L’Ajax académie note Ajax-Twente (3-1)

Rhinit en a fait pleurer son oignon. Ou le service n’a rien compris, comme un symbole.

Kampioen !


Que ce fut difficile après une saison mouvementée, pour obtenir un titre, quasi inaccessible fin mars et cette défaite à Den Haag, et qui revient au bercail après 7 saisons d’attente.

Mouvementée, par les résultats médiocres dès octobre et le départ de Jol début décembre, puis par les remous internes provoqués par l’arrivée de Cruijff qui a bouleversé l’organisation du club avec les démissions des membres du Comité de direction, puis celle annoncée du Directeur Général, Rick van den Boog. Le club annonce un déficit de plus de 20 millions sur le dernier exercice, est attaqué sur sa mauvaise gestion et son manque de transparence louche, c’est dans ce flou que Suarez et Emanuelson s’en vont, annonçant une deuxième partie de saison moisie. L’Ajax vend ses meilleurs joueurs puis perd Stek sur blessure et ne peut plus compter sur El Hamdaoui alternant caprices et blessures. La 3e place se dessine journée après journée, avec les conséquences sportive et financière qu’on devine pour la saison 2011/2012 comme le départ des meilleurs éléments, une situation financière délicate et l’Europa League à jouer.

Et pourtant, l’Ajax, à l’effectif restreint, a su, sans briller avant cette 34e journée, faire son retard sur Twente et le PSV, et permettre à ses jeunes joueurs et Ooijer de fêter le 30e titre de champion de l’Ajax, sans qu’on s’y attende vraiment.

Le match :

Ambiance festive à l’ArenA, feux d’artifice, bières, belles blondes et quinquas moustachus bedonnants (les choix du réalisateur sont ce qu’ils sont), il est 14h30, la saison se joue maintenant, on y est les copains, c’est LE moment. Mon maillot de l’Ajax sur les épaules, quelques bières à porter de main et un oignon… « Ah mais t’es un vrai beauf Rhinit » me dit mon amie. « Oui c’est ça, je me métamorphose, touché par la disgrâce et je perds de mon éducation à chaque gorgée de bière. En plus ta séance photo va dépendre du résultat du match…».

Tellement de choses vont dépendre de ce match il faut dire.

Les équipes :

De Boer relance le même onze qu’en finale de coupe, Preud’homme remet son bulgare Myhailov dans les cages et Rosales remplace Tiendalli en arrière droit :

Ajax : Vermeer – Van der Wiel – Alderweireld – Vertonghen (C.) – Boilesen – Anita – De Zeeuw – Eriksen – Sulejmani – Ebecilio – S. De Jong

Twente: Mihaylov – Rosales – Wisgerhof (C.) – Douglas – Buysse – Brama – Ruiz – Janssen- Landzaat (67′ Janko) – L. de Jong – Chadli

La première mi-temps est proche de celle observée en coupe la semaine précédente, en termes d’intensité, de volonté de jouer et de plaisir pour le spectateur. Les joueurs ne sont pas paralysés par l’enjeu et Ruiz, à la reprise d’un centre, alerte dès la 1ere minute Vermeer, qui avait fermé son angle.

L’Ajax a la possession de la balle mais sa difficulté est de trouver les intervalles, Twente quadrille parfaitement ses 50 mètres, et laisse peu d’espaces. Des espaces trouvés lorsque les Tukkers pressent à 4 ou 5 joueurs l’Ajax dans ses 30 mètres, tout aussi pressés qu’ils sont d’ouvrir le score. Ce pressing haut dont se débarrassent sereinement les défenseurs ajacides, permet d’exploiter le trou laissé par Twente au milieu de terrain et distribuer des ballons à De Jong et surtout Sulejmani en profondeur. Le Serbe en touche énormément en début de match et prend immédiatement le dessus sur Buysse aussi grotesque que ses déclarations à la presse :

«Ici j’ai l’impression que seuls les habitants d’Amsterdam sont pour l’Ajax. On n’aime pas l’Ajax parce que c’est un grand club, mais surtout parce qu’ils parlent trop et ne font rien sur le terrain ! En finale par exemple, même si on a très vite été menés 2-0, on est revenu facilement au score. Ils ont eu peur de gagner».

Portés par une ambiance exaltante, les Ajacides gagnent leurs duels, exprimant toute leur détermination, c’est cette agressivité qui leur permet de déposséder rapidement les Tukkers du ballon et d’éviter tout danger sur le but de Vermeer.

Après un premier mouvement Eriksen-Sulejmani-De Jong-Sulejmani et une première occasion de marquer pour le Serbe, la seconde est la bonne, quand De Jong seul au second poteau reprend un centre de Van der Wiel. 1-0 à la 23e.

Ce même Van der Wiel, en difficulté ces derniers matchs, a l’envie mais l’excellent Chadli sur les quelques ballons qu’il reçoit parvient à l’effacer et tente de servir Ruiz qui se jette mais ne peut reprendre le centre trop long du Belge.

Twente, toujours dans son idée de presser très haut, se fait à nouveau prendre par le jeu direct de l’Ajax, De Jong sert Ebecilio qui bouffe sa première opportunité à la 38e. Le second raté du jeune ailier arrive avant la mi-temps, et peu avant le coup de sifflet de Pieter Vink, Chadli a le temps de passer Van der Wiel et servir Landzaat pour une dernière frayeur, avec une frappe de l’extérieur échouant à quelques centimètres du poteau.

Retour du vestiaire, Landzaat cadre cette fois de la tête, dans son propre but sur un centre de Van der Wiel à la 46e.

2-0 et à peine le temps de sautiller de joie en allant me chercher un café que Janssen place une frappe en lucarne… 2-1 à la 47e.

Bousculé par cette petite gifle, l’Ajax enchaîne, De Jong cherche à marquer de la cuisse, Eriksen en lâche une bonne sur Myhailov, De Zeeuw aussi mais 10 mètres au dessus de Myhailov et nous arrivons à l’heure de jeu. Ca s’emballe, le respect des consignes semble périr et seules l’envie et l’énergie subsistent dans une ArenA qui commence à serrer les fesses.

Surtout que Twente devient menaçant, Preud’Homme renforce son attaque avec l’entrée de Janko à la place de Landzaat, De Boer fait l’inverse en sortant Sulejmani, cramé, pour Enoh. Boilesen a des crampes, Blind le remplace, la tension devient grandissante.

La tension n’atteindra pas sa taille adulte, De Jong, pourtant sans apparente volonté farouche d’aller au but, se joue de la défense sur une belle passe d’Eriksen. 3-1 à la 77e, ça commence à sentir bon.

De Boer fait parler la richesse de son effectif en faisant participer Ooijer pour les dix dernières minutes. Le gros plan sur le visage bouffi de Janssen en dit long sur le moral des joueurs de Twente, qui n’apparaissent plus capables de revenir.

Les arrêts de jeu, je sens que ça vient, je coupe l’oignon et Pieter Vink siffle la fin du match. Je peux savourer ces images de bonheur, de câlins de joueurs et du public en liesse. Le 30e titre, le premier pour la plupart des jeunots sur le terrain. Et moi je suis tout seul pour fêter ça… ah mais non il y a l’autre… je l’appelle, la prend dans mes bras…

«Pourquoi tu pleures mon Rhinit ?

– Je viens de couper un oignon…si si, regarde là, à côté de l’ordi. »

Une satisfaction que je n’avais plus connue depuis des années. Le championnat, enfin !

Pour les notes, tout le monde a 30/5 puisque c’est jour de fête.

Vermeer 30/5 et Stek aussi pour son lâcher de plateau et surtout pour toutes ses saisons qu’il a accompli au club. Il va me manquer.

Vertonghen 30/5 : Pour son dernier match, il a assuré. Agressif, entreprenant et propre dans les relances, il a été à la hauteur du rendez-vous et il n’est pas le seul.

Alderweireld 30/5 : Entraîné par son compatriote, il a été d’un tout autre niveau que la semaine précédente.

Van der Wiel 30/5 : Pour ses deux centres décisifs, pour le reste il n’a plus les jambes en cette fin de saison.

Boilesen 30/5 : Début de match mitigé et puis une fois dans l’ambiance c’était bueno.

Anita 30/5 : Il m’épate de plus en plus à ce poste de demi défensif. Bien placé, tranchant et efficace, il a bloqué bon nombre de relances de Twente et ses récupérations rapides ont permis de limiter les occasions de Twente et à l’équipe de se maintenir haut sur le terrain et donc à limiter les occasions de Twente.

Eriksen 30/5 : Toujours cette facilité technique, cette capacité de pénétration et la vista pour créer des occasions.

De Zeeuw 30/5 : Quand il est dans cette forme il est au-dessus des autres, après le reste c’est du détail, il cadrera ses frappes la saison prochaine.

Sulejmani 30/5 : Le lutin a cavalé et s’est dépensé sans compter, et il n’a plus eu de piles à l’heure de jeu après tout ses efforts en première mi-temps.

Ebecilio 30/5 : Des pieds carrés et quelques maladresses mais 30/5, lui aussi s’est dépensé sans compter.

De Jong 30/5 : L’homme du match, il finit la saison comme il ne l’avait pas commencé, à un très bon niveau. Il a été irrésistible par ses prises et conservation de balle, ses remises, ses appels, ses efforts défensifs, et bien sûr ses deux buts.

Franck De Boer 41/5 : Bon anniversaire mon kiki et merci. Pour sa première saison, il obtient un premier titre dans des conditions défavorables et permet au club d’entrevoir avec davantage d’optimisme l’avenir.

Les buts :

Le classement (bedankt à Ajax en France) :

Anaal kusjes,

Rhinit

12 thoughts on “L’Ajax académie note Ajax-Twente (3-1)

  1. Bravo Rhinit et beau titre de champion acquis à la fin, c’est beau. Tout cela en ayant perdu Emanuelson et Suarez, qui fait mon bonheur.
    Sinon, Jeroen « Pizza » Verhoeven champion, c’est un beau pied-de-nez à la métrosexualité de Cristiano…

  2. Van der Wiel enfin très bon ! Ce Bollesen m’a impressioné !
    Un peu de decu par Twente, surtout dans l’entre jeu ou Janssen fut très nerveux…

  3. Ayant eu des échos de la part d’infiltrés, c’était le feuuuuuu.

    Et Stek ce couiillon qui nous fait un lâcher de plateau, comme quoi on peut être l’un des tous meilleurs keeper et se trouer lamentablement…

    Bon ba maintenant, préparons-nous au pillage, en espérant que nous n’ayons pas à attendre 7 ans avant de se noyer dans la heineken…

  4. Bravo les gars pour le suspens, c’est presque aussi bien que la liguain. Maintenant vous pouvez nous vendre El Hamdoaui à bakou, on se sent seuls nous sans marocain en attaque.

  5. Joli match en plus pour finir. J’espère quand meme que le Feye remontera un peu pour les années suivantes, histoire de revoir des bons gros derbys.

    Bravo en tout cas, attentioin au pillage maintenant

  6. @Plasil Power: ouais enfin le commentaire de l’acad me fait pas franchement envie… C’est quoi, un mélange entre Jelen et Ben Arfa?

  7. Jelen il est blessé pour de vrai, avec El Hamdaoui on ne sait jamais, depuis l’arrivée de De Boer, à chaque fois qu’il était sur le banc, tu pouvais être sûr qu’il était blessé pour le match suivant. On ne sait pas trop l’histoire entre les deux hommes, mais El Hamdaoui il boude, et il intéresse Lyon et surtout Bordeaux. Villareal s’est renseigné aussi, des clubs turques et russes ont été évoqués aussi.

    De Boer souhaite conserver Stek, VdW et Vertonghen et on le comprend, si un des trois reste une saison de plus ça serait bien mais je n’y crois pas trop.

  8. T’aurais dû voir la ganache des supporters de Feyenoord au Kuip! Le meilleur moment du match. A R’dam, faut pas dire qu’on préfère l’Ajax. Sauf si on veut finir à l’hôpital.

    Sinon, l’Excelsior est en barrage c’est bien ça?

  9. Un très beau match bel ambiance au stade surtout la première période, j’étais comme un gosse a la fin du match, ça faisait tellement longtemps qu’on attendait ça.

    Ajax Kampioen !

    Et oui Excelsior est bien en barrage

  10. Quel grand sensible ce Rhinit.
    Quelle pudeur aussi.

    Bref, c’est un Pedretti qui ne s’assume pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.