Manchester United – Chelsea (1-1) : La Raide et Vile Academy a vu du foot

Les enfers tiennent tête au Mal.

avantmatch

 

Ad Majorem Satanae Gloriam.

Ouais, c’est plus personnel que « Salut ».

Bon, alors laisse moi te dire d’abord que tes protestations concernant non publication d’un papier virtuel pour West-Brom – Manchester United. Je m’en fous. Voila. J’ai eu a peu près autant envie d’écrire un papier sur ce match que de danser le jerk sur de la musique pop et Wayne Boulet a simulé une mort atroce pour s’en sortir (il va bien, malheureusement).

Donc on reprend les choses comme si de rien n’était. Comme si on allait affronter Chelsea en bombant le torse, en regardant droit dans les yeux cette armada bleue qui gifle à peu près tout ce qu’il trouve sur son passage (Sauf Schalke, mais ça c’est pour préserver les intérêts de Gaz Prom’, je l’ai lu sur le blog de Thierry Meyssan) et Manchester City (pour ne pas compromettre la couverture de Frank Lampard destiné à détruire le mini empire émirati du football pour la gloire d’Israël, source identique).

Et nous on arrive là. Une main dans le short, qui gratte nonchalamment l’entrejambe, et un bâillement qui en dit long. Manchester ronronne, entre potentiel certain et prestation certainement moyennes. Pas de vraies séries de victoires, une propension à prendre des buts spectaculaires pour faire grimper les droits télés, une défense qui aboie, une attaque qui peine à se réunir et un milieu qui ne se trouve pas tout à fait.

Le dimanche après-midi s’annonçait long.

 

 

composition

 

Encore plus long que je ne l’aurais pensé (that’s what she said) en découvrant la composition. Phil Jones, l’homme qui a repoussé Varane hors de Mancunie (on a appris ça cette semaine) est blessé, Rooney est toujours suspendu, Falcao est blessé, on va ajouter Herrera à la liste aussi. Du coup Smalling, du coup Fellaini, du coup Januzaj, du coup Mata.
Du coup la peur toujours un peu plus.

Capture d’écran 2014-10-30 à 16.52.58

Subs : Lindegaard / Blackett / Fletcher / Carrick / Perreira / Herrera / Wilson

 

 

livedirect

 

Est-ce un bon point de pris ? Sont-ce deux points de perdus ? Et si tu fermais ta gueule ?
Cela fera sans doute du mal de l’admettre mais ne pas avoir perdu face à Chelsea est déjà un moindre mal. Encore une fois, parce qu’on en espérait pas grand chose, l’équipe a paru jouer avec un sacré poids en moins, du genre de celui de Steve Bruce en moins. De manière complètement incompréhensible, United se sent nettement plus à l’aise face aux gros. On l’avait vu l’an dernier contre le Bayern par exemple, on l’a vu cette saison face à Chelsea. Ce sentiment de légèreté a amené des choses incroyables : des contres fulgurants à une touche qui allaient jusqu’à la frappe, là où depuis le début de la saison, on ratait systématiquement la dernière (voire avant dernière passe mais qui du coup était aussi une dernière, tu me suis). Manchester n’a pas (tout de suite) pris l’eau au milieu de terrain et a même complètement éteint la terreur Fabregas. Faut dire que l’Espagnol n’avait pas de compatriote à arroser devant, alors à quoi bon.
Bref, la première mi-temps de Manchester était sans doute ce que l’on a vu de mieux cette saison, à l’inscription d’un but près. On a senti un collectif se découvrir puis se souder (putain c’est beau ce que je dis). Paraît même que Januzaj a fait des passes.
Seules constantes : un jaune idiot d’entrée pour Rafael qui se fait malmener par Hazard et van Persie qui peine décidément à se montrer décisif quand il le faudrait. Oui parce qu’il y a des moments où être décisif on s’en fout : quand on mène tranquille ou quand on joue contre des mecs nuls. Là, un but avant la mi-temps eut été un luxe inespéré.

Surtout que la seconde période sera une autre paire de manches à balais dans nos fondements. Chelsea accélère, Hazard est vraiment relou et il faut le meilleur De Gea du monde pour l’empêcher de trouver la faille.
Par contre un Rafael au marquage sur Drogba pour un corner, même le meilleur des Rafael, ça suffira jamais. Voila. Le but est là. A peine célébrait-on l’arrêt de l’année que l’on est renvoyé au fond du fauteuil à se servir une pinte de dépit (qui n’est pas une marque de bière, enfin je ne pense pas).
Et Manchester retombe dans ses travers : la panique, la précipitation.

Et Chelsea gère, de main de maître, de la main du maître Mourinho qui se prépare tranquillement à fêter un nouveau succès face à United, à mettre trois points dans la mouille de City, à être décidément un sacré génie du mal.
Manchester a beau pousser dans ces 10 dernières minutes, van Persie n’y arrive pas.
José est tellement sûr de lui qu’il offre même un cadeau inestimable à Zouma : pénétrer la pelouse d’Old Trafford (pas littéralement cela s’entend) à la veille de ses 20 ans.
Et l’impensable se produit : Ivanovic est complètement con.
Je n’aime pas cette équipe de Chelsea, c’est pas une surprise, mais sur les dernières années s’il y a bien un mec chez eux pour qui je me permets un peu d’admiration, c’est bien Ivanovic.
Et qu’est-ce qu’il fait ce con ? Il prend un second jaune. Pas pour sa faute débile aux abords de la surface, non, pour contestation. Di Maria qu’il avait pourtant calmé tout le match provoque sa perte.
Vent de panique chez les Blues.
Un centre.
Fellaini de la tête.
Non pas lui faut pas déconner.
Courtois repousse.
van Persie.
Non pas lui faut pas déconner.
Ben si. Dans ta gueule José, tu ne nous prendras qu’un point.

Les images qui donnent un sens aux mots.

 

diables

 

De Gea (5/5) : Cette sortie sur Hazard, c’est encore plus classe que de sortir un penalty. Je… Putain.

Shaw (3/5) : On y vient. Voila. Les genoux tremblent moins, les courses sont plus assurées, les centres plus appuyés.

Rojo (2/5) : Alors toi par contre toujours pas. Tu te dis que relancer dans l’axe ou manquer tes têtes c’est pas si grave. Touriste.

Smalling (4/5) : Un putain de miracle. Le seul moment où il n’était pas sur Drogba on a mangé un but. Sinon il lui a fait mal.

Rafael (1/5) : Son match a ressemblé à un bizutage entre ce que lui a mis Hazard dans le cornet et le fait qu’on lui ait demandé d’aller casser la gueule au plus costaud d’en face sur les corners…

Blind (3/5) : Et ben ça court. A force de faire des allées et venues de droite à gauche pour assurer la récupération, on se demande même si le mec se retrouve face à un but de temps à autres.

Fellaini (3+/5) : Cette propension à ne pas se placer où il faut, à se jeter vers l’avant en confondant vitesse et précipitation était exaspérante. Mais on doit reconnaître son solide travail défensif, et les occasions qu’il a sur se créer. Contre Chelsea qui plus est. Je suis pas sûr que Fabregas se remette du match qu’il a subi.

Mata (2/5) : Pendant 25 minutes on a cru avoir retrouvé le vrai Mata. C’était un peu court.

Di Maria (2+/5) : Il n’est donc pas surnaturel. Il n’est donc pas plus fort que le monde entier. Il peut se faire museler.

Januzaj (3/5) : C’est mieux. C’est mieux parce que par moment, il a décidé de prêter le ballon à ses copains. Pas forcément quand il le fallait (et inversement), mais pour un gros match contre une grosse équipe, c’est mieux.

van Persie (3/5) : Ambiance scandale, but de vandale. Il a tout fait de travers, avec sa suffisance légendaire. Mais il termine en héros.

Le suppôt de Satan :

James Wilson pour Juan Mata 67e (NN) : Un impact sur le match plus petit qu’une pièce de deux euros.

 

Allez, dimanche, c’est derby. Dimanche, on arrête les conneries.

 

Inferanal Kisses,

Luke Seafer

Si tu veux que Horsjeu.net survive, que tes académiciens préférés puissent être fournis régulièrement en jeunes vierges et en litres de Bloody Mary jusqu’à plus soif, par l’Editeur, ce bel homme, alors tu peux faire un geste en versant une maigre contribution financière mensuelle (Satan te le rendra) ou même un don unique qui n’engage à rien.Clique ici

Sinon, Luke Seafer est aussi sur Facebook  et il veut des amis, plein, parce qu’il était toujours tout seul dans la cour de récré et personne ne venait lui parler. Peut-être à cause de la chauve-souris sur son épaule, de ses briques de sang pour le goûter… On ne sait pas trop. Mais viens lui faire coucou, ça lui fera plaisir. Et si tu veux faire encore plus, tu peux aussi devenir fan de la Raide et Vile Academy. Quant à Wayne Boulet, il craque carrément son slip et te file son identité secrète. Comme ça. Tu peux aussi lui faire coucou. 

Et tiens, Luke est aussi sur Twitter  et il trouve que c’est une invention de Satan un truc aussi addictif, donc n’hésite pas à lui faire coucou. Wayne Boulet  s’y est mis aussi.

3 thoughts on “Manchester United – Chelsea (1-1) : La Raide et Vile Academy a vu du foot

  1. Je dis grosso modo la même chose (mais moi je publie le lundi B| ) sur Facebook.
    Fellaini a été partout et parfois où ne fallait pas, certes. Il a fait du Fellaini quoi : il « encombrant », avec ou sans ballon. On ne sait pas par quel bout le prendre, il est pesant, vraiment. Comme tu le soulignes, c’est lui qui met Courtois en difficulté sur notre ut, sans ça…
    https://www.facebook.com/christophe.delandsheere/posts/300982263444768

  2. Je vais rien dire, surtout parce que j’ai suivi le match sur lequipe.fr. Par contre j’étais heureux qu’on s’était pas fait bouffer par ce rouleau-compresseur qu’est Chelsea actuellement

    Mais bon, City a quand même réussi là où Chelsea n’était pas arrivé …

    J’attend la prochaine acad’ avec impatience. Salut

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.