Le Onze Mondial de la semaine

Zanetti reste le symbole de l’équipe, comme un symbole.

Parce que nous aussi on veut faire dans le commercial et mettre nos plumes en avant, nous créons pour vous, un face à face unique en son genre, le onze contre onze.

C’est très simple, afin de tirer vers le haut nos académiciens et les footballeurs notés (ils se ruent sur les notes d’horsjeu.net afin de connaitre leur réel niveau ; les connivences avec L’Equipe font que leurs notes ne valent plus rien, et ils le savent), les gros membres choisissent chaque semaine les meilleurs et les pires performances avec les meilleurs et les pires commentaires de nos académiciens.

Le coach mondial a une telle aisance tactique qu’il tente un 442 losange en choisissant non pas des noms ronflants, mais des joueurs au sommet de leur art au moment précis de cette rencontre analo-mondiale. Rusé comme un renard comme un symbole ce coach. Par contre, pas de Zanetti cette semaine. L’Inter est vraiment au plus bas…


Lloris, Lyon: 4/5. Il n’a pas eu grand chose à faire et il devait s’en douter puisqu’il a ressorti le pyjama. Il est resté concentré et a sorti la seule occasion lensoise en fin de match, évitant aux siens de s’offrir une nouvelle frayeur.

Adriano, Monaco – 5 L’homme du match. Relance dévissée et placement approximatif en 5 minutes puis vint cette intervention divine sur Chevrinho qui lui a fait littéralement péter un plomb. Une blague sur la coupe de cheveux à priori. Il a même participé aux actions offensives – si, si, il y en a eues… Non en fait sa vraie note est 3 mais le voir dans le 11 mondial ça n’a pas de prix.

Lovren, Lyon: 4/5. Le patron derrière hier soir, face à une équipe qui, il est vrai, n’avait pas eu grand chose à lui opposer. Suffisamment rapide pour reprendre les Lensois qui partent en contre, assez bon sur le jeu de tête et le placement, il a répété ses gammes presque tranquillement.

Carragher, Liverpool 4/5 : Si personne ne s’est rendu compte que Dzeko était sur le terrain, c’est grâce à Carra! Si la défense ne s’est pas relâchée, c’est grâce à Carra! Le meilleur ami de Morlino, c’est Carra! Le capitaine jusqu’à la fin de la saison, c’est Carra! We all dream of a team of Carraghers…

Alves, Barcelone/4 : le Brésilien volant a encore récidivé en délivrant la passe décisive à Lionel Messi. Plus défensif qu’à l’accoutumée, Dani a certainement voulu s’assurer que ses qualités défensives étaient encore intactes. Elles le sont à n’en pas douter

Spearing, Liverpool 5/5 : Il parait que Manchester City avait Barry et Yaya Touré en milieux axiaux. C’était sans compter sur le 3e scouser aligné sur la pelouse. Véritable pittbull, il a tout dégommé ce soir! Les 10 dernières minutes l’opposant à De Jong auraient pu être mythiques, mais aucun face-à-face entre ces deux techniciens n’eut lieu. Décidément, il a bien grandi le petit Shaun depuis qu’il traîne plus avec Combo…

Maggio, Napoli (5/5) : Quel joueur ! Quel talent ! Et pourtant quelle humilité, quelle modestie ! Il a fait tout ce qu’il fallait : il a bien défendu, il a apporté le danger sur les buts (le premier but vient d’un de ses centres), il a su conserver la balle dans un mouchoir de poche et dribbler dans une cabine téléphonique, il a calmé le jeu quand il le fallait… Il s’est même fait découper 50 fois, histoire de nous rappeler qu’il n’y a que comme ça qu’il peut se faire prendre.

Kakà, Madrid (5/5) : Bien petit! Il commence à redevenir un joueur de foot, avec des couilles et tout. Très remuant en première mi-temps, il inscrit un doublé, sur pénalty certes, mais doublé quand même. Avec l’endurance en plus, il pourrait enfin justifier le montant exorbitant de son transfert.

Bale, Tottenham 4/5 Il a retrouvé ses pilules. Un régal. Toujours la même conduite de balle improbable, cette accélération qui dure longtemps, entre 40 et 60 mètres, capable de reprendre l’axe, de faire vomir le côté droit de la défense madrilène et de marquer. Aurait dû obtenir un pénalty. A noter que ses côtes sont plus solides que les genoux de ce salopard de Ramos. Grandiose.

Kuyt, Liverpool Encore en jeu/5 : Aux dernières nouvelles, il court encore derrière le bus des joueurs de City terrorisés, bouclettes blondes et crampons en avant…

Messi, Barcelone/5 : Leo c’est 46 matchs cette saison, 48 buts et 25 passes décisives ce qui le place en tête du classement du meilleur passeur de Liga, du meilleur buteur de Liga et du meilleur buteur de la Ligue des Champions. Il bat donc le record de buts pour le club en une saison. France Football va-t-il se décider à opter pour le diamant lors de la prochaine éléction du meilleur joueur de la planète ?

Il reste un peu d’anal en plus, on vous le laisse ? C’est par ici.

9 thoughts on “Le Onze Mondial de la semaine

  1. Le onze de Javier sans Javier c’est comme un massage thai sans finition…
    Il manque un repère

  2. Incroyable est la ruse du monégasque quand il s’agit d’usurper une place dans le onze mondial.

  3. Mon Dieu. La vie a un goût amer à présent. Même horsjeu.net aime le changement. Je dois être le seul vrai réactionnaire du monde.

  4. Pas de Javier ? Et bien dans ce cas là, j’encule tous les gros membres un par un, voire deux par deux !

    Pas de Nolan Roux ? Non j’déconne !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.