New England Revolution – Impact Montréal (2-1) : L’Impact Académie livre ses notes

0

Une défaite de plus, une défait de moins… Boarf

L’Impact a encore perdu. Ouais, tu parles d’une nouvelle… Ce n’est finalement que la 17e fois de la saison en championnat, on devrait commencer à s’habituer. Mais quand tu penses au nombre de matches à l’issue desquels on aurait pu accrocher un, voire trois points, ça me fait comme des petits picotements tout autour de l’anus, comme après la fois où les copains m’avaient préparé un chili spécial pour rigoler. Ça me rappelle aussi ma plus grosse diarrhée, mais j’étais malade et je m’étais fait un cassoulet en boîte. J’avais une bonne excuse. Comme l’Impact face aux Revs. Parce que mercredi, il y a la première partie du match de l’année en Ligue des Champions contre New York.

Du coup, on a reposé une bonne partie de nos titulaires, soigné les blessés et moqué les suspendus pour aller affronter New England. Franchement, j’y croyais. Les jeunes de l’Académie ont toujours montré les crocs, c’était une occasion en or de prouver leur potentiel que l’on sait déjà très intéressant. Un peu comme cette fille que tu zyeutais depuis un moment, puis quand tu la vois toute nue pour la première fois, ton regard pétille intensément. Seulement voilà, certains n’ont pas tenu leur rôle, d’autres sont passés à côté, le talent ou la confiance en (Stéphane) berne, selon les cas.

La game, en quelques chiffres saillants (via @OptaMauricio)

4. Il y avait quatre joueurs de l’Académie (pas celle-ci, l’autre) au coup d’envoi : Wandrille Lefèvre, Calum Mallace, Jérémy Gagnon-Laparé, Anthony Jackson-Hamel. C’est toujours plus sympathique de voir les résultats de sa propre production. Certains ont été très bons, d’autres un peu moins, mais ça promet.

1. Soirée de premières. Calum Mallace a marqué son premier but. Première titularisation pour Jérémy Gagnon-Laparé et Anthony Jackson-Hamel. Première apparition pour Louis Béland-Goyette. Premier doigt dans les fesses pour Mauricette.

2. Le nombre de buts que l’Impact prend en l’espace de quelques minutes ces derniers temps. À Houston, entre la 62e et la 65e, la semaine passée contre Los Angeles entre la 59e et la 64e et samedi contre les Revs entre la 23e et la 25e ! Un talent pour la perte d’attention qui ferait pâlir d’amateurisme les gamins à l’école. Un faible pour les doubles saillies qui rappelle les plus beaux threesome de l’histoire.

15. Le nombre de minutes que Krzysztof Krol a tenu entre ses deux cartons jaunes, le premier pour un geste d’humeur idiot deux minutes après le retour aux vestiaires, preuve que la pause a permis de lui tranquilliser le cerveau. Le second pour un tacle par derrière, au milieu du terrain, alors que le joueur était fixé le long de la touche par trois Montréalais. C’est également le nombre de neurones-football qu’il semble rester au Polonais.

21. En moyenne, le nombre de caractères nécessaires pour écrire le nom d’un des joueurs de l’Académie. D’ailleurs, soit dit en passant, il n’existe pas d’école spécifique pour écrire son nom sur son maillot quand on l’a à rallonge (le nom, pas le maillot). Pour Jackson-Hamel, c’est « Jackson », pour Gagnon-Laparé, c’est « Gagnon-L. » et pour Béland-Goyette, c’est « Louis »…

8. Le nombre d’orgasmes provoqués par Gagnon-Laparé à Mallace, tous chamboulés de jouer aux côtés d’un bon milieu.

Alignement

Capture d’écran 2014-09-16 à 19.29.08
Deux en un.

Un pack de Montréal

Troy Perkins (2/5) : Il avait droit à une titularisation annonciatrice de celle de Bush mercredi, malheureusement pour lui, s’il n’a pas fait un mauvais match, loin de là, il gâche sa performance par une main molle ne lui permettant pas d’arrêter la puissante frappe de Rowe. Ses superbes parades tout au long du match ne feront pas oublier cette erreur.

Krzysztof Krol (0/5) : Bon, on le savait à la ramasse, mais là il est devenu bête l’espace de 15 minutes pour rajouter au problème. Deux jaunes très stupides qui laissent l’Impact à 10 pendant la dernière demi-heure. Déjà qu’il n’était pas brillant sur le terrain… Zéro pointé.

Wandrille Lefèvre (2/5) : Un match difficile pour une des plus expérimentés académiciens. Un peu trop prudent au point de limiter les contacts, et au contraire parfois trop présomptueux dans ses interventions. La mésentente avec Miller sur le second but des Revs est la conséquence d’un match mal abordé.

Futty Danso (3/5) : Plus à l’aise que son voisin du centre, surtout plus incisif et plus athlétique. Il a mis un paquet de brins aux Nouveaux-Anglais, sans prendre trop de risques dans son jeu ou son placement. Reste une option intéressante derrière.

Eric Miller (2/5) : Ah s’il avait marqué le but de l’égalisation… Au lieu de ça, sa frappe s’est écrasée sur le poteau au terme de l’une de ses rares montées. Pas particulièrement à l’aise en défense, il oublie de dégager sur le second but nouvel-anglais.

Calum Mallace (3/5) : Libéré. Libéré de son boulot exclusivement défensif quand il joue avec Felipe, libéré des boulettes du Brésilien, il a pu enfin se projeter vers l’avant et même ouvrir le score très tôt dans le match au terme d’une superbe action. Paraîtrait qu’il a essayé de tout casser Jermaine Jones, et que l’international américain a eu très peur pour sa vie… Vieille fiotte.

Jérémy Gagnon-Laparé (3/5) : Un milieu def’, un vrai ! La plupart du temps bien placé, agressif comme il faut, ne lâche pas son marquage. Un peu trop prudent et a parfois peur de se faire effacer, retenant ainsi l’envie d’intervenir. Un match plein en tout cas, difficile de croire que Klopas a utilisé Felipe durant tout ce temps. Chouchou.

Andres Romero (2/5) : C’était le match parfait pour faire souffler Romero avant la rencontre importante de mercredi. Ben, ça n’a pas été fait. Génie Frank. Du coup, Andres était crevé et a été très moyen. C’était prévisible.

Dilly Duka (3/5) : De loin le meilleur des joueurs offensifs. Un joli numéro sur l’ouverture du score, du mouvement entre les lignes… Mais fatigue lui aussi très vite.

Anthony Jackson-Hamel (1/5) : Énormément de mauvais choix, très stressé et des erreurs techniques inhabituelles, dont une superbe passe en retrait en corner. Moins à l’aise qu’en pointe, c’est très visible.

Jack McInerney (2/5) : Relativement inexistant après le but. Une performance très banale.

Substituts

Issey Nakajima-Farran : Peu d’influence, surtout sur le côté laissé libre par Krol.

Louis Béland-Goyette : A des cojones et son prénom sur son maillot.

Heath Pearce : Figurant.

Retrouvez les faits saillants en vidéo ici

[jwplayer mediaid= »49074″]

Le tableau

Capture d’écran 2014-09-16 à 19.30.50
Seul fait notoire, la position de Toronto.

Ça y est, on y est ! Après avoir laissé filer le match contre les Revs, bien que la performance générale soit relativement correcte, on est fin prêt pour le match de l’année numéro 1. Mercredi, Montréal, stade Saputo, une rencontre contre les Red Bulls qui vaut un huitième de finale aller de Ligue des Champions. En gagnant, l’Impact prendrait une belle option sur un éventuel quart de finale. Une qualif’ qui sauverait clairement la saison.

Becs anaux,

Mauricio Vincello.

Retrouvez votre serviteur sur Touitteur, pour clavarder ou se slacker la vis en toute décontraction (et autres faits saillants)

http://twitter.com/VincelloM

Ou sur Fessebouc

http://www.facebook.com/mauriciovincello

Si tu veux des photos exclusives du magnifique phallus de l’Editeur Belhomme certifiées Horsjeuiades 2014, abonne toi à Horsjeu.net, on s’arrangera.

http://horsjeu.net/abonnement/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.