« L’éternité c’est long, surtout vers la fin ». Ajaccio-Brest est donc éternel. Tout comme Richard Socrier. Dans ce choc du bas de tableau, l’ennui a été de mise, au même titre que l’imprécision technique. Alors que le Gazelec l’avait emporté 6 à 1 contre l’A.S Brestoise le 23 juin 1963 en finale du championnat de France amateurs, les cousins acéistes n’ont pas su marquer un seul but. Dans un même temps, ils n’en n’ont pas pris non plus ce qui nous donne le score de 0-0, score inédit cette saison pour les Corses. Aussi intense qu’une chanson de Nolwenn Leroy, ce match est donc une fausse note pour les Ajacciens qui perdent encore une fois deux points précieux à domicile contre un concurrent direct. Mais bon, on s’en fout nous on a Alizée.

Annutazioni :

Ochoa 3/5 : Sabado, Memo fue el portero d’el principe. Elana, del rey. Ce moment hispanique est gracieusement offert aux nombreux lecteurs mexicains de Horsjeu.net. L’international mexicain a plus été mis en danger par deux passes en retrait de ses défenseurs que par les Brestois. C’est dire l’inefficacité. Il n’a pas eu à briller dans son duel à distance avec le deuxième gardien effectuant le plus d’arrêts en Ligue 1. Et l’exploit du match, c’est le portier adverse qu’il l’a fait. Pour une fois…

Diawara 3/5 : Heureux qui comme Fousseni n’a rien à faire du match. Très peu inquiété par les ‘attaquants’ adverses, le Malien a fait ce qu’il fallait, ni plus ni moins, ni trop ni pas assez. Fousseini fort, Fousseini mauvais.

Poulard 2/5 : Le vieux a fait son retour, tranquillement, sans grandes difficultés. Une frayeur malgré tout suite à une passe en retrait mal dosée pour Ochoa qui termine par un but brestois, heureusement invalidé car inscrit en position de hors-jeu. Son retour va apporter ce que Maire n’apportait pas : sérénité et expérience. Car oui, Yohann a plus d’expérience à son actif que Mac Lesggy et Fred et Jamy réunis.

Medjani 3/5 : S’il se laisse pousser les cheveux, c’est pour faire peur à ses adversaires. Et il fait tellement peur que les attaquants brestois n’ont pas osés s’approcher de lui, le laissant ainsi gueuler après tout le monde. De plus, il ose aller de l’avant, sortir de sa charnière centrale pour aller presser le plus haut possible. Bon, ça finit souvent par des fautes, mais au moins, cela a le mérite de casser les offensives adverses.

Bouhours 3/5 : Il court le furet, il défend plutôt bien mais il manque un petit truc pour que cela soit parfait. Un soupçon d’autorité ou une pincée de précision peut être.

Pierazzi 3/5 : Voltaire a dit « Toute l’Europe est corse ». Or, Jean-Baptiste est corse. Pierazzi est donc l’Europe. Avec la puissance et l’abnégation en plus.

Mostefa 3/5 : Le travail de sape c’est lui. Les coups en douce, c’est lui. Le premier relanceur c’est lui. Le plus maladroit c’est lui. Et s’il est aussi moche qu’un caleçon de Valbuena aux couleurs de l’A.C.A, on s’en fout. Il fait plus de bien qu’un caillou dans la chaussure.

Cavalli 4/5 : Le Perfettu attendait impatiemment son retour et Cavalli le lui a bien rendu. Omniprésent en attaque, le petit milieu de terrain fut de toutes les offensives ajacciennes, mettant ainsi en exergue sa fine technique, la précision de ses passes et son centre de gravité très bas. Entre ses passes aussi précises qu’un tir de sniper russe et ses occasions franches, Cavalli apporte tout ce que Lasne n’a pas su apporter en deux matches. Pour couronner le tout, il s’est même permis d’aller parler au public en plein match suite à l’incident mettant en cause un spectateur, Omar Daf et un gobelet de Coca.

Tibéri 3/5 : Croyant sans doute que Paul Baysse était encore dans la même équipe que lui, Tibéri n’a pas souhaiter le déborder, l’aidant même par sa maladresse. Malgré tout bien présent sur son aile, il gagnerait à être plus efficace dans le dernier geste et ainsi à être décisif. Deux occasions tout de même à son actif dont une reprise à la JPP. Mais pas à la Jean-Pierre Papin, à la Jean-Pierre Peugeot.

André 3/5 : Plus volontaire qu’un pompier, plus endurant qu’un marathonien kenyan, plus présent que de la cocaïne dans les cités marseillaises, Benjamin André étonne par son volume de jeu et son engagement de tous les instants. Malgré tout, il gagnerait à épurer un peu plus son jeu, certaines de ses décisions étant moins compréhensibles qu’un Chinois parlant portugais.

Eduardo 2/5 : Il fait du mieux qu’il peut, mais le mieux est proche du pire. En tout cas sur ce match. Très mobile il en a oublié d’être efficace comme le montre son penalty loupé. Deux occasions dans un match comme celui-là, c’est trop peu pour un attaquant de Ligue 1.

 

I rimpiazzanti :

Sammaritano, 68ème NN : Pourquoi Pantaloni n’a-t-il fait qu’un seul changement ? Pourquoi ne pas avoir fait rentrer Kinkela ? Remplaçant de Tibéri, Sam’ a permit à l’A.C.A d’obtenir le penalty. Avec le succès que l’on connaît…

 

D’ailleurs :

  • Le G.F.C.O. Ajaccio recevra Montpellier au Timi en quart de finale de la Coupe de France.
  • Bastia, suite à sa victoire 1 à 0 contre Reims conforte sa première place au classement. Je vous l’avait dit qu’il y aurait deux clubs insulaires en Ligue 1 l’année prochaine…
  • Khaled, le joueur de Brest, s’appelle Khaled comme son nom l’indique. Mais il a plus une tête à s’appeler Dubois ou Martin.
  • Les médecins ajacciens ont prononcé le décès d’Omar Daf à 20h05, suite à une collision frontale avec un OVNI. Tout sur les zobs secs.
  • L’ACA reste au dessus de la zone de relégation. Le match contre Dijon la semaine prochaine sera décisif dans la course au maintien. Le Perfettu ne pourra cependant pas académiser. En effet, il sera en week-end en Ecosse afin d’assister au match des VI Nations, Ecosse-France. Le whisky coulera à flot.

 

Le proverbe du jour pour briller en société est comme un symbole de Gourcuff :

« Hè megliu una gattiva pezza ch’à un bellu tufone » / « Une mauvaise pièce vaut mieux qu’un beau trou ».

 

«  Aio…Aio…Andemi tutt’o stadiu . A mé…A té. Ché un matchu disputatu a d’a juca A.C.A. Ma l’arbitru qualli sera ?

Gridemi e via l’A.C.A »

Basgi anale,

Perfettu Erignacci.

3 thoughts on “L’Aiacciu académie note Ajaccio-Brest (0-0)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.