Manchester United – Burnley (3-1) : La Raide et Vile Academy livre ses notes

Salut à tous !

 

cette académie sera plus courte que les autres, pour plusieurs raisons, à commencer par le fait que le mardi soir, Bobby Carlton a autre chose à foutre que de zieuter des matches de foot, même super intéressants comme celui qui oppose une équipe à la recherche de son style et des performances d’antan à un relégable (19′). C’est que j’ai des filles à voir, des clients à contenter, des bakchichs à distribuer, et des pubs à hanter à Pigalle.

Une autre raison, c’est Burne-les : de ces Burnes, il n’y a rien à dire, car sur ce dont on ne peut parler, il faut garder le silence.

Bon, de MU non plus il n’y a pas grand chose à dire de plus sur ce match, mais on n’est pas dans l’acdémie du FC Châlon-en-Champagne, alors parlons un peu de nos rouges diables tout de même.

Pour commencer, on pourrait entonner un refrain bien connu de tout fan de notre équipe cette saison, c’est : « Qui est blessé aujourd’hui lalala » Un refrain triste et languide, qui annonce sombrement les errances tactiques à venir.

Si je le prenais avec un peu d’ironie (mais ce n’est pas mon genre), je placerais mon chorus comme l’équivalent mancunien de celui-ci, autrement plus poétique : « It’s always funny until someone gets hurt…and then it’s just hilarious ! »

Si l’on suit donc les préceptes quelque peu déviants de M. Mickael Patton, on peut compter parmi les mecs marrants du jour Carrick et Shaw -ça on le savait avant le match-, mais aussi Phil Jones et Daley Blind. Rien à craindre pour l’éphèbe hollandais, même si un infâme boucher sacrificateur a entaillé sa petite gueule d’amour, en revanche ça sent pas bon pour Jones, surtout pour son genou.

 

Ce dont on pourrait parler ensuite, c’est de la victoire et de la troisième place récupérée par nos gagneuses aux dépends de Southampton. Ils s’accrochent, les rascals, mais il se plantent quand même de temps à autre, c’est bien. Pour autant, on ne pourra pas se permettre de se reposer sur nos lauriers, car derrière nous, Arsenul et Looserpool semblent être redevenus Arsenal et Liverpool…

Bref, vous l’aurez compris, cette lutte pour la 3è place est passionnante, à tel point qu’on a les glaouïs qui fretillent à chaque fois que nos beaux diables menacent de commettre un faux pas. Autant dire qu’à chaque match, j’ai les bonbons qui collent au papier.

 

En troisième lieu, je propose que nous parlions un peu tactique, car ce match en milieu de semaine a permis de voir du nouveau. Voyons donc dans un premier temps

 

LA COMPOSITION

De Gea, bon.

A droite, Mac Nair reprend son nouveau poste, et je me réjouis : et si c’était lui, le prochain John O’Shea ? Le futur du club, peut-être, seul survivant de la kyrielle de défenseurs qui sont sortis de l’académie de Carrington sans jamais percer (ou alors à Stoke city), qui arrivera à 3 ou 400 matches avec nous dans l’anonymat le plus strict, mais sera de l’aventure lorsque la LDC reviendra à Old Trafford (Denis Balbir aime cette phrase) ? En tout cas je vais te scruter mon petit, tu peux compter sur moi.

Jones est suppléé en défense centrale par le grand et inutile Johnny Evans, et le monde entier a peur. Lui aussi d’ailleurs : Johnny est une flipette, c’est bien connu. Du coup Rojo se décale sur l’aile gauche pour combler l’absence de Shaw, et parce que VG semble avoir compris que Blind était indispensable devant la défense, au moins jusqu’au retour de Carrick.

Daley joue encore les sentinelles, donc : on se réjouit tous, et on bat des cils.

La même ligne que lors des deux derniers matches de PL s’étale au milieu, composée de Januzaj, Rooney et DiMaria, et devant eux, on retrouve les deux ex-serial-buteurs Van Persie et Falcao en attaque, hop schéma :

Capture d’écran 2015-02-13 à 16.46.13

 

 

LE MATCH

Bon, ceux qui ont suivi le match l’auront vu, mis-à-part la sortie prématurée de Jones, il n’y avait rien à dire de spécial en début de match. Là où c’est devenu intéressant, c’est quand Blind est sorti au profit de Herrera : Rooney a du reculer pour former une vraie paire avec l’espagnol, et le 4-4-2 à plat est enfin revenu à ses sources fergusiennes. Excepté Di Maria qui semble avoir pour consigne de remuer partout dans tous les sens, on a pu observer la rigueur de nos joueurs et le sens du sacrifice de Rooney, qui pour le coup a réellement joué un rôle à la Scholes : très bas, généreux à la récupération et surtout métronome du jeu long (oui parce que contrairment à ce que Allardyce essaye de faire croire, il y a jeu long et jeu long ). Du coup c’est Van Persie qui s’est mis à décrocher, et on a évité l’embouteillage axial, qui était devenu une marotte ces derniers temps.

Bravo messieurs pour votre adaptabilité et votre polyvalence. J’espère que ça va donner des idées au manager pour l’avenir.

Au rayon des critiques, tout de même, on peut noter le nombre d’occasions qu’a obtenu Burnley, le placement toujours hasardeux de Smalling et surtout Evans, qui se prend même les pieds dans le tapis lors d’une attaque des Burnes et qui ne parvient pas à rassurer quant à sa capacité à faire un remplaçant crédible en cas de blessure d’un de nos centraux. Ah ben merde, Jones…Heureusement que Chris s’est changé en attaquant le temps de ce match, ça permet d’oublier un peu ses lacunes en défense.

 

Les buts :

Smalling, 5′ : corner de Rooney coin gauche, prolongé par Van Persie vers le deuxième poteau. Falcao s’arrache pour remettre le ballon dans le paquet et trouve Smalling, qui marque au prix d’une belle détente. 1-0

Ings, 12′ : offensive rapide de Burnley sur le flanc droit de la défense mancunienne. Le centre part vers le deuxième poteau, Ings bat De Gea d’une magnifique tête plongeante. Smalling était au marquage, mais apparemment il avait ecore son but en tête. 1-1

Smalling 47′ : nouveau corner de Rooney, cette fois joué court avec DiMaria. Celui-ci centre pour Smalling, tellement pas marqué qu’il a à peine besoin de sauter. 2-1

Van Persie, 82′ : Enième incursion de Di Maria dans les surface des Burnliens. Il est une nouvelle fois cisaillé et cette fois l’arbitre n’a pas le choix de siffler péno ; Robin transforme petit filet gauche. 3-1

 

LES NOTES

De Gea : 3/5 Un peu endormi sur le but, mais bien réveillé ensuite. Encore pas de clean-sheet, il doit en faire des cauchemars… Dans lesquels Evans est le croque-mitaine.

MacNair : 3/5 Sa présence en attaque et son énergie me confortent dans les espoirs que je place en lui. Attention toutefois à l’alignement, on part facilement dans ton dos, petit.

Jones : NN Remplacé par Smaling (voir subs) dès la 5′ minute pour cause de blessure, qui pourrait être bien grave et bien longue. Shit.

Evans : 2/5 Je n’y crois pas du tout à ce mec. En Inde ou en MLS, il serait surement le Maldini local, mais en PL au 21è siècle, il m’évoque plus Ribéry qui essayerait le kimono de David Douillet…

Rojo : 2/5 Une grosse énergie lui aussi, mais une propension à se faire bouffer en un contre un qu’il va devoir corriger. Le but vient de son côté, et il est à 20 mètres du centreur, c’est pas normal.

Blind : Immunité de visage abimé/5 Les salauds. Va y avoir du drive-by shooting et des mecs enterrés vivants dans le désert, si vous continuez à abimer mes plus belles pouliches comme ça. Remplacé par Herrera (39′)

Rooney : 3/5 Wayne commence à s’y faire : il est milieu, maintenant. Hodgson n’est pas d’accord, Van Gaal s’en fout et moi aussi, je le vois s’acclimater et faire de bonnes choses à ce poste.

Di Maria : 4/5 Toujours aussi actif, l’argentin frappe et centre plus que tout autre Mancunien sur le terrain. Ne veut plus jouer ailier, ça c’est clair. il préfère être partout.

Januzaj : 3/5 Du mieux depuis sa dernière sortie. on l’a vu réussir plus de choses et reprendre un peu de confiance. En revanche, il ne joue qu’en mode « Légende » sur PES, et vient parfois à en oublier que le foot est un sport collectif…

Van Persie : 3/5 Il a bien décroché quand Blind est sorti, ce qui a permis à Falcao de prendre plus d’espace. Bon, ça n’a pas marché, mais au moins l’intention de jouer pour l’équipe était là.

Falcao : 2/5 Mis-à-part sa passe décisive chanceuse sur le premier but, on n’a pas beaucoup vu le Tigre, à part quand il s’est agi de perdre des ballons. Toujours volontaire, mais clairement pas en réussite sur ce match. Remplacé par Wilson NN (74′)

Les Subs : 

Smalling : 3 ou 4/5 +1 pour son doublé, mais il a encore provoqué des cris de rage et des soupirs exténués pour son placement défensif et ses retards multilpes au marquage.

Herrera : 3/5 A joué bas en relayeur avec Rooney. il a été bon.

 

 

Bobby Carlton

 

3 thoughts on “Manchester United – Burnley (3-1) : La Raide et Vile Academy livre ses notes

  1. « mais on n’est pas dans l’acdémie du FC Châlon-en-Champagne »
    Et pour cause, le FC Châlons en Champagne n’existe pas. Il y a le Club Olympique Châlonnais Football, en PL et l’ASPTT Châlons-en-Champagne, en DHR. Je trouve ce manque de reconnaissance envers le football châlonnais – football de grande qualité, est-ce utile de le rappeler ? – absolument scandaleux. Une fucking disgrace.

    Finalement, Mr Marcelo Bielsa a raison lorsqu’il alpague les journalistes sportifs sur le fait que ceux-ci n’apprennent pas la « culture du football » à leur lectorat mais seulement la recherche de polémique. Ceci en est une illustration parfaite. Les millions d’enfants lisant Hors-Jeu croiront donc qu’il y a un FC Châlons-en-Champagne. Ceci est de la désinformation.

    Ce soir, j’ai envie de dire, je suis Châlonnais.

  2. J’oubliais l’information la plus capitale. Quelque chose que peu de personnes savent. De source sûre, Mr Marcelo Bielsa est surnommé El Loco, ce qui signifie « le fou » en espagnol. Aller chercher ce genre d’informations, sans se soucier des risques encourus, voilà un vrai travail de journaliste sportif.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.