Le Onze Anal de la semaine

Un onze anal avec 97% d’analité pure.

Parce que nous aussi on veut faire dans le commercial et mettre nos plumes en avant, nous créons pour vous, un face à face unique en son genre, le onze contre onze.

C’est très simple, afin de tirer vers le haut nos académiciens et les footballeurs notés (ils se ruent sur les notes d’horsjeu.net afin de connaitre leur réel niveau ; les connivences avec L’Equipe font que leurs notes ne valent plus rien, et ils le savent), le service rédaction choisit chaque semaine les meilleurs et les pires performances avec les meilleurs et les pires commentaires de nos académiciens.

Le coach anal n’avait pas  de gardien anal sous le coude, il a donc décidé de s’en passer et adopte une stratégie du 6-4-1 sans personne à droite, déçu de la prestation de Kaboré la semaine dernière, on peut le comprendre. Tout de suite, le Onze Anal : 

 

 

Les Jouors:

Maxwell, Barcelone (- 1/5) : une intervention, une grosse faute, un carton jaune. Voilà pour sa première mi-temps. Quelques montées sans grande conviction. (remplacé par Cuenca à 72ème minute)

Bonucci, Juventus (1/5) Son téléphone risque de sonner au mois de janvier. Mais sûrement pas pour une prolongation de contrat. Ses interventions défensives sont aussi rassurantes qu’une issue de secours à 8000 mètres d’altitudes. Son rôle sur le coup-franc qui amène le but est plus flou que les comptes de la Société Générale. Tandis que sur le troisième, il réalise une somptueuse air-intervention devant Pandev. A noter, qu’il a réussi à s’écrouler sur son adversaire qui partait seul au but sans que l’arbitre ne le sanctionne.

Campagnaro, Napoli : (0/5) Expert ès placement aléatoire option j’abandonne quand ça va trop vite. Responsable sur tous les buts de son équipe, clairement. J’ai besoin d’une victime expiatoire, que voulez-vous ?

Lugano, PQSG (0/5) sérieux mec, dégage, retourne en Turquie, en Uruguay, pars à Bordeaux ou à Nice, où tu veux, mais va-t-en pour de bon ! T’es lent, t’es en retard, tu fais des fautes, tu te permets de râler alors que t’es pas irréprochable, tu sers à rien, tu fais flipper tout le monde, tu… oh et pis merde, ras-le-bol. Casse-toi ! Bonus Lugano…

N’Diaye, ACA  NN : Avec lui ce n’est pas les Iles Sanguinaires, mais les tacles Sanguinaires. Les deux pieds décollés, le couteau entre les dents, les cheveux au vent, il a séché Sinama-Pongolle et a récolté un carton rouge plutôt mérité dès la 36ème minute. Avant cela ? Des dégagements en catastrophe, des chandelles à tout-va, du Leyti N’Diaye tout craché.

Cissokho, OL : 1/5. Quasiment conforté dans son air défense après avoir failli ajouter un nouvel autogoal à sa collection déjà chargée, Aly a fait son match habituel, n’arrivant pas franchement à se départir d’un déchet énorme, tant défensivement qu’offensivement avec un paquet de passes ratées. Lui qui est pourtant un habitué de ce geste n’a même pas pu en tenter un seul. Par contre, Roy Contout en a réussi un, lui qui traînait dans le secteur d’Aly…

Traoré, AJA: potentiellement notre meilleur joueur. Son début de saison façon feu de paille est bien loin maintenant. La prolongation de contrat associée à une prime juteuse (une Porsche Panamera toute neuve en atteste…) lui ont bizarrement donné moins envie de se replier, de presser. Offensivement nonchalant. Il tente des trucs un peu tout seul. Aucun lien avec les autres. Un bon Coup Franc sur la main de Cris… Bref décevant. Double peine par rapport à son talent… (1/5).

Matuidi, PQSG (1/5) à la rue sur le second but, et pas tellement plus à l’aise le reste du temps. Lui aussi a perdu beaucoup de ballons, et vu sa place sur le pré, c’est pas très malin de sa part. Dommage. Comme quoi, quand Chantôme n’est pas là, rien ne va.

Samir, Manchester City (1/5): A vomir ! Son premier ballon résume à lui tout seul le match de Samir : Ne semblant pas s’intéresser au jeu, il reçoit un ballon au milieu de terrain. Il contrôle, se retourne six ou sept fois et fait une passe en touche… Oh Samir, c’est en équipe de France que tu joues comme ça, pas ici ! Bonus comité d’accueil du Samir.

Pastore, PQSG (0/5) transparent, absent, fantômatique, aucune valeur ajoutée. Comme les feuilles mortes, les ballons perdus se ramassent à la pelle. Cette note lui pendait au nez depuis pas mal de temps déjà, c’est dommage que ça tombe ce soir. On espérait vraiment plus de lui pour ce match, il nous avait promis monts et merveilles cette semaine. Paye ton pétard mouillé. Sacré désaveu pour Antoine, Léo, et Nasser… Faudrait peut être arrêter les gamins (voir ici)

Chamakh, Arsenal (1/5) : Je n’ai pas vu une seule tête de sa part dans la surface et il s’est bien trop fréquemment exilé sur l’aile droite… Même un journaliste de L’Equipe sait qu’il a été recruté pour son jeu en pivot ainsi que son jeu de tête dans la surface. Qu’il reste ou qu’il parte en janvier, on a besoin d’un attaquant classe. Comment qu’il dit Dugarry ?

 

Remplaçants

Lescott, Manchester City (1/5): Vous me reconnaissez ? Mais si, c’est moi. Quand mon équipe réussit à ouvrir le score dans un match tendu, bah deux minutes après, je contre une frappe qui partait en six mètres et je trompe mon propre gardien… Oui c’est moi Super Connard ! Super Connard, Super Connard, ooh oui c’est moi !

DDD, ETG (1/5) : Brice est à l’image d’un ange : rien devant, rien derrière. Un vrai petit chérubin. Sauf que lui n’est pas innocent, pas sur le premier but en tout cas.

Khlifa, ETG (0/5) : Vainqueur du concours de l’école Valbuena, les roulades en moins (sûrement à cause de la caravane qu’il avait au cul), l’expulsion de Kana-Biyik en plus.

Lasne, ACA (1/5) : S’est tellement fait marcher dessus qu’on pourrait l’appeler ‘passage piéton’. Sorti à la mi-temps.

Mostefa, ACA (1/5) : Plus lent qu’un bus conduit par un tétraplégique, plus en retard dans ses interventions qu’un élève de C.P de 26 ans, vous l’aurez compris, Mostefa n’a pas du tout été intouchable samedi soir. Allez,un accident de parapente et on n’en parle plus.

Thiago, Barcelone (0/5) : Je ne l’ai pas vu du match. Les commentateurs non plus puisque je n’ai entendu son nom qu’une seule fois lors de la rencontre. Piétiné par Messi puis par Xavi, il attendra d’avoir des poils au pubis pour s’imposer comme meneur du jeu barcelonais. (remplacé par Keita à la 66ème, et ça, ça veut tout dire)

Busquets, Barcelone (1/5) : C’est bien, tu sais faire des roulettes et des râteaux. Par contre ton jeu de passes, tu l’as définitivement échangé contre l’option simulations grotesques ?

Nêné, PQSG (1/5) lui qui arrivait à sortir de l’eau le mois passé quand ses potes baissaient le pied… Lui non plus n’a pas brillé. A force de naviguer d’une aile à l’autre, on a attendu longtemps avant de le voir en action. Même pas eu l’occaz’ de se montrer sur coup de pied arrêté. (Bonus Nene réconcilié avec Diawara…)

Menez, PQSG (1/5) étonnamment pas le pire de la bande des 4. Il m’a même surpris à ne pas céder à l’énervement quand il se faisait faucher. J’ai cru déceler aussi un peu plus d’esprit collectif, mais ça reste bien faible. En tout cas il a moins tricoté que d’habitude. Oui, on a les motifs de satisfaction que l’on mérite. Bonus capileornado.

Gameiro, PQSG (0/5) pas mieux que notre soi-disant vedette sud-américaine. Très peu de ballons touchés, jamais eu la possibilité de faire des appels potables, aucun tir au but. Il sort énervé, soit contre lui, soit contre le coach. Dans les 2 cas, il ne peut s’en prendre qu’à lui-même. Remue-toi un peu garçon

Lesoimier SB29 (0/5) : Champion du monde de cache cache.

Barrios, Dortmund (1/5) : Jean a du mal à mettre 1. Mais 2 serait abusif. Il n’est toujours pas tout à fait dans le rythme. Il a réussi à se re-mobiliser après 30 minutes compliquées, mais il manque le déclic. On a l’impression qu’il n’ose pas tenter quoique ce soit, qu’il n’ose pas trop courir, qu’il n’ose pas frapper.. Bref. Crise de défiance, alors comme un symbole des agences de notation, Jean a dégradé sa note d’un cran.

 

Pour retrouver le onze adverse élégant, stylé et mondial, cliquez ici.

6 thoughts on “Le Onze Anal de la semaine

  1. le double hat-trick pour Paname! 3 titulaires, et 3 remplaçants! Paris, tu peux pas test!

  2. Alors les détracteurs de Chamakh? Vous ne dites plus rien? Il est sélectionné dans l’équipe de la semaine, ça vous en bouche un coin, n’est-ce pas?

  3. Tactiquement, le coach anal craque de plus en plus. Ca devient n’importe quoi. On croirait un schéma tactique de l’ASNL.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.