QPR – Liverpool (2-3) : la Reds Academy livre ses notes

1

Attendez, c’est pas ici le Fergie Time ?

« Il faut arrêter M. Macadam, ce n’est plus raisonnable. Vous jouer avec votre santé ; chaque week-end vous vous rapprochez de l’arrêt cardiaque. » Cinq ans que je n’étais pas allé chez un ‘‘professionnel de la santé’’. Quoi ? Un alcoologue ? Pauvre con, le jour où ce dernier a vu que mon foie était aussi dur et hermétique que la tête de Sakho il a tourné de l’œil. Non, c’est bien mon médecin qui m’a lâché ces trois phrases aussi cruelles que l’entêtement de Rodgers à titulariser Balotellilebrûleurdejoker. Et ça, ce n’est qu’après avoir écouté mon petit cœur de Reds. Alors quand il a vu la tronche de mon cul après le match de dimanche contre QPR, il a posé son stéthoscope sur le bureau et, s’est barré direction le pub le plus proche. Je l’ai rejoint, posé ma main sur son épaule et on s’est regardé sans dire un mot pendant quelques secondes. C’était très gay mais très humain comme moment. Et là, j’ai lu dans ces yeux : « Putain, vous en chiez en ce moment les gars. » J’ai fait « oui » de la tête, bu un whisky et lui ai raconté le calvaire de dimanche.

Capture d’écran 2014-10-23 à 15.02.42

« Tu vois mec, franchement, j’étais serein dimanche aprem’. On affrontait la lanterne rouge de Premier League, une équipe composée d’éternels espoirs et des pré-retraités. Pas de quoi fouetter un chat. Mais dude, j’aurai mieux fait de fermer ma gueule car on s’est fait frapper comme un vulgaire chaton. Ah il est beau le vice-champion d’Angleterre tiens ! Johnson et Enriqué alignés comme en ’12-’13, Gerrard en milieu offensif comme dans le bon vieux temps… Après tout, si tu ne testes pas contre les derniers, tu le feras jamais. Bref, je m’attendais à un match tranquille et ça a été tout le contraire. Une purge, une vraie. Celle qui te taille le fion en forme de chou-fleur pendant 90 minutes. Doucement mais surement. Douloureusement.

Il a pas fallu bien longtemps pour que je me rende compte que ça allait être long. Même pas 9 minutes de jeu qu’Austin laisse Johnson et Skrtel se ridiculiser pour se présenter seul face à Mignolet. Encore heureux que ce dernier ait anticipé. À la 27e, Zamora centre tranquillement en pleine surface pour Fer qui explose la transversale. A partir de là j’ai tellement serré du cul que je me suis claqué. À la 35e, c’était le pompon : une tête de Fer, une nouvelle transversale, Johnson qui claque un hadouken, un ballon qui roule mollement vers le but… T’as rien compris ? Nous non plus si ce n’est qu’on avait autant de chatte que les gars d’Arsenal qui se démerdent toujours pour s’en sortir en fin de match.

B0UMBrzCEAEL2YwHADOUKEN !!!

Je vais te faire grâce de l’immondice que j’ai vu pour te parler des dernières minutes de folie. Tout commence à la 66e. Lallana et Can sortent pour Allen et Coutinho. Coïncidence ou pas, on entrevoit le parfait hold-up. Johnson a un éclair de génie et profite de la contestation des gars de QPR pour centrer au fantôme mais Dunne qui détourne la chique dans ses propres filets. L’équipe joue mieux mais ça n’empêche pas Vargas d’égaliser à la 86e alors que le plus dur était fait. 1-1. Alors je me suis dit que, après ce qu’on a produit, le match nul c’est mieux que rien. Mais Couti, plutôt en jambes, en colle un à la 90e. 2-1. À LA 90e. LE HOLD-UP PARFAIT. Mais alors que j’ai cru que c’était terminé, Vargas reprend un centre de la tête à la 92e. 2-2. Tu crois que c’est terminé ? Non. 95e, Sterling centre fort pour notre avant-centre italien mais Caulker, dans sa course, pousse involontairement le ballon dans sa cage. 3-2. Fin du game.

7591__9077__457486126_10_513X307« Tu vois doc, ça c’est la seule occasion de la première mi-temps. Ouais, à la 44e. Oui, c’est long. »

Tu vois mon p’tit doc, si certains ont trouvé ce match complètement fou et étaient contents des trois points, je n’ai pas cherché à faire le malin. On a joué comme des pipes et nos meilleurs finisseurs jouaient dans l’équipe adverse. J’aurai préféré le nul avec du beau jeu. Pardon ? Je ferai mieux d’aller voir un psychologue au lieu de te casser les bonbons ? Je me suis dit la même chose. Mais quand j’ai vu la gueule de mon cul dimanche soir et que mon slip blanc était aussi rouge que mon maillot, je me suis dit qu’un truc déconnait et qu’il était plus sage de venir te voir. Non ?»

 Steve Macadam

Les notes.

Mignolet (4/5) : Quand tu vois la tronche de ces derniers matches, tu te dis qu’il y a du mieux. Même s’il a les mêmes pieds carrés qu’un poussin, il a sorti quatre grosses parades.

Skrtel (2/5) : Relances propres, tu connais ? Le chauve a tout balancé devant comme un gros dégueulasse et n’a que rarement été rassurant. J’en viens à me demander si Rodgers ne l’a pas confondu avec Agger.

Lovren (2/5) : Battu par Zamora, mauvais au pied comme dans les airs, voilà la personnification parfaite d’un paquet de pognon jeté en l’air.

Johnson (3/5) : Du bon et du moins bon. Il a apporté quelques actions offensives et est responsable du premier CSC. Mais Glen nous a aussi fait de belles frayeurs.

Enrique (1/5) : Alors ok, on rigole bien devant ses prestations de clown mais arrêtons de suite la blague. Le mec apporte offensivement autant qu’un infirme et défend aussi bien qu’un aveugle. Get out of here.

Henderson (4/5) : Heureusement que Kenderson est là. Il est l’un des rares à avoir fait plaisir à presser, monter et faire tout simplement son boulot. Merci.

Can (3/5) : Pas facile première titularisation après une blessure. Son match n’a pas été extraordinaire sans être catastrophique. Rien à dire de plus. Remplacé à la 66e par Allen (3/5) qui devrait être plus souvent titulaire car il nous a fait du bien. Et en ces temps qui courent, c’est beaucoup.

Gerrard (3/5) : L’ombre de l’ombre du grand Gerrard milieu offensif. Un peu mieux lors de la seconde mi-temps à aider la défense. Walou, c’est tout. Et c’est triste de n’avoir que ça à dire.

Lallana (3/5) : Il court, il court et essaye. Il n’a pas autant pesé que contre WBA mais il mouille le maillot et essaye. On ne peut pas lui reprocher ça. Remplacé par Coutinho (4/5)  à la 66e qui nous a fait un bien fou : des dribbles, un peu de folie dans la défense de QPR et un but.

Sterling (4/5) : Là aussi, heureusement que Sterling était là. Sous les sifflets du public, le gamin va de mieux en mieux au fur et à mesure que les matches sont joués. Artisan de la victoire, il a répondu de belle façon aux critiques des médias.

Balotelli (1/5) : Tu remarqueras que je n’ai cité qu’une fois Mario dans ce texte. Difficile de parler d’un fantôme, même si, c’est difficile à croire/dire, il fait du mieux qu’il peut.

 

Si tu veux voir les images du match et voir un miracle en vidéo, tu peux aller ici.

Viens nous suivre sur Facebook, c’est par ici. Tu peux aussi nous voir brailler, pleurer et parfois rigoler sur Twitter : Just Wide, Robbie Flower, Gerrard Mouillé et moi-même t’accueillerons avec plaisir.

1 thought on “QPR – Liverpool (2-3) : la Reds Academy livre ses notes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.