La Reds Academy note Liverpool-Napoli (3-1)

Gerrard mouillée le déglinguo déglingué.

« Steve Gerrard, Gerrard, he pass the ball 40 yards, he’s big and he’s fuckin’ hard, Steve Gerrard, Gerrard »
Et oui, notre captain est de retour et il a fessé les ultras napolitains! Na, dans les dents!
Après une première période pitoyable de Liverpool, Roy sort l’artillerie lourde à la mi-temps et Stevie s’en va en guerre…planter 3 buts!
Avec 8 points dans ce groupe de « nuls » (Merci Romain Del Bello d’avoir encore égayé ma soirée), Liverpool est à un nul de la qualification avec une réception d’Utrecht et un déplacement à Bucarest…
Votre Gerrard Mouillée vous demande beaucoup de clémence, car avec le gang des skins de sortie hier soir (Reina, Konchesky, Shelvey, Spearing, Meireles), ça n’a pas été facile de distinguer qui a fait quoi. Et encore, il manquait Skrtel.

Les joueurs :

Reina : 3/5. Pas grand-chose à faire, surtout en 2ème mi-temps, et ne peut rien sur le but.

Konchesky : 2/5. Pas mal en seconde avec quelques débordements, à moins que ça ne soit Shelvey, ou Spearing. Correct mais sans plus.

Johnson : 3/5. Bon offensivement, il provoque le pénalty de la victoire (après un dribble loupé mais chanceux). Défensivement, c’est pas encore ça, mais bon.

Kyrgiagoal
: 4/5. Imprenable dans les airs, et même en vitesse sur Lavezzi, dis-donc! Le patron de la défense maintenant, c’est lui! Ça fait peur.

Carragher
: 3/5. Excellente deuxième période sur un seul rein (Lavezzi lui ayant cassé le premier sur son but). Rassurant, mais face à Chelsea, il risque de souffrir avec Anelka, Malouda, Drogba, … (Attention, l’effectif de Chelsea nuit à la longévité de la lettre A de votre clavier)

Poulsen : 0/5. Aurait pu avoir 1, mais la tête en avant qui finalement trouve Cavani, 10m derrière, qui lui, lance parfaitement (avec la tête aussi, chambrage uruguayen oblige) Lavezzi, qui s’en va planter tranquillement son p’tit but. Il sera probablement transféré au FC Hollywood à la trêve, pour qu’il puisse être remarqué pour jouer le rôle de Conan dans « Conan III : Resurection ».

Spearing : 2/5. Le peu qu’on l’a vu, c’était correct. Je dis bien le peu. On l’annonçait comme le nouveau Gerrard, il ne le sera jamais.

Shelvey : 2/5. On l’a vu partout : devant, derrière, à gauche, à droite, bref le meilleur de la 1ère mi-temps. Après, l’inexpérience a parlé : il a fini la tête dans le guidon, sans avoir pensé à gérer ses efforts. Gros potentiel technique, mais doit confirmer. Autant au match aller, il était de tout les bons coups et tous les choix faits étaient judicieux, autant hier soir pas du tout. On l’annonce comme le nouveau Gerrard (oui, lui aussi! C’est le syndrôme Zidane paraît-il), il le sera peut-être…

Meireles
: 2/5. Repositionné à droite par Hodgson, il avait tendance à repiquer dans l’axe (normal pour un milieu central comme lui), et aurait pu inscrire 2 buts, mais manque de finition.

Jovanovic
: 3/5. N’a joué qu’une mi-temps, pourtant encourageante. Bons dribbles, débordements et centres. Il a payé pour le collectif avec ce changement étrange de Roy Hodgson.

N’gog : 4/5. Il n’a pas pu rentrer à la 62ème pour changer le cours du match, puisque titulaire. Dans le même rôle esseulé que Torres, il s’est montré plus dangereux (ok), plus disponible (ok encore) mais surtout plus technique (là, ça craint!). Aurait pu égaliser avant la mi-temps mais Dossena qui devait pas l’aimer, l’a empêcher de marquer, LUI. Pas comme d’autres…

Les entrants :

Captain Stevie
: 6/5. Et pourquoi pas? 1 point pour le but égalisateur en taclant dans les jambes du gardien, le genre de geste qui rend Gerrard Mouillée tout chose, 1 point pour le « chuuuuuuut » adressé aux napolitains (ok, c’est pas très classe, mais entre leurs agressions au couteau, leurs insultes et leurs gestes obsènes, il méritaient bien ça!), 1 point pour pour ne pas avoir engueulé mais encouragé Poulsen (la patience et la classe), et 3 points pour un triplé tout simplement. Ah au fait, c’est Jovanovic qu’il a remplacé à la mi-temps, on l’oublierait presque.

Ecclestone : non noté. remplace à la 65e un Poulsen qui n’avait rien à faire là. A fait un bon rush en dribble, mais qui ne sert à rien. Dommage.

Lucas : 4/5. remplace N’gog à la 83e. Excellente entrée! On se dit que Hodgson sort le seul attaquant pour un milieu défensif afin de tenir le match nul? Que nenni, Lucas rentre, alimente le jeu derrière Stevie, et surgit de nulle part pour tacler Dossena et offrir à Gerrard son triplé.

Le coach :

Roy Hodgson : impossible à noter! 0? 5? 6?  A côté, Raymond D. passe pour un guignol! La tactique de Roy Hodgson est simple : mettre autant de milieux centraux que possible et voir se qui se passe. De plus, il a réussi à faire planter 2 pions à Liverpool en 4-6-0 contre une équipe Italienne!
Récapitulons les faits :
– Le match débute avec 4 milieux centraux de métier (Meireles, Poulsen, Shelvey et Spearing).
– Mi-temps : Gerrard entre, Jova sort on passe donc à 5 milieux centraux (Shelvey passe à gauche, Meireles reste à droite) et toujours 1 attaquant de pointe, N’gog.
– 63e Poulsen sort, Eccleston rentre. Il est milieu offensif central de formation, mais joue tout le temps sur un côté parce que c’est l’embouteillage. On reste donc à 5 centraux (4.5 si vous voulez!)
– 82e, N’gog sort pour faire rentrer … Lucas, milieu défensif. On a donc un 4-6-0 avec 4 milieux défensifs de formation (Gerrard, Spearing, Lucas, Meireles) et 2 offensifs (Shelvey, Ecclestone).
– 84e et 86e Gerrard inscrit ses 2e et 3e pions dans cette tactique improbable…
Au diable le catenaccio de Herrera, à mort le 4-3-3 Football Total de Cruijff, voici la nouvelle révolution le 4-6-0!
Sans rire, il est plus crédible de penser, surtout au vu du match, qu’il s’agit d’un énième sauvetage de Gerrard plutôt que d’un coup de génie de Roy.

Mention spéciale :

Andrea Dossena
: Man Of The Match! Avec quasiment deux passes décisives pour Stevie (le petit Lucas est venu lui chipper la dernière, alors qu’il allait bien lui donner!). Le pauvre Andrea avait-il peur que l’on ne se rappelle pas de lui avec un bon souvenir? C’est gentil, mais fallait pas : le simple fait d’inscire le 4e but des Man U-LFC et LFC-Réal Madrid, l’avait fait rentrer dans l’histoire! Faire marquer Dossena dans ces deux matchs était le signe suprême de l’humiliation. A l’époque, Liverpool aura battu n’importe qui! mais je vous parle d’un temps que les moins de 20 ans peuvent très bien connaître, mais qui paraît à des années-lumières d’aujourd’hui… (Oui, cette prouesse à Anfield donne des vieilles pensées nostalgiques à Gerrard Mouillée, et il aime pas passer pour un vieux gateux!)

2 thoughts on “La Reds Academy note Liverpool-Napoli (3-1)

  1. A 12 contre 10, c’est facile en même temps. Dossena my love. Hodgson l’a très bien compris : son attaquant de pointe c’était notre italien chéri.
    Il y avait donc deux génies à Anfield hier soir : Roy et Andrea « c’est toi l’amante la plus belle ». Gerrard n’y est pour rien.

    Comprend qui peut.

  2. Ou comprend qui veut!
    Pseudo hommage au grand Kuyt, référence à Bobby Lapointe, je te félicite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.