Béziers – Laval (5-1) : La ButàLaval Académie a la méga diarrhée

Ca glisse

LE CONTEXTE :
Laval cale dans le sprint final (1 point sur les deux derniers matchs à domicile), mais la concurrence a du sable dans le moteur aussi… Grenoble (2e) et Rodez (3e) ont perdu vendredi soir. Samedi après-midi, Laval (5e) se déplace à Béziers (4e) : un tournant, assurément…

LES PÉLERINS :

Première pour Rincon en défense centrale. La suite on la connaît.

 

LE MACHE :
L’autre soir j’ai fait un barbecue avec des amis, et des ami(e)s d’amis. Et les amis de mes amis sont mes amis ; mais de bières en bières je me suis lié d’affection avec une amie d’une amie. Et enfin bref. Le lendemain j’ai longtemps réfléchi et j’ai fini par lui envoyer un message où je lui disais que c’était une fille merveilleuse, que le soleil couchant puis l’amour nocturne rendaient encore plus belles ses tâches de rousseur… Et elle m’a répondu un pouce levé. BREF. J’ai bugué total.

J’ai moins (de) mal à écrire là-dessus que sur le match entre Béziers et Laval. Même si au final ça se rejoint : plein de belles déclarations, pour au final un énorme bug à la première contrariété.

Laval a la première occasion avec Etinof qui perd son duel devant Novaes (3e). De l’autre côté du terrain, la défense lavalloise n’est pas en reste question maladresse dans ce début de match et provoque un coup-franc aux vingt mètres. Bon, coup-franc qui n’aurait sûrement pas dû exister vu que Rincon fait faute mais que l’arbitre laisse l’avantage et que l’action va au bout avec un tir biterrois ; mais bref. Samassa nettoie la lucarne d’Hautbois qui ne peut que toucher le ballon (1-0, 5e). C’est le début du bug level 404  : neuf minutes plus tard Diakota prend le ballon au milieu de terrain et traverse le milieu de terrain puis la défense lavalloise, à l’instar de Moïse qui séparait la mer en deux, avant de tromper Hautbois (2-0, 14e). Une bien belle métaphore puisque Laval continue de l’opération portes ouverters : Pandor a la motivation de Papy Brossard pour suivre Savane au marquage sur corner (3-0, 31e).

Laval dans le sprint final à la montée, allégorie.

Bref, à la mi-temps tout est déjà joué, mais comme il reste une mi-temps Manu Pirès tente deux changements : sortie de Bosetti et Pandor, entrée des jeunots Ndilu et Couvry. Le passage en 3-4-3 permet de se créer des occasions, mais pas de marquer, avec un penalty raté par Etinof tant qu’à faire (56e). Béziers estime que Laval ne respecte rien au point de ne même pas vouloir marquer quand l’ASB lui laissait les occasions avec Ndilu (48e) puis Mayela (55e). Alors Sissoko (4-0, 62e) et A.Kanté (5-0, 70e) punissent la bande de branleurs qui se décidera quand même à réduire le score par Ndilu (5-1, 84e). Je ne dis même pas sauver l’honneur. Sauver l’honneur de quoi sérieusement ? Mathématiquement, le podium peut rester jouable avec quatre points de retard. Mais quand on a les pieds qui tremblent,  les genoux qui claquent, les chevilles qui frissonnent et surtout de la semoule dans la tête, on ne peut rien espérer. Même la vie sentimentale de Frantix est moins en bouillie que la cohésion de cette équipe. C’est pas peu dire. Il reste trois journées pour ne pas croire à la montée.

 

LE RÉSUMÉ VIDÉO :

 

LES NOTES :

Ne pouvant mettre une douzaine de notes comprises entre 0 et 1, nous avons opté pour des mots.

Hautbois (turquoise/5) :
Son maillot s’harmonisait bien avec le blanc des filets quand il allait chercher le ballon dedans.

Mendes (contrefaçon/5) :
Il est où le vrai Houboulang Mendes ? *émoticone qui pleure*

Dembele (boisson/5) :
Il a fait glou glou glou glou et glou sans avoir de verre de champagne à la main.

Rincon (hockey/5) :
Qu’il soit un exemple de professionnalisme : ok. Qu’il ait été très bon en réserve : ok. Mais son premier match professionnel à Laval ça a été du hockey.

Perrot (gentil/5) :
Il est très gentil. Footballistiquement ? Il est très gentil.

Pandor (méchant/5) :
Je te plains quand à un entretien d’embauche on te demande « pouvez-vous me citer une de vos qualités ? » Remplacé par le jeune Couvry (dans le grand bain/5) : content de voir ce jeune prometteur en pro, mais sur ce match c’est pas un cadeau.

Espinosa (mineur touchant le fond/5) :
Il a été au charbon, mais la mine devait être fermée parce qu’il n’a rien produit.

Zeoula (PokemonGo/5) :
Sa façon de se déplacer sur le terrain pousse à se demander s’il ne jouait pas en cachette à Pokemon Go durant le match.

Etinof (Toudic/5) :
N’a fait preuve d’une conviction qu’à un moment : pour tirer le penalty, et le rater.

Mayela (l’un des moins nuls/5) :
S’il avait fallu mettre un 1+/5, il aurait été pour lui avec ce retour dans l’axe et huit bonnes minutes en début de seconde mi-temps (pas sûr que d’autres atteignent huit bonnes minutes cumulées dans ce match). Remplacé par Etshimi (changement inutile/5) en fin de match.

Bosetti (Speedy Gonzalez/5) :
A couru un peu partout en première mi-temps, peut-être trop selon son coach. Sorti à la mi-temps, remplacé par Ndilu (buteur inutile/5) qui a raté une balle de 3-1 mais marqué celle du 5-1. Aussi utile que le H d’Hawaï, qu’un k-way quand il fait 30 degrés, qu’un dep sans bière-cacahuètes, que le marchand de sable dans le désert, qu’un orphelin à la fête des mères… que les beaux discours pour prendre une branlée à Béziers.

Le comité Frantix
@FrantixLeBasser, à qui Laetitia ne remettra pas de whisky.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.