Pour commencer, je m’excuse pour ce retard (même si tu n’en as probablement rien à foutre et que tu trépignes depuis lundi en m’insultant toutes les heures) mais une fois n’est pas coutume, j’étais à Bordeaux ce week-end et au stade qui plus est ! Je suis donc de retour dans cette contrée plus inhospitalière qu’est la Picardie pour vous livrer cette académie.

Depuis quand n’avait-on pas vu une équipe de Bordeaux aussi solidaire et se tomber dans les bras à la fin du match si ce n’est à la Calle Ocho ou au Café Pop’ ? Dimanche, sans être brillants dans le jeu, les Bordelais ont livré un gros match, réduisant Lyon au rôle de chaton inoffensif (mais moche). Avant de nous intéresser aux Bordelais, intéressons-nous à l’équipe coachée par Rémi Garde (mais pas trop quand même, y’a Torben pour ça).

Dans les buts, on a le sosie timide de Francis Heaulme, Hugo Lloris, à droite on a Réveillère qui restera à jamais celui qui a tenté de nous péter Wendel, à gauche Dabo, le mec qui est passé de « c’est l’affaire du siècle à ce prix-là » en août à « mais c’est l’arnaque du siècle » quelques mois plus tard. Dans l’axe, point de Cris qui ne peut pas jouer deux fois en une semaine à son âge, ce qui me laisse espérer un arbitrage correct. A sa place on a Baky Koné (aucun lien avec l’ex-nain Marseillais) associé à Um Titi, un jeune qui monte (parce qu’il a pas le choix, Cris est cramé et Lovren blessé). Au milieu, Garde (contre) annonce la couleur : il est pas venu pour jouer. Il aligne Kallström, Fofana et Gonalons. Donc sur les 3, il y en a un qui a du ballon (le meuble suédois), un qui est bon à la récup’ (Maxime) et un… je sais pas, j’arrive pas à comprendre à quoi il a servi sur ce match. Devant, Garde (sans) aligne un trio qui fait peur avec Bastos – Gomis – Lacazette. En gros, si le Brésilien et le jeune con sont pas en forme, Lyon produira moins de jeu que le Nancy de Correa à la grande époque (celle où des mecs voyaient Puygrenier en Equipe de France, il y en a eu, j’ai les noms). Pas de Ken Gourcuff dans cette équipe, lui qui est encore blessé.

Côté Bordelais, Gillot ne peut compter sur les deux Maliens (Traoré et Diabaté) qui ont décidé de s’octroyer des vacances supplémentaires (j’espère d’ailleurs qu’à leur retour Gillot enverra Huard annoncer à Cheick qu’il doit aller en réserve) ni sur Henrique qui est suspendu. Sané fait son retour et Gillot garde le cap en alignant une nouvelle fois son 3-5-2. Dans les buts, Cédric est présent pour repousser tout ce qui se présente. Dans l’axe, Henrique est remplacé par Sané (ce qui n’est pas rassurant pour le caleçon de votre serviteur) alors que Ciani et Planus sont fidèles au poste. A droite Mariano rigole à chaque fois qu’il croise Chalmé alors que côté gauche, Trémoulinas cherche un recruteur du regard. Au milieu, N’Guémo veille au grain, associé à Plasil et Obraniak. Devant, le duo Maurice-Bailey’s – Gouffran aura fort à faire face aux golgoths Lyonnais. La compo donne ça :

 

Ayant la possibilité d’aller au stade pour une fois, j’en profite pour m’y pointer en avance. Après m’être fait caresser la région pubienne par un stadier très zélé, j’obtiens enfin le droit d’entrer dans le saint des saints : Lescure. Je profite de mon avance pour aller me promener dans le stade même si quelques CRS m’enjoignent de ne pas trop m’approcher de la zone réservée aux supporters lyonnais. Je vais donc en tribune voir des gamins qui jouent au football sur des mini-terrains sous l’œil de… 12 supporters déjà en tribune.

Petit à petit le stade se remplit et je décide donc de rejoindre mon siège dans la tribune face avec le soleil dans la gueule, ce qui me gêne pas vu que ça fait six mois que je ne l’ai pas vu en Picardie. Je pense avoir évité tout voisin gênant lorsque vient s’asseoir à côté de moi un mec du genre Médocain (le picard girondin) qui s’assoit à côté de moi comme si j’avais tenté de lui voler son siège. Je suis de bonne humeur et j’évite de le regarder en tournant la tête vers le kop lyonnais qui vient d’entrer.

Le supporter Lyonnais va sur 9gag visiblement puisque juste après leur entrée dans le stade, l’un d’entre eux sort un drapeau qui montre sa femme qui est dans la cuisine pendant que lui est au stade. Je rigole intérieurement mais cela se voit puisque mon voisin me demande si je suis Lyonnais. Je lui réponds que non et profite de son soupir de soulagement chargé de saucisson à l’ail et de bière bon marché (du genre 33 export). Il me dit qu’il aime pas les Lyonnais et pour éviter d’avoir à tenir une discussion que je ne souhaite pas avoir je me tourne vers la tribune presse pour tenter d’apercevoir le duo qui commente pour Foot+ (et que je loupe donc vu que je suis en tribune). Je vois Johan Micoud qui tente d’avoir un zest de classe avec une veste bleue alors que Carayon enchaîne clope sur clope dans un manteau qui semble avoir été taillé dans un sac poubelle de 100 litres.

Les joueurs sont sur le point d’entrer sur le terrain et je m’attend à me lever pour écouter Liquido sauf que le groupe bordelais a disparu pour laisser place à Party Rock de LMFAO. Je n’ai pas d’alcool et le manque se fait ressentir. Pourquoi se taper cette chanson alors qu’on aurait pu rester avec un groupe bordelais comme Noir Désir ou alors une bonne chanson avec un gros AC/DC. J’en serais presque jaloux du Vélodrôle où les joueurs entrent sur Jump de Van Halen. Mais faut pas déconner non plus.

 

Le match :

Le match débute et rapidement Ciani envoie un long ballon en six mètres. Mon voisin me demande si je suis recruteur et me dit que si je viens pour Ciani il est gratuit. Je préfère l’ignorer une nouvelle fois pour me concentrer sur le match.

Réveillère annonce la couleur du match lyonnais en balançant un long ballon vers Carrasso qui s’en empare tranquillement. Sur le long ballon suivant, Planus anticipe bien l’appel de Gomis et prend le dessus. L’ex-stéphanois fait faute sur le bordelais. Les 30 supporters lyonnais présent sifflent.

Première frayeur pour les Bordelais à la 6ème minute. N’Guémo subit une faute mais les Bordelais ont le ballon donc l’arbitre laisse jouer. Plasil perd connement la balle et l’arbitre ne revient pas à la faute. Bastos lance Gomis dans la profondeur et ce dernier chute lors de son duel avec Ciani. La tribune lyonnaise demande la faute mais l’arbitre n’est pas dupe et demande à Baté… Bafé… Batimbiti… Gomis de se relever.

N’Guémo n’a pas l’air dans un super soir et semble énormément gêné par une pelouse dans un état déplorable. Il perd un ballon à la 8ème et gêne ensuite Ciani. Bastos en profite pour centrer en retrait vers Gomis qui écrase sa frappe. Carrasso n’en demandait pas tant et se couche sur la balle. Après le Camerounais, c’est au tour du Sénégalais Sané de se mettre en valeur d’une mauvaise manière. Sur une protection de balle, il se fait bouffer par Dabo qui récupère. Heureusement le Lyonnais est mauvais des deux pieds et il loupe son centre.

La première occasion ou ersatz d’occasion bordelaise est consécutive à une montée balle au pied de Ciani qui est stoppé irrégulièrement par Fofana. Obraniak se charge du coup-franc mais sa frappe est contrée par le mur. Plasil tente de reprendre du gauche mais offre son ballon à un enfant dans le Virage Sud.

A la 15ème, le Virage Sud arrête sa grève débutée en début de match pour protester non pas contre les prestations des joueurs ni contre la consommation d’alcool de FBK mais contre une décision préfectorale leur interdisant d’avoir un tifo pour ce match. Il est pas con le préfet, c’est dangereux un tifo, imagines tu le jettes sur la pelouse… ben ça finit dans la fosse. De l’autre côté du stade, les Lyonnais ont droit à leurs drapeaux et banderoles mais ils mettent moins d’animation qu’Yvette Horner à un loto du 3ème âge en Corrèze. Les chants fusent depuis le Virage et l’ambiance dans le stade se réveille petit à petit.

Suite à une nouvelle perte de balle stupide au milieu de terrain, on remercie Bastos qui envoie son centre dans les bras de Cédric. Bordeaux a du mal et ne se procure que des simulacres d’occasions comme à la 19ème où Ciani place une air-tête magnifique qui ne sert malheureusement à rien. Dans la minute qui suit, Lacazette commet une faute dégueulasse sur Trémoulinas et… miracle, l’arbitre sort le jaune. Lyon construit peu et s’en remet à de longs ballons vers Gomis qui ne prend pas le dessus sur un Planus qui prend 10 mètres de recul dès qu’il y a du danger. Très « old school » le Marco qui s’en donne à cœur joie avec ses tacles comme à la 23ème où il envoie un tacle… qu’il faut maîtriser pour éviter le rouge et de péter une jambe à son adversaire.

Le Virage Sud tente d’appeler le Virage Nord mais celui-ci est trop occupé à huer les supporters lyonnais qui sont entrain de leur lancer des amabilités. Le Virage répond enfin par un « Aux armes » qui provoque un frisson de plaisir.

Les supporters ont réveillé l’équipe et sur un début de lancement de jeu, Obraniak place une frappe du droit à côté des buts suite à une récupération de Trémoulinas et un relais avec Maurice-Belay. Les chants ont réveillé Dabo qui tente d’imprimer ses crampons sur Plasil. Sur le coup-franc c’est Ciani qui place sa tête après avoir remporté son duel, mais c’est à côté.

Ciani est décidément prêt à tout pour se montrer aux yeux du public puisqu’il nous gratifie d’un air-fail à la 30ème où il manque de se faire prendre par Gomis. Mais il se rattrape, ce qui évite à mon caleçon moult désagréments. Il reste un quart d’heure à jouer et heureusement qu’il y a de l’ambiance dans les tribunes parce que sur le terrain c’est un festival d’imprécisions. N’Guémo prend un jaune, Dabo se blesse seul, mon voisin sent de plus en plus fort, Gomis enchaîne les hors-jeux tel un Djibril Cissé des grands soirs le tout jusqu’à la 40ème.

Alors que je commence à légèrement me geler, Maurice-Belay viole Um Titi côté droit et centre en retrait. Le ballon finit en corner dont se charge Obraniak. Koné dévie la balle vers Gouffran qui place une tête qui finit au fond des filets malgré la présence (inutile) de Réveillère. Cette ouverture du score n’est pas forcément ultra-méritée mais je suis un supporter et je saute en applaudissant comme un âne.

Bordeaux arrive à la mi-temps en menant sur ce score de 1-0. C’est tellement serein que je me rends aux chiottes de Lescure. Je suis rattrapé par la réalité et un constat s’impose : les chiottes du stade ont été construites sales. Et bouchées, remplies partiellement de pisse. Au moins il y a des choses qui ne changent pas. Découragé par la queue et le prix de la bière sans alcool, je retourne m’asseoir rapidement.

Le match reprend alors que j’ai fini par aller me chercher un coca qui m’a coûté une burne. J’arrive juste à temps pour voir la défense repousser un centre de Bastos et assister à un enchaînement de centres dans les bras des gardiens. Un peu d’animation à la 50ème quand Planus raffûte Fofana qui passait par là. Jaune pour Marco et Kallstrom offre le ballon à Carrasso qui se réchauffe un peu. C’est ensuite au tour de Bastos de rendre hommage au rugby en envoyant son drop entre les perches. C’est probablement cette frappe qui a inspiré la phrase de Rémi Garde en conférence de presse : « C’est une bonne pelouse de rugby ».

Conscient que son équipe est nulle, Garde effectue des changements dès la 54ème, mais pas les bons. Il sort Lacazette pour Briand (alors que Bastos fait son Jussie) et Kallstrom pour Lisandro. Il se prive donc de son seul demi-créateur pour garder un milieu qui a du mal à faire une passe à 3 mètres.
Bordeaux n’arrive pas à tuer le match malgré les centres de Trémoulinas. Obraniak tire une première fois au-dessus avant d’être trop court sur le centre suivant. De l’autre côté, pour être dangereux, les Lyonnais cherchent le pénalty, notamment Briand devant Ciani.

Le match s’enlise dans une succession de fautes et d’attaques mal gérées par les Bordelais. C’est simple, la plus grosse occasion de la seconde période est l’œuvre de Sané qui tente de prendre Carrasso à contre-pied sur une passe en retrait. Heureusement, Plasil est là pour réveiller le stade. Suite à une faute de Gonalons (qui prend un jaune au passage), il enroule son coup-franc qui passe au-dessus du mur avant de prendre la direction du but. Lloris veille et repousse en corner.

Le match devient légèrement chiant et crispant puisque les Bordelais n’arrivent pas à doubler la mise et je ne suis pas serein même si Lyon n’y arrive toujours pas dans le jeu. Je vois Lisandro décrocher à 50m de ses buts, Dabo se casser la gueule tout seul, les attaquants lyonnais enfiler les hors-jeux comme des vodka-caramel, le virage qui chante, une ambiance qui sent la victoire même si l’arbitre accorde ce foutu coup-franc à la 93ème pour une faute de Mariano. Tout le stade tremble mais la frappe d’Ederson est contrée par un N’Guémo sorti de son mur (alors qu’il n’a strictement pas le droit). Enfin l’arbitre siffle la fin du match. Pas rancunier je serre mon voisin dans mes bras avant de quitter le stade une fois que les joueurs ont salué le public. Certes ce n’était pas un match extraordinaire mais les Bordelais enchaînent avec une nouvelle victoire. Le haut du tableau n’est plus très loin et un exploit à Montpellier le week-end prochain viendrait conclure un mois de février presque parfait. En attendant, place à l’analyse :

 

Les gars :

Carrasso (3/5 – Les Valseuses) : « On est pas bien ? Paisible ? A la fraîche ? Décontracté du gland ? Et on bandera quand on aura envie de bander ! ». Cédric n’a rien eu à faire du match, les rares frappes lyonnaises étant soit trop molles soit trop dans les tribunes. A juste eu à contrer Sané qui tentait le csc. Facile.

Sané (3/5 – « Booonsoir, je peux faire une connerie ? ») : Dans un match où Bastos n’avait pas envie de jouer, il a été plutôt à l’aise, lui qui a la lourde tache de remplacer Henrique. Une seule connerie mais qui aurait pu coûter cher. Parfois il vaut mieux mettre en touche que foutre son équipe dans la merde.

Planus (4/5 – Like a boss) : Libéro à l’ancienne (bedonnant et 10m derrière ses stoppeurs), Marco a enchaîné les bonnes interventions et les tacles saignants. La boucherie-charcuterie est ouverte à toute heure.

Ciani (4/5 – Police Academy) : Des interventions pas toujours très académiques mais efficaces. Par contre il a l’air plus emmerdé avec un ballon entre les pieds que toi avec tes 40L d’alcool quand tu rentres d’Andorre..

Mariano (3/5) : Désormais, j’attends plus de lui. On sent qu’il peut prendre son couloir bien plus souvent et c’est ce qu’il doit faire.

Trémoulinas (3/5) : Grosse activité du Tresh sur ce match, il a éteint Lacazette puis Briand. Et offensivement il a posé énormément de problèmes aux Lyonnais qui n’ont pas pu le contenir. Ses centres auraient mérité un meilleur sort.

N’Guémo (3/5 – Wasteland) : Sur une pelouse difficile, il a perdu un bon nombre de ballons qui auraient pu être dangereux si les Lyonnais avaient su les exploiter. Néanmoins il a récupéré son quota habituel de ballons, ce qui lui assure la moyenne.

Obraniak (3/5) : Il revit depuis qu’il est à Bordeaux et même s’il ne marque pas pendant ce match, son activité a énormément gêné le milieu lyonnais, notamment un Fofana toujours à la limite du point de rupture.

Plasil (3/5) : Une activité de l’ombre précieuse et indispensable. Du mieux.

Maurice-Belay (2/5 – La Chute du Faucon Noir) : Il était le joueur à abattre pour les Lyonnais qui ont multiplié les fautes sur lui. A part l’action où il amène le corner il n’a eu aucune occasion de se mettre en valeur. Remplacé par Sertic à la 88ème.

Gouffran (3/5 – L’opportuniste) : Il a marqué son 8ème but de la saison. C’est tout. Remplacé par Jussie à la 79ème.

 

Les entrants :

Jussie (non noté) : Une entrée intéressante mais trop de contres gâchés.

Sertic (non noté) : Entré pour bétonner il a amorcé quelques contres mal exploités.

 

Les mecs en face :

Bastos et Lacazette ont joué trop haut, sur la même ligne que Gomis (enfin pas tout à fait, Bafé était tout le temps hors-jeu) et n’avaient pas la place pour percuter, Réveillère a fait le taff quand Dabo a réussi à faire rigoler le stade en se cassant la gueule sur un air-dégagement. Lloris ne peut rien sur le but mais sort le coup-franc de Plasil alors que Koné a sorti un gros match. Dire que ce mec était en L2 il y a même pas un an. Fofana a perdu trop de ballons et même Gonalons n’a pu rattraper toutes ses conneries. Les entrées de Lisandro, Ederson et Briand n’ont rien amené.

 

Les remarques à la con :

  • Belle attitude des UB et du Virage Sud en général qui a mis une superbe ambiance dans le stade après leur grève de 15 minutes.
  • La gueule à Aulas à la fin du match, c’est plaisir.
  • Selon les « experts » du foot, ce mois de février devait nous amener aux portes de la relégation.
  • Garde qui se plaint du terrain quand son équipe n’a quasiment rien proposé dans le jeu. Il se Pueliserait pas un peu ?
  • Etre à 6 points de la 3ème place, ça nous était plus arrivé depuis la 2ème journée…
  • Ces salauds de Brestois vont finir par nous piquer notre record de 20 matches nuls en une saison. Tremble, Michel Pavon.
  • M6 nous fait le coup du trou de 10M€ en fin de saison. Ils sont en avance cette année.
  • Sinon, Bordeaux qui joue avec son maillot extérieur à domicile c’est normal ?
  • Putain de hooligans de Bordeaux qui prennent des femmes et des enfants en otage dans le Virage Sud et qui les obligent à chanter et à frapper dans leurs mains en ayant le sourire. Syndrome de Stockholm sûrement.
  • L’interview de Julien des Ultras est ici.
  • La réponse de la préfecture est
  • Sinon la réserve a pris 3-1 contre Monaco ce week-end et joue contre Hyères cette semaine. Le groupe est renforcé par Sertic mais ne peut compter sur Sala.
  • Sinon les U19 ont gagné leur match en Gambardella contre Carquefou sur le score de 4-0.

 

Bonus « Vis ma vie de Fred Thiriez »

Attention, le texte qui suit est entièrement réel et à prendre au premier degré. Prière de ne pas rire.

 

Présent sur tous les fronts, j’ai réussi à infiltrer un espion chez Frédéric Thiriez pour ce stade. Son récit est édifiant.

16h45 : Après avoir passé sa journée au téléphone avec le Préfet de la Gironde, Frédéric s’installe confortablement dans son fauteuil qu’il a pu se payer avec les amendes récoltées chaque saison auprès des clubs dont les supporters utilisent des fumigènes. Le fauteuil est en marbre renforcé par du platine. C’est pas confortable mais Fred s’en fout, il en est fier.

17h00 : Le Virage Sud ne chante pas et fait la grève. Fred en a la moustache qui frétille, il voit enfin un stade comme il les aime. Détendu il demande à sa femme un sandwich et une bière. Celle-ci refuse et lui dit de le faire lui-même. Décontenancé, Fred en reste coi mais il se ressaisit rapidement et inscrit sa femme dans la catégorie « Meneur violent ».

17h03 : Les CRS font leur entrée dans la maison de Thiriez et embarquent sa femme après l’avoir gazée. Les larmes aux yeux (à cause de la lacrymo) mais un sourire aux lèvres, Frédéric se dit qu’il a bien fait de mettre le numéro de la caserne de CRS dans ses favoris.

17h10 : Le Virage Sud toujours en grève, Thiriez entend les supporters lyonnais qui tentent de mettre de l’ambiance. Ils sont 50, entourés de 80 CRS. Par précaution, Thiriez demande l’envoi de 2 unités de CRS en plus.

17h15 : Alors qu’il est bien détendu dans son canapé, c’est le drame : les Ultras bordelais arrêtent leur grève et se mettent à chanter. Thiriez en manque avaler sa moustache, il appelle Canal, il veut en gros plan sur chaque visage de cette tribune pour pouvoir les ficher.

17h18 : La caméra s’arrête sur un enfant de 5 ans dans le virage qui est souriant dans le Virage. Il semble s’amuser dans cette ambiance. Thiriez se demande si la loi visant à ficher les délinquants depuis leur plus jeune âge a été votée.

17h20 : Le projet de loi ayant été abandonné, Frédéric classe l’enfant dans la catégorie « Futur meneur violent » et pense appeler la DDASS pour qu’ils enlèvent cet innocent des mains de parents aussi inconscients. Pour lui, un enfant c’est en tribune latérale avec un petit drapeau qu’il agite mais pas trop fort, comme au Stade de France…

17h35 : Après avoir rêvassé du Stade de France pendant un quart d’heure, Frédéric revient à la réalité. Exaspéré par les chants des supporters (voilà que le Virage Nord répond en plus), il appelle le chef des CRS présent sur place : « Le premier qui sort du Virage Sud vous me le chopez et vous lui mettez 3 ans d’interdiction de stade »

17h36 : Gérard, 38 ans, sort de la tribune pour aller pisser. Il ne verra jamais les toilettes.

17h40 : But pour Bordeaux, la tribune danse et applaudit. Thiriez inscrit « hools violents » sur son carnet et appelle le Préfet pour savoir s’il est possible de dissoudre les Ultramarines immédiatement. Devant la réponse négative, Thiriez inscrit : « Parler de la violence à Bordeaux à la prochaine réunion ».

17h45 : Mi-temps, Fred est crispé dans son fauteuil : « Ce n’est pas comme ça que doit être un stade de foot ! ». Pour se détendre, il se met un best-of des tribunes du TFC.

17h47 : Les deux minutes de silence terminées, Fred regarde le résumé de la journée de la veille. Malheureusement il a une poussière dans l’œil au moment où le résumé montre Daf recevant un verre dans la gueule. Pas con le Fred, il veut pas se fâcher avec les Corses. Il part se faire un sandwich du coup.

18h00 : Il revient devant son écran pour constater que ça chante toujours à Bordeaux. Son téléphone sonne, c’est Canal : « On a toutes les images que vous avez demandé ».

20h37 : Thiriez vient de finir le visionnage de chaque visage présent dans le Virage Sud. Il y a vu des femmes, des enfants, des familles, autant de délinquants racistes qu’il faut interdire de stade. Comment ça il n’y avait pas que des blancs ? Fred n’a rien vu de tout ça, il soupçonne même un enfant qui se curait le nez d’avoir jeté son mickey sur un stadier. « Cette tribune devrait fermer, être rasée et tous ses occupants interdits de stade» se dit-il.

00h45 : Après avoir vu l’ambiance bonne enfant du Parc des Princes, Fred s’endort paisiblement. Et si la solution pour arriver au stade parfait était Germain le Lynx ?

 

Claude Pèze.

 

Ils soutiennent l’activité du Claude : 

Girondins33WebgirondinsChez les GirondinsGirondins Analyse, Supporters Virage Sud Centre HautGirondins4everLa Légende des GirondinsMade in Girondins, Girondins de Bordeaux.net.

Pour les suivre, vous avez aussi leur page facebook, tout comme celle du Claude himself sans oublier celle de Horsjeu.net, de la Scapulaire Académie ainsi que les profils de certains de vos académiciens préférés mais surtout de l’Editeur, ce si bel Homme, si beau et si intelligent (et je ne parle pas de son potentiel attractif mesdames). Le Claude est aussi sur Twitter pour des leçons sur l’alcoolisme, la vie, le nord, un peu tout et même sur Google+ même si c’est plus désert que le cerveau à Ribéry.

Si vous ne deviez être fan que d’une seule page sur facebook (en dehors de celle de la Scapulaire Académie), ce serait celle-ci: Supporters des Girondins partout en France . La bise anale à ceux qui animent cette excellente page.

19 thoughts on “La Scapulaire Académie note Bordeaux-Lyon (1-0)

  1. Quel bonheur de bonus !!!
    Et même pas un petit mot sur la tentative de décapitation de Ciani sur Pépitolinas vers la fin du match ?

  2. Je comprends mieux pourquoi on la tant attendu cette acad! Le compte rendu est propre (plus que les doigts de Fernando Nandrolonas d’ailleurs) et le bonus moustachu est une très bonne surprise!
    J’ai pas vu Tresh si bon, et Nguémo a foiré pas mal de ses relances!

    Et j’ai cru voir une roulette de Ciani!!
    C’était une hallu???

    (« les 30 supporters lyonnais présent sifflent »… présentS non?)

  3. Encore bravo ! Un régal. Et contacte-moi la prochaine fois que tu viens à Lescure de son vrai nom. En buvant quelques bières, si tu es intéressé, je te raconterai des matchs des années 50. Ou des blagues de Claude Bez, ou des tacles de Domenech, ou des ou des…

  4. 17h36 : Gérard, 38 ans, sort de la tribune pour aller pisser. Il ne verra jamais les toilettes. MDR ! Excellent à l’image de l’académie comme d’habitude !

  5. J’ai aussi vu une roulette de Ciani, incroyab’. Tu étais placé où, Claude? Je t’ai peut-être reniflé dans le cou, qui sait.

  6. maillot third parce que c’est le maillot de la première victoire à domicile, non ?

  7. Excellente academie, le bonus Thiriez est a mourir de rire! Sinon, pour Koné, j’aurais plutot dit « le nain ex-Marseillais » (meme au Qatar, il est toujours nain il me semble!)

  8. sympa l’incademie, effectivement les insultes (potentiellement injustifiees tant ton travail est en tout point remarquable) commencaient a affluer…Jme permets de faire le lourd et dajouter que Kone jouait en fait en National ya meme pas un an..Ca laisse reveur pour un defenseur central

  9. Et la roulette de CIANI! on ne le reverra peut être plus faire ce geste de sa vie.
    Et sur ce match nous étions en maillot extérieur et Lyon en maillot domicile! c’est le monde à l’envers.

    Bonne académie, on ressent le chroniqueur qui a vécu le match de l’intérieur du stade.

    Vivement la semaine prochaine en espérant une académie positive.

  10. Merci de dénoncer la répression aveugle et injuste que subit le virage sud !
    Liberté pour les ultras !!

  11. Salut Claude, j’avoue lundi j’étais quelque peu colère, mais elle s’est vite dissipée.

    Par contre, je suis surpris que tu n’aies pas parler de cette vaine tentative de Trémoulinas de s’infiltrer dans une équipe plus huppée.

    Démasqué par un enfant, le pauvre.

  12. Salut Claude, j’avoue lundi j’étais quelque peu colère, mais elle s’est vite dissipée.

    Par contre, je suis surpris que tu n’aies pas parler de cette vaine tentative de Trémoulinas de s’infiltrer dans une équipe plus huppée.

    Démasqué par un enfant, le pauvre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.