Plongée au coeur des rédactions sportives : Episode III

Luke Seafer

Fils de Satan, fils du metal, fils de la haine, fils de Cobra.

13 commentaires

  1. Merci. J’aime bien les bédés.

    On voit les pages précédentes par transparence, c’est pour le coté psychédélique monsieur Paddle ?

  2. Economie de papier, on fait du recto/verso. C’est plus chiant pour le scan, mais la planète est propre.

  3. On tient vraiment à bosser avec du matériel de merde chez nous. C’est notre côté « girl next door » (« proche des gens » en anglais)

  4. Côté « girl next door » ??! j’aimerai connaître votre côté Elisha Cuthbert Mr Padls !

  5. Haha, même sans son bonnet on reconnait parfaitement Jean-François Dérec. Sympa le clin d’oeil aux artistes disparus monsieur Parcel, solidarité entre artistes, yeah man !

  6. Moi je ne comprends pas pourquoi Alain Juppé s’appelle Derec l’Olmec

  7. Purée c’est la première fois que je trouve la fin d’une histoire avant la fin, vous savez flattez la non intelligence de votre lectorat Monsieur Pladdsl !

    Sinon vous croyez que les victoires du volley en Ligue Mondiale vont intéresser le meilleur journal sportif de l’univers ?
    Bon si l’équipe de ce matin met en Une, même en minuscule dans un coin le fait que les Français sont en finale, et qu’ils ont juste tapé deux des trois meilleures équipes mondiales en quatre jours, je leur verserai quelques deniers pour feuilleter leur torchon…

  8. C’est pour ça qu’on aime bien la Bédée en Bretagne Monsieur Padrec!
    Et qu’on aimerait plonger dans le coeur du Télégramme/D17.
    « Les Chezmichel brozhers à la maison »
    Merci!

  9. Le rédacteur qui dit purée, on sent une attaque en règle vis-à-vis de l’éditeur, ce bel homme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.