« Oscillations anales à moustache » par Warren Tupett, footsicologue

Déjà la 2e numéro

Bonjour à toutes (C’est Bernard Lions qui me l’a apprise celle là ! )

J’espère sincèrement que vous allez bien car je suis un peu inquiets pour vous si vous lisez encore ce site…

Plus la peine de présenter cette rubrique qui en est déjà à son deuxième numéro. J’ai lu vos commentaires sur la dernière publication et j’ai bien compris que vous n’aviez rien capté, on va donc continuer comme ça. C’est mieux ainsi, ça correspond au climat de consensus Hollandais de notre époque en déliquescence politique.

Aujourd’hui la Ligue 1 est morte, ou peut être hier, je ne sais pas, je n’lis plus L’Equipe comme le chantait MC Foot X, avant de sombrer dans l’homophobie anachronique.

En tout cas, ça ne va pas, les deux clubs les plus riches possèdent 100% des 3 meilleurs attaquants, c’est plus pyramidal, c’est anal. Il faut espérer que Gignac retrouve un vrai niveau…. Ne critiquez pas c’est peut être le cas, je n’en sais rien, je ne regarde plus qu’un match sur deux ou trois de Man City, ma nouvelle équipe historique. La ligue 1, je ne peux point.

Ce que je sais donc de cette Ligue 1, c’est que je ne sais rien, à part qu’un homme en est le pilier, la base balèze. L’alpha et l’Omega essentiel.

 

Il semble vectoriser haine et amour. Il concentre à la fois les louanges de l’Etat, et les critiques des amateurs de foot éclairés comme Jérôme Latta des Cahiers du Foot (en photo ici juste avant la fameuse bataille de la banane contre Pierrot le foot ).

latta11.29.56 king11.31.49(1)

Cet homme (« Si c’est un homme, et pas une simple gonze à moustache » disait Primo Lévi-Strauss) c’est un des grands acteurs du football Français. Vous l’avez reconnu; Frédo la stache.

 

Or, c’est là que je vous apporte LE scoop, c’est à dire une info que vous ne connaissiez sans doute pas:

Un groupe de punks américains qui en ont, The Men, milite depuis quelques années contre Fredo la stache.
Des punks branchouilles de Brooklyn ? Qu’est ce qu’ils y connaissent au foot et à Fredo la stache me direz vous en prenant un point Godwin Okpara si vous êtes assez con pour continuer à lire ces lignes ?

Et bien le hasard fait des trucs.

Figurez vous qu’en concert à Montreal en plein été 2009, The Men, qui avaient bien picolé au cours des 72 heures précédentes, se sont retrouvés au Trophée des champions, ils ont maté Bordeaux-Guingamp.

Naturellement emballés par un match de cette envergure, ébahis par la découverte du vrai football estampillé Ligue 1, et aussi parce qu’ils cherchent à se démarquer et se veulent donc un peu hipsters (alors qu’ils sont punks… oui, c’est n’importe quoi les punks modernes, y en a même des végétaliens qui ne picolent pas…)… Bref… The Men se passionnent pour le foot via Guingamp et là le cheminement est purement logique.

Guingamp -> Ligue 2 -> Coupe de la Ligue -> Pédophile Chômeurs Consanguins -> Frédo la stache -> Ligue 1

Passons leurs premières années de passion qui les mènent à des pratiques extrêmes comme regardez deux fois de suite Marseille – Brest printemps 2013….

Intéressons nous plutôt à leur chanson canon, sortie l’année dernière, lorsque The Men découvrirent le projet secret de Fredo La Stache, projet que L’Equipe révèlera en exclusivité quelques mois plus tard.

[jwplayer mediaid= »41041″]

Le titre est évocateur, mais impossible à traduire: Oscillation.

En gros, ils en ont marre des changements de statuts de leur ligue préférée.

Une note sur la forme. Le crescendo initial débute sur l’état second de ces artistes se retrouvant devant un Guingamp-Bordeaux de magnifique facture, la batterie arrive, c’est la régularité des drinks de le troisième mi-temps dont le Rugby n’a pas le monopole.
Puis la régularité des jours de foot téléchargés illégalement à Brooklyn… Les petites notes de guitare aigües en fond symbolisent Fred la stache triomphant, idolâtré.

Puis l’explosion, le bordel. Fredo la stache s’emballe des Qataris et fait nimp. The Men hurlent au scandale. Ils ont mal à leur Ligue 1. Le football, comme la musique, et à l’inverse des animaux, n’est pas une marchandise assez rentable.

Là s’exprime la col!ère froide de The Men ( Des Men ?) qui interpellent Fredo. Le texte est vif, poignant, cinglant, bandant, consternant: le triomphe désenchantée de l’amertume contenue. Il se passe de commentaires. Oui vraiment. Et en plus je pars en vacances ce soir donc je n’ai pas le temps de fignoler ce texte, les parties ci-dessus m’ayant déjà demandé un bon quart d’heure. Je n’aurais pas à le traduire si vous êtiez bon en anglais en plus, mais bon.. Nobody’s perfect (‘Personne n’est parfait’) disait Amanda Lear. Mettez donc le son. Pensez à Frédo la Stache, et interpellez le comme des The Men.

…and to take the fall
« On se prend une gamelle, On en paie le prix (On n’a rien compris)  »

and to take the feeling
« Et tu nous prends nos sentiments »

I’d really like to be informed of what’s next
« Franchement j’aimerais bien savoir ce que tu vas faire après ça mon coco ? Hein ?

I’d like to be informed of what you have in store
« J’aimerais être informé de ce que t’as en magasin »

and to take the fall
Parce que là on te l’a déjà dit, on paie cash là et ça fait pas du bien !

and to take the feeling
On mange grave.

I’d really like to be informed of what’s next
Franchement j’aimerais bien savoir ce que tu as faire après ça mon coco ? Hein ?

I wanna know what’s in store
« Je VEUX savoir ce que tu nous mijotes. »

I’d like to call you to the stand
« Allez, viens. »

I just have a couple of things I’d like to ask
« J’ai juste deux trois trucs à te demander, promis »

I’d like to call you to the stand
« Alleeeeeez Vieeeennns »

I just have a couple of things that I’d like to ask
« J’ai juste deux trois trucs à te demander, purée »

Please take the stand
« Installe toi. »

Please take the stand
« Parle nous Fredo bon sang. »

and to take the fall
« Et prends toi ta gamelle. »

La semaine prochaine, je vous raconterai l’histoire de ce roi Eric mort de n’avoir pas pu me rencontrer.

9 thoughts on “« Oscillations anales à moustache » par Warren Tupett, footsicologue

  1. Lapin compris mais je pense que ces hommes ont été choqué par la présence de Sébastien Grax

  2. Vraisemblablement ces gens veulent connaître le contenu d’une boutique (« store ») et proposent au gérant d’installer un étal sur la rue afin de pouvoir héler le passant (« stand ») et ce à l’occasion de l’arrivée de l’automne (« fall ») qui nous prend nos sentiments (« to take yhe feelings » délicate allusion à Paul Verlaine)

    Une stratégie couillue (The « Men ») de la part de ces jeunes gens qui sont très certainement les nouveaux propriétaires de ladite boutique. Il s’agit vraisemblablement d’un premier audit et de l’ébauche d’une nouvelle politique commerciale plus agressive. Typique de l’esprit punk. Bravo. Merci pour le morceau.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.