L’Académie des Ninjas note Japon – Corée du Nord (1-0)

Hakuo & Jôsuke, pour un match d’hommes

Direction Saitama, pour jouer des coréens surdop… Euh, surmotivés. Japon – Corée du Nord, affiche qui rappelle plus la Guerre Froide que des éliminatoires de Coupe du Monde. Pourtant, c’est bien le début de la campagne des Blue Samouraï pour accéder à WC do Brazil 2014, avec un groupe amputé de Yuto Nagatomo, Takayuki Morimoto et Keisuke Honda, donc diminué. La Corée du Nord d’abord, l’Ouzbékistan à l’extérieur le 6, deux matchs beaucoup plus compliqués qu’il n’y paraît. Compte rendu du premier.

Le onze de départ côté japonais :

Kawashima, Uchida, Konno, Yoshida, Komano, Hasebe, Endo, Kashiwagi, Kagawa, Okazaki, Lee.

Pas de réelles surprises au vu des absences. Komano retrouve une place de latéral gauche suite à son petit pont contre la Corée du Sud. Au milieu, c’est Kashiwagi qui est titularisé, en numéro 10 sur la feuille de match. Il est récompensé de sa bonne forme avec Urawa ; joueur complet, doté d’une bonne vision du jeu et techniquement très à l’aise, il est cependant encore assez jeune et n’a pas eu l’occasion de montrer vraiment ce qu’il valait au niveau international. Tadanari Lee en pointe, Shinji Okazaki à droite, et Shinji Kagawa à gauche : pas de changement de ce côté-là.

 

 

 

Le match :

Jong Tae-Se pleure pendant les hymnes, jusque-là tout est normal. S’entendrait bien avec Patrice Evra tiens.

2ème minute : premier coup franc dangereux bien  frappé par Kashiwagi. Déjà deux fautes commises par les nord-coréens.
3ème minute : Yuichi Komano glisse, offrant la première grosse occasion à Jong Il-Kwang , 18 ans, qui frappe à côté. Ce mec est un artiste.
13ème minute : ça y est, le déluge commence.  Kim Jong-Il likes that. Les Coréens vont pouvoir commencer à développer leur jeu, à savoir mettre des taquets dans tout ce qui bouge.
20ème minute : Uchida déborde et offre, enfin, un bon centre. Lee remet de la tête pour Kashiwagi qui frappe mais est contré. Shinji Kagawa récupère, mais met trop de temps à frapper. Séquence classique.
Une minute plus tard, Okazaki remet de la tête sur Kashiwagi, première frappe sur la transversale. L’arbitre signale une faute sur Jon Kwang-Ik.
33ème minute : déviation de Lee pour Kagawa, dont la frappe rase le poteau droit. Globalement, on se fait carrément chier.
45ème minute : déjà que le match est loin d’être emballant, avec Takeshi Okada aux commentaires, le degré d’intérêt est à peu près équivalent à un débat entre Puel, Wenger, et Bernard Lacombe.
54ème minute : Hasebe percute, détruit tout sur son passage et centre en retrait, le ballon est intercepté de justesse par un défenseur. Sur le corner qui suit, Ri Kwang-Chon essaye une nouvelle technique de défense, la claque en pleine face.
60ème minute : on continue à découvrir la défense nord-coréenne, béquille par derrière.
61ème minute : déboulé de Kagawa, centre en retrait, l’académie gueule « frappez mais bordel frappez ! ». Et Kiyotake frappe, un genou coréen repousse.
62ème minute : déboulé de Kagawa, talonnade en retrait, Kiyotake frappe, c’est au-dessus.
64ème minute : Faille dimensionnelle, Komano met un crochet et centre. C’est bieng.
70ème minute : Endo joue en marchant, mais avec classe. Comme toujours. Coup franc juste à côté.
74ème minute : interception et percée de Hasebe, qui décale pour Kagawa. Le ballon arrive sur Mike Havenaar, a.k.a Grand Corps Malade, qui frappe sur la transversale. Deuxième du match.
79ème minute : Hasebe récupère un ballon, Hasebe percute, Hasebe détruit un défenseur au physique avant de centrer, c’est contré. Hasebe est Robocop.
80ème minute : belle déviation de Hasebe pour Uchida, qui centre. Okazaki reprend de la tête, et Ri Myong-Guk sort la parade magnifique.
84ème minute : Pak Kwang-Ryong, high kick sur le bras d’Endo, carton rouge. Va-t’en, monstre !
90ème minute à  93ème minute : le typhon se délocalise sur le but de Ri Myong-Guk, une barre transversale, deux arrêts monstrueux. L’académie pense à se faire seppuku.
94ème minute : Maya Yoshida marque de la tête. L’académie entame une danse de la  joie et joue du bâton de pluie.

 

Bilan :

Victoire difficile, comme prévu. Face à une équipe nord-coréenne regroupée en défense, le Japon a semblé accuser un déficit de vitesse et de créativité, et l’absence de Honda y est évidemment pour quelque chose.

La Corée du Nord a abandonné la possession du ballon aux japonais. Le rôle de Endo et de Hasebe est intéressant dans le dispositif tactique : le premier reste beaucoup dans la même zone du terrain, et donne grâce à son excellente qualité de passe et sa très bonne vision du jeu de bons ballons à ses coéquipiers. La récupération du ballon s’est fait assez haute sur le terrain lors de ce match, et Endo a été la rampe de lancement de la plupart des offensives nippones. Hasebe quant à lui a apporté un surplus de puissance physique et de combativité au milieu de terrain, et a été capable de se porter vers l’avant pour amener le danger. Le travail défensif a donc été principalement effectué par la charnière centrale qui a su couper la plupart des offensives coréennes et Makoto Hasebe, ce qui aurait dû permettre un surnombre en phase offensive, mais le très bon repli défensif des nord-coréens a plus ou moins neutralisé cet avantage.

De plus, à la récupération du ballon, les joueurs offensifs japonais n’ont pas vraiment été en mesure d’accélérer le jeu et de proposer des solutions à leurs milieux de terrain. Lee a été assez esseulé en attaque, Okazaki n’a que très peu percuté, et Kagawa a manqué d’inspiration. Il est dommage de constater que plutôt que de trouver Kashiwagi, toujours bien placé et capable de délivrer des ballons de but sur chacune de ses touches de balle, Endo et Hasebe ont souvent usé de longs ballons, facilement interceptés par la défense coréenne. Le jeu latéral utilisant les montées de Uchida et de Komano n’a pas non plus fonctionné, avec des centres souvent imprécis et un manque de percussion.
Une fois de plus, le coaching de Zaccheroni a été décisif. La rentrée de Kiyotake a apporté plus de vitesse dans le jeu du Japon, celle de Havenaar a permis de récupérer de nombreux de ballons de la tête. Le carton rouge a bien aidé les japonais, et la Corée du Nord s’incline logiquement au vu du dernier quart d’heure, après de nombreuses occasions. Bilan mitigé mais positif, les matchs contre la Corée du Nord étant souvent compliqués. Les Blue Samouraïs prennent déjà une option sur le groupe, et c’est le principal. Car le principal, c’est les trois points.

Les guerriers :

Eiji Kawashima 3/5 : Difficile de noter un gardien au chômage technique. 3/5 pour son charisme et sa classe.

Yuichi Komano 3/5 : Komano est un mec sympa. Rien que pour ça, il aura toujours la moyenne dans l’académie. Sa glissade de début de match était drôle, pas de points en moins. Pour le reste, serein défensivement, quelques tentatives d’apporter offensivement. Sympa, on vous dit.

Yasuyuki Konno 3/5 : Très propre, comme d’habitude, jamais mis en danger et précis en relance.

Maya Yoshida 4/5 : Une note élevée, mais pas pour son but. Une excellente performance, notamment dans le domaine aérien. En interceptant le ballon haut, il a considérablement aidé ses milieux de terrain.

Atsuto Uchida 3/5 : De nombreuses interceptions, mais un apport offensif limité, la faute à un manque de précision sur ses centres. Il doit faire attention à Hiroki Sakai et Gotoku Sakai, qui ont les capacités pour mettre en danger sa place de titulaire.

Yasuhito Endo 3/5 : Une grande précision dans ses passes, une bonne vision du jeu. Encore indispensable à l’équipe du Japon pour sa faculté à ressortir le ballon proprement après une interception. Il a cependant un peu trop abusé de longs ballons.

Makoto Hasebe 5/5 : Homme du match, le capitaine a tout fait, entre récupération, accélération, percussion. Il est la pointe du katana qui te tranche en deux.

Yosuke Kashiwagi 2,5/5 : Un bilan très moyen, mais ce n’est pas forcément de sa faute. Très peu sollicité par ses coéquipiers, il a cependant montré une vraie disponibilité, un bon sens du placement, et on connaît sa technique au-dessus de la moyenne. A revoir. Remplacé à la 58ème par Kiyotake.

Shinji Kagawa 3/5 : quelques bonne inspirations, une fois qu’il a retrouvé le poste de numéro 10. On le sent moins à l’aise à gauche, ou il n’a que peu pesé sur la défense nord-coréenne.

Shinji Okazaki 2/5 : Peu de réussite, que ce soit devant le but ou dans ses dribbles, Shinji a eu l’utilité d’un sumotori au régime aujourd’hui.

Tadanari Lee 2/5 : Très seul devant, il n’a eu que peu de ballons à jouer et n’a pas causé de difficultés à la défense nord-coréenne. Remplacé par Mike Havenaar à la 70ème.

Hiroshi Kiyotake : une bonne rentrée, sa vitesse a fait du bien au collectif. Deux bonnes frappes pour se signaler d’entrée de jeu, puis une passe décisive pour Maya Yoshida. Il ne serait pas étonnant de le voir titulaire en Ouzbékistan.

Mike Havenaar : son grand gabarit a tout de suite posé des difficultés à la charnière centrale nord-coréenne. De bonnes déviations, une frappe sur la transversale : s’il confirme, il pourra être une solution alternative intéressante en attaque.

Zaccheroni Japan  4/5 : Encore une fois, ses changements ont fait basculer la rencontre. L’équipe est combattive, bien organisée tactiquement, et a incontestablement franchi un palier avec lui. Cependant, – 0,5 pour la présence de Makino dans la liste, et – 0,5 parce que la casquette et le costar, c’est pas classe.

Un mot, une analyse tactique sur cette équipe de Corée du Nord, Arsène ?

Oui, c’est solide.

 

A très vite pour un voyage chez les Ouzbeks. Oh, et le match complet, c’est ici.

7 thoughts on “L’Académie des Ninjas note Japon – Corée du Nord (1-0)

  1. Ahaha, faille dimensionelle !!!!
    Et l’analyse d’Arsene, toujours aussi pertinente et juste !

    Une premiere periode a oublier, une seconde plus convaincante !!!

    Une question, H.Sakai n’était pas dans le groupe ? Il mérite de pointer le bout de son nez, même si il ne faudrait pas le griller.

    Très heureux pour Kyotake, s’il continu de s’affirmer de la sorte, il restera dans le groupe des samurai un moment.

    Dernière question, pourquoi diable n’y avait -il pas Ienaga ? Ce si beau gaucher au poil doux et au drible subtils…?

  2. Alors alors : Hiroki Sakai n’était pas dans le groupe, choix de Zac’.

    Pour Ienaga, la raison est tout simplement qu’il n’a pas repris avec Majorque. Et puis, comme Kagawa est utilisé à gauche, il risque de souffrir de la montée en puissance de Haraguchi.

    Nagatomo revenait juste de blessure, et concernant Tulio c’est un choix pas si étonnant. Si il est convoqué, c’est pour être titulaire. Mais il sera bien vieux en 2014, et n’est pas exceptionnel à Nagoya en ce moment. Sauf évènement imprévu, la charnière Konno-Yoshida continuera à être alignée pendant un bout de temps.

    Et Nakamura joue toujours, aux Yokohama F. Marinos. Il a par contre pris sa retraite internationale après la dernière coupe du monde.

    Bisous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.