Les tirages aux sorts de la zone Euro 2012

De notre envoyé spécial, Bernard de la Villelumière.

Nous étions dans notre peignoir préféré à la maison pour vous faire partager en léger différé les tirages aux sort de l’Euro 2012 en exclusivité pour horsjeu.net (mâtin, quel site). Au bout de quelques clics, l’apprenti footballologue que nous détenons à la maison en ce moment, nous a trouvé un strimine de bonne facture mais nous avons préféré couper le son aussitôt que nous vîmes le demi-Dieu Danone à l’écran, nous le rappelons, le silence est d’or. Mon chérubin des tropiques se chargea de mettre un magnifique ‘Let it bleed’ afin de nous mettre en condition, un groupe difficile nous était promis. Durant ces tirages, que nous n’avons pas totalement compris, nous avons cependant pu admirer l’extrême dextérité de Zinédine Zidane boule au doigt, qui nous a fait frémir au plus profond de nos tréfonds, ce qui vous laisse augurer la noirceur de notre fondement. Pendant que nous croisions les boules afin que les doigts de cet apostolat de l’humanité ne fassent pas défaut, comme un symbole d’Europe, le petit nous essuyait comme il convenait, et nous analysions les groupes spécialement pour vous.

 

Les adversaires de la France, la belle, l’éternelle :

Ukraine – Suède – Angleterre.

Pour le plaisir de vos yeux et de vos âmes nous avons pu effectuer un cliché de notre écran lors de la présentation de la délégation ukrainienne qui nous a fait à nous comme au petit un drôle d’effet. L’Ukraine à domicile avec ses stades et ses routes à demi-achevés, ses hôtels a demi-coulés, son économie à demi-sombrée et naturellement ses péripatéticienne pas chères (mon illustre maître-à-penser de M6 nous l’a appris). Ne vous méprenez pas, ce n’est sans doute pas l’Ukraine l’équipe la plus faible de ce groupe au regard de son parcours qui lui a permis de participer à cette compétition internationale en ne jouant aucun match qualificatif, ce qui mérite des applaudissements staliniens.

Nous aurons également le plaisir de voir la Suède nous affronter et ce sera un grand bonheur d’imaginer Adil Rami faire causette avec Zlatan Ibrahimovic, les sujets seront nombreux. Les soeurs, les bisous dans le cou des messieurs et tout ce genre de choses passionnantes. Nous serons également ravi de connaitre la couleur d’un pigeon un après-midi d’été en Pologne, ce que pourra nous procurer Kim Källström avec aisance, sans oublier Christian Wilhelmsson et sa magnifique peignure qui devra absolument faire partie de l’effectif si la France veut l’emporter.

Le meilleur du pire pour la fin, la Perfide Albion. Maître Capello ne trouvera sans doute ni les mots ni la stratégie adéquate pour emmener son Angleterre au plus haut. Comme toujours. Certes, une bien belle génération a éclos et celle des Gerrard-Lampard-Terry est en bout de course. Mais tout se passera bien, ils finiont par se détester en moins de six jours de cohabitation se divisant entre les partouseurs et les buveurs.

 

Pour ce qui est du reste le Groupe A est composé de

La Pologne de Damien Perquis à qui l’on fait un bisou, la situation est déjà assez délicate pour lui.

La Russie qui ne devra pas écouter du Wagner pendant la compétition.

La Grèce dont la délégation sera la seule à être envieuse du train de vie des pays hôtes.

La Réupublique Tchèque qui est un pays que nous apprécions beaucoup et que nous avons oublié dans un premier temps parce que nous pensions au petit avec le casque de Petr Cech.

 

Le Groupe B quant à lui est composé :

Des Pays-Bas qui vont avoir le plaisir de retrouver l’Allemagne et le Portugal.

De l’Allemagne qui va avoir le plaisir de retrouver les Pays-Bas.

Du Portugal qui va avoir le plaisir de retrouver les Pays-Bas.

Du Danemark qui se demande bien ce qu’il fout là.

 

Le Groupe C contient un quart :

D’Espagne championne en titre dont on espère une crise entre Madrilènes et Barcelonais, c’est dire la confiance qu’ont les nations en leur sélection.

D’Italie qui viendra sans attaquant, mais là, c’est parce qu’il n’en ont plus de trop.

De Croatie dont le principal challenge sera de faire mieux que la Serbie dans ses rencontre officielles face à l’Espagne.

Et d’Irlande, pour la couleur.

 

A la lecture du tirage, nous devons admettre qu’il aurait mieux valu écouter Beggars Banquet. Nous proposerons Let it Bleed à Jérôme Touboul quand nous le croiserons, à l’occasion. Et bien, il temps pour votre serviteur d’aller… coucher le petit. Nous vous remercions de nous avoir suivi en léger différé depuis Internet,

 

Bernard de la Villelumière.

Le comité

9 commentaires

  1. Merde, Bernard de la Villelumière sort de sa léthargie pour venir me piquer mon boulot. Cela m’apprendra, je n’ai qu’à être plus rapide. Il ne me reste qu’à supprimer mon début d’esquisse d’article. Puisque c’est ça, je retourne voir Mélanie.

  2. L’Italie pas d’attaquant ? Et Balotelli qui serait bien capable de mettre un hat trick aux espagnols avant de se faire exclure pour avoir craché sur un croate.

    Quel bel euro qui se prépare.

  3. Un groupe Espagne-Allemagne(ou Angleterre ou Italie en fonction de la Footixité d’un de vos amis qui se découvre des origines)-Portugal-France aurait été tout de même plus agréable, rien qu’en mémoire de mémorables parties PES.

  4. Par contre les gros joueurs qui vont vouloir refaire tous les matchs de l’euro sur PES ou FIFA (Mèch Tuyot n’est pas raciste) ils vont pas se marrer avec le groupe A…

    Le Damien Perquis va beaucoup payer au piccolo foot vu que c’est le seul joueur qu’ils vont connaître dans l’équipe les commentateurs…

  5. @ Mèch : T’as aussi Obraniak, déjà pour la tournée d’été CJP et Liza s’étaient bien touché dessus (c’est même la seule fois qu’on se touche sur un lillois sur TF1)

  6. Obraniak n’y sera pas, il va réussir à être prêté/vendu pour avoir du temps de jeu, et se blessera alors qu’il est en feu, comme ça ils pourront faire un reportage sur lui jambe dans le plâtre regardant la Pologne jouer.

  7. @Tristan: j’ignore complètement de quoi tu parles.
    ————–

    J’ai vu le tirage au sort dans un café portugais, et ils ont l’air plutôt objectifs, ils disent qu’ils vont gagner l’Euro. Malgré les quelques bières déjà ingurgitées, j’ai fini par comprendre que peu importe le groupe dans lequel ils seraient tombés, ils auraient dit la même chose.

    Ce qui me chagrine le plus finalement, c’est de ne pas avoir un groupe Pologne-Grèce-Russie-Estonie

  8. C’est où qu’on gueule pour soutenir la photo de Zanetti en une du onze mondial?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.