troupes. Incultes car apparemment ils n’ont jamais vu (et surtout entendu) Carragher sur un terrain, brassard ou pas, le jeune Arbeloa peut en témoigner. Et parce que le tragique syndrome d’Evra, qui avec le brassard coupe la circulation dans le bras et fait gonfler la tête et les chevilles, ne touche que Captain Stevie les jours de pluie. Pas Carra…

Johnson : 4/5 Le seul joueur de champ qui peut être fier de son match. Ses allées et venues sur le coté droit ont fait suer les morues, et ses dribbles à tout-va leurs ont emmêlé les poils de pattes. Ses centres ont également amené le plus grand danger. Ce joueur est décidément plus irrégulier que les rondeurs de Dédé Gignac…

Lucas : 3/5 A récupéré un grand nombre de ballons précieux au milieu, et les a distribué comme il a pu. Pas aidé par les autres compères du milieu…

Meireles : -5/5 Au grand dam du peuple rouge, à l’aller comme au retour, Raul n’a pas voulu passer pour un traitre à la nation. Ainsi il a revêtu sa plus belle salopette bleu entachée de Map, clope au bec, et ché parti qué chté balaonce les ballouns. Le meilleur joueur de Braga sur les 2 matchs! En même temps, à 12 contre 10 à l’aller, ils pouvaient que gagner…

Joe Cole : 2/5 10 minutes où il aura été tranchant dans ses appels, dans ses courses et ses dribbles, bénéficiant même d’une des plus grosses occasions du match . Oui 10 minutes! Les supporters n’avaient pas vu ça depuis… Pfiouuuu, Chelsea 07/08…

Maxi Rodriguez : 0/5 Ce n’est pas par la pauvreté de son jeu qu’il causera le plus d’ennuis. Non, ce sera le jour où le club sera interrogé par la FA sur cet emploi fictif…

Carroll : 2/5 1ère titularisation pour « Mr 35 M£ ». Les tendancieux de l’éjaculation précoce l’attendaient de pied ferme (enfin pas vraiment le pied), après avoir atteint l’orgasme avec Suarez, buteur à son premier match. Ce matin, ils crient au scandale de la surcote de ce joueur. Fucking bollocks! Il faudra du temps, et à Andy qui doit retrouvé la forme après avoir frôlé le quintal sur la balance, et à Dalglish pour mettre en place un système cohérent qui utilise son potentiel de conservation de balle et son jeu de tête, sans toutefois retomber dans un kick-and-rush morne, qui a fait les joies des bas-fonds du football briton.

Kuyt : 3/5 A encore couru partout, dans tous les sens et même un peu trop : il stoppe involontairement du dos la balle de match smatchée par Andy Carroll. Cette élimination de l’Europa League aura au moins un effet positif : Dirk a à présent plus de temps pour aller arroser les réacteurs de la centrale de Fukushima…

Les entrants :

Spearing et N’gog : non notés
Rentrés sur un double changement à la 75e, ils sont assez bien rentrés dans leur match, mais auront été aussi utiles que le H de bacalhau…

Le Coach :

King Kenny : 2/5 Difficile de composer avec la longue liste des absents, donc difficile de reprocher concrètement quelque chose à Dalglish, si ce n’est l’éternel 3e changement inexistant. Il doit à présent se reconcentrer sur le championnat qui reprend à Sunderland pour espérer un putain de miracle en fin de saison avec la 5e place…

Le Kop : 5/5 Une minute de silence pour le Japon où même les mouches se sont tues (en parfaite coordination avec les excellents supporters away Portugais !), un YNWA du début qui prend aux tripes, un match plein avec de belles poussées dans les dernières minutes.
Mais surtout, oui, surtout : à la 93e minute, alors que Liverpool foire toute sa saison sur un malentendu, Anfield se lève pour entonner un You’ll never walk alone encore plus retentissant que le premier et applaudi ses joueurs en disant adieu à l’Europe.
Eux, c’est le Kop d’Anfield, et vous, vous êtes qui putain?

Après une défaite dégueulasse à l’aller 1-0 sur pénalty, dans le stade le plus moche d’Europe et ses virages en falaise, les Reds devaient faire un retour fracassant à Anfield.
Dalglish avait dit avant le match que la clé serait l’ambiance d’Anfield. Un chaudron rouge qui fait office de 12ème homme. Apparemment pas que, King Kenny, pas que…
Car bien qu’après un retentissant YNWA, et un premier quart d’heure non stop à brailler un florilège de cantiques dans cette belle abbaye d’Anfield, les Scouses voient bien que sur le pré, certaines brebis sont bien galeuses.
Tout était pourtant prévu pour que le peuple rouge, à moitié d’origine Irlandaise, puisse fêter dignement ce jour sacré de la St Patrick en s’abreuvant de bière tiède épaisse pendant des heures, avant d’aller taquiner les petites rouquines, copuler à même la sombre et étroite ruelle, et se réveiller au petit matin dans son vomi en promettant de ne jamais plus boire. Ainsi Dalglish avait aligné son équipe-type. Enfin équipe-type sans Gerrard-Agger-Suarez-Aurelio- 

Kelly. Donc une équipe A’ en somme.
Oui mais voilà, c’était sans compter sur des lusitaniens qui ont donné du poil à retordre afin de ne pas rentrer avec la valise en carton sous le bras.
Trop peu d’occasions nettes au cours de ce match pour avoir un quelconque regret, mais la Guinness du Flanagan’s avait un sale arrière gout toute la soirée. Un gout de morue bien entendu… 

Les joueurs :

Reina : 4/5
Pas un poil sur le caillou, mais de la colle sur les gants. Il a réalisé des arrêts de grande classe, surtout en fin de match, afin de pouvoir jouer sans défenseur (enfin ça il commencer à s’habituer) et d’entretenir l’espoir (ça c’était plutôt nouveau). 300 matchs chez les Reds hier soir, probablement son dernier match en coupe d’Europe sous ce maillot, car étant donné qu’il est dans le top 5 mondial à son poste, il se doit de jouer la Ligue des Champions. Mais par pitié, si tu as un tant soit peu de respect Pepe, pas à Manchester! Sinon tu risques de recevoir des éclaboussures de Morlino…

Wilson : 1/5
Avec des agglos à la place des pieds qui balançaient tous les ballons devant, le petit Wilson n’a pas pesé bien lourd sur son coté gauche. Enfin si, mais plutôt côté LFC et comme un boulet. Il faut vraiment qu’il se réconcilie avec Tom Hanks et avec son coiffeur aussi…

Skrtel : 3/5
Pas grand chose à lui reprocher, après tout, les bacalhau ont pas eu trop d’occasions. Martin a été plutôt solide et aurait même pu sauver la maison rouge. Enfin pour ça, il aurait fallu qu’il lise « la reprise de volée par Z.Z en 3 leçons », magnifique bouquin préfacé par Jean-Michel Larqué. Mais pas dit que l’ouvrage soit traduit en Slovaque. Ni traduit tout court…

Carragher : 3/5
Comme Skrtel, on peut pas lui reprocher grand chose. Les incultes (ou Morlinos c’est pareil) diront que si : il était capitaine et il n’a pas réussi à galvaniser ses troupes. Incultes car apparemment ils n’ont jamais vu (et surtout entendu) Carragher sur un terrain, brassard ou pas, le jeune Arbeloa peut en témoigner. Et parce que le tragique syndrome d’Evra, qui avec le brassard coupe la circulation dans le bras et fait gonfler la tête et les chevilles, ne touche que Captain Stevie les jours de pluie. Pas Carra…

Johnson : 4/5
Le seul joueur de champ qui peut être fier de son match. Ses allées et venues sur le coté droit ont fait suer les morues, et ses dribbles à tout-va leurs ont emmêlé les poils de pattes. Ses centres ont également amené le plus grand danger. Ce joueur est décidément plus irrégulier que les rondeurs de Dédé Gignac…

Lucas : 3/5
A récupéré un grand nombre de ballons précieux au milieu, et les a distribué comme il a pu. Pas aidé par les autres compères du milieu…

Meireles : -5/5
Au grand dam du peuple rouge, à l’aller comme au retour, Raul n’a pas voulu passer pour un traitre à la nation. Ainsi il a revêtu sa plus belle salopette bleu entachée de Map, clope au bec, et ché parti qué chté balaonce les ballouns. Le meilleur joueur de Braga sur les 2 matchs! En même temps, à 12 contre 10 à l’aller, ils pouvaient que gagner…

Joe Cole : 2/5
10 minutes où il aura été tranchant dans ses appels, dans ses courses et ses dribbles, bénéficiant même d’une des plus grosses occasions du match . Oui 10 minutes! Les supporters n’avaient pas vu ça depuis… Pfiouuuu, Chelsea 07/08…

Maxi Rodriguez : 0/5
Ce n’est pas par la pauvreté de son jeu qu’il causera le plus d’ennuis. Non, ce sera le jour où le club sera interrogé par la FA sur cet emploi fictif…

Carroll : 2/5
1ère titularisation pour « Mr 35 M£ ». Les tendancieux de l’éjaculation précoce l’attendaient de pied ferme (enfin pas vraiment le pied), après avoir atteint l’orgasme avec Suarez, buteur à son premier match. Ce matin, ils crient au scandale de la surcote de ce joueur. Fucking bollocks! Il faudra du temps, et à Andy qui doit retrouvé la forme après avoir frôlé le quintal sur la balance, et à Dalglish pour mettre en place un système cohérent qui utilise son potentiel de conservation de balle et son jeu de tête, sans toutefois retomber dans un kick-and-rush morne, qui a fait les joies des bas-fonds du football briton.

Kuyt : 3/5
A encore couru partout, dans tous les sens et même un peu trop : il stoppe involontairement du dos la balle de match smatchée par Andy Carroll. Cette élimination de l’Europa League aura au moins un effet positif : Dirk a à présent plus de temps pour aller arroser les réacteurs de la centrale de Fukushima…


Les entrants :

Spearing et N’gog : non noté
Rentrés sur un double changement à la 75e, ils sont assez bien rentrés dans leur match, mais auront été aussi utiles que le H de bacalhau…

Le Coach :

King Kenny : 2/5
Difficile de composer avec la longue liste des absents, donc difficile de reprocher concrètement quelque chose à Dalglish, si ce n’est l’éternel 3e changement inexistant. Il doit à présent se reconcentrer sur le championnat qui reprend à Sunderland pour espérer un putain de miracle en fin de saison avec la 5e place…

Le Kop : 5/5

Une minute de silence pour le Japon où même les mouches se sont tues (en parfaite coordination avec les excellents supporters away portugais!), un YNWA du début qui prend aux tripes, un match plein avec de belles poussées dans les dernières minutes.
Mais surtout, oui, surtout : à la 93e minute, alors que Liverpool foire toute sa saison sur un malentendu, Anfield se lève pour entonner un You’ll never walk alone encore plus retentissant que le premier et applaudi ses joueurs en disant adieu à l’Europe.
Eux, c’est le Kop d’Anfield, et vous, vous êtes qui putain?

2 thoughts on “La Reds academy note Liverpool-Braga (0-0)

  1. « Eux, c’est le Kop d’Anfield, et vous, vous êtes qui putain? »

    Magique. Des larmes me montent aux yeux..

    YNWA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.