Le Onze Anal de la semaine

« Pour motiver les troupes, rien ne vaut un prout. » (Le coach anal)

Parce que nous aussi on veut faire dans le commercial et mettre nos plumes en avant, nous créons pour vous, un face à face unique en son genre, le onze contre onze.

C’est très simple, afin de tirer vers le haut nos académiciens et les footballeurs notés (ils se ruent sur les notes d’horsjeu.net afin de connaitre leur réel niveau ; les connivences avec L’Equipe font que leurs notes ne valent plus rien, et ils le savent), le service rédaction choisit chaque semaine les meilleurs et les pires performances avec les meilleurs et les pires commentaires de nos académiciens.

Le coach anal a eu droit à une semaine de réflexion supplémentaire pour jeter les bases de sa nouvelle stratégie, et ce con a décidé de reconduire un 4-3-3, comme un symbole de manque d’imagination. Consternant, mais pas autant que son Onze Anal :

Mandanda, OM 2/5 : a vécu une rencontre plutôt tranquille mais ses rares moments de stress ne l’ont pas mis en valeur : Ses sauveurs du soir se nomment transversale et Nkoulou.

Tiéné, PQSG 1/5 pour une fois, ça a failli être plus que correct ; au final ça reste décevant, comme d’habitude. Son marquage était aussi serré qu’un caleçon XL sur une anorexique. Et de nouveau, le danger est venu de son côté régulièrement.

Kompany, Etihad F.C. 1/5: Cap’tain Vinz a semblé avoir tout perdu ce soir, des placements qui rivalisaient de débilité avec son partenaire de défense centrale, un nombre inhabituel d’énervement… Pas en forme le Vinz.

Mangane, Stade Rennais 1/5 : On lui donne un point parce qu’il a joué jeudi et qu’il a donc un mot de ses parents pour expliquer son absence ce soir, et tout particulièrement en deuxième mi-temps. Aussi motivé à attaquer que Sylvain Marveaux blessé, aussi motivé à défendre que Sylvain Marveaux en pleine forme, et deux fois ridiculisés par Souleymane Camara, il a affiché une nonchalance indigne du brassard et statut de capitaine.

Van Dam, SM Caen 1/5 : Placé sur la route de Hazard comme sur une chanson de Michel Fugain, il fut au mieux un radar pédagogique.

Proment, SM Caen 1/5 : Poire à lavement ou sandwich au caca ?

S. Koné, OL 0/5. Déjà peu d’impact réel sur le jeu, un positionnement aléatoire en phase offensive qui gêne plus souvent ses coéquipiers que ses adversaires et le rouge le plus débile depuis longtemps. Alors que Gonalons est prêt à rentrer pour le remplacer, S. Koné contrôle mal la balle, qui arrive dans les pieds de N. Roux. N’écoutant que la « sagesse populaire » qui veut que les roux soient le mal absolu (selon un Eric C., proche de Denver), il s’envole sur quelques mètres, jambes droit devant, cisaillant la cheville de la star brestoise. Aucune discussion possible pour ce rouge, plus bête que méchant, et je reste content de voir que Roux n’a pas eu le sort de Quercia. Bref, un match qu’on oubliera bien vite, pour ne pas être trop méchant.

Grougi, Stade Brestois 0/5 : Un boulet pour son partenaire du milieu de terrain, sa passe pour Poyet sur le but est loin d’être exceptionnelle et ce dernier fait tout le travail, ne reste que son corner pour le même Poyet au premier poteau. A perdu en prime les ballons que Culma s’arrachait à récupérer suite à ses erreurs.

Archavine, Arsanal 0/5 : Imaginez, vous êtes le plus vieux joueur d’une équipe quand même assez classe de Premier League. La saison commence, vous êtes titulaire alors que la saison précédente vous aviez fait un peu banquette après un passage à vide. Votre équipe est décimée, quatre moins de 19 sont titulaires, et vous jouez contre une équipe qui vous a quasiment toujours réussi. Que faites vous ?
a/ Vous adoptez une attitude de meneur, défendez plus qu’à l’habitude et vous concentrez sur l’accélération du jeu car il y a quand même un grantattakant devant.
b/ Vous claquez le doublé solo après que votre équipe a été menée 1-0 (au fait, oui, vérifiez, après « après que » on met l’indicatif.)
c/ vous réussissez votre premier et seul dribble de la rencontre à la 49ème.

Govou, Evian-Thonon-Handy Bag 1/5 : Devait être envoyé en repérage dans l’optique d’un futur séminaire Danone avec Zizou et Bixente. Evite le 0 pour ses quelques remises vers Sagbo.

Ilan, Ajaccio 1/5 : Ce samedi soir, Ajaccio jouait à 10. I(la)nutile, I(la)nexistant, exaspérant. Devrait s’exiler à Ilan-Bator. Remplacé par Socrier.


Pour découvrir ceux qui vont leur coller une branlée cette semaine, veuillez-vous reporter au onze mondial.

8 thoughts on “Le Onze Anal de la semaine

  1. tiens moi j’aurais proposé le toulousain Soukouna pour sa merveilleuse performance : rentré en jeu a la 80eme, carton jaune a la 85 et le rouge direct à la 90eme avec en bonus la brandaonnade : « No, No, No, jlépatouché ». Une passe decisive ou un but en plus et on aurait compris pourquoi en Ligain on applique le proverbe : point ne sert de marquer il suffit juste de prendre un but de moins que l’adversaire!

  2. Lorsque le bout a du mal à passer, un onze anal, c’est forcément douloureux…
    Alors porque Mandanda plutôt que les quiches devant lui? y avait pourtant du choix, et notamment un certain Nicolas NK pour l’ensemble de son oeuvre (pendant et après)

  3. Jérémy Morel a de la chance, il ne figurera que très peu dans le Onze Anal : Tiéné joue au meme poste que lui.

  4. Le fameux axe P-L-M va faire des ravages sur le coté gauche. Ca va rivaliser d’annalités tout ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.