Le Onze Anal de la semaine

Le coach re-pète pour les petits nouveaux.

Parce que nous aussi on veut faire dans le commercial et mettre nos plumes académiques en avant, nous créons pour vous, un face à face unique en son genre, le onze contre onze.

C’est très simple, afin de tirer vers le haut nos académiciens et les footballeurs notés (ils se ruent sur les notes d’horsjeu.net afin de connaitre leur réel niveau ; les connivences avec L’Equipe font que leurs notes ne valent plus rien, et ils le savent), le service rédaction choisit chaque semaine les meilleurs et les pires performances avec les meilleurs et les pires commentaires de nos académiciens.

Le coach anal a choisi de laisser carte blanche à ses joueurs, il espère un choc psychologique en les laissant prendre leurs responsabilité. Quel con ce coach anal.


 

 

Les Titulors

Landreau, LOSC (3/5) : s’est fait chier. Et a chié dans son froc à la 55ème en voyant une frappe s’écraser sur la barre. Quitte à aligner un plot, autant donner du temps de jeu à Enyeama (ou Rozehnal).

Savic, Man City (1/5): – Reviens Cap’tain Vinz, reviens !
– Bah pourquoi ?
– Parce que Savic est vraiment trop trop nul !

Vermaelen, Arsenal : 1/5 : Relance pourrie + marquage à la con sur le premier but + pas envie de défendre sur le deuxième = performance très médiocre. C’est hard, mais quand même lui défend mal, je suis un peu de mauvais poil.

Planus, Bordeaux (1/5) : Aussi gras que la pelouse, Marc a eu l’air aussi manœuvrable qu’un Sherman en pleine forêt Viêt-Cong. Impliqué dans les deux buts encaissés, il lui tarde la fin de l’hiver.

Mathieu, Valence (0/5): que bien ama, bien castiga dit le dicton. Les habitués de la Murciélago Académie connaissent bien mon attachement pour Parlapoco. C’est pour cela que je le saque salement. Absent dans les phases offensives (2 centres moisis e basta), guère en vue défensivement, il a été transparent. Bref, un albinos roux. Remplacé par Jordi Alba (54’).

Pedretti, LOSC (2/5) : jouait au poste de Captain Rio, en sentinelle devant la défense. S’illustre d’entrée par une faute de petite pute sur un Compiégnois à la neuvième minute. Pas très convaincant, parfois violent, pas dans le tempo, il a raté plusieurs longues passes et sa coupe de cheveux. Doit arrêter de se prendre pour Pirlo.

Kembo, Rennes 1/5 : On peut pas être au top tout le temps. Surtout quand on joue à Rennes. Et comme Jirès va probablement rester parce que c’est quand même une belle histoire qui dure entre nous, il était tellement mais alors tellement pas au top samedi que même des lusitanophones se sont foutus de sa gueule et le comparent à Deivid. Z’allez voir que ça va être de notre faute si Tevez ou Pato veulent pas jouer en ligain.

Topal, Valence (1/5) : s’il te plaît Mehmet, quand tu vois que l’attaquant va plus vite que toi, mets-lui un taquet pour l’empêcher de marquer.

Nani, Man United (1/5) : Tu crois qu’on va t’offrir le ballon d’or parce que tu peux dribbler Djourou 714 fois en 45 minutes ? Et les centres ? Tu sais faire ça ? Si on a pas pu tuer le match rapidement, c’est quand même grandement sa faute, vu les déchets dans le dernier geste.

Jelen, LOSC (0/5) : C’était sans doute sa dernière chance avec l’arrivée de Nolan Roux – et surtout après ses prestations minables face à Lyon puis Marseille. Il n’avait pas été transcendant au tour précédent contre Chantilly mais avait eu le mérite de marquer… le fait est qu’Irène a plus la lose que Torres (cf. Norwich-Chelsea). Une prestation marquée par un festival d’anti-football. Le Polonais a sorti toute sa panoplie : zéro engagement, aucune mobilité, pas de présence dans la surface, appels à contretemps, vendange sur un centre de Digne devant le but vide (où il doit mettre la tête), contrôle foiré. Irène nous gratifie en plus en première mi-temps de sa spéciale « slalom en dribbles chaloupés mettant en valeur sa technique » (bon en fait il a deux contres favorables) avant de se faire contrer. Ce pavé est un plaidoyer pour une place dans le onze anal. Sort à la 84ème minute sous les sifflets pour Gianni Bruno.

Guié-Guié, Nice : 0/5 Me fait autant d’effets qu’un suppositoire.

 

Remplaçants

Djourou, Arsenal : 0/5 : J’ai hésité entre le 1 et le 0. Pas longtemps. United l’avait désigné comme LA faille à exploiter dès le début du match et il a pris l’eau, face à Giggs ou à Nani, en slip ou en caleçon, dans les pieds ou en profondeur. Toujours en retard, placé comme un gland, constamment le cul par terre, insupportable. Et donc remplacé par Yennaris à la mi-temps.

Gomis, Nice : 1/5 Le commentaire sera à l’image de son jeu, minimaliste.

Payet, LOSC (1/5) : emprunté et souvent en déséquilibre. En gros pas mal de déchet (également sur CPA) pour un joueur dont on attend toujours la confirmation – inquiétant d’avoir ce sentiment au sortir d’une opposition face à une CFA. Remplacé par Joe Cole à la 66ème minute

Brahimi, Rennes 1/5 : On a vu du mieux quand il est passé dans l’axe. Sinon, il fut bien trop discret. On a pas d’autres choix qu’être patient en attendant l’élimination du Burkina pour l’instant, et on sait tous que le petit Yacine est pétri de talents.

Dzeko, Man City (1/5): Les matches se suivent et ne se ressemblent pas pour Edin. Autant pour Samir, on peut dire que c’est affronter Tottenham qui le transcende, autant pour Edin, on a maintenant bien compris que le match aller était une erreur.

Walcott, Arsenal : 1/5 : Pas vu, pas couru, pas utile. On a quand même failli le perdre définitivement après un choc avec Lindegaard. Ca aurait été franchement la lose comme mort.

 

Pour retrouver le onze adverse élégant, stylé et mondial, cliquez ici.

8 thoughts on “Le Onze Anal de la semaine

  1. Wouhou ! Yeaaaah !
    3 titulaires et 1 remplaçant pour le LOSC dans le onze puant!
    La consécration !
    Allez le LOSC allez !

  2. La gestion du cas Roux en le vendant sans avoir de remplaçant aurait quand même pu faire un tour dans l’Anal de la semaine.

  3. Ah oui, belle représentation losciste.

    Pour Landreau par contre, lapin compris. Il n’a juste rien eu à faire. Avec un onze pareil pas sûr que ce soit le cas !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.